En participant à ce financement, vous allez aider à la création de la deuxième édition du festival « LES POÉSIQUES » votre soutient est vital.

Large_po_sique_bandeau_2016_2-1468240572-1468240686

Présentation détaillée du projet

Voilà, nous sommes de retour.

Pour la deuxième année le festival de poésie en musique : "LES POESIQUES" commence son aventure.

Il aura lieu le samedi 3 septembre 2016 à Craponne sur Arzon 43500.

L'année dernière ce fut une réussite, pour beaucoup grâce à votre soutient et cette année nous avons doublé le plateau artistique.

Les artistes qui ce sont engagés l'année dernière reviennent avec encore plus de désir, entraînant avec eux de nouveaux venus.

"LES POÉSIQUES" vont en surprendre encore plus d'un, par ce lien, entre musique et poésie, une manière de partager, de mettre en avant l'altérité, de faire de la différence la force qui nous conduit aux passions joyeuses.

 

"Une langue ne se referme jamais sur elle même que dans une fonction d'impuissance" Gilles Deleuze.

 

Alors la poésie doit nous habiter avec ses mots, avec ses sons, pour ouvrir les chemins d'une puissance de libération.

 

Nous lançons cette collecte pour pouvoir créer pour la deuxième année : "LES POESIQUES" festival de poésie en musique.

Ce deuxième opus s'organisera autour d'un spectacle récital donnée par les artistes de 18h à 23h, dans une salle de cinéma de 250 places, dans la ville de Craponne-sur-Arzon.

Cette année un premier petit village de tentes artistiques verra le jour à l'extérieur pour exposer des photographies, des livres, des disques.  

 

PRESENTATION DE LA TROUPE

Ce festival est parti de mon idée, mais il ne verra le jour que grâce à ce que je nomme : « La Troupe », c'est à dire les neuf artistes qui ont accepté avec bonheur de faire partie du projet central de cette deuxième édition.

 

André Peyrache

Est poète, sociologue, il déclame et chante ses textes sur scène, dans des lieux improbables : anciennes mines de charbon, bars, restaurants, appartements, usines, école de musique. « La Mémoire des larmes » sera son deuxième album qui verra le jour en 2016 sur les musiques de Jerry Lipkins.

 

ÉCOUTE MOI FÉLICITÉ 

PAROLES ANDRÉ PEYRACHE

MUSIQUE JERRY LIPKINS

 

 

Ded-1468414396

 

Deligny m’a dit : « Devenir mutique à la soixantaine, faire la grève de l’exprimé comme d’autres font celle de la nourriture, ne peut s’entendre que si quelque chose en est dit de cette décision de lier son sort à une cause perdue, celle du silence. »

 

À conjuguer les adjectifs et les substantifs, comme s’ils n’attendaient que cela, j’en repense l’espace grammatical, selon mon bon vouloir, à travers une visée « barjoque » d’une pensée poétisée. Alors, je clinique.

 

 

Je clinique la vie avec des mots poésie, qui jamais ne se plient

Contre ces maux de la vie, qui le plus souvent nous délient

 

Je clinique ta vie, sur une souffrance enkystée dans l’enfance

Qui revient sans cesse, au bord des nuits avec outrance

 

Je clinique, Je clinique

 

 

Pour les morts, les instants, les éphémères, mais aussi pour la vie joyeuse.

 

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

 

Des flots déversés sur les vagues d’Éole

J’écris à l’intérieur de la force des vents, tout ça pour dire que mes mots s’envolent, je n’ai plus personne à qui les porter, les déposer, j’écris sur le vent des cardinaux, plus d’entité humaine à qui adresser mes vocables.

 

J’écris dans la nuit des vents où les étoiles parfois me snobent, où le bleu de la nuit me perfuse d’images flottantes. Il m’arrive encore de croire, j’ai peine à le dire, mais c’est comme ça, je crois parfois à l’instant, j’oublie cette ontologie éphémère des moments magiques.

 

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

Et je reste éphémère idée

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

Et larme en dedans

 

Libérés les frères de Soledad…

Et puis ce fut le néant.

 

Il y a des phrases qui te poursuivent comme ça. Elles restent en toi, dans des espaces pliés et repliés. De toute façon, il y a toujours un pli dans le pli et cela jusqu’à l’infini, là ou je m’endormirai pour des rêves inédits.

 

Libérés les frères de Soledad…

Et puis ce fut le néant

 

https://youtu.be/88dqOqH3r1g

 

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

Comme un éphémère que je suis

 

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

J’étais un passeur d’idées

 

J’aimais bien cette idée d’être un passeur, le problème tautologique que cela soulève, c’est que le passeur ne fait que passer, de passeur tu deviens passant, et celui-là n’intéresse personne ou alors de manière anthropophagique, dévorer le passant qui passe et ses restes retourneront à quelques endroits de son âme corps, celle qui t’embarrasse lorsque tu es un impie et qui te projette dans tes mondes perfusés par le combat. 

 

 

 

 

Ashita Nezumi

Prendre soin du corps de l’autre, ouvrir des portes verrouillées par le poids des mondes qui nous entourent, tel est le chemin d’Ashita à travers son activité d'énergéticienne. Ici, sur scène, c’est avec sa voix qu’elle propage une  autre forme de libération, à travers les mots des poètes, la voix comme outils de transformation des plis de l’âme ; voilà une proposition des plus insurrectionnelle.

 

 

Ashita_et_dj-1468414983

 

 

 

 

Dominique Reynier

Auteur compositeur de chansons poétiques et intimistes colorées de petites touches d’impressionnisme, Dominique chante et s’accompagne à la guitare

 

Igp1441-1468416751

 

 

 

 

Didier Maurin

Chanteur, guitariste, auteur, compositeur, interprète

Il pratique depuis longtemps les scènes régionales les plus diverses. Il prend toute sa puissance émotionnelle en solo avec sa guitare.  Son répertoire est peuplé de poètes comme Brassens, Ferré, Prévert, Garcia Lorca, Goytisolo, il donne une intonation innovante aux chants tziganes, manouche ou callo, il représente avec sa voix la chaleur de ce que pourrait être un monde de partage.

 

Photo_didier-1468418521

 

 

 

Freddy Kroegher

Seul sur scène c'est un guerrier qui est devant vous...Et un cabotin aussi avec des compositions pouvant être explosives, c'est un virtuose indéniable de la guitare, ses doigts sont poétiques comme son coeur.

http://freddykroegher.wix.com/freddy-kroegher

 

Freedy-1468415294

 

 

 

 

Jahken Rose

Artiste stéphanois, je tourne seul dans les bars et petites salles de ma région depuis quelque temps déjà. Mon style? Pop/rockchansons a texte. Entre Renaud, Louise Attaque ou Saez. On retrouve aussi mes origines tziganes sur quelques textes et musiques. Mes envies? Partager avec vous mes histoires de vie, ma musique, mes joies et tristesses. Le Coeur en bandoulière, près de ma guitare...

https://youtu.be/H3tnjQLBeK4

https://fr-fr.facebook.com/Jahken-rose-547172321997204/

 

Photo-pascale-bigay-1450251431-1-1468415934

https://youtu.be/ilTrTjmRHbE

 

 

 

Jerry Lipkins

Musicien, Pianiste, Compositeur et Interprète, Jerry Lipkins est né de mère française et de père afro-américain. Il commence à apprendre le piano à l’âge de 12 ans. En 1981, il devient le premier pianiste clavier du Charlélie Couture Band ainsi que le premier complice d’un  duo avec Tom Novembre.

il signe avec Charlélie Couture la musique de « Honky Piano » de la Bande Originale du film « Tchao Pantin » puis il accompagne Marianne James, il écrit  « Mr Guitar Man » pour Dee Dee Bridgewater, « Tropic Blues Bar » pour Patricia Kaas. Il tourne en 2016 avec la chanteuse Etasunienne Suzanna Choffel. 

 

Dj-1468416206

Le soleil ne m’apporte plus cette insouciance que j’aimais tant, je ne rêve que de mes rêves et reste dans une inespérance monstrueuse.

 

Au loin, je ne perçois que l’absurdité de ces instants passés qui voudraient revenir de toute éternité, s’agrippant à moi sans cesse, me collant à la peau pour me soumettre à des désirs que je n’ai plus, que je refuse, je voudrais de toute mes forces faire disparaître cet état qui compose aujourd’hui mon être fatigué.

 

 

Cette déchirure, cette cicatrice qui donne l’apparence de guérison parce que refermée, est bien présente, elle m’incite à ne pas oublier, je reste donc vigilant sur l’instant présent et sur mon déplacement dans le temps. Les combats m’épuisent de plus en plus, et je suis persuadé qu’ils font de moi un être tourmenté, ils en appellent au recommencement permanent, insatiablement, au retour du même, avide de mon corps, je n’existe pas, je suis perfusé par le combat qui agit comme une drogue et me conduit au néant. J’aimerais me reposer enfin, placer mes mains sur un corps pour le couvrir de caresses, être corps à caresses et ainsi retrouver une autre vie, au-delà de ces mondes barbares, au-delà des maîtres et des esclaves, enfin libre.

 

Alors que reste-il de ces temps lointains ? 

 

 

 

 

 

Richard Montaillard

Un pianiste...Mais avant tout  un homme tourné vers l'avenir. Une rencontre entre musique et littérature sans l'ombre d'un tabous. Des empreintes de vie, de l'être au travers des mots.

 

Richard-1468417241

 

 

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

Oh ! Ma sœur réinventée.

 

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

Encombré par les ombres

 

J’entends des appels que personne ne reconnait, ma voix de l’éphémère résonne encore, je suis toujours sur un fil et j’attends l’impensé, comme j’espérais en l’insurrection. Je t’attends dans l’aurore évaporée, qui me laisse ces effluves magiques, de la nuit qui s’enfuit, aux bras des ombres revenues. Demain je m’habillerai de toi, dans ces brumes de l’hiver qui reviendront bien vite, je broderai de neuf, en rouge ces quelques mots : « on s’aimera » sur le noir de cette veste, pour bien leur montrer mon appartenance. Je me glisserai dans cette temporalité nouvelle, celle de l’absence, du manque, de la solitude profonde, chagrine et je resterai debout, face à l’océan déchaîné des passions tristes.

 

 

 

 

J’écris dans le vent

J’écris sur le vent

Et je voudrais m’extraire à jamais

J’écris sur le vent

J’écris dans le vent

Et rêve encore

 

L’eau projetée se répand sur les corps qui s’inscrivent dans une danse ultime qui voudrait sceller l’avenir, corps des éphémères, circonvolutions des appendices pour acter une variation post séparation, donnant naissance à la puissance de la possession de l’Unique étant, je t’ai en moi. Des éphémères qui comme autant de plis et de rhizomes fabriquent du renouveau et reconstruisent l’instant magique avec un léger déplacement dans le temps, une variation, l’éphémère prend la suite de l’éphémère, 300 millions d’années, le carbonifère nous donne l’espérance du retour, le temps des corps-à-corps, des corps tout contre les corps, des espaces orgasmiques dans lesquels s’endorment les consciences du futur. 

 

Raphael Herrerias

« Raphaël Herrerias a jeté l’ancre au large, là où seuls les grands osent naviguer. De sa voix racée, Raphaël raconte ses chansons d’aventures. Ses El Dorados rutilants, il les révèle au détroit des poésies impressionnistes et des complaintes naïves.  Parfois brises, toujours tempêtes, les acoustiques se métamorphosent au gré du voyage : rock langoureux, mélodies Nelson, funk blanc. Accompagné de musiciens éperonnés, c'est toute une barque qui chavire de jouissance. Le vent en poupe, une muse à son cou, Raphaël Herrerias aperçoit l'horizon. Le futur lui appartient. »

https://youtu.be/TF-NChnb9jE

 

Maxresdefault-1468417354

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

POURQUOI PASSER PAR KISSKISBANK?

 

Je dirais que c'est une question de liberté, mais aussi l'idée d'entreprendre avec des gens qui se situent au-delà des clivages, qui se retrouvent dans une démarche où le moteur est le désir, pour effectuer un bout de chemin avec les artistes, amenant l'ensemble à y découvrir le plaisir qui arrive de surcroît, et ainsi participer à la création d'un évènement artistique, sans pour cela attendre une contre partie techno bureaucratique, ou politicienne.

 

POURQUOI CETTE SOMME ?

C'est le minimum vital pour la création du projet, personne ne fait de bénéfices, même pas de trésorerie pour les années à venir. Si grâce à votre participation, la somme de 1500 euros est dépassée, nous pourrons l'utiliser à développer les lignes budgétaires de créations artistiques (ex : enregistrement vidéo, ou sortie d'un livre CD spécial festival...)

 

LA COMMUNICATION 

La création d'affiches, Flyers, cartes postales, 

150 euros. 

 

LOCATION DE LA SALLE DE SPECTACLE

150 euros

 

LOCATION DU MATERIEL TECHNIQUE

400 euros

 

TECHNICIENS SON ET LUMIERE

400 euros

 

FRAIS DE DEPLACEMENTS DES ARTISTES

400 euros

 

Thumb_imgp1564nb-1468101417
dédé peyrache

Poète, auteur et metteur en scène, comédien, performeur, il est aussi Sociologue/Anthropologue. Chercheur indépendant et chercheur associé au laboratoire CNRS Max Weber à Saint-Étienne, André Peyrache est né en 1955 à Saint-Étienne dans un quartier minier nommé Montferré. En 1972, il rencontre Léo Ferré et Glenmor en Bretagne ; ils resteront en... Voir la suite