Large_adrianab

Présentation détaillée du projet

L’image et les mots, un alliage de couleurs, formes, sensibilités…Ce projet est une initiation à la beauté, une invitation au voyage, une escale dans un univers onirique, sensuel, lyrique.

 

Des séquences et des cadres photographiques qui s’imprègnent de l’émotion émanée  par les mots, un montage d’ombres et de lumières, des effets photographiques inédits et très originaux qui  accentuent   « l’au-delà » des paroles. Une interaction qui ne va pas laisser indifférents  les lecteurs amateurs  de  photo - littérature.

 

Des photogrammes d’une mémoire révolue, des mots suspendus dans des cadres évanescents, voici les mots-clés de ce livre qui pourrait s’ouvrir  devant vous si le projet voyait le jour.

 

L’auteure Adriana Baxan,  s’appuyant sur  la précieuse collaboration du photographe parisien Christian Demare  vous propose de participer à la parution de cet ouvrage illustré dont les pages gorgées de mystères vous seront dévoilées en toute  délicatesse … 

 

 

 

Adriana Baxan, photo par Christian Demare

 

 

Adriennei

 

 

Thème du poème en prose "L'odeur du silence"

Photo par Christian Demare

Texte par Adriana Baxan

 

 

Moira

 

 

 

"Ils sont là, dans la chambre nue. L’étreinte a drainé les sécrétions de leurs corps noués dans une partition grave, comme le cri brisé d'une boîte à musique. Pas de tendresse dans cette offrande, elle s'est donnée sans grâce, ses cheveux humides ont éraflé l'épiderme de cet inconnu qui l'a embrassé lentement, méticuleux avec ce corps qui ne tressaillait pas, avec ces cuisses qui ne se cambraient pas. Une armée disciplinée de caresses pour des seins de glace, pour un ventre qui pulsait au rythme des convalescents...Agenouillé devant le sexe de la femme, l’homme nu réclame des secondes où le temps s'efface, quand il peut enfin crier vengeance pour les heures mécaniques qui ont émoussé son désir et dissimulé ses peurs. Les veines alourdies de l’homme s'ébranlent dans ce corps acceptant l’invasion de douleur, de douceur. La proie s'ouvre aux coups avides du chasseur. Un soupir atone sur les joues de l’homme scelle l'enlacement de leurs deux ombres.

  Le matin est cru, l'aube irradie les peaux étourdies.   La chambre évoque un jeu de dominos où les pièces seraient jetées partout. Les visages renvoient la pâleur du soleil qui se lève. Ils se regardent à peine, il n'y a plus rien à dire, la peur est là, tapie sous le rideau, elle la guette. Elle est là, prête à saisir son soupir et attend comme chaque fois le claquement de la porte, le bruit des pas hâtés dans l’escalier. L'odeur du silence. Cette fois, l’inconnu commence à parler. Et les mots flottent dans l'air, le temps passe vite, il s'en ira, comme d'habitude, sans y revenir. Et les paroles coulent, le matin sent bon entre ces corps fatigués... Enfin, les convulsions des rideaux assombrissent les tâches livides du soleil sur leurs lèvres entre-ouvertes. Leurs lèvres qui se respirent."

 

 

 

 

 

 

Le livre de poèmes paru en 2010

 

 

Ange

 

Un fragment de la préface du livre signée par Nicole Pottier, éditeur et écrivain

 

"Un amour goûté, touché, dessiné, déclamé, un amour charnel sans compromis, un amour enivrant comme le vin, un amour dont on meurt plutôt que de ne pas en vivre. Un amour musique dont chaque note s’accorde à l’autre. Un amour cavalcade, une vie bohème, un univers de cirque que l’auteur recrée en marge de son propre univers connu en un lieu extérieur, citadin, où les repères sont exacerbés, un lieu que l’on pourrait croire banal et anodin mais qu’elle privilégie pourtant: la rue.

“dans tes photos croquis d'un cirque inconnu au bord de la ville,

les dieux ivres crient des lamentations interminables

dans la rue sereine,

on ramasse la cendre de tes chansons”

(“Chanson d'amour”)

“errante dans la rue aux pas perdus (...)

je respire ton ombre tranquillement assise sur le trottoir. ”

(“Cette rue”)

C’est dans la rue que le spectacle prend naissance, lieu privilégié des rencontres avec l’être aimé, source d’inspiration qui transforme de manière alchimique l’univers du poète en un univers bariolé, sonore, ludique, protéiforme. "

 

 

 

 

Thème du poème "Les yeux grand fermés" par Adriana Baxan

Photo par Christian Demare

 

Adrienneb

 

 

 

"(...)

agenouillé devant les masques lourds des incantations 

mon corps desserré exhale l’odeur de ton ombre

la peau des horloges humides se fend

sous la pâleur des étreintes déchirées

mes cheveux écartés lacèrent ton épiderme

le sel de l’air rauque remplit mes seins

le velum de la musique humecte les convulsions satinées

de l’obscurité aveugle

engouffrant les contusions douces des heures dans les miroirs

cette nuit prise la chair fracturée de ma mémoire ."

 

 

 

 

 

 

Thème du poème "Malade de toi" 

 

 

Malade_de_toi

 

“tu me provoques des accidents cérébraux

et creuses dans ma peau des sphères abouliques

(...)

je prends mon pouls ahuri

je suis en décomposition

violacée de toi.”

 

 

 

 

 

 

 

"Esquisses"- le blog d'Adriana Baxan

 

http://adriana-baxan.blogspot.ro/

 

 

 

 

Courte présentation de la collaboration de deux artistes

 

 

 

 

Adriana BaxanStupeflix - Video created on November 20 2013, using the Classic video theme on Stupeflix Studio.

 

 

   

 

 

À quoi servira la collecte ?

Financièrement, votre souscription doit permettre :

 

- L’impression des plusieurs maquettes (manuscrits) qui seront envoyées à des maisons d’édition spécialisées dans la publication d’ouvrages illustrés (éditeurs qui acceptent uniquement des maquettes - manuscrits sur support papier).

 

Exemples : Editions Filigranes

 

- Les frais d’envoi (tarifs appliqués pour un envoi international - de Roumanie - pays de destination- la France)

              

- L’expédition des contreparties

- L’impression des cartes de visite , des affiches A3 à l'image du livre et des marque-pages

 

 

Les contreparties que je propose:

 

- L’envoi des exemplaires dédicacés

- L’envoi des cartes de visite à l'image du livre

- L'envoi des affiches A3 à l'image du livre

- L’envoi des marque - pages avec les détails de la publication effective du livre

- Une révérence  et  mes remerciements

 

 

Thumb_moira
Moïra

Née à Onesti en Roumanie, Adriana Baxan fait ses études à la faculté de Communication et Relations publiques de l'Université de Bucarest. Elle publie ses premiers vers sur le site : francais.agonia.net.