Mapuetos est une ville qui n'existe pas dans un pays qui n'existe pas dans un monde qui n'existe pas, c'est le regard issus de nos rêves.

Large_image3

Présentation détaillée du projet

Mesdames, Messieurs,

La lettre écrite par Marceau Ivréa au Gouverneur du Royaume de Belgique auprès des États-Unis d'Amérique et de ses Alliés et publiée sous le titre Amaroli Miracoli (Ed. Maelström) a été réceptionnée par le Gouverneur lui-même quelques jours après son expédition. Ce dernier a beaucoup hésité entre porter plainte pour diffamation, la remettre aux services spéciaux de l'État pour le faire assassiner, ou laisser lettre morte. Il décida finalement de porter plainte contre l'avis de ses collègues experts. La plainte a obligé la police à enquêter et après avoir lu la lettre s'est rendue au Grand Hôtel Liégeois à Bruxelles, à l'angle de la rue du Progrès et de la rue des Croisades et a découvert dans la chambre douze un grand nombre de dossiers cachés, de fardes, de feuilles agrafées toutes signées Marceau Ivréa ou avec les initiales M.I..

 

Tous ces documents, devenues pièces à conviction, sont restés de longues années dans les archives du Palais de Justice de Bruxelles, 2 Place Poelart. J'ai eu la chance d'avoir eu accès au dossier. Il ne m'a pas été facile de mettre de l'ordre dans ces milliers de pages manuscrites et je ne sais toujours pas si j'ai eu raison de le faire. L'intérêt en lisant ces documents passionnants m'empêchèrent cependant de faire autrement. Tous les jours je me disais que je devais impérativement publier les écrits de Marceau Ivréa, décédé en prison douze ans après son incarcération sans jugement. Il faut comprendre – je vous conseille vivement de lire Amaroli Miracoli – que Marceau Ivréa avait tout écrit à la main laissant parfois de vrais brouillons. Il parle de 3.000 pages dans sa lettre mais il s'agit du double peut-être même plus. Parfois il me semble, comme dans les bons livres de littérature fantastique, que les pages se rajoutent à chacune de mes journées. Il a également écrit en prison, distribuant aux prisonniers d'autres feuilles qu'il est possible que nous ne puissions jamais récupérer. Je n'ai pas encore découvert les raisons du sous-titre Les chroniques de Mapuetos. J'ai fait de longues recherches, ce nom n'est lié à aucune langue, aucun pays, aucune ville, aucun lieu-dit, aucun nom de famille ou prénom. Il semble venir de nulle part.

 

Ces chroniques sont également lues en public accompagnées d'un poète des sons et d'un poète des images. Le 15 mai 2014 un autre texte des chroniques sera lu à Bruxelles dans le cadre du Fiestival à l'Espace Senghor.

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira à l'écriture et la correction d'un nouvel épisode de Mapuetos. Les deux premiers (Amaroli Miracoli (n°0) et Marrakech, désamour (n°1) sont déjà publiés. Le cantique des cantiques (n°2) est presque terminé et sera présenté à Bruxelles le 15 mai 2014. La collecte servira à écrire le n°3, Rimbaud Mourant. Le projet ne bénéficie d'aucune aide ou subvention dans le put de rester complètement indépendant. L'argent permettra à l'auteur et à un correcteur de se libérer pour écrire le texte. 10% des fonds serviront à l'impression et à la publication aux éditions P.A.T. en 100 exemplaires. Réunir une telle somme permettra donc de booster le projet dont l'objectif est d'atteindre 40 épisodes.

 

L'évolution du projet peut-être contrôlé sur le site http://www.mapuetos.com et de toutes façons, même si vous ne nous offrez pas d'argent, partagez au moins la page http://www.facebook.com/mapuetos sur votre mur.

 

N'hésitez pas à me contacter pour plus d'infos.

Thumb_img_20140919_130534-1422896408
patrick.toutcourt2

Artiste et auteur d'une quinzaine de livres publiés. Directeur de la Maison de la Poésie et du Livre de Marrakech. Plus d'infos : http://www.lowiepatrick.com

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon courage Patrick, j'espère que çà marchera !! Paula