Création d’étals de marché ambulants pour un groupe de femmes & d’artisans du quartier populaire de Ouakam/Sénégal

Large_accroche-visuelle-lad-kkbb

The project

 

DES ÉTALS AMBULANTS ET SOLIDAIRES

 

E_tals-dakar

 

Notre projet consiste à construire un dispositif d’étals ambulants, pour et avec un groupe de femmes exerçant une activité originale de couture et de stylisme dans la banlieue de Dakar ainsi qu’un groupe d’artisans exposant dans un marché artisanal bi-annuel à l’Institut Français de Dakar.

Notre enjeu à travers le projet Libre Ambulantage à Dakar est de permettre à ces utilisateurs de disposer d’un outil personnalisé, transformable, adaptable et évolutif : un étal itinérant, qui leur apporte mobilité et autonomie dans leur activité.

C’est à la fois un chariot qui transporte des marchandises ou des matériaux, un atelier de création ambulant, un micro-espace d’exposition, d’étalage et de vente.  Il contribue à la visibilité et à l’émancipation professionnelle des femmes.

La réalisation d'une vingtaine d'étals, qui pourra se regrouper dans la rue et les marchés de Dakar et ses alentours, engendre un dispositif-ressource. Ce dispositif permet la mutualisation des services qu'il génère. Il crée un pôle identitaire, repérable et mobilisateur pour ses utilisatrices. Il vise à terme à créer un modèle féministe et solidaire.

Si les étals sont des outils de vente et de présentation dans le marché, ils s’agit de créer des zones qui imbriquent tous les éléments et situations en présence : zones de débats, d’échanges, de performances, de projections vidéographiques et d’exposition autour des  activités des usagers, des phases du projet, des problématiques engagées et des actions déployées.

 

ORIGINES DU PROJET

 

Photos-kkbb-lad_copie

 

Claire a démarré le projet d'étals ambulants à St-Louis du Sénégal, en janvier 2010 Il s'appelait initialement Diapalante, ce qui veut dire l'entre-aide en wolof. Claire a travaillé avec des femmes de l'Association Xhar-Yalla. Ces femmes préparent et vendent divers produits au marché de Diamaguène. En discutant avec elles sur leur lieu de travail, Claire a recueilli leurs envies et leurs suggestions. C'est comme ça qu'on a dessiné  les premiers prototypes d'étals.   

Au retour de St-Louis, Claire a partagé et développé cette expérience en installant une Antenne Diapalante sur le campus de HEC. C'est là que Julie l'a rejointe. Cette antenne était un campement-laboratoire activé avec les étudiants, en particulier ceux d'alter-management. Ce chantier collectif  a donné une nouvelle orientation au projet : le LIBRE AMBULANTAGE. Cette notion répond à la multiplicité des pratiques et à l'expansion actuelle du commerce informel. 

Nous avons envie d'être solidaires et actrices de cette inventivité.

 

 

SUR PLACE, CA SE PASSE COMMENT?

 

Dispositif-e_tals-silhouettes

 

Libre Ambulantage à Dakar est conçu et réalisé avec les artistes et artisans du quartier de Ouakam.

Lors d’ateliers collectifs, désirs et savoir-faire sont mis en commun pour construire des chariots-étals mobiles, adaptables et dépliables.

Sons, récits et vidéos sont produits et enregistrés. Ce commun est vivant. Il n’appelle pas un public pour être vu. Il est activé et transformé au fur et à mesure qu’il se partage avec tous ceux que l’expérience intéresse. Ce commun, WOS le documente et le partage sur son blog.

 

Les étals configurent le marché artisanal dans le quartier de Ouakam et dans les jardins de l’Institut Français de Dakar. Chacun installe l’étal qu’il a élaboré, équipé et customisé selon ses besoins et ses goûts. Ou chacun utilise à tour de rôle les étals selon leurs caractéristiques.

Libre Ambulantage à Dakar s’appuie sur l’organisation solidaire existante pour constituer le pôle de ressource où services et  connaissances peuvent être mutualisés.

Autour de deux étals contigus dans le marché, on organise collectivement des débats sur l’économie sociale et solidaire ou le commerce informel.

En les tractant ou en les poussant, à pied, à vélo, ou à scooter, on les emmène dans les rues et les marchés de Dakar. Des microlaboratoires d’écriture et de parole s’installent ponctuellement ici ou là. On improvise avec les passants des zones de street Food et de gratuité, des ateliers urbains de recyclage, de couture, de jardinage.

Sédentaire ou itinérant, le dispositif d’étals de Libre Ambulantage s’augmente de performances, d’affichages, de publications, de partages en réseaux…

Par exemple, il s’infiltre dans le Festival Festa 2 H à la Biscuiterie de la Médina. Ce sont alors des petites scènes mobiles, des plate-formes d’où les uns et les autres diffusent du son et des projections en contrepoint ou en écho aux autres événements.

 

 

UN CHANTIER COLLECTIF ET ÉCO-CITOYEN

 

De_ploiement-e_tal

 

Conçue sur le modèle d’un jeu de Meccano à échelle humaine, la construction des étals est économique, ludique et collective. Elle suscite échanges, créativité, adaptabilité et mobilise des savoir-faire locaux.

Des ateliers collectifs sont consacrés à la réalisation de maquettes construites avec des pièces récupérées dans plusieurs anciens jeux Meccano. Les futurs utilisateurs cherchent librement la configuration adéquate ajustée à leurs besoins concrets. Ces ateliers permettent de définir les modalités de construction des étals à échelle 1. Ils suscitent des appropriations autant individuelles que collectives. Ils seront menés avec la collaboration d’étudiants de la Division Environnement/Design-Objet de l’École d’Art de Dakar.

 

Planches-meccano

 

Ces ateliers comprennent ensuite des collectes de matériaux, d’objets usuels, de contenants etc. destinés à être recyclés, transformés et customisés lors de la réalisation des chariots-étals.

Libre Ambulantage à Dakar  engage des partenariats avec des artisans et des fournisseurs locaux et susceptibles d’être impliqués.

Toutes ces actions collectives favorisent les échanges de compétences et l’ingéniosité des participants.

 

 

UNE EXPOSITION MULTIFORME

 

Expo-multiforme

 

Le processus de travail collectif est enregistré au fur et à mesure : les séquences audiovisuelles des rencontres, des expériences, des récits et des ateliers sont mis en ligne sur notre blog qui permet de retranscrire l’avancée du projet et vous offre la possibilité de suivre l’aventure en direct. Il contient toutes les données de Libre Ambulantage à Dakar. Il est l’outil de développement et de prolongement du projet hors les murs, notamment à Paris, dans le cadre du Tandem Dakar/Paris organisé par l’Institut Français. Il constitue également un archivage du projet réutilisable dans d’autres contextes et au profit d’autres communautés.

Par ailleurs, Libre Ambulantage à Dakar est envisagé sous la forme d’une publication grâce à une Mook (ouvrage hybride de magazine et de journal de bord).

 

 

 

QUI SOMMES-NOUS?

 

Nous, Claire Dehove et Julie Boillot-Savarin, sommes deux artistes et scénographes. Nous sommes toutes deux membres de WOS/Agence des hypothèses que Claire a crée en 2002.

Wos/agence des  hypothèses est un collectif pluridisciplinaire qui agit dans des lieux et des situations publics et socialisés.

Comme son nom l'indique, Wos aime travailler à partir d'hypothèses pour que rien ne soit jamais figé ou définitif. Pour que tout soit discutable, réfutable et mouvant en permanence.

Nous privilégions une politique des usages à un mode expositionnel. Notre démarche conduit à des dispositifs matérialisés - architectures utopiques, campements, zones de gratuité instituées ou sauvages - OU NON.  Elle conduit aussi à des cartographies-cartoons par exemple. 

WOS considère les hypothèses, conférences et débats, publications, productions documentaires et audiovisuelles, sites internet, réseaux sociaux, comme les outils performatifs de sa pratique de l'art, politique, expérimentale et citoyenne.

 

 

Blog: wos-agencedeshypotheses.com

 

 

Avatars-kkbb

 

 

Claire Dehove crée WOS/Agence des hypothèses en 2002. voir le WOS Manifeste :

Avant WOS, Claire Dehove crée des films et de vidéos, des installations lumineuses et sonores et des performances, diffusés dans des institutions d’art contemporain et des espaces alternatifs. En 2000, Claire Dehove co-organise LMX étapes, un dispositif mobile, évolutif et collaboratif, à Marseille, Paris, Nantes et Le Mans. Elle collabore avec des architectes pour dessiner des quais, des digues, des salons flottants, des micro-jardins.  Elle diffuse des affiches-messages sur 500 panneaux publicitaires et réalise des commandes publiques participatives. 

Elle a publié plusieurs textes sur ces expériences et considère son activité d'écriture et de prise de parole comme partie intégrante de son activité artistique.

 

 

Julie Boillot-Savarin est scénographe, diplômée de l'ENSBA et de l'ENSATT, Lyon. Elle crée des scénographies pour le théâtre et conçoit avec des architectes des projets pour des espaces urbains et paysagers.  Récemment elle réalise un carrousel ambulant dans la cité de La Grande Borne à Grigny.

Avec WOS, elle construit  le Campement Diapalante dans le campus de HEC/Paris en 2011 et collabore depuis à tous les projets de WOS, notamment PALP, kit de communication tactile à distance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Why fund it?

    Grâce à des amis enthousiasmés par le projet, et notamment à l’association Ethic Fair, nous disposons déjà d’une petite boîte de dons, grâce à laquelle les femmes et les artisans pourront acheter le matériel nécessaire à leur activité et au bon usage des étals.

 

Nous sommes également soutenues par l’Institut Français de Dakar qui prendra en charge notre voyage et hébergement sur place et financera partiellement la mise en place du projet (mise à disposition d’un atelier, frais administratifs, frais de promotion et de communication, etc.)

 

 

    ICI, nous faisons appel aux personnes intéressées par Libre Ambulantage à Dakar pour financer  les frais techniques engagés sur place ; à savoir, les matières premières et les outils nécessaires à la construction des étals et la rémunération des artisans ou autres personnes qui s’y attèleront.

L'idéal serait que chaque femme et participant du marché artisanal dispose de son propre étal. Comme ils sont une trentaine, chaque apport financier contribue à augmenter le nombre d'étals fabriqués.

La collecte servira à acheter les matériaux indispensables et solides (fournitures pour les ateliers maquette/ matériaux de construction des étals/ Matériel de finitions/ Achats d’équipements en objets usuels et spécifiques).

Elle permettra de mener à bien le chantier avec des constructeurs locaux (assurer la construction et pouvoir rémunérer les personnes engagées à nos côtés dans le projet).

Elle contribuera à la mise en place et au développement d'équipements adaptés : par exemple l'énergie solaire, la réfrigération ou  des machines-outils spécifiques. L'objectif, à terme, est de créer un dispositif-ressource solidaire et durable.

 

 

Si nous dépassons notre objectif, nous pourrons réaliser la publication d’une « mook » ouvrage hybride d’un livre et d’un magazine qui permettra de partager l’expérience menée à Dakar et ainsi d’en élargir l’action à d’autres communautés si nécessaire.  

Thumb_logowosofficiel
WOS

Nous, Claire Dehove et Julie Boillot-Savarin, sommes deux artistes et scénographes. Nous sommes toutes deux membres de WOS/Agence des hypothèses que Claire a crée en 2002. Wos/agence des hypothèses est un collectif pluridisciplinaire qui agit dans des lieux et des situations publics et socialisés. Comme son nom l'indique, Wos aime travailler à... See more

Newest comments

Thumb_guirekito_avatar_216px
Félicitations les filles, c'est parti pour de bon !
Thumb_default
Bravo pour ce beau projet solidaire. Je vous souhaite toute l'inspiration pour de belles réalisations dans la joie. Nous vous soutenons par la pensée. Paul, une fois de plus, tu es extraordinaire ! Je t'embrasse. Isabelle
Thumb_default
BEAUTIFUL AFRICAN PROJECT