UN SPECTACLE QUI NOUS PLONGE DANS LE PROCESSUS CRÉATIF DE LOUISE BOURGEOIS, SES STRATÉGIES POUR SCULPTER, EXISTER, TENIR DEBOUT.

Large_dsc03199_titre2-1464940447-1464940461

Présentation détaillée du projet

UN SPECTACLE QUI NOUS PLONGE DANS LE PROCESSUS CRÉATIF DE LOUISE BOURGEOIS, SES STRATÉGIES POUR SCULPTER, EXISTER, TENIR DEBOUT.

 

 

Conception et jeu Véronique Mailliard

Mise en scène Anaïs Pélaquier

Bricoleur, éclairagiste Thibault Moutin

Collectif 21.29.7

 

 

LOUISE BOURGEOIS (1911- 2010) est une artiste majeure de la fin du 20ème et du début du 21ème siècle. Née en France, l’essentiel de sa carrière artistique s'est déroulée à New York où elle s'est installée en 1938. Sculptrice et plasticienne française naturalisée américaine, elle traverse divers mouvements artistiques comme le surréalisme, l'expressionnisme abstrait, le minimalisme et développe un langage personnel qui rejoint les pratiques les plus contemporaines et exercera une grande influence sur de nombreux artistes. Son œuvre, qui oscille entre figuration et abstraction, obéit à une logique subjective, basée sur l'émotion, la mémoire, la réactivation des souvenirs d'enfance.

 

 

Ve_tements_ne_tomberont_pas-1464602307

croquis V. Mailliard

 

 

UN MOT DE VÉRONIQUE MAILLIARD

 

J'ai rencontré l’œuvre de Louise Bourgeois en 1999, au Théâtre des 13 Vents (C.D.N de Montpellier). Alors que je répète Les Baigneuses de Daniel Lemahieu, la scénographe Gilone Brun nous montre un livre sur elle. C'est pour moi un choc de découvrir cette artiste. Choc qui n’a fait que se confirmer ensuite au contact réel de ses œuvres lors d’expositions...

En 2000, les éditions Daniel Lelong réunissent des textes issus de ses carnets, journaux et entretiens : Destruction du père Reconstruction du père. Leur lente et régulière lecture éveille en moi l’envie de convoquer, de questionner sur un plateau cette volonté de Louise Bourgeois de se livrer. Volonté d’être une femme «sans secret », capable de pousser l’introspection encore plus loin et ainsi d’affronter, pour la surmonter, son angoisse.

Je fais appel à Anaïs Pélaquier – avec qui j’ai travaillé sur des spectacles conduits par d’autres que nous – pour l'associer au projet. Une envie, avec elle, de développer un autre mode de collaboration et de rentrer dans une vraie recherche. Mettre en dialogue nos allers retours entre théâtre et art plastique, deux arts de la présence.

 

 

Croquis_re_pe_titins_sartrouville_-_0003-1464611699

croquis V. Mailliard

 

 

NOTE D'INTENTION

 

Nous sommes parties à l’exploration de cette "femme maison" (comme la nomme Jean Frémon), véritable théâtre de mémoire.

Dans ses interviews, elle parle, raconte encore et encore, chaque fois comme si c’était la première fois. Louise Bourgeois est dans l'immédiateté, en perpétuelle expression des choses qui l'habitent. Enfant éternelle, elle chantonne des ritournelles, se cache et réapparait.

Elle nous conduit par les chemins de son jardin d'enfance, les cailloux qu’elle collectionnait, les rosiers qu’elle cultivait, la cruauté du père... comme au début d’un conte qui fait peur. L’histoire d’une Louise qui casse et répare, qui sculpte et recoud, pour retrouver son « droit de naissance », et qui part à l'autre bout du monde, à New York.

 

 

20160503_110240-1464611799

photo de répétition

 

 

L'immersion dans ses écrits nous a conduites aux textes de Bachelard (La poétique de l'espace) et par ricochets à Michelet (L'oiseau), Robinet (Considérations philosophiques de la gradation des formes de l’être ou les essais de la nature qui apprend a faire l'homme) et Ponge (Le parti pris des choses).

 

Construire un spectacle sur Louise Bourgeois ce n’est pas tant incarner cette figure de l’art contemporain, que faire entendre et voir son cheminement, sa stratégie mise en « œuvre » pour exister, ce qui l’agit, la pousse à assembler, sculpter, se terrer, se tenir debout.

 

 

AU PLATEAU

 

L'espace du plateau est recouvert d'un ciel mouvant, bleu, tantôt tombé, tantôt hissé.

Des cailloux habitent le sol, sorte de météorites, de carte à déchiffrer. La trace d’un chemin...

V. actionne, peint, manipule, s'empaquète, trace des directions, mange des escargots de mer...

A. la questionne, lui fait la lecture, lui donne à manger...

Elles cherchent, observent.

 

Une stratégie pour se retrouver.

 

J’organise une sculpture comme on soigne un malade. Mieux vaut savoir ce qu’on fait. Il faut mettre en œuvre une stratégie si l’on veut obtenir les résultats souhaités. Mes sculptures sont des équations infaillibles. Les équations doivent être testées. Est­ ce que la tension baisse, est­ ce que la compulsion disparaît, est­ ce que la douleur cède ? Soit ça marche, soit ça ne marche pas .

Louise Bourgeois

 

 

CROQUIS DE REPETITION, Véronique Mailliard

 

 

Croquis_re_pe_titins_sartrouville_-_0009-1464619347

 

 

Je suis une carte, prenez votre temps... Vous êtes une carte différente.

Louise Bourgeois

 

 

Croquis_re_pe_titins_sartrouville_-_0020-1464619367

 

 

J’ai besoin de mes souvenirs. C’est ma documentation. Je veille sur eux. Ils représentent mon intimité et j’en suis forcément jalouse. (...) Allez-vous vers eux, ou bien viennent-ils à vous ? Si vous allez vers eux vous perdez votre temps. La nostalgie est improductive. Si ce sont eux qui viennent à vous, ce sont des semences de sculptures.

Louise Bourgeois

 

 

Croquis_re_pe_titins_sartrouville_-_0001-1464630237

 

 

 

L’ÉQUIPE

 

Collectif 21.29.7

Spectacle vivant, installations, vidéos

Le collectif rassemble Anaïs Pélaquier, Olivia Sabran, l'ensemble Les voix buissonnières et des artistes et musiciens invités au fil des projets.

 

 

Véronique Mailliard

 

A 18 ans, allant à la Sorbonne pour m’inscrire en archéologie, passion datant du collège, je pris un autre chemin… Le dessin et la peinture constituant une part intime de moi même, je passais d’abord par la scénographie et les Beaux-Arts de Paris (atelier de Velickovic), avant de finalement faire le choix de devenir comédienne. L’École de Chaillot ouverte par Antoine Vitez me permit d’affirmer ce choix, avec ce plaisir du jeu, de l’épique, de l’écriture ; et aussi de l’engagement des idées. Puis ma formation s’est poursuivie par toute une série de rencontres impliquant de nouveaux questionnements du plateau et du jeux. Comme avec Marc François, Georges Aperghis, Bruno Meyssat.

 

Il y a eu dans mon parcours de femme de théâtre, très vite, le désir de faire de l’assistanat, de mettre en scène, de jouer, de me regrouper en compagnie, avec cette notion de compagnonnage, essentielle pour moi dans ce métier "intermittent" : du temps de l’école de Chaillot, en montant un Marivaux et une pièce d’Octavio Paz ( mêlant la peinture et le théâtre). Et plus tard en faisant partie du collectif Atout Théâtre (sans metteur en scène) avec qui nous avons monté Eschyle, Pessoa et Beckett.

 

Comme comédienne, j’ai fait partie de l’équipe artistique du CDN de Montpellier avec J-C Fall de 1998 à 2000. Ces dernières années j'ai travaillé avec Yaël Bacry (Compagnie des Pas), Renaud-Marie Leblanc (Didascalies and co), ou comme assistante avec Bruno Meyssat (Théâtres du Shaman).

 

 

Anaïs Pélaquier

 

En parallèle à des études de philosophie et d'études théâtrales et à une formation de comédienne auprès de Patrick Haggiag, Nicolas Klotz… j'ai joué sous la direction des metteurs en scène Jacques Bioulès, Aurélien Recoing, Eleonora Marino, Yaël Bacry, Michaël Chouquet, Olivia Sabran, avec le chorégraphe Gérard Vidal, dans une performance d'Anaïs Durin et dans un film de Florence de Comarmond. J'ai, depuis, délaissé le plateau pour aller dans ses marges, ses alentours...

 

J'ai débuté dans la mise en scène comme assistante de Josanne Rousseau, Yaël Bacry, Patrick Haggiag sur des pièces d'A. Gautré, S. Kane, Marivaux, V. Grossman, D. Keene... Depuis une dizaine d'années, je travaille également à l'opéra avec les metteurs en scène Ruxandra Haggiu, Gilles et Corinne Benizio, Jorinde Keesmaat sur des œuvres de Mozart, Offenbach...

Je suis dramaturge auprès du compositeur Jean-Christophe Marti, du metteur en scène Mickaël Chouquet et sur le spectacle Le Tgricole du collectif N+1 (Compagnie Les ateliers du spectacle), au sein duquel je collabore en tant que metteur en scène au projet L'Apéro mathématique.

Au sein du collectif 21.29.7 j'ai conçu et mis en scène le spectacle Sinon je dors bien d’après des textes de Christine Angot en collaboration avec Michaël Chouquet, le spectacle Essai de rêves avec chiens, petit traité d'anthrophagie et l'opéra pour enfants Cendrillon d'Isabelle Aboulker avec l'ensemble Les Voix Buissonnières.

 

Je développe un travail personnel autour de ma propre enfance, de l'histoire familiale et des bribes de celles des autres. Un certain attachement au reste, au lieu, à l'objet ou à la phrase trouvés, abandonnés; aux reliques et à l'iconographie religieuse. La question de ce dont on hérite, de ce dont on est fait. Je traverse et mêle plusieurs supports. Vidéos, dessins, broderie sur photos anciennes, installations, boites auto-inflammables...

 

Site personnel

 

 

Thibault Moutin

 

Après une licence d’art du spectacle à l'université Lyon II, de la musique et des voyages, Thibault Moutin intègre l’école du Théâtre National de Strasbourg en 2008 en section régie et technique du spectacle. Il y rencontre plusieurs metteurs en scène : Claude Régy, Valère Novarina, Gildas Milin, Jean-Pierre Vincent.

 

A la friche La Laiterie, il suit la création de petites formes : Sur la route de Fatou Bâ, la 37° image de Pascale Spengler. Depuis sa sortie il a été assistant lumière d’Olivier Oudioux sur Ce qui évolue ce qui demeure mis en scène par Fanny Mentré au TNS et sur Paradis de Christophe Giordanno et Lucie Vallon.

 

Il crée les lumières pour la Cie l’Accord Sensible et la Cie Arthur Harel, il assure la régie lumière et son du Petit Poucet mis en scène par Laurent Gutmann ainsi que pour plusieurs autres compagnies : les Ateliers du spectacle, Duo des branches, le T.O.C.

 

 

PHOTOS DE REPETITIONS, CDN de Sartrouville, avril/mai 2016

 

Dsc03274__1_-1464611830

 

 

Dsc03078_l-1464629951

 

 

Dsc03283_c-1464630048

 

 

LE CALENDRIER DU PROJET

 

étape 1

8-17 mai 2014, répétitions et travail sur le montage du texte, Anis Gras-le lieu de l'autre, Arcueil 18 mai 2014, carte blanche à CAP* (Coopérative artistique de production), Montreuil

1-6 septembre 2014, répétitions, atelier de Joël Auxenfants, Arcueil

 

étape 2

18 avril-6 mai 2016, accueil en résidence de création au Théâtre de Sartrouville et des Yvelines, centre dramatique national

20 juin-2 juillet 2016, résidence à Ramdam, centre d'art (Compagnie Maguy Marin)

3-7 octobre 2016, répétitions, Théâtre Paul Eluard, Choisy-Le-Roi

10-16 octobre 2016, répétitions et représentations à Anis Gras-le lieu de l'autre, Arcueil

 

 

Dsc03205-1464611843

À quoi servira la collecte ?

Plusieurs lieux soutiennent notre projet en nous accueillant dans leurs murs.

Nous sortons d'une résidence de trois semaines au CDN de Sartrouville et nous nous apprêtons à repartir pour deux semaines de travail à Ramdam-centre d'art près de Lyon, accueillis par la Compagnie Maguy Marin. Nous passerons ensuite quelques jours au théâtre de Choisy avant de créer le spectacle à Anis Gras-le lieu de l'autre en octobre.

 

Vos dons seront reversés à 21.29.7, (notre association de spectacle vivant, installations, vidéos) et attribués entièrement à la réalisation de ce projet.

L'argent de cette collecte nous sera utile pour:

 

- la scénographie: achat de matériel, construction d'éléments, 2000 euros

- les costumes, 200 euros

- les transports: A/R en train et voiture vers Lyon et Paris pour l'équipe et le décor, 800 euros

- la diffusion: forfait pour une chargée de diffusion, qui se chargera de chercher de nouvelles dates pour le projet, 500 euros

- la communication: captation vidéo du spectacle en octobre à Anis Gras et réalisation d'un teaser, 300 euros

 

Le budget global du projet est estimé à 30 000 euros.

Si votre générosité dépasse notre objectif, cela nous permettra de rembourser les frais avancés par la compagnie, pour rémunérer l'équipe lors des répétitions et d'avoir plus de liberté pour la construction du décor et l'achat de fournitures pour le son et la lumière.

 

N'hésitez pas à poursuivre vos dons au delà des 3800 euros!!

 

 

 

Avec le soutien de

 

8c6af23984-1465211059

 

 

Logo-ramdam-1465228950

 

 

Logo-anis-gras-1465210842

 

 

 

 

Be_calm_1_-_0009-1464641636

croquis V. Mailliard

 

Thumb_dvd_21.29.7-1464615199
21.29.7

Collectif artistique, spectacle vivant, installations, vidéos. Au fil des projets, le collectif 21.29.7 réunit des équipes ayant à cœur de mener un travail de recherche et d'expérimentations scéniques et s’attache à la création de textes d’auteurs contemporains (romans, essais, chansons, théâtre, poésie...) Les spectacles mêlent différentes disciplines... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Anne Marie, Eric, Gérard et moi vous souhaitons d'explorer et d'être reconnus dans tous les possibles de la création artistique. Et perso, Louise Bourgeois...fascinane!
Thumb_default
GO GO GOOOOO !!!!
Thumb_default
Bon vent les filles ! Bonnes répètes! Bises Béa