Devenez les partenaires du projet théâtral Manège, une création collective de la compagnie Plante Un Regard !

Large_manege__752x500___1_

Présentation détaillée du projet

                         "Une forme de magie dressée là entre la terreur et le désir"     Picasso

 

Dsc_0216_copie

 

durée 1h30

texte : Ecriture Collective

mise en scène : Eva Guland

dramaturgie et assistanat à la mise en scène : Sabine Bruschet

 

avec

Jess Avril

Milan Boëhm

Sam Darmet

Justine Dhouailly

Thomas Schneider

 

 

Dates de représentations :

 

Samedi 12 avril à l'Ecole des Beaux Arts de Bourges

(à la suite d'une résidence d'expérimentation dans l'école)

Spectacle à 19h à la Chapelle de l'école

Entrée libre

 

Mardi 22 et Mercredi 23 avril à Maison Ouverte 

17, rue Hoche, Montreuil - Ligne 9, arrêt Mairie de Montreuil

Spectacle à 20h 

Tarif unique : 8 euros

Ouverture des portes à 19h. Bar et restauration sur place : bières, vin, punch et repas maison à petit prix

Réservation obligatoire à planteunregard@gmail.com

 

Du mercredi 28 au samedi 31 mai à 19h

Et dimanche 1er juin à 15h

Théâtre Le Proscenium :

2 passage du bureau (métro Alexandre Dumas)

Tarif plein/réduit : 15/10€

Réservations sur billetreduc.com

Ou par téléphone au 01 40 09 06 77

 

 

 

Dsc_0285_-_copie

 

Histoires à ranger 

 

     Ils sont cinq. Ils vont se retrouver dans un lieu magique, une boite. Avant tout, ils se demandent si ça va. Sans possibilité de se cacher, ils explorent cette question infernale à laquelle personne ne sait comment répondre. Ils vont devoir créer, inventer un nouveau rapport au monde, mais ils vont parfois se perdre dans leurs rêves, oublier le chemin du retour.

 

     Dans la violence et la tendresse, des essais pour parler à l'autre, pour ne pas rester seul, pour s'adapter à des codes sociaux ou pour se parler à soi. Une trop grande bienséance et une maîtrise des émotions provoquent l'anesthésie des sentiments ou, à l'inverse, un besoin d'exacerber des pulsions jusqu'à la folie. A sa manière, chaque personnage de Manège cherche un chemin, une place parmi les autres. Mais quand la bienséance n'anesthésie plus les émotions, tout peut déborder, et la ligne d'horizon s'efface. Dans une déviance permanente, on ne sait plus quelle est la norme.

 

     De nos propres mots émerge une poésie du quotidien, dans ce manège des solitudes où chacun avance entre l'intimité et les apparences. Profondeur et légèreté se croisent dans un grand rire du désespoir.

 

 

Dsc_0202_copie

 

  Appartenant à une génération dépossédée de son intimité, où les nouveaux outils de communication

laissent trop peu de place à l'ennui, nous cherchons le chemin du rêve et des relations humaines.

 

Comment composer entre ce que nous pensons être et ce que les autres perçoivent de nous ?

Quel rôle joue la politique de productivité sur nos relations intimes ? L'émotion est-elle rentable ?

 

     Nous montrons une balance permanente entre intimité et extériorité, entre solitude et collectif. Une esthétique qui repose à la fois sur la sincérité et sur le second degré, sur l'onirisme et sur le factuel, sur le silence et sur le bruit, sur le mouvement et sur l'immobilité. Dans une transversalité permanente entre profondeur et légèreté, nous cherchons le réel sans tendre au réalisme. Ce qui se passe sur un plateau n'est jamais quotidien, banal.C'est pourtant le quotidien et le banal que nous interrogeons.

 

 

 

Dsc_0128_copie

 

Extraits : 

 

- Ca va ? Et toi ? Toi ? Hein toi ça va ? 

- Je fais en fonction 

 

- Alors le mieux c'est de se perdre, et de prendre la première à gauche 

 

- Je voudrais voir des gens morts, ça doit bien faire remuer quelque chose ça, non ? 

 

- Tu m'aimes ? 

- C'est pas la question 

 

- Je voudrais qu'on soit seuls tous les deux... Un peu de toi et de moi avant d'être quelque chose de plus grand

 

 

Dsc_0307_copie

 

                                          

La compagnie Plante Un Regard 

 

     Manège est le premier spectacle de la Compagnie Plante Un Regard. Nous nous sommes rencontrés dans le travail, lors d'un stage à l'Institut National Supérieur des Arts du Spectacle, à Bruxelles. Venant de plusieurs horizons, chacun sur la voie de la professionnalisation, nous nous retrouvons autour d'un désir commun : créer une forme théâtrale de spectacle à partager. Nous sommes partis de nous, de ce que nous sommes les uns par rapport aux autres, de ce désir de travailler ensemble, d'inventer et de produire quelque chose alors que nous ne nous connaissons pas réellement. En partant de cela nous espérons ressembler à tous, ou du moins peut-être à une génération. 

 

 

Dsc_0262

 

 

Eva Guland, metteure en scène

Dans le cadre de la filière littéraire option Théâtre de son lycée (XIIIème arrondissement de Paris), elle joue dans deux spectacles mis en scène Brigitte Jacques-Wajeman et travaille avec Vincent Debost, Lucie Berelowitsch, Laurent Charpentier... Par la suite elle entre en troisième cycle à l'EDT 91 où elle suit des ateliers de Commedia Dell'arte, d'écritures contemporaines et de clown. Elle approfondit cette pratique auprès d'Hervé Langlois (Royal Clown Compagny) durant deux ans. En 2010 elle intègre le conservatoire du XXème arrondissement de Paris où elle suit les cours de Pascal Parsat puis celui du XVIIIème auprès de Jean-Luc Galmiche. La même année, elle s'initie à la marionnette et au théâtre d'objet auprès de Nicolas Goussef. En juin 2013, elle monte Cannibales Remix d'après Cannibales de Ronan Chéneau avec quatre comédiens. Cette année, met en scène Manège et reprend Cannibales Remix. Elle participe aussi à un projet collectif sur le voyage, dans les gares et les trains, qu'elle coordonne avec Jess Avril (coproduction entre la Cie Plante Un Regard et la Cie Je Pars à Zart à Montpellier).

 

Sabine Bruschet, dramaturge et assistante à la mise en scène

Après une licence d'Histoire et d'Arts du spectacle, elle intègre le master professionnel mise en scène et dramaturgie de l'université Paris X-Nanterre, elle y travaille avec de nombreux intervenants du milieu théâtral à l'instar de François Rancillac, Philippe Adrien ou David Lescot. En parallèle elle suit la formation d'art dramatique que dispense Sarah Sarrabezolles au conservatoire de Chatou dans le cadre duquel elle interprète et monte de façon collective La petite pièce en haut de l'escalier de Carole Fréchette. En 2011 elle réalise la mise en scène de L'Ombre d'Evgueni Schwartz avec dix comédiens amateurs au sein de l'association Réseau Picpus à Paris. La même année, elle suit un stage administratif et artistique au CDN de Sartrouville. En 2012, elle crée la compagnie Un Des Sens avec laquelle elle met en scène Don Juan revient de guerre de Ödön Von Horvath. En janvier 2013, elle assiste à la mise en scène Jean Boillot, directeur du CDN de Thionville, pour son projet Théo ou le temps neuf.

 

Jess Avril, comédienne

Après une année au cours Florent, elle intègre le conservatoire d'Art Dramatique de Montpellier et crée la compagnie Je Pars à Zart, hébergée par le théâtre Pierre Tabard depuis 2012. Elle joue dans Miche et Drate sous la direction de Gérard Chevrolet et dans deux projets de sa compagnie : Music-Hall (Lagarce) et Les caprices de Marianne. Elle interprète Charlotte dans Dom Juan mis en scène par Stéphane Hervé avec la compagnie Théâtre petit comme un caillou. En juillet dernier, Je pars à Zart présente à Avignon Occident de Rémy de Vos dans lequel elle est Elle. Cette année, elle met en scène une écriture collective sur le thème du train.

 

Milan Boëhm, comédien

Il commence le théâtre avec la compagnie Le Regard du Loup. A quinze ans, il entre au conservatoire d'Art Dramatique du 13ème arrondissement de Paris où il suit les cours d'Anne Raphaël. Il prend des cours de chant lyrique avec Laurence Jouanne. Après un stage avec Daniel Jeanneteau

en 2012, il entre cette année au Conservatoire à Rayonnement Régional d'Aubervilliers auprès de Sylvie Debrun.

 

Sam Darmet, comédien

Après avoir suivi la formation professionnelle Point Fixe puis celle du Vélo Volé, il intègre l'école et la compagnie des EDLC, avec laquelle il joue Barbe-Bleue espoir des femmes de Dea Loher mis en scène par K. Catala, et dans On purge bébé, présenté au Théâtre des Abondances de Boulogne, mis en scène par P. Delbar. Il est aussi comédien dans Crime et Châtiment sous la direction de D. Ponsot avec la compagnie Le Nombre d'Or. Cette année, il complète sa formation auprès de Sylvie Debrun, au Conservatoire à Rayonnement Régional d'Aubervilliers.

 

Justine Dhouailly, comédienne

Formée à l'Ecole Des Enfants de la Comédie et au Studio Alain de Bock, elle suit aussi différents stages de clown, d'improvisations, de Comedia dell'arte et de cirque. Au cinéma, elle joue dans Where The Boys Are de Bertrand Bonello, et dans Un An avec toi de Damien Salama. Sur scène, on la voit dans Jean La Chance et Barbe Bleue mis en scène par K. Catala, On purge bébé par Alain De Bock, Les sorcières de Salem par Rémi Moureau. En 2002 elle joue dans le spectacle de Daniel Roussel, Madame Doubtfire qui tourne en France, Belgique et Suisse.

 

Thomas Schneider, comédien

Après un DEUST Théâtre à l'université d'Aix-en-Provence dans le cadre duquel il joue dans deux spectacles, il monte un atelier avec quatorze amateurs et crée Espèce 14. Il est aussi assistant à la mise en scène de Rodrigue Aquilina (Compagnie de l'Entre-Deux) et s'initie à la danse contemporaine auprès du ballet Prêljocaj. Cette année il joue dans Cannibales Remix, mis en scène par Eva Guland, mène des recherches sur l'écriture de Jon Fosse avec une danseuse de Prêljocaj et joue dans un projet collectif sur le thème du train mis en scène par Jess Avril et Eva Guland. 

À quoi servira la collecte ?

Après plusieurs semaines de recherche et de résidence (terme très "hype" dans le monde du théâtre pour parler de répétitions intensives dans un lieu donné, où l'équipe vit ensemble et construit le projet sur la longueur !). Nous avons besoin de votre aide pour permettre à notre projet de voir le jour. 

 

Nous débutons en tant que compagnie, il est donc difficile (pour ne pas dire complètement impossible !) d'obtenir des subventions institutionnelles, c'est pourquoi nous vous proposons aujourd'hui de devenir les mécènes de notre spectacle

 

Un petit rien, un petit geste peut nous aider. 

 

Nous sommes actuellement en auto financement depuis le début (octobre). On ne se rend pas toujours compte de ce que peut coûter un spectacle vivant, nous non plus nous n'avions pas anticipé toutes les dépenses. Cependant nous arrivons à court de ressources personnelles.. nous avons jusqu'ici investi nos propres fonds, sans compter le temps et l'énergie de toutes les personnes qui s'investissent dans le projet. 

 

Votre soutien nous permettra de financer nos deux prochaines résidences. La première est à la campagne dans un petit village de Franche Compté où nous avons déjà répété et avons pu louer une salle de spectacle, la seconde est dans le cadre d'un échange avec l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux Arts de Bourges. Ainsi que le lancement du spectacle.

Nous avons besoin de payer en priorité

 

- les transports

800 euros

 

- les locations de toutes sortes d'espaces adaptés (ou adaptables) aux répétitions

600 euros 

 

- une alimentation saine, verte, bio, équitable et vitaminée pour la santé physique et psychique des comédiens (ou, à défaut, quelques plâtrées de pâtes nécessaires au maintien en vie des artistes)

300 euros 

 

- la communication : création de l'affiche, photos, vidéos, impressions d'affiches et de flyers 

300 euros 

 

Si nous dépassons cet objectif, nous pourrons financer de prochaines résidences ou rembourser une partie de ce que nous avons déjà dépensé. 

 

Si nous dépassons beaucoup beaucoup cet objectif, nous pourrons soit partir en tournée internationale, soit nous payer pour les représentations. 

 

 

 

 

Thumb_logopur-1428362717
Plante un Regard

"Or, on peut dire qu'il suffit d'un simple regard pour que se décompose le monde des apparences mortes." Antonin Artaud

Derniers commentaires

Thumb_default
Un bien joli projet. J'espère de tout cœur qu'il pourra se réaliser. Tout mon courage à la troupe !