Un documentaire sur les relations amoureuses au Liban, qui interroge l'image de la femme libanaise et ses stratégies de séduction.

Large_phototest3

Présentation détaillée du projet

Le Liban, sur ses 10452 km2, recense pas moins de 18 confessions. Avec 4 femmes pour 1 homme, la quête de l'amour peut s'avérer une véritable épopée pour celle en recherche d'un compagnon.

 

L'amour se jouant déjà sur un terrain extrêmement concurrentiel, entre les codes imposés par la société et les conflits politiques du pays, jusqu'à quel degré peut-on dire que ces femmes suivent les élans propres au coeur. Comment aimer au XXIe siècle quand on est une femme libanaise ? Comment s'affranchir du poids des traditions quand l'être et le paraître deviennent des enjeux lors de la rencontre avec l'autre ? L'ouverture vers le monde numérique, la multiplication des icônes sur le papier glacé des magazines et l'exemple des médias influencent la construction de l'identité de ces femmes et leurs rencontres avec l'autre. Peuvent-elles se forger un destin amoureux répondant aux critères de sa société et aussi aux repères qu'elles se sont construites ? Comment se provoque la rencontre entre deux êtres lorsque l'espace social prévu pour(bars, boites de nuits,…) n'existe pas?

 

696_10151308279852352_227294662_n

(crédit photo: Rateau &Taher / Ziad)

 

Autant d'interrogations que suscite la culture libanaise, autant de réponses que notre équipe souhaite apporter en allant à la rencontre de plusieurs femmes entre Tripoli et Beyrouth.

 

Par ce documentaire, nous souhaitons vous montrer des portraits de la femme libanaise et aussi vous faire partager leur quotidien fait de défis et de conquêtes, de désir et de désespoir. Comme Lina, cette jeune femme chrétienne qui ne rencontre son petit ami musulman que quelques minutes par jour à son lieu de travail.

 

Construction de l'identité sexuée depuis la petite enfance, rencontre de l'autre, stratégies de séduction, un documentaire de 52 minutes pour traiter des différentes facettes de la relation sentimentale libanaise, proposé par une équipe motivée composée de deux journalistes et deux réalisateurs pour aller au fond du sujet.

 

Nous partagerons avec vous les grands moments de notre enquête et de la réalisation de notre documentaire via un blog et une page facebook spécialement mis en place et qui seront régulièrement actualisés par l'équipe.

 

Le tournage est prévu pour septembre-octobre

 

D'ici là, vous pouvez nous suivre sur la page facebook du projet.

 

Nous participons à l'opération Première Caméra.

 

Qui sommes-nous?

 

 

 

Elodie Armand, journaliste

 

Diplômée en journalisme, Elodie Armand a bourlingué en France tout au long de ses études et de ses expériences professionnelles, mais également à l'étranger, notamment en Inde et au Danemark. Elle a effectué des stages dans plusieurs quotidiens régionaux, y compris en télévision, ainsi que pour le journal Le Monde pour lequel elle a pigé de Belgique. L'année passée, elle a également participé à la réalisation d'un site multimédia dans les Balkans sur les minorités (Facethebalkans.com).

Twitter Site pro

 

 

 

Grégory Rateau, réalisateur

 

Réalisateur, scénariste et enseignant en cinéma au lycée St. Sulpice (Paris 6ème) ainsi que dans une école préparatoire La FLEC (Montreuil), Grégory Rateau a obtenu un Master 2 Pro en cinéma à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne, Major de promotion. Il est également animateur et organisateur des «Soirées Ciné» depuis plus de deux ans à la Filmothèque du quartier latin, au St germain des près et à la Pagode où il organise des rencontres et des débats avec de grands cinéastes français. Il a aussi écrit et réalisé quatre court-métrages de fiction dont le dernier au Liban, « Ziad », financé par le GREC et tourné à Tripoli, co-réalisé avec une réalisatrice libanaise, Sarah Taher. Grégory a fait un film documentaire produit par le Louvre et les Films d’ici pour la Nébuleuse du Louvre et prépare actuellement un long-métrage de fiction au Liban.

 

 

 

Sarah Taher, réalisatrice

 

Après avoir quitté le Liban en 2006 suite à la guerre, Sarah Taher est venue à Paris où elle a obtenu un Master 2 Pro en cinéma à l’université Paris 1 Panthéon Sorbonne et un Master recherche en cinéma anthropologique et documentaire à l’université Paris 10. Elle retourne au Liban en 2012 pour tourner son premier court-métrage « Ziad » produit par le G.R.E.C, co-écrit et co-réalisé avec Grégory Rateau. Elle est actuellement en préparation d’un long-métrage au Liban sur l’enfance, qu’elle va co-réaliser également avec Grégory Rateau.

 

 

 

Marie-Pierre Villaverde, journaliste

 

Récemment diplômée de l’école de Journalisme de Toulouse, Marie-Pierre fait un passage comme rédactrice à France 3, avant de travailler avec plusieurs sociétés de production dans la préparation et la réalisation de reportages longs formats pour de grandes chaines. Elle a ainsi collaboré à Canal + Investigation, Zone Interdite, Envoyé Spécial ou encore Enquête exclusive.

 

CONTACT: libandocu@yahoo.fr

À quoi servira la collecte ?

La collecte couvrira les frais les plus importants pour réaliser le tournage, qui se déroulera sur une période d'un mois.

 

Matériel audiovisuel (location d'un mois): 5000

 

Billets d'avion (4* A/R) : 1200

 

Frais sur place (fixeur, hebergement, voiture, essence, assurance, frais KKBB, contreparties....):2800

 

Total: 9000€

 

Dépasser ce budget c'est nous permettre de financer la location d'un meilleur matériel, tant au niveau du son que de l'image, pour un rendu de meilleure qualité.

 

Nous comptons sur vous!

Thumb_696_10151308279852352_227294662_n
Libandocu

Une équipe de 4 journalistes et réalisateurs qui préparent un documentaire au Liban, sur le thème de l'amour.

Derniers commentaires

Thumb_default
Yalla & shuftkon be Loubnan !