logic présente

Let it rip

Donnez un coup de main à deux filles pour traverser la moitié du globe à la recherche de « secret spots» de vol libre et de kitesurf !

Large_laurekiss

Présentation détaillée du projet

 

«Et si on allait voler de l’autre côté du monde, le ciel serait t’il différent ?»  

 

Entre les Alpes françaises, où le parapente et le speedflying sont nés, et les Alpes japonaises, haut lieu du  vol libre, s’étend la moitié du monde.  Sur la route, un grand nombre de «spots» - ou lieux de pratique - de parapente, de kitesurf, de sports de  montagne n’ont jamais été volés ou navigués; ces sports aériens qui sont, à l’origine, des sports offrant  une liberté nouvelle aux individus sont souvent pratiqués dans des lieux surpeuplés et entièrement  modernisés : stations de sports d’hiver, stations balnéaires...

 

Tus

La pilote de notre groupe, aux prises avec sa mini voile et un ciel qui a décidé de la garder en l'air plus longtemps que prévu... qu'est ce que ça sera quand on sera à l'autre bout du monde !

 

A deux filles, l’une pilote, l’autre artiste, nous avons décidé de prendre la route pour explorer les horizons  possibles, sportifs et humains, à travers l’Europe et l’Asie.

Entre montagnes - les 7010 mètres du Khan Tengri -, mers intérieures, détroits et lacs géants - de la mer  d’Aral au détroit de Tartarie -, ce projet propose de découvrir sous un angle différent une autre façon de  voler et de «rider», en mélangeant des disciplines en essor dans le milieu des sports aériens : marche et  vol, mini-voile, kitesurf longue distance...  

 

Xantia

 

Notre carrosse - quand on vous dit "petit budget"... - nous a coûté 600 euros !

 

Dans la mesure où l’itinéraire dépendra bien évidemment des conditions météo, celles-ci ayant un fort  impact sur les activités pratiquées, et des hasards du trajet - il arrive qu’on découvre des «spots» là où l’on  s’y attend le moins, cet itinéraire est seulement indicatif, et les distances sont données de façon approximative en incluant les étapes que nous espérons réaliser. 

Des précisions sur le trajet exact envisagé sont disponibles plus bas. Le départ s’effectuerait fin Mai, et le retour mi-Août 2014. Aux huit premiers jours correspond globalement la route suivante : - Paris-Zurich : 650 km - Zurich-Munich en passant par le Lichtenstein : 500 km - Munich-Vienne : 450 km - Vienne-Bratislava-Budapest : 550 km - Budapest-Cluj-Napoca (Roumanie) : 500 km - Cluj-Napoca - Chișinău, Moldavie : 700 km - Chisinau - Odessa, Ukraine : 250 km  Les vingt jours suivants :  Contournement de la mer Noire et de la mer d’Azov en longeant les côtes ukrainiennes et en passant par  Zaporizhya, jusqu’à Rostov-na-Donu (Russie) : 1000 km Rostov na Donu – Atyrau (Kazakhstan), en passant par Volgograd : 1200 km Atyrau – Oulan-bator (Mongolie) en passant par Almaty, le lac Balqash et Karagandy : 6000 km Les derniers vingt jours :  Oulan-bator-Khabarovsk (Russie) : 3000 km Khabarovsk-Vanino : 800 km Japon : 2600 km

Carte

 

Notre trajet - modifiable bien évidemment, selon ambiance internationale !

 

Nous prévoyons une quinzaine de jours «libres» qui seront employés pour les retards divers et les zones  les plus intéressantes de l’itinéraire.

 

À quoi servira la collecte ?

Nous voulons réaliser un film à la sortie de ce périple. 

Un film documentaire qui se présentera sous la forme de "carnet de voyage".

En effet, si notre voyage part d'une aventure sportive, il sera aussi une aventure humaine.

Nous partons avec très peu de moyens et nous voulons montrer que chaque rêve est à portée de main.

Un rêve c'est une envie, une envie qui vous rend si forte qu'elle vous permet de braver toutes les difficultés.

 

Nous partons au volant d'une vieille Xantia, avec du matériel sportif acquis en remportant des bourses telles que la très renommée: "Millet Expedition Project" (http://www.millet.fr/fr/blog/article/les-laureats-2014-des-millet-expedition-project-sont-connus) et un peu de matériel audiovisuel que l'on nous a gracieusement prêté. 

 

Pour ce qui est du budget intégral du projet, il comprend à l'origine :

- Le transport lui-même, couvert par apport personnel, à peu près 2000 euros

- Le matériel vidéo et sportif, obtenu par prêt et sponsoring (une caméra de poing, une goPro, un reflex numérique)

- La nourriture, obtenue partiellement par sponsoring (lyophilisé), et 500 euros pour nous deux

 

Cependant, nous n'avons pas de matériel de son digne de ce nom. Il nous faut aussi acheter les accessoires (casque, bonnette,...), micro et cartes mémoire qui vont avec...

 

Nous comptons acheter le "Zoom H-4N", un enregistreur numérique suffisamment performant pour produire un bon son pour notre film, un casque, un micro.

 

L'enregistreur est d'une valeur de 250 euros, un casque coûte dans les 100 euros et un micro 100 euros de plus.

 

Nous vous serions extrêmement reconnaissantes de nous aider dans cette grande aventure.

 

Pour plus de détails:

http://diplomes.upmf-grenoble.fr/gre/pdf/kitesurf.pdf

 

Laure

 

 

Thumb_lauret
logic

Laure Gicquel, 25 ans Doctorante en sciences politiques, diplômée de Sciences Po Grenoble. Langues : Anglais bilingue, Allemand, Japonais, Italien, Chinois et Russe (apprenant) Pilote d’essai pendant 3 ans pour une marque de mini-parapentes (ASKA-sports), compétitrice speedriding (plusieurs fois 1ère ou 2ème sur des manches de championnat de France)... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
c'est pas trop pour le cours de speedfly, mais donner que 5 €, autant vous inviter a boire un coup je suis persuadé que ça va etre génial, je serais bien venu avec vous si je n'etais pas coincé entre femme, enfants et grand parents. profitez bien pour ce qui sont coincés, et repense y en cas de nouvelle baisse de forme laure :-) bisous jason