Des textes tranchants pour une musique terrienne, faite de bois, de peaux, de souffles, de cordes et de crins. Après trois ans de travail, maquettes et concerts sans dévier de sa ligne, Cut Paper People est fin prêt à enregistrer son premier album LES MUSCLES DE L'EXIL. Nous faisons appel à vous pour qu'il voie enfin le jour !

Large_cpp_kkb

The project

 

le premier trio

 

Le projet des Muscles de l’Exil est né du désir de mêler des influences et des sonorités traditionnelles de toutes les parties du globe et de les mélanger jusqu’à ce qu’on ne puisse plus dire leur provenance, avec des textes très actuels, mais toujours sibyllins, où la réalité apparaît transfigurée dans un univers utopique.

L’idée était donc de construire une musique qui va chercher à la fois très loin dans le temps, avec un caractère presque archaïque ; et dans l’espace en ramenant à la surface tout l’imaginaire de la Terre et des grands espaces, que transportent les instruments traditionnels. 

 

  

 



Le but, s’il est atteint, est de rappeler à notre mémoire, par les mots et par les sons, les fragments d’une Histoire bien plus ancienne que l’Histoire récente ou que cette actualité, qui ne cessent de nous diviser. Il s’agit donc, par la musique, de revenir dans le temps à notre source commune pour dépasser nos clivages, et de traverser les frontières pour dresser la carte d’une Planète dont le destin est en même temps le nôtre et qui donc, qu’on le veuille ou non, nous lie ensemble dans une même communauté. 




  C’est pourquoi, même si certains morceaux peuvent sonner presque pop, rock ou folk, on trouvera aussi dans notre musique des sonorités moyenâgeuse, moyen-orientales, irlandaises, espagnoles, des accents de chants chamaniques mongols ou de Gagaku. Il s’agit moins d’une succession de morceaux liés par un genre particulier qu’un voyage musical, qui parcoure l’espace et le temps, avec des intensités très différentes et dont le fil conducteur sont les textes, qui tentent chacun de rendre compte des élans et des espoirs de notre présent mondialisé, où l’avenir de la Terre et de l’Homme se joue à chaque instant. 

 

 



 

Guillaume Allardi: textes, voix, guitare

 

 

 

Anastasia Baraviera: violoncelle, voix

 

 

 

Armelle Dousset: accordéon, bugle, voix

 

 

 

Karim Kasmi: percussions

 

 

 

Loïc Le Roux: sonorisation

 

 

Qui suis-je ?

Guillaume ALLARDI
 
 
 
Acteur de Formation, élève de l’Ecole Nationale du TNB, à Rennes. Au théâtre, il travaillera par la suite notamment avec Claude Régy, Hubert Colas, Lazare, Yves-Noël Genod, et la compagnie Pequod. Au cinéma, on peut le voir dans L’homme qui marche d’Aurélia Georges (2007) et bientôt Le fleuve Seine (2012)
 
Parallèllement à son métier d’acteur, il initie, dès 2006, des projets mêlant musique et poésie. En 2007, un premier groupe de musique électronique, Continuum, donnera naissance à deux projet musicaux : Noir(continuum) et Labyrinthe(s). Crée en 2010, Cut Paper People est né du désir de porter ses textes avec une musique résolument acoustique, aux accents traditionnels. Après trois ans de concerts et de maquettes, l’album Les muscles de l’Exil est fin prêt à être enregistré, ce qui est prévu pour le mois de Juin 2012.
 
Il est l’auteur de Je marche, aux éditions de Corlevour, (prix du marché de la poésie 2010), et d’un essai philosophique sur le corps, avec Laura Fanouillet,  Le corps ou le fruit de l’expérience (Larousse, coll. Philosopher 2010). D’autres œuvres poétiques sont également disponibles dans des revues telle que La barque ou Babel Tour.
 
Son engagement le porte également vers la pédagogie. Il travaille depuis deux ans à la réinsertion de jeunes adultes en grande banlieue parisienne avec les associations A.T.O.M. et Humeur Locale ; a réalisé un clip de sensibilisation avec des travailleurs handicapés pour l’association FREE Villejuif.

Why fund it?

Ces fonds serviront à financer la production de l'album "Les Muscles de l'Exil", des Cut Paper People, dont l’enregistrement aura lieu en juin prochain, et pendant lequel sera également tourné un film musical de certains morceaux, qui servira à la promotion du groupe   1400 euros seront dévolus aux dédommagements de 4 musiciens, 1 ingénieur du son, un caméraman, et un cuisinier, pour une période de 8 jours.   1200 euros pour la presse et l'édition des disques   600 euros pour les frais annexes comprenant matériel divers, transports et nourriture. 

Newest comments

Thumb_default
Continue à nous étonner!
Thumb_default
bravo Guillaume !
Thumb_default
Bon ben voilà, je remarque que c'est la finance parisienne qui fait basculer le projet lol Au boulot ...