Les treize grand-mères du bout du monde est un projet de création théâtral alliant le masque, le conte et la marionnette. Mama Khan est le premier opus d'une série de treize créations ayant pour thème le féminin ancestral. Grâce à votre soutien pour créer Mama Khan, nous partirons de le mi-Aout à la mi-Septembre 2012 avec Colette Kramer, pour une résidence artistique nomade de création dans le dakota du sud (Etats-unis). Les dons peuvent être supérieurs à 6000 euros, ils permettront alors de financer la diffusion du projet...

Large_img00440-20120321-1623

Présentation détaillée du projet

         

 

Dans la réserve de Pine Ridge, nous irons à la rencontre des grand-mères Lakota afin de collecter leurs témoignages sur les transmissions matrilinéaires.  

 

Le projet de recherche, d'écriture et de création théâtrale vise à transmettre les enseignements propre aux civilisations premières.  

 

Nous avons besoin de vous pour que cette création prenne racine dans une aventure authentique et que la notion de transmission propre au projet théâtral que nous menons prenne tout son sens.  

 

L’intention qui m’amène à aller à la rencontre des grand-mères est le désir de travailler sur le lien profond entre tradition et modernité. J'aimerai  transmettre, par l'art,  l’ancrage profond nécessaire à tout être humain avec ses racines archaïques pour vivre en harmonie avec le monde moderne.

 

 

Les paroles ancestrales résonnent avec modernité et deviennent un témoignage vivant des gestes essentiels accomplis depuis la nuit des temps pour protéger la vie, nourrir les cœurs et préserver la paix entre les hommes.

 

 

 

 

 

D’août à Septembre 2012, nous allons partir avec Colette Kramer aux Etats-Unis pour faire une collecte de paroles et de témoignages auprès des grand-mères Lakota (Dakota du Sud/ Reserve de Pine Ridge) sous forme de photos, vidéos, enregistrements audio et croquis. 

 

L’authenticité de cette démarche implique,que nous allions à la rencontre des grand-mères  de chaque civilisation afin de recevoir une transmission directe.

 

Colette a pour objectif de créer la marionnette qui représentera l’enfant intérieur du peuple Lakota. 

 

La construction de la gestuelle de Mama Khan prendra racine dans un mimétisme de gestes et de paroles avec le peuple Lakota sans en être une interprétation lointaine et fantasmatique.

 

Lors de cette résidence de travail nomade, nous aurons deux axes de recherche et de création:

 

 

Le corps et la pensée de Mama Khan. 

 

       

 

Mama Khan est un personnage masqué qui transmet la mémoire archaïque d’un monde qui préserve un lien profond avec la nature. 

Elle parle pour soutenir la jeunesse et la nourrir de la sagesse des enseignements qu’elle a reçu de sa mère et de sa grand-mère.

Elle s’inspire des formes rituelles utilisées par tous les peuples premiers : la musique, la danse, le chant, et les contes.

 

La marionnette

 

225833Photo0134.jpg

 

 

Colette Kramer va concevoir et réaliser une marionnette qui sera l'enfant intérieur d'une jeunesse Lakota ayant perdu le lien avec ses origines.

 

La marionnette posera une multitude de questions.

 

Elle éclairera les peurs secrêtes de toute une jeunesse.

 

Elle revelera les incertitudes d'une humanité errantes et non plus nomade s'inquietant de sa legitimité à vivre, à exister et à se projeter dans l'avenir.

 

Marionnette et masque, l'enfant et l'ancêtre, se rencontreront par la musique, la danse, le chant et retisseront les liens d’une famille élargie à l'humanité toute entière. 

 

 

 

« Au commencement je fais un rêve…

 

Un groupe de grand-mères me prennent dans leurs bras.

Elles sont blanches, noires, rouges, jaunes…

Leurs peaux m’évoquera le drapeau Lakota. 

Elles me donnent tant d’amour que ma peau, ma chair, mes os et mon âme découvrent la joie d’être aimé simplement pour la vie que je représente. 

Elles chantent un chœur de tendres berceuses. 

Leurs chants résonnent en moi avec un écho profond, un graal, un sésame…

L’évidence que j’avais pris contact avec une forme d’être au monde qui m’était inconnue. L’enseignement des grands-mères qui transmettent à leurs petits enfants la conscience de la fragilité de l’être.

Ce rêve m’a touché car mes parents ont émigrés quittant leur Maroc natal pour me concevoir et me faire naitre  en France. 

Nés dans la grande ville, j’ai toujours senti que j’étais une paysanne. 

Que j’étais issue d’une civilisation en lien avec les montagnes, les chants, les tambours, la lune et le soleil.

Une civilisation qui vénère par des gestes, ses danses, et ses création la beauté magique du monde. 

Je n’ai pas eu que des contacts fugaces avec mes grands mères…Un manque immense…

Pas de transmission de ce passé…

Juste le rêve éternel de mes parents d’un « retour au pays ».

Un avenir qui se nourrit du passé est à l’image d’un serpent qui se mort la queue… 

A présent je suis française.

Mon identité s’est construite sur ce territoire mais il m’a fallut du temps pour comprendre que j’étais là.

Le rêve du retour m’avait fait vivre dans un espace irréel, un entre deux rives douloureux et solitaire.

Impossible de vivre quoi que ce soit, de nouer des liens ou de construire une histoire pérenne…

Nous allions partir et rentrer…

Rentrer où ?

C’est une vie étrange que j’ai vécût pendant 40 ans.

Une vie en suspens.

Une vie où j’attendais de pouvoir vivre.

Le projet des treize grand-mères était sur mon chemin depuis le début.

Mama Khan, la grand-mère Lakota, est venu toquer à la porte de mon cœur.

Enfant, je rêvais de  devenir pompier, sage-femme, chanteuse et psychanalyste... 

Je suis devenue comédienne et pédagogue... 

Ces 20 années passées m’ont permis de glaner une expérience que je mets au service de la transmission.

Transmettre la paix, l’amour, la conscience et le gout de la liberté. 

Le projet m’a pris par la main et nous marchons ensemble.

 Et je sens déjà qu’il marche devant moi et me tire par la jupé.

Je le suis sachant déjà que la route est belle. "

 

Khadija El Mahdi

      

 En Janvier 2011, une résidence de conception du projet  à Bussy Saint Georges avec l'association Barraca Suivre, suivi de quelques sorties.

Durant l'année 2011, recherche des partenaires artistiques.

Janvier à Mars 2012, création d'une première version du spectacle qui aura lieu à la cave à théâtre à Colombes. 

 

L'esquisse du projet inclue deux contes Lakota, des chants et une première apparition de Mama Khan.  

 

La pièce a été présentée devant 5 classes de la ville de Colombes et durant un week-end devant le public Colombien.

Le 13 Mai 2012, première en plein air. dans le cadre des balades contées organisées par la ville de Bussy Saint Georges et la communauté de communes de Marnes et Gondoire.

 

Deux autres sorties auront lieu les 24 Juin 2012 à La brie Boisée et le 17 Septembre 2012 pour les journées du patrimoine.

 

La compagnie porteuse de ce projet est la compagnie Gilgamesh (Avignon)

 

Lors de ce voyage nous aurons pour but de:

 

Construire la corporalité de Mama Khan grand mère Lakota.

 

Finaliser le texte du spectacle en tenant compte de la langue Lakota.

 

Concevoir et réaliser la marionnette de l’enfant intérieur.

 

Créer une exposition sur la culture Lakota qui sera la trace de notre voyage et de nos rencontres.

 

Une version définitive du spectacle aura lieu en Décembre et Janvier 2013 pour construire une tournée en 2013 et 2014.

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

"Quand le dernier arbre sera abattu, la dernière rivière empoisonnée, le dernier poisson pêché, alors vous découvrirez que l'argent ne se mange pas"

Proverbe indien.

 

Les fonds collectés serviront à financer : deux billets d'avions de Paris à Rapid City: 3000 euros. 

Les frais sur places pour deux (hébergement, nourriture)sur une durée d’un peu plus d’un mois: 2000 euros. 

La rétribution de notre accompagnateur et guide pendant cette période: 600 euros. 

L'achat de matériel d’enregistrement numérique audio et vidéo : 400 euros.

 

 

Thumb_12208456_10206877419307852_3858394245902304003_n-1452694062
Khadija El Mahdi

Artiste pluridisciplinaire spécialisée dans le jeu masqué. Comédienne, conteuse, chanteuse, pédagogue, Khadija El Mahdi a suivi un parcours professionnel singulier toujours en quête de nouvelles formes afin d’enrichir sa démarche de création. Sa formation passe par l’université Paris X puis l’Ecole supérieure d’art dramatique de la ville de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_12208456_10206877419307852_3858394245902304003_n-1452694062
Chers amis et partenaires de création, Vous recevrez toutes les contreparties à vos dons d'ici les fêtes de Noêl... Merci à tous pour avoir permit à cette aventure, ce rêve de prendre forme et vie. Le chemin continue. La résidence nomade de création reprendra en France en préparation de la série de dates de représentations qui auront lieu en Février et en Mars. Une retraite d'écriture dont vous aurez des nouvelles régulières. Pour ceux qui consultent cette page voici le récit d'une partie de notre voyage. La suite vous la retrouverez dans le spectacle Mama Khan, voyage en terre Lakota. Très belle journées à tous et à bientôt, Khadija El Mahdi http://www.lesgrandsmeres.fr/blog/ Ps: N'hésitez pas à exprimer vos voix.
Thumb_12208456_10206877419307852_3858394245902304003_n-1452694062
Nous sommes en train de créer un blog pour vous tous sur lequel vous pourrez suivre notre résidence de création. Nous voulions vous poser une question? En nous soutenant quelque chose vous a touché...Qu'attendez-vous d 'une intention comme la notre? Merci de vos réponses longues ou courtes? Et à bientôt,
Thumb_12208456_10206877419307852_3858394245902304003_n-1452694062
LimiMimi, Oumria, Klof, Elisa 7 vous venez de faire aboutir cette aventure par vos dons et votre soutien chaleureusement exprimé. Merci de tout et de ce dernier chiffre symbolique, ce treize qui confirme l’ensemble de la collecte et qui ouvre avec une douce évidence l’aventure des 13 grand-mères du bout du monde. C’est beau tout ces mots et ces échos du projet en vous. Ces ricochets aussi… Un photographe, Laurent Moreau a décidé de nous rejoindre et de travailler sur place avec nous sur la deuxième quinzaine. De nombreux liens professionnels et tant de rencontres… L’aventure commence grâce à vous. Vous confirmez que le rêve est possible.