« Les pigeons, ça chie partout», un court-métrage de fiction, une comédie sociale qui revendique clairement sa belgitude!

Large_affiche_ok

Présentation détaillée du projet

Un immense merci à tous ceux qui se mobilisent pour le projet et qui nous soutiennent. 

 

Les pigeons, ça chie partout, c'est le genre d'histoire qu'on peut tous vivre un jour. Une période de gloire où tout nous réussit, où tout le monde nous aime, où le soleil brille et les oiseaux chantent. Et puis, en une fraction de seconde, tout s'écroule. A partir de ce moment-là, c'est la descente aux enfers. Et une fois arrivé au plus bas, on se bat pour tenter de tout reconstruire,...  Mais c'est aussi l'histoire de la recherche de reconnaissance, de la conquête de l’amour des autres. Le tout mijotant dans un univers bien particulier, empreint de nostalgie, de souvenirs et de folklore local: les kermesses de village. 

 

Synopsis

 

Img_0144

 

Diego, de son vrai nom Didier, a tout pour être heureux : la gloire, les femmes, une mini-moto, des fours à micro-ondes et une mère qui l'aime. Ce bonheur, il le doit à son talent : le tir à la carabine à plomb. En effet, Diego est un grand champion, la terreur des kermesses. Bref, la vie sourit à Diego et Diego sourit à la vie. Mais, Diego, c'est aussi un rat à qui on aurait greffé des ailes de pigeons pour qu'il puisse prendre son envol. Mais une fois en l'air, il lâche sa fiente sur ceux qui l'ont aidé à voler. Jusqu'au jour où, à cause d'un plomb mal placé, tout va s'effondrer...

 

Objectifs du projet

 

La réalisation du court métrage, « Les pigeons, ça chie partout », entend répondre à plusieurs objectifs à la fois artistiques et culturels. Les Pigeons, ça chie partout se veut un véritable tremplin pour les jeunes acteurs ainsi que pour les plus confirmés. Il s’agit d’un projet commun qui fait intervenir des techniciens de tous horizons qui partagent un intérêt commun pour les films de fiction sur fond de comédie sociale.

La réalisation de ce court métrage demande moins de moyens qu'un long métrage et concentre l’essentiel de son message dans un format court. Il impose de rassembler toutes les qualités d'un long métrage dans une durée courte, mais offre la possibilité de développer une œuvre personnelle et de sensibiliser les plus jeunes à la culture cinématographique.

 

Intentions des auteurs

 

La perception de soi est une thématique universelle. A un moment ou à un autre, nous avons tous dû nous créer notre propre personnalité et trouver notre identité. Il est difficile de savoir qui l’on est vraiment. La recherche de son identité permet à chacun de se construire comme un être humain à part entière ; c’est d'ailleurs sur cette base, sur l'image que les autres nous renvoie de nous-même que nous construisons nos rapports aux autres.

 

Partant de cette thématique et de ce constat, nous avons développé un scénario reposant sur un personnage central : Diego. L'histoire de Diego, de son vrai nom Didier, est celle d’un champion de tir à la carabine à plomb, d’une star des kermesses de village qui ramène autant de gros lots que de conquêtes. Mais c'est surtout l'histoire d’un mec qui a construit sa vie autour d'un talent futile. Son univers, sa personnalité et ses relations se sont crées dans ce temple de la fête, du jeu et des apparences qu’est la kermesse. Là où la drague et le désir de plaire sont les attractions les plus populaires. Dans cet univers de fête foraine, où tout semble temporairement permis, Didier est devenu Diego, un personnage ingrat, prétentieux et égocentrique qui ne respecte personne. Le genre de type qu'on a tous croisé, au moins une fois, dans sa vie. Un mec qu'on adule pour son talent et qu'on déteste pour son arrogance. Mais tout cela, Diego ne s’en soucie guère. Jusqu’au jour où son petit monde va s'écrouler et que son rêve éveillé prendra fin.

Ce court métrage,  c'est aussi l'histoire d’un village, d'une ducasse, d'une microsociété où chacun cherche à se montrer sous son meilleur jour afin de trouver une certaine reconnaissance. Afin de trouver l'amour sous différentes formes ; affectif, amical, maternel ou fraternel ou encore, tout simplement, physique.

La première thématique aborde donc la  crise identitaire et l'image que l'on a de soi et la seconde découle tout naturellement de la première, à savoir : la difficulté de construire et d'entretenir des relations humaines saines et équilibrées quand on se cache derrière des apparences et que l’on s'éloigne peut-être de qui l’on est vraiment.

« Les pigeons, ça chie partout », n'est pas un film moralisateur, il est avant tout une comédie sociale, une histoire qui tangue entre fêtes et de défaites, entre bonheur et déshonneur. Bref, un morceau de vie.

 

Nicolas Gaspart

Fred De Loof

Co-auteurs

 

Mise en scène

 

A l’image d’une comédie, le film démarre sur des chapeaux de roue, mais rapidement on découvre que ce n'est pas qu’un film drôle. Il est empreint de réalisme afin de donner le crédit nécessaire pour que les situations puissent sembler incongrues, sans en devenir saugrenues et que les touches d'humour soient d'autant plus inattendues. L'ambiance du film dégage un sentiment d'empathie, d'identification, le tout baignant dans une ambiance « bon enfant ». On a même parfois aussi envie de détester, de « secouer » certains personnages. L'humour se veut subtil, davantage soutenu par le comique de situation, de la valeur et de la longueur des plans plutôt que par le jeu excessif des acteurs. Les situations étant déjà suffisamment décalées, elles seront d’autant plus drôles si elles sont jouées «sérieusement», dans la réalité des personnages. Les situations évoluent dans un univers réaliste afin qu’elles puissent également conserver toute leur crédibilité. En résumé, J’ai opté pour une sobriété du jeu et de la mise en scène afin que le film soit humoristique, sans être burlesque.

 

Images

 

Une approche cinématographique de l'image avec un cadrage à l'épaule (relativement stable bien entendu) permettra d'appuyer le réalisme du contexte et de dynamiser les situations.  Néanmoins, cette approche plus « réaliste » et à l'épaule n'exclue pas l'idée d'avoir une image très esthétique.  Au contraire, cette approche permettra d'aborder l'image de façon plus contemporaine. Tout d'abord, par le cadrage (décadré, amorces, symétries, etc.) ensuite, par le biais de l'image sera également insufflé un certain type d'humour (Cf. Wes Anderson). L’éclairage sera subtil, en suffisance, afin de dessiner l'espace et les personnages et d’avoir une image « cinématographique » sans exagération.. L’inspiration vient davantage du cinéma indépendant et des films comme de « Rouille d'os », « The place behind the pines » « La merditude des choses » ou encore « Rundksop » et des « Géants » pour certains plans dans la nature. En résumé, l’image sera d'une esthétique contemporaine et cohérente par rapport à la direction et au propos du film. 

 

Production

 

"Les pigeons, ça chie partout" est un film produit par les Films du chicon et co-produit par Hypercut Productions ASBL

Les films du chicon

 

Hypercut Prodctions

 

Equipe

 

Fred De Loof, co-scénariste, réalisateur et comédien principal

 

Fred_0178

 

Fred De Loof est un réalisateur belge au début de la trentaine. En tant que belge, il a toujours aimé la bière, les frites et le chocolat. Mais ce qu'il aime par dessus tout, c'est de donner vie aux idées. Il le fait par l'intermédiaire de la réalisation, de la production, de l'écriture ou encore du jeu. Il a d’ailleurs déjà eu le plaisir de réaliser et de produire quelques court-métrages, des spots publicitaires pour la télévision, le cinéma et le Web ainsi que quelques clips et reportages. Il a également eu l’occasion de passer de l’autre côté de la caméra pour l’une ou l’autre de ces productions.

 

Fred a un penchant pour la comédie, mais ça ne l'empêche pas d'avoir également une approche esthétique voir conceptuelle. Ce qui lui importe avant tout, c'est de trouver la mise en scène originale qui sera en parfaite adéquation avec le propos afin de  raconter l’histoire de la meilleure manière qui soit.

 

Pour le reste, il adore chanter dans les bars karaoké le samedi soir et essaie d'aller courir le dimanche matin  pour déculpabiliser.

 

Filmographie

 

Publicités :

Ligue Braille « Blind Music », Immoweb « Aïe », Ligue Braille « Biker », Child Focus « Charly », L'Avenir « Votre quotidien », Beobank « BGT », CLL « Blablabla »,  Wonderbra « Exam », « Permis » et « Job Interview », WWF « Earth Hour », Helha « Kiss » & « Dinner », Test Achats « 50 avocats », Proximag  « Letterbox »,  JDE « WC», Test Achats  « Guide Impôts », Atos « Mode D'emploi », Vers l'Avenir « Facteur »,  JDE « Doigt », Securex « Bakery », ,  Jo Kemby « PogoPogo », Valvert « Nature », Sultana « Hello Baby », Oral B « Il y a plus en vous »,  ING « MGM », , Passe-partout « Jump » & « Goal », La Poste « Quand c’est important » Igretec « Nessie » & « Ovni »,  Melisana « Defatyl vs Sedinal », Tyrosafe « Corporate », Kia « Jogging », « Golf », « Garden » et « Bus », Canon « BBQ », « Girls » & « Bar ».

Fonctions : Producteur, producteur exécutif, directeur de production, réalisateur.

 

Films :

2013 : « Aaaah » - Les Films du Chicon

Fonctions : Producteur, producteur exécutif, directeur de production, réalisateur, acteur.

2008 : « Vis-à-vis » - Les Films du Chicon

Fonctions : Producteur, producteur exécutif, directeur de production, réalisateur.

 

Music Videos :

2012 : Public Different - « Addiction »  

2012 : The Fouck Brothers - « Blackland »

2010 : Lou Deprijck - « Tout petit la planète »

 

Documentaires / reportages :

2012 : « Made in Vietnam »

2010 : « A Model - Tokyo »

 

Nicolas Gaspart, co-scénariste

 

Nico_0175

 

Nicolas Gaspart est un homme. Heureusement pour lui, parce que s’il s’appelait Nicolas et qu’il était une femme, il aurait dû partir vivre en Thaïlande pour être dans la norme. Il aime beaucoup les frites, qu’il mange volontiers avec Fred de Loof. Par contre, il déteste le riz. Heureusement pour lui, il n’a pas du partir vivre en Thaïlande pour être dans la norme. Comme vous pouvez le lire, il aime aussi se répéter. Mais ce qu’il préfère, c’est les frites, comme Fred de Loof. Pendant ses journées, il ne fait pas que manger des frites et se répéter, il est également créatif dans la publicité. Et comme les publicités aiment se répéter, se répéter, se répéter, il a trouvé le job parfait.

Un jour, Fred de Loof lui a dit qu’il avait envie de faire un film. Il lui a donc répété à longueur de journée « un jour, tu m’as dit que tu voulais faire un film ». A force de lui répéter, Fred de Loof  s’est senti obligé de lui proposer de le faire avec lui. Voilà comment avec Fred de Loof et Arnaud Crespeigne, il a écrit « Les pigeons ça chie partout ». Ils ont ensuite rendu un dossier (Merci Shannon) et ont reçu une aide de la communauté française. Mais la communauté française, ce n’est pas Albert Frère. Du coup, Nicolas a été obligé d’écrire une biographie en faisant croire qu’on l’avait écrite pour lui. Cette biographie, vous venez de la lire. 

 

Arnaud Crespeigne, co-scénariste et monteur

 

Arnaud_img_1422

 

Je m'appelle Arnaud, Arnaud Crespeigne. J'aime bien le cinéma et mes copains, alors quand mes copains m'ont proposé de faire un film , j'ai dit : Je m'appelle Arnaud, Arnaud Crespeigne et je vous dis oui ! Et c'est là que tout a commencé...

 

Shannon Rowies, productrice 

 

Shannon2

 

Shannon travaille avec Fred De Loof depuis un moment déjà que ce soit sur des publicités, des clips ou des court-métrages. Elle a également fondé, avec François Fontaine et Germain Caillet, une asbl, Hypercut Productions, qui est en co-production sur le film.

 

Olivier Boonjing, directeur de photographie

 

Ol3

 

Passionné et autodidacte, Olivier travaille depuis 2003 comme réalisateur et directeur photo freelance en publicité, clip musical, documentaire et fiction. A son actif en tant que directeur photo, on peut citer en autres: Dimanches (Prix de la découverte à la semaine de la critique, Cannes 2011) et Silence Radio(FIPA d’Or 2013) de Valery Rosier, La Faveur des Moineaux de Serge Mirzabekiantz et Abrigo (VAF Wildcards 2009) de Maximiliaam Dierickx . Il dirige actuellement la photographie de Je me tue à le dire, le premier-long métrage de Xavier Seron.

 

 

Merci Mille fois pour votre soutien. A vous maintenant de choisir vos cadeaux dans la colonne de droite!

 

À quoi servira la collecte ?

 

Notre projet a obtenu le soutien financier de la Fédération Wallonie-Bruxelles à travers la Commission de Sélection des Films. A cela s'ajoute d'autres partenariats techniques et matériels. Notre projet de court-métrage est donc déjà bien lancé et toute l’équipe est sur les starting-blocks! En effet, notre tournage est prévu pour le courant du mois d’août 2014. Nous avons évalué nos besoins au plus juste et avons déjà réuni une grande partie du budget nécessaire à la réalisation d’un tel film, mais nous avons encore besoin de 5000 euros minimum pour pouvoir le concrétiser. Nous cherchons encore du budget pour louer du matériel et couvrir quelques frais liés au tournage comme:

 

Décors et Costumes

1500

Régie-Voyage-défraiements

1000

Moyens techniques

2500

 

 

Kkbbbudget2

 

Le matériel de tournage reste la principale dépense : l'ensemble des locations du matériel son et image nous coûtera au minimum 2 500 euros.

L’argent alloué au budget « régie-voyage-défraiements » servira pour les déplacements, la nourriture, la location de véhicules pour certaines scènes, les logements et autres défraiements.

La catégorie « Décors et Costumes » comprend les dépenses liées à la location des décors et des lieux, du stylisme, des accessoires,…

 

Il va de soi que 5000 euros est notre objectif minimum. Évidemment, plus l'enveloppe sera remplie, plus nous pourrons bénéficier de matériel de tournage performant, et ainsi améliorer les conditions de tournage : éclairage, machinerie,…

 

Les moyens techniques comprennent :

RED EPIC ACTION PRO CAMERA SET

RED Epic body - Redpro LCD 5.0 - Redgrip v

2 Red SSD 128 GB, 1 SSD 256 GB - Red Station

SET OF 2 LARGE V-LOCK BATTERIES + Charger

ZEISS Standard SET 6 LENSES 16-85mm T2.1

FOLLOW FOCUS ARRI FF4

ARRI HANDHELDSET

ARRI MB-19 (4x5.6)

SET IR ND 4X56 (0.3-0.6-0.9-1.2-1.5-1.8-2.1)

SMALL HD DP7 7 inch LCD Monitor 3 BNC CABLE LONG

3 BNC CABLE SHORT

FLUID HEAD O'CONNOR 2060 1 BASE BOL 150

LONG LEGS BOL 150

SHORT LEGS BOL 150

 

 

AMIS, FAMILLES, KISS KISS BANKERS, MERCI D’AVANCE POUR VOTRE SOUTIEN !

 

Thumb_capture_d__cran_2014-07-18___12.19.16
Les films du chicon

« Les Films du Chicon » produit et soutient des films qui tentent de dépeindre le monde avec amour, humour, poésie et bien entendu avec une pointe de dérision ! N’hésitez pas à nous contacter si vous désirez en savoir plus sur nos projets… La création de notre équipe n’est pas le fruit du hasard, contrairement à celle du chicon. En effet, notre... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_capture_d__cran_2014-07-18___12.19.16
Mille mercis à tous pour votre soutien au projet! On vous tient au courant de l'avancement dans les plus brefs délais! MERCIIIII
Thumb_default
Bon, ben, on doit y être, non? Volez, volez, petits pigeons.
Thumb_default
J-9 j'aurais les boules. Kiss kiss