Un parcours initiatique au cœur du marais pour appréhender la réalité de la saliculture traditionnelle.

Large_img_2585_web

Présentation détaillée du projet

 

 

" Aux porte des Sables d'Olonne, L'Île d'Olonne, petite bourgade de 2800 habitants lovée dans un écrin de verdure au cœur du marais…

Le marais, une richesse inestimable dont Dame Nature a fait offrande aux Ilais, un site exceptionnel ou biotope et activité anthropique s'harmonisent, aux sons des lousses et des simouches mêlés aux cris des mouettes et des avocettes, sous l'œil perçant du héron qui jauge la scène à bonne distance.

Le marais, lieu de vie des sauniers, saison après saison.

Le marais, théâtre du labeur des jardiniers de l'or blanc…"

(extrait)

 

 

Pano2_web

 

 

Résidant depuis quelques années en bordure du marais, mon mari (passionné de photographie) et moi-même avons forger des liens privilégiés avec les sauniers de l'Île d'Olonne, faisant germer progressivement l'idée d'un projet photographique sur leur activité.

 

Un projet qui s'inscrit dans la mémoire collective régionale selon trois grands axes :

 

dévoiler le travail salicole traditionnel à travers les images et récits en s'appuyant sur les portraits des sauniers dans les trois exploitations en activité aujourd'hui ;

• mettre l'accent sur la nécessité de transmettre le savoir-faire des sauniers, le faire revivre en le pérennisant, dans le respect du marais et de ses paysages naturels ;

valoriser cette culture locale en programmant des actions qui favorisent les rencontres et créent de nouvelles passerelles entre le public et les sauniers.

 

Portraits_9

 

Pour répondre à ces objectifs, armés de notre matériel, nous avons suivis les sauniers dans leur quotidien pendant plus d'une année :

 

• dans le marais de Riviola, où André, patriarche des sauniers ilais, raconte ses débuts : à l’âge de 11 ans, son père le fait se déchausser et prendre la simouche... André se souvient de la « belle époque » alors que  que fourmillaient les sauniers dans plus de soixante d’exploitations... Il a récemment accueilli ses jeunes compagnons après bien des années de solitude pendant lesquelles il n'a eu cesse de penser que les salines pouvaient disparaître à jamais... A 89 ans, André est la mémoire vivante des marais salants de l’Ile d’Olonne…

 

dans le marais des Avocettes, où Yohan, jeune passionné qui respire la joie de vivre, reproduit consciencieusement les gestes séculaires dans la tradition la plus pure et pérennise ainsi ce savoir-faire, patrimoine emblématique du Pays des Olonnes…

 

à la Salorge de la Vertonne (marais aux Fêves), où Benoît et Mathieu s’activent sans relâche à la réhabilitation d’un lieu abandonné pendant plus de 40 ans. Animés par une volonté sans faille, leur entrain et leurs efforts donnent un nouvel élan à l’avenir des salines ilaises.

 

12

 

Photographies, vidéos, interviews, témoignages et recherche documentaire nous ont permis de constituer une base de données conséquente, nous autorisant maintenant à passer à la phase "concrétisation" du projet : la réalisation d'un livre et d'une exposition photographique accompagnée de son catalogue.

 

 

LE LIVRE

 

Différents formats sont à l'étude pour la réalisation :

• d'un livre photo au format paysage 21x28 cm ou A4 paysage de 100 pages.

• d'un catalogue photo expo dont nous n'avons pas encore déterminé les spécificités (nous ne manquerons pas de vous tenir informés dans nos news).

Nous allons réaliser des prototypes afin de choisir les formats ad hoc.

 

L'EXPOSITION

 

Conçue pour être déployée en extérieur, elle sera imprimée sur 30 bâches 120x120 cm. Elle jalonnera les chemins de randonnée et pistes cyclables convergeant vers les marais salants.

 

LES JARDINIERS DE L'OR BLANC

 

14

 

15

 

16

 

17

 

18

 

22

 

23

 

 

À quoi servira la collecte ?

Comme pour bon nombre de projets, le financement reste généralement la question la plus délicate à résoudre. Après avoir écumé la liste des bailleurs institutionnels potentiels (pour lesquels nous ne sommes pas assez connus pour bénéficier de leur bienveillance), nous avons décidé de nous tourner vers les KissBankers pour nous aider à mener ce projet à bien.

 

 

La phase de production (achevée)

 

Il s'agit principalement du temps passé à titre bénévole, aux prises de vues, au traitement des images et des interviews, et, à la recherche documentaire et de financements.

 

Nous avons cependant auto-financé

- les développements (pour l'argentique) : 500 €

- les cartes mémoires et le disque dur (pour le numérique) : 450 €

- les tirages offerts et DVD diaporama aux différents intervenants : 1 000 €

 

 

La phase de réalisation (en cours)

 

Nous prenons en charge

- les maquettes et prototypes : 700 €

- le catalogue expo (tiré à 1000 exemplaires) : 650 à 800 €

- les affiches de l'expo au format 50x70 cm (150 exemplaires) : 150 €

- les accessoires de montage de l'exposition : 150 €

- les tirages offerts en contrepartie et le gîte et le couvert, si de bonne aventure un KissBanker venait à opter pour le mécénat +++ !

 

La collecte financera

- les frais d'impression du livre photo (tirage de 700 exemplaires) : 4 475 €

- les frais d'impression de l'exposition (30 bâches) : 1 250 €

 

Nous sommes donc en quête de 5 725 euros pour pouvoir boucler le projet.

 

Si la somme est dépassée, les fonds seront affectés à l'impression de l'ouvrage en plus grand nombre.

 

 

Thumb_photo_du_49842496-04-___13.50
Annabsacha

Ex - Journaliste Reporter d’Images, j’ai dû rejoindre l’hexagone après une quinzaine d’années passées à arpenter les chemins des pays de l’Est, de Sarajevo à Novossibirsk en passant par les monts du Caucase, et poussant même l’aventure jusqu’aux contreforts de l’Himalaya… Imprévu, le retour en France m’a obligée à modifier mon mode de vie, et au... Voir la suite