MA VIE DE CHÂTEAU est un PROJET SCULPTURAL. L'idée est de représenter une baignoire taille réelle en morceaux de sucres.

Large_la_vie_de_ch_teau_

The project

 

Cette SCULPTURE est une baignoire taille réelle (160/180) en morceaux de sucres. Les morceaux de sucres seront collés les uns aux autres à partir d'une structure en bois (invisible). J'envisage cette baignoire comme une sculpture pouvant s'inscrire dans un espace d'exposition et non comme le lieu d'une performance. J'aime l'incongruité de créer un objet fragile et périssable dont le contenant pourrait détruire.

 

 

Cette oeuvre a été sélectionné (sur plans) par les Amis du Musée des Beaux-Arts de Nantes dans le cadre du prix d'art contemporain le CLOU 9. http://www.amis-musee-beauxarts-nantes.fr/. C'est dans le cadre d'une exposition collective à l'Atelier (Nantes) que les œuvres des artistes sélectionnés seront présentées. 

 

 

C'est donc pour réaliser puis présenter ma sculpture dans le cadre de cette exposition (ayant pour finalité le décernement du prix d'art contemporain) que j'ai besoin de votre aide. MERCI à tous !!!

 

 

Atelier

 

Vue extérieure du lieu d'exposition l'Atelier (1 rue de Châteaubriand, 44000 Nantes)

 

 

Le vernissage est le 29 novembre 2013 à partir de 18h, l'exposition se déroule du 30 novembre au 18 décembre. La remise du prix est le 13 décembre à 18h, la vente aux enchères le 18 décembre à 18h.

 

 

Baignoire_2

 

 

 Vues (dessus et côté) en 3 dimensions de la sculpture (par Kevin Matagne)

 

 

 

Baignoire_1

 

 

Ce projet est née du texte MA VIE DE CHÂTEAU, je l'envisage comme le point de départ de cette fiction dans laquelle s'inscrit ma sculpture. Ici, je mets met en lumière un lieu d'exposition fantasmé, voir idéal. A travers ce texte, je parle d'un objet qui est un des vecteurs de la fiction mais aussi élément du décor: UNE BAIGNOIRE EN SUCRE

 

 

 

" Je vais louer un château où le menu de la semaine sera affiché chaque lundi comme à la cantine. Une Non Galerie mais pas royale car la reine ça sera moi. On pourra y voir ma baignoire en sucre juste la nuit, mes oreillers le mercredi après-midi et mes objets au réveil. Mon château sera belge, petit et visible, à la fois minimal et bordélique. Ca sera mon palace et celui de mes invités ou de passants curieux et mal élévés. Pour mon jury j’en ferai un royaume ou une discothèque italienne. Il sera interdit de cracher par terre ou de roter, les bonnes manières seront obligatoires. On fera semblant d’être de bonne famille, on mangera du poulycroc en buvant du champagne. Les golfeurs seront admis, ceux qui veulent faire du trampoline aussi. J’inviterai ma grand–mère à prendre des bains. On se roulera dans le sucre avec nos voisins et ma baignoire ne résistera pas à la fiesta. Nos nuits seront celles de Caroline de Monaco, on collectionnera nos oreillers pour ne rien oublier.

 

 

Les gens dormiront avec moi sous ma tente en me racontant leur vie. J’inviterai des artistes et aussi mes cousins. Je leur montrerai ma collection de vierges, mes châteaux en gommettes ou encore la collection permanente de la Non Galerie Royale. Ils pourront exposer eux aussi et se déguiser. Mes invités mangeront du poisson pané même au petit déjeuner et ma mère leur racontera des histoires. Je veux installer des faux surveillants de salle qui lisent leur horoscope en cachette. On racontera des conneries sans exploser de rire. Je veux que la vie jaillisse, que les choses soient en action et que l’on réfléchisse à l’art ou au patinage artistique.On parlera d’oeuvres qui ne sont pas là, on invitera des universitaires à faire des conférences sur l’aquagym. Diana ressuscitera et Charles épousera Camilla.

 

 

Je veux ma boutique à l’année. En décembre j’installerai un sapin de Noël et en juin je solderai mes photos, ça sera carnaval chaque jour. Il me faut un mécène, un prince, ou encore mon oncle riche de Pornic. On ira à la mer faire des pâtés sinon j’inventerai Ostende à Bruxelles. J’organiserai des visites de ma Non Galerie à Paris, à New-York ou au Japon. J’écrirai des bibliographies, je contracterai une assurance vie et cet espace sera plein de vie. Pas d’esthétique relationnelle s’il vous plait. Je vais expérimenter et jouer au Monopoly avec mes amis, on ne va pas s’en tenir à l’art, ça serait triste."

 

 

 

A travers ma pratique artistique, j'aime mettre en place des ensembles regroupant plusieurs médiums au sein desquels le language est un vecteur servant de prétexte à la forme.  Soucieuse du contexte, je tente de créer un univers incongru vers lesquels convergent des figures telles que l'ironie,l'absurde, le burlesque et plus abstraitement le déplacement.  Tout en jouant sur la frontière entre fiction et réalité, mon travail suggère avec dérision et humour que l'oeuvre n'est pas seulement mise en forme mais également un tremplin vers un univers où inconguités et références à l'enfance se mêlent. 

 

Si vous souhaitez découvrir mon travail artistique (book en ligne) ou encore mon CV: 

 

fr.linkedin.com/pub/charlotte-hubert/49/327/a33/

 

 

 

 

 

 

 

 

Why fund it?

 

Cette collecte servira à acheter le MATÉRIEL NÉCESSAIRE  à la construction de la baignoire. Celle ci sera construite en plusieurs étapes: 

 

1-Construction de la structure de "soutien" en bois (MDF)

2- Assemblage et collage (colle à bois) des morceaux de sucres (partie extérieur de la baignoire), tel un jeu de Légo. 

3- Assemblage et collage (colle à bois) des morceaux de sucres (partie intérieure de la baignoire), tel un jeu de Légo.

4- Fortification de la pièce 

5- Déplacement de l’œuvre dans le lieu de l'exposition

 

Voici le détails du coût de la sculpture:

 

- BOIS (MDF), panneaux, épaisseur 35mn (2m44/1m22): 300 euros

- SUCRE, environ 20 000 morceaux de sucres, 159 boîtes: 500 euros

- COLLE À BOIS, 50 cartouches: 500 euros 

- PALETTES, (pour le déplacement de l’œuvre): 100 euros

- VERRINS, (pieds réglables): 100 euro

- OUTILLAGE, (pistolet colle à bois, vises, clous): 100 euros  

 

 

Thumb_2_009
chahub

Je m’appelle Charlotte Hubert, je suis née le 27 mars 1984 à 7h55 à la clinique Notre Dame de Grace de Nantes. Je vis à Paris et je travaille partout. Ma mère s’appelle Maryvonne Thérèse Bernadette Jeanne Richard de son nom de jeune fille mais tout le monde la prénomme Marie. Mon père s’appelle Laurent Grégoire Hubert mais personne ne le prénomme... See more

Newest comments

Thumb_2_009
MERCI MERCI MERCI !!!
Thumb_2_009
MERCI MERCI MERCI !!!
Thumb_default
Ravie d'avoir participé à ton projet, hâte de le voir (ne serait-ce qu'en photo !)