Agissons ensemble pour la libération des semences!

Large_capture_d__cran_2016-06-27___15.50.04-1467035420-1467035426

Présentation détaillée du projet

 

 

Les semences sont en danger!

Elles sont désormais aux mains de l’industrie chimique internationale représentés par des groupes comme LimagrainMonsanto, Syngenta, Cargill... Ces multinationales se sont appropriées le marché avec la complicité des législations internationales. Les paysans, les horticulteurs et bientôt le jardinier du dimanche ont les mains liées et ne peuvent même plus faire pousser ou vendre les semences qu’ils veulent. Tout est contrôlé, privatisé.

 

 

Pourquoi un tel contrôle sur les semences ?

 

Si l’on en croit les instances étatiques internationales, c’est uniquement pour respecter le principe de précaution qu’il est devenu nécessaire de contrôler et de ne sélectionner que certaines semences. 

D’où la mise au rebus de beaucoup de variétés anciennes, qui n’ont pas fait l’objet de contrôles suffisants pour pouvoir être mises sur le marché.

                                                                          Graines-1467018325

 

Comment s’exerce le contrôle ?

 

Toutes les semences mises sur le marché doivent être inscrites sur un catalogue officiel. Cette inscription est payante et implique de nombreuses recherches en amont et des séries de certifications. Elles sont soumises à des critères précis d’homogénéité et de stabilité notamment. Le petit paysan qui voudrait faire inscrire sur le catalogue officiel une semence qu’il tient de son arrière-grand-père et qui lui a été transmis de génération en génération, a beaucoup de chance d'être recalé.

Par conséquent, seuls les grands groupes industriels mondiaux ont la possibilité d’y inscrire les semences qu’ils “inventent” et font breveter. D’où une disparition progressive des variétés anciennes. Plus productives, reproductibles (on peut en retirer ses propres graines d’année en année) et ne nécessitant pas l’emploi de pesticides ou d’engrais chimiques pour pousser, elles ne les intéressent pas.

En France, un super organisme le GNIS (Groupement National Interprofessionnel des Semences et plants) est chargé de tout contrôler. Il est censé sauvegarder la biodiversité et même les variétés anciennes. Mais, en y regardant de plus près on se rend compte que le catalogue de semences qu’il propose est très peu fourni. Les variétés anciennes qu’il autorise sont vraiment en faible quantité par rapport à ce que propose Kokopelli ou Semailles, 2 des résistants les plus connus.

Les professionnels de l'agriculture ne sont pas les seules cibles puisqu'il y a quelques années, Monsanto a fait une proposition de loi en Amérique visant à interdire le jardinage pour, soi-disant, des raisons sanitaires. Fort heureusement, cette loi n’est pas passée. Jusqu’à quand?

 

 

Quelles conséquences ?

 

- Les semences proposées au catalogue officiel sont, pour l’essentiel, hybrides, de type F1 (en quelque sorte stériles), donc il est impossible d’en retirer nos propres graines pour les années suivantes. Ainsi, chaque année, les paysans et autres jardiniers sont obligés de racheter des semences produites par les grands groupes chimiques.

- Toutes les semences sont standardisées et bourrées de produits chimiques.

- La biodiversité court un grand danger. Certes, il y a quelques années, a été créée une sorte d’arche de Noé en Norvège pour conserver toutes le semences mondiales. Mais, n’oublions pas que ce projet est financé par les grands industriels déjà cités, qui ont désormais la main mise sur le code génétique de ces semences qui appartenaient avant aux paysans qui étaient libres de les cultiver comme ils le souhaitaient.

- Les petits producteurs de semences de variétés anciennes finissent pas baisser les bras parce qu’ils n’ont pas les moyens d’inscrire leurs semences dans le catalogue officiel.

- Même les échanges de semences sont interdits entre paysans. Chez le jardinier amateur, pour le moment, c’est encore possible. Mais, jusqu’à quand ?

- Ceux qui veulent se rebeller et continuer à proposer des semences de variétés anciennes comme Kokopelli ou Semailles sont poursuivis en justice pour concurrence déloyale et risquent de disparaitre très prochainement.

- Les paysans ont les mains liés et ne sont plus libres.

Il est temps de réagir afin d'empêcher les industriels de s'arroger l'exclusivité de la production de graines et de retrouver un savoir ancestral qui a permis de nourrir l'humanité pendant des siècles. 

                                                                         Graines-1467018325

 

Comment lutter ?

 

A l'échelle internationale, des personnalités comme Vandana Shiva, Pierre Rabhi, s'activent, bousculent les consciences et proposent des alternatives.

 

Paysan, écrivain et penseur, Pierre Rabhi est l’un des pionniers de l’agriculture écologique en France. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.

Depuis 1981, il transmet son savoir-faire en Afrique, en France et en Europe, cherchant à redonner leur autonomie alimentaire aux populations.

 

Vandana Shiva est l'une des chefs de file des écologistes de terrain et des altermondialistes, notamment pour la promotion de l'agriculture paysanne traditionnelle et biologique, en opposition à la politique d'expansion des multinationales agro-alimentaires et au génie génétique. Elle lutte contre le brevetage du vivant et la biopiraterie.

 

 

Chacun à son échelle peut en parler, dénoncerdiffuser l’information pour peut-être faire bouger les choses. Par exemple en participant ou en organisant des bourses d'échange de graines entre particuliers (déjà nombreuses en France).

Il est important de continuer à soutenir les associations telles que Kokopelli, Semailles, Graines de trocBiau GermeVia Campesina...

Produire ses propres graines et les diffuser gratuitement autour de soi, reste la façon la plus simple de lutter.

C'est cette dernière proposition qui a inspiré notre projet:

 

 

En effet, notre projet (qui débutera en octobre 2016) consiste à:

 

-       Distribuer et/ou échanger des semences saines et reproductibles offertes généreusement par l'association Kokopelli, à des agriculteurs isolés d'Asie du sud.

 

-       Créer un système d'échange de semences en mettant en lien les personnes rencontrées à travers un blog sur lequel apparaitra un descriptif de leurs activités maraichères et des semences qu'ils ont à leur disposition.

 

-        Fournir aux agriculteurs intéressés une liste de contacts d’associations nationales et/ou internationales militants pour la protection et le développement des échanges de semences paysannes.

 

L'objectif principal est de favoriser l’autonomie des petites exploitations agricoles en abolissant la dépendance aux grandes entreprises semencières.

 

Pour entrer en contact avec les paysans, nous utiliserons les sites de l'association Wwoof et HelpX. Nous serons également en lien avec les associations locales comme l'APSA (Asia & Pacific Seed Association)... Nous comptons aussi sur les rencontres pour enrichir notre carnet d'adresse.

                                                                        Graines-1467018325

 

Voici notre itinéraire:

 

Image-1466108994

 

À notre retour en France, nous participerons à des manifestations (expositions, conférences, festivals...) afin de témoigner de la possibilité de chacun d’agir et de transformer son environnement. Grâce aux témoignages recueillis (photos, interview, vidéos), nous présenterons un état des lieux de l'agriculture en Asie du sud est. Nous proposerons également un article résumant notre expérience à différents titres de presse dont certains se sont déjà montrés intéressés (KaizenL'Âge de fairel'EcologisteBiofilRevue Silence...).

                                                                          Graines-1467018325

 

Nous sommes convaincus qu'en faisant chacun notre part nous pourrons changer notre environnement. Comme l'explique si bien Pierre Rabhi à travers cette légende amérindienne:

Un jour, dit la légende, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés, atterrés, observaient impuissants le désastre. Seul le petit colibri s’activait, allant chercher quelques gouttes avec son bec pour les jeter sur le feu. Après un moment, le tatou, agacé par cette agitation dérisoire, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Ce n’est pas avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ! »

Et le colibri lui répondit :« Je le sais, mais je fais ma part. »

 

Avec le soutien et la collaboration de l'association Kokopelli:

Image-1466108942

À quoi servira la collecte ?

Cette collecte servira à:

- Nous procurer la liste (payante) des agriculteurs de chaque pays adhérents à l'association Wwoof..

- Nous déplacer de ferme en ferme.

- Développer les photos pour les expositions.

- Réaliser un montage vidéo.

 

 

Donc les 1000 €  pour lesquels nous vous sollicitons serviront à:

- 82 % pour boucler notre budget -> 820 €

- 10 % pour financer les contreparties -> 100 €

- 8 % pour financer la commission KissKissBanBank -> 80 €

 

Répartition de notre budget:

 

Capture_d__cran_2016-06-27___15.08.47-1467032949

 

L'argent supplémentaire pourrait nous aider à acheter du meilleur matériel vidéo et à améliorer la qualité de nos expositions photos. Nous aimerions également réaliser un reportage plus complet et donc plus long.

 

Merci d'avance pour cette récolte qui nous aidera à semer des graines d'espoir et de changement tout au long de notre périple! :)

Thumb_img_2163-1467037981
Nico & Vinc'

Nous sommes un couple de voyageurs en sac à dos: Vinciane et Nicolas (25 et 31 ans). Nous sommes curieux et passionnés par la nature, l'agriculture, la solidarité et les enjeux politiques, sociaux et économiques de l'autonomie des petits paysans. Nous sommes désireux d'agir selon nos convictions et à notre échelle.

Derniers commentaires

Thumb_dioscorea_logo_2016_effet_dessin-1461316364
Très beau projet au cœur de l'acteur-réseau et de l'engagement pour les "graines d'espoir" ;) On partage et nous sommes derrière vous pour la dernière ligne droite... Au plaisir de vous croiser sur les chemins du "bon monde commun".
Thumb_img_2163-1467037981
Merci à tous pour vos encouragements! Plus que 16 jours avant la fin de la collecte, n'hésitez pas à partager et repartager le lien de notre projet par mail et sur les réseaux sociaux! Merci!!! :)
Thumb_default
Je suis totalement avec vous ! Courage et bravo !