Un film pour sauver des vies ? C'est possible ! Soutenez "Les Greffés de l'espoir" et contribuez à sensibiliser au don d'organes !

Large_affiche_finale2-1464269853-1464269898

Présentation détaillée du projet

Cinq sportifs sont touchés un jour par une maladie grave. Leur pronostic vital est engagé.

 

Seule une greffe d’organes peut les sauver.

 

Ailleurs, un couple est confronté à la perte brutale d’un être cher.

 

La question du don de ses organes est posée.

 

A travers le récit de leurs témoignages, nous entrerons dans ces vies confrontées à l’abîme.

Fils de vie ténus, fragiles instants de vérité, ces voyages au plus profond de l’être sont tous sincères et authentiques. Ils nous ramèneront à nous, à notre condition humaine, à notre humilité, dans l’atmosphère proche d’un thriller médical et humaniste.

 

Un hymne à la solidarité et à la vie pour un final en apothéose !

Bienvenue dans la formidable aventure des greffés de la vie, dans l'énergie survitaminée des Mondiaux des Transplantés !

 

Cats-1464343062

 

 

Les motivations de l'auteur

 

Je me suis intéressé à la question de la transplantation et du don d'organes dans la mesure où, ayant moi-même été transplanté après deux ans de vie sous dialyse, je me sens redevable de ce cadeau qui m'a sauvé la vie.

 

J'ai voulu aider à la transmission de ce message par mon témoignage et par la réalisation d'une œuvre de création.

 

En premier lieu, j’avais envie de rendre hommage à ces donneurs d'une autre couleur de peau, d'un autre sexe, d'une autre religion, qui sait ?

 

Puisque le don d’organe en France est toujours anonyme.

Leur point de vue sera illustré par un exemple représentatif abordant à travers un témoignage unique de parents ayant perdu leur enfant, les épreuves et les étapes menant au don.

 

Comment le don se produit-il ? Quelle force et quelle prise de décision antérieure il nécessite ? Quel consensus familial il requiert ? Quel effort sur le chagrin il demande ?

 

Il faut savoir qu’en France, même si légalement tout le monde est supposé être donneur, la famille a toujours au final le dernier mot

.

Or, quand le donneur est prélevé de ses organes, moment qu’on le veuille ou non “prédateur”, ceci arrive toujours dans un contexte soudain de perte brutale de la personne (AVC, crise cardiaque, accident de la route, trauma crânien...), d’où l’importance capitale de dire sa position avant, de son vivant, à ses proches.

 

En second lieu, j’avais également envie de redonner espoir à tous ces malades en attente d’une greffe d’organes.

 

Ils sont 20.000 en moyenne par an en France, dépendants d‘interventions chirurgicales, de traitements lourds, assistés par des machines, confinés dans des salles d’hôpitaux à travers des vies qui n’en sont pas, et attendant des greffons qui ne viennent pas.

 

Troisièmement, je voulais mettre en valeur tous ces transplantés anonymes envers lesquels j’ai une si grande admiration, pour leur courage, leur rage de vivre, leur énergie, au travers de parcours incroyablement chaotiques dans les dédales de la survie.

 

Cette histoire est tellement incroyable : Vivre avec l'organe d'une autre personne, décédée de surcroît, quelle chose inimaginable !

 

« Guéris » pour un temps (la durée de vie des greffons est limitée) dans le quotidien, rien ne reste pourtant simple pour eux. Souvent le lien amoureux fait place à une relation « soignant-soigné » et la relation du couple se délite, le banquier ne leur fait plus crédit, l’employeur les licencie, d’autres épreuves...

 

Quatrièmement, je voulais aussi évoquer la situation des personnes décédées faute de greffon, bien qu’elles et leur famille savaient qu’elles pouvaient être sauvées.

La réalité est là. Oui, il existe une pénurie de donneurs d’organes en France, et même si l’offre de greffons a augmenté de 40 % en 20 ans, la demande, elle, est toujours plus importante.

 

Enfin, je tenais à dire que ces greffés du cœur, de poumons, de moelle osseuse, de foie ou autres, que j’ai rencontrés, ce sont eux, avec les donneurs et les médecins, les véritables héros de cette histoire.

 

Ce film leur rend hommage.

 

Af_sud-1464342274

 

 

Une réalité

 

En France, seulement 1 % des décès est éligible à la greffe d'organe, soit 5.000 décès par an, ce qui réduit considérablement le nombre de donneurs potentiels.

Pour exemple, seulement 1.700 donneurs ont été prélevés en 2015. On dénombre ainsi 500 morts par an à cause du manque de greffons.

 

Par ailleurs, une famille sur trois en France reste opposée au don d'organes, 6 fois sur 10 ceci est dû à un manque d'information.

Le film aspire donc à faire régresser ces tristes chiffres stables depuis 10 ans.

De plus, une dialyse coûte 5 à 10 fois plus cher qu'une greffe d'organe et en général un malade greffé constitue une charge beaucoup plus légère à notre système de santé que celle d'une personne non greffée en soins permanents.

 

Un patient en attente d'une greffe de moelle osseuse a une chance sur 1 million de trouver un donneur avec les mêmes critères de compatibilité génétique, ce qui est infime.

Un fichier national et européen existe donc pour répondre à ce problème. Informer sur cette question du don d'organes est donc vital pour toutes ces pathologies.

 

Ce film parlera des différentes formes de greffes (cœur, poumon, moelle osseuse, rein…) et il évoquera les différents types de dons (donneur vivant et donneur décédé).

 

Il constituera aussi un espoir pour les milliers de malades en attente. Il sera abordé sous l'angle incroyablement positif du sport pour illustrer la vie qui renaît.

 

Les Mondiaux des transplantés sont un témoignage vivant de la réussite de la greffe d'organes mais aussi une alerte sur la pénurie de donneurs de par le Monde.

 

 

Autour du projet

 

Ce film sera avant tout un vrai documentaire qui suit des hommes et des femmes au plus près de leur vie.

Ce documentaire sera réalisé par une équipe professionnelle expérimentée.

 

Il est produit  par une société aux solides références et par des associations nationales dédiées à la santé publique. L'Agence de Biomédecine est d'accord pour en relayer la diffusion.

 

Les récits bouleversants de chaque témoin feront partager au spectateur leur vie de malade jusqu'à leur renaissance future et la reprise des entraînements sportifs.

On sera à sa place. On sera dans sa tête. Ce sera la première partie.

 

La seconde partie sera consacrée aux différentes compétitions nationales et internationales auxquelles participeront les témoins-athlètes. Les témoins du film sont aussi des sportifs de haut niveau.

 

On peut envisager également des séances en salles de cinéma suivies de débats organisés par des bénévoles associatifs (ce qui s'est fait pour un film précédent dans plus de 250 salles).

 

Ping_pong_iranienne-1464344389

 

 

Le projet

 

Cinq sportifs de haut niveau sont donc rattrapés par une maladie grave et leur pronostic vital est engagé. Tandis que certains décèdent, d'autres sont sauvés par une greffe d'organe. Elle leur donne un nouveau souffle.

 

Un nouvel élan les anime. Les entraînements reprennent, les compétitions aussi, nationales, puis internationales. Sélectionnés pour représenter la France aux Mondiaux des Transplantés, ils s'envolent vers la ville des jeux, destination finale de lumière, de rencontres et d'exploits !

 

Ce film raconte l'histoire de cette aventure hors du commun qui met en avant ces personnes atypiques que sont les transplantés d'organes vitaux. Sortant de l’ombre des chambres d'hôpitaux, confinés dans des vies qui n'en n'étaient plus, ils vont redécouvrir les spots des stades, la lutte pour les podiums et, qui sait, la récompense des médailles.

 

Rage de vivre, rage de vaincre, il y a des parallèles. Ils savent eux, que derrière le mot "vie" il y a  le mot "victoire" !

 

Êtres hybrides, êtres "mutants", les greffés d'organes sont tous des compétiteurs, des Champions du Monde de la Vie, de la Fraternité, de l'Espoir.

Ils vivent avec l'organe d'un autre (une histoire inimaginable !). D'un autre vivant, qui leur a donné une partie de lui-même, d'un autre décédé aussi.

 

Le spectateur sera plongé dans l’intensité des enjeux vitaux exprimés, des drames vécus, des attentes, des combats, des défaites, des succès, des renaissances. Chaque témoin-athlète luttera  avec à lui-même avant de se mesurer aux autres.

 

Les Mondiaux nous emmèneront ainsi dans un tourbillon de vie, une ambiance de feu. Ils nous feront découvrir l’aspect international de cette dimension, les liens forts d'amitié qui se tissent entre les sportifs greffés au-delà des frontières et des continents.  Ce film est un immense hymne à la vie, une formidable leçon de courage ! Il touche à l'universalité, à la paix, à la solidarité des hommes entre eux.

 

Bienvenue donc dans la formidable aventure humaine des greffés de la vie !

Bienvenue dans l'énergie survitaminée des Mondiaux des Transplantés !

 

 

Historique et synthèse du projet

 

Nous avons lancé le projet en janvier 2013 avec le début de l'écriture du film.

En 2014, nous avons obtenu l'accord des témoins et nous avons pu établir le budget prévisionnel.

En janvier 2015, nous avons débuté les recherches de partenaires financiers, les repérages en métropole et en Polynésie et tourné des essais pour les Mondiaux.

 

 

Lieux de tournage

 

Le tournage se déroulera en métropole (Calvados, Gironde, Haute Garonne, Ariège, Gard, Paris), dans les DOM-TOM (Tahiti et Guadeloupe) et en Espagne, lieu des futurs Mondiaux.

 

 

Le Réalisateur

 

1d4252_6419b2ab82514865b3f4b0444fe72c18-1464271736

 

Depuis 1981, Jean-Jacques Lion a été monteur, cadreur, assistant-réalisateur puis réalisateur. On lui doit de multiples clips musicaux (“Hip hop Sénagal”, “La lolita”, etc.), vidéo dance (“Saisons” , prix Jean D'Arcy en 1986), documentaires (“Aminata rencontre Aminata”, “M'Bongui Bantu”, “Crème Fraîche - Harissa”, “Alzheimer, vous avez dit alzheimer ?”, etc.) et fictions (“Le retour de Ferdinand”). Ces films ont été diffusés sur FR3, M6, TF1, Canal +, TV5, RTBF, RTS, etc.

Il est aussi formateur en lycée et auprès de jeunes en difficulté, y compris en Palestine.

 

 

Le producteur

 

Logo_f.a.g_prod-1464273616

 

André Guéret a créé F.A.G PROD en 1978 et a produit plus de 500 documentaires pour France 3, France 5, Arte, AB Sat, KTO, LCP, Ciné Cinéma, etc.

Il a aussi coproduit le film "Saint Cyr" de Patricia Mazuy (Prix Jean Vigo en 2000 et récompensé par un César en 2001), “Iceberg” (Bruno Romy, Patrick Abel et Fiona Gordon), “Un Américain en Normandie” (Samuel Fuller), “Le cinéma Russe d'aujourd'hui” (avec La Mosfilm), “Jessie” (de Henri Garcin avec Michel Galabru et Darry Cowl) et bien d'autres.

À quoi servira la collecte ?

Nous faisons donc appel à votre sensibilité,  votre solidarité, votre générosité pour soutenir ce beau projet porteur d'espoir !

 

Ce film est prévu pour une durée de 104 mn (52 + 52 mn). Son coût est estimé à 205 000 €.

 

Les apports acquis (pour tous les préparatifs) sont les suivants :

 

⦁ Procirep / Angoa : 3 500 € (aide au développement)

⦁ Réserve parlementaire : 5 000 €

⦁ Département du Calvados : 4 000 €

⦁ Apport personnel de l'auteur-coréalisateur : 12 000 €

 

TOTAL DEJA ACQUIS : 24 500 €

 

Nous voulons entreprendre maintenant la production et la réalisation du film.

 

Nous faisons appel à vous afin de montrer l'intérêt que le public, c'est-à-dire vous, porte au projet. Subventions et soutiens de collectivités pourront alors être débloquées beaucoup plus facilement, sachant aussi qu'un financement acquis en entraîne d'autres...

 

En l'état actuel, avec les premiers 15 000 €, nous assurerons les tournages les plus urgents de France avec une équipe réduite.

 

A 45 000 €, nous pourrons financer les tournages aux Antilles et à Tahiti.

 

Ces tournages sont particulièrement importants car le don d'organes s'y heurte à de grandes réticences culturelles. Ainsi, la Guadeloupe est l'un département français le plus opposé au don d'organes avec 60 % de refus.

 

La Polynésie Française ne possédait ni hôpital de prélèvement ni de structure de transplantation, au début 2015. Seuls dix malades étaient retenus par la CPS pour se rendre en métropole afin d'être greffés. Les autres se voyaient obligés de tenter des greffes hasardeuses et onéreuses dans des pays proches et peu sûrs. Les choses ont évolué depuis, également grâce à notre participation.

L'hôpital de Taaone existe désormais et pratique la transplantation d'organes.

La Polynésie reste toutefois encore très opposée culturellement au don post-mortem et seul le don du vivant commence à se développer.

 

A 125 000 €, nous assurerons le tournage des prochains Mondiaux des Transplantés à Malaga (Espagne), cette fois avec plusieurs équipes, compte tenu de la multiplicité des événements à filmer et des différents angles de prises de vues nécessaires.

 

A 180 000 € nous achèverons la production avec toutes les dernières étapes de la réalisation : montage, étalonnage, composition et enregistrement d'une musique originale, promotion du film, etc.  

 

Pour parvenir au budget intégral souhaité, nous ferons appel aux sources professionnelles de financement classique (diffuseur télé, Centre National du Cinéma, Collectivités territoriales...) ainsi qu'aux sources privées comme les Fondations.

 

Mais, encore une fois, nous vous sollicitons pour prouver à ces différents organismes que notre projet intéresse un large public. Vos dons en seront une preuve indéniable !

 

MERCI à vous !

Thumb_ca05_2686481_1-1464274734
Dominique Barraux

Dominique Barraux, auteur du film « Les Greffés de l'espoir », vit avec un seul rein donné par un donneur décédé, il est militant associatif dans deux associations nationales en faveur de l'information sur le don d'organes. A ce titre, il intervient dans les lycées, les centres de formation pour adultes et lors de manifestations publiques sportives,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Un projet comme celui-ci mérite d'aller au bout !!!! La solidarité nous rapproche et nous avons besoin de fraternité
Thumb_default
Je suis à 100% derrière ce projet porteur d'espoir! J'espère qu'on aura la chance de pouvoir le voir! Il faut se bouger pour cette cause!
Thumb_default
Donner la vie ! quoi de plus beau ! Alors pourquoi ne pas aider à la diffusion de ce film utile qui nous concerne tous? Financer ce projet permettra de convaincre tous ceux qui s'interrogent encore sur le don d'organes et offrira ainsi une nouvelle existence à tous les malades en attente