Deux cinéastes Européens commencent un incroyable voyage à travers la saison Indienne des mariages. Ils sont guidés par Mahesh Shantaram, un photojournaliste de mariage parmis les plus demandés de son pays. Ensemble, Ils vont tenter d'apporter un nouveau regard sur ce pays émergeant comme une grande puissance mondiale.

Large_matrimania02

Présentation détaillée du projet

***VISITEZ LE BLOG DU FILM POUR SUIVRE LE TOURNAGE !***

 

"Deux cinéastes européens atterrissent en Inde, avec pour seul bagage des stéréotypes éculés sur un pays prétendument exotique. Ils accompagnent Mahesh Shantaram, photographe de mariage au regard unique dans un périple de six semaines aux quatre coins du pays lors de la grande saison des mariages. Ayant un accès privilégié aux classes moyennes et supérieures qu’ils vont confronter à leur point de vue occidental, ils proposent une nouvelle perspective sur une Inde tant authentique que fantasmée.”

 

   

    

 

Après avoir étudié la photographie à Paris pendant un an, Mahesh Shantaram a décidé de se spécialiser dans les mariages. Mais ne vous attendez pas à trouver un romantisme fantaisiste de la parfaite union dans son travail - il a conservé de son passage à Paris la tradition de la photographie documentaire, chaque image racontant sa propre histoire, dans la plus pure objectivité possible. C’est pourquoi l’objectif de Mahesh Shantaram est pointé sur les coulisses, la banalité, les personnages secondaires; une approche qui va à l’encontre de la représentation habituelle des mariages indiens pour lesquels les familles s’endettent lourdement et où tout se doit d’être resplendissant.

 

Comme Martin Parr, qu’il cite comme une référence, il invite à réfléchir sur une société qui consacre les apparences et la consommation. La nature très arrêtée du mariage indien en fait un choix de thématique d’autant plus audacieux. Cependant, ce film ne sera ni une illustration de “l’inde exotique”,  ni une  étude ethnographique de sa tradition matrimoniale.

 

Stéphanie Ravel - l'Agenda Golfe  

 

 

Mahesh Shantaram a remporté le prix du Photographe de mariage de l’année décerné par Kodak-Better à Bombay. Le projet Matrimania a été exposé à travers le monde, notamment aux Sony World Photography Award 2011, à la biennale Photoquai du Musée du Quai Branly à Paris, ainsi qu’à PhotoPhnomPenh.

 

 

 

 

Nous (Maximilien Van Aertryck & Vincent Bitaud) nous sommes rencontrés en 2010 au festival de Cannes. Au fil des nombreuses projections auxquelles nous avons assisté, nous avons vite réalisé notre envie de faire des films ensemble. L’année suivante, nous avons embarqué pour neuf nuits sur un ferry de passagers naviguant sur une mer baltique entièrement prise dans les glaces. De ce voyage est né Icebreakers, un court métrage documentaire sélectionné en compétition dans de nombreux festivals à travers le monde, comme Visions du Réel ou le Hamburg Short Film Festival. Ces débuts prometteurs nous ont encouragés à la préparation d’un projet plus ambitieux encore, Matrimania le film.

 

Nous imaginons notre film en deux mouvements: tout d’abord, à notre arrivée en Inde, c’est le fossé culturel qui nous sautera aux yeux et donc à l’objectif de notre caméra. De cette indispensable période d’acclimatation, nous souhaitons tirer des images énigmatiques, des scènes de la vie indienne qui ne feront que renforcer notre incompréhension et celle du spectateur. Le sentiment de se retrouver hors contexte, l’insécurité intellectuelle créée par un environnement étrange dont tout les codes vous échappent, mais aussi l’excitation de l’inconnu et de la nouveauté.

 

Dans le deuxième mouvement du film, la compréhension des scènes dont nous serons les témoins s’affirmera, et nous permettra de mieux comprendre cette nation au développement effréné, et le conflit entre ses traditions millénaires et une partie de notre culture occidentale qu’elle essaye d’embrasser.

 

Après un voyage à l’étranger, on se souvient des beaux paysages aperçus à travers la fenêtre d’un train, de cette chanson que les clients du pub finissaient par chanter à tue-tête alors que nous n’en comprenions pas un traître mot. On se souvient du sourire de l’épicier en réponse à notre premier “merci”articulé dans la langue locale. C’est dans ce ressenti que le spectateur sera emporté devant Matrimania le film.

 

 

 

 

 

 

Notre approche de documentariste prend ses origines dans un seul mot, que nous faisons tout pour appliquer lors du tournage ; la disparition. Disparaître pour ne pas être vu, et donc disparaître pour mieux voir. Nous basons notre perception sur notre sens de l’observation. C’est notre moteur et toujours notre point de départ, quelle que soit la situation. La précision est notre mot d’ordre des que nous commençons à enregistrer ce qui se déroule devant notre caméra.

 

Il faut situer notre présence à ces mariages dans ce contexte très particulier. Il s’agit là d’un point primordial dans notre positionnement de cinéastes par rapport à notre sujet : la présence de deux cinéastes occidentaux constitue un prestige supplémentaire et inédit pour la famille invitante. Nous faisons littéralement partie du décor. Notre prise de conscience de cette position particulière que nous occupons alors au sein du sujet de notre film sera un point de pivot très important de notre narration. Ainsi, il nous sera possible de nous inclure, avec le spectateur, dans le regard que l’inde d’aujourd’hui porte sur l’occident, et de la place qu’elle lui accorde dans le monde demain.

 

A l’inverse de beaucoup de documentaires dont la vocation est d’étayer la thèse de l’auteur, notre approche s’’appuie intégralement sur le ressenti personnel du spectateur. Via la puissance évocatrice des images et des situations présentées, il s’agit de construire l’environnement le plus apte à déclencher chez lui identification, réflexion et imagination. Notre défi en tant que cinéastes est de vous amener à un état d’esprit où ce sont vos propres émotions qui prennent le pouvoir, faisant du visonnage de Matrimania une expérience unique et très personnelle.

 

 

➔ CONTREPARTIES EN EDITION LIMITEE

 

 

 

Cliquez-ici pour choisir vos tirages !      

 

 

-----------------------------

Credits pour la vidéo :   

Photos de mariage : Mahesh Shantaram

Vidéo de mariage : Turei Cooze

Music : Bonobo - El Toro        

 

À quoi servira la collecte ?

 

Notre premier film, Icebreakers, a coûté 2000 Euros et chaque centimes sortait de nos poches.

 

Pour Matrimania, qui est un projet bien plus ambitieux logistiquement, nous faisons appel à vous pour nous aider à financer les coûts les plus fondamentaux dans les deux premières phases de notre projet. Ainsi, vous pouvez nous aider à assurer un tournage dans les meilleures conditions.

 

Cette campagne de 30 jours se terminera juste après notre premier mariage aux cotés de Mahesh. Après cette date, vos contributions nous seront indispensables et c'est pourquoi nous comptons sur vous pour faire de cette campagne un succès !

 

 

➔ Voici ce que nous finançons par nos propres moyens : 

- Les 2 vols A/R Paris > Bangalore

- Quantité de matériel video et photo (2x reflex numériques canon et leurs 2 optiques, un enregistreur son zoom h4n)

- L'hébergement et la nourriture pour les deux premières semaines de tournage.  

 

➔ Nous avons besoin de vous pour financer :

 

Transports en Inde : 3000 Euros (vols intérieurs pour deux personne de Bangalore vers New Delhi, Chandigarh et Bilaspur, ainsi que les frais de train / bus éventuels.)

 

Hébergement et nourriture pour les 4 dernières semaines de tournage : 1500 Euros (bed and breakfasts + les rudimentaires (mais succulents !) dosas, chapatis et palak paneers pour deux personnes)

 

Location de matériel: 1500 euros (des optiques et micros supplémentaires, un trépied vidéo de qualité)

 

Si vous n'avez pas la possibilité de nous aider financièrement, votre aide pour faire parler du projet est la bienvenue !

 

Maximilien & Vincent

Thumb_841207_10151720362665550_185805796_o
Jagön Pictures

Maximilien Van Aertryck & Vincent Bitaud sont deux cinéastes Français, bien que Maximilien soit aussi à moitié Allemand, et Vincent à moitié Luxembourgeois. Ils habitent à Paris & Stockholm et se sont rencontrés en 2010 en travaillant pour Nisimazine (magazine en ligne sur le cinéma) lors du festival de Cannes. Ils ont embarqué l’année suivante sur... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ How will be the film be shown? Will it be posted online to watch for free? Basically what is the 'distribution model' once completed?

We gained a lot of experience in film distribution with our last short filmIcebreakers, since we distributed it ourselves and it competed in 15 international film festivals in Europe and the US so far.

We want to show Matrimania to as many people as possible. For its distribution we have a thoroughly thought through plan that begins with showing the film in as many festivals as possible. To name a few that we are especially considering at the moment - taking into account what kind of film this possible will be - there is the Rotterdam Film Festival, Visions du Réel in Switzerland (where we have already shown Icebreakers), the Toronto Film Festival, the Orizzonti section at the Venice Film Festival and Sundance in Utah. It goes without saying that we're aiming high :-)

What we are interest in is to talk about the film directly with our audience, for that we are already in talks with a cinema in Paris that wants to screen the film and organize a debate after the film with an external guest to moderate. We are also in talks with a gallery in Helsinki that wants to exhibit Maheh's series and show the film.

Meanwhile all our contributors will be able to watch the film at home via link or at a festival nearby of course.

After about one year of its so called "festival career" we would like to sell the film to television, probably first in France and Sweden as we reside here but not only.

Most likely 2 years after its festival premiere we will be able to show the film for free on the Internet for everybody to watch, download and share.

Finally we also have a wish to look into screening it in Indian theaters and festivals such as the annual Bengaluru festival that Maximilien already attended last year.

+ I want to contribute but don't have a credit card, how do I do?

Please contact us and we'll send you our bank details. We'll then add the amount to the campaign!

Derniers commentaires

Thumb_default
Bravo pour avoir bouclé la collecte en dépassant l'objectif ! Vous devez être plus sereins.
Thumb_square_225
Bon reportage ! Caro&Fred
Thumb_default
Et voici mon coup de pouce à ce très beau projet! Toutes mes meilleures énergies à votre équipe et bon tournage. Muchos besos clara