Sportifs, compétiteurs, athlètes : Micheline, Yvan et André ont tous un handicap mental. Nous souhaitons vous faire découvrir leur univers.

Large_capture_d_e_cran_2013-03-12_a__15.27.40

Présentation détaillée du projet

(English version after the French version)

 

Comme souvent lors d'un travail journalistique, c'est de plusieurs rencontres qu'est né le projet pour lequel nous vous sollicitons. Par diverses expériences – dont une participation aux Special Olympics 2012 en tant que journalistes reporters d'images – nous avons eu l'occasion de nous rendre compte du manque de reconnaissance vis-à-vis de tout ce qui gravite autour du sport pour personnes ayant un handicap mental. 

 

Voici une de nos vidéos réalisée en mai 2012 lors de la dernière journée de compétition à Liège pour les Special Olympics Belgium, afin de vous donner un avant-goût de l'ambiance des jeux :

 

 

 

 

 

Du 8 au 11 mai 2013, la ville de Gand accueillera les Special Olympics. Sous le patronage du Comité Olympique et Interfédéral Belge, chaque année des jeux nationaux ont lieu alternativement en Flandre, à Bruxelles et en Wallonie afin d'envoyer les meilleurs athlètes aux Jeux Mondiaux. Selon les organisateurs, Special Olympics compte, en Belgique, 12 000 athlètes actifs. La particularité de ces athlètes : ils ont tous un handicap mental.

 

Parmi ces 12 000 sportifs, nous avons décidé d'aller à la rencontre de trois d'entre eux. Comme Micheline, nageuse devenue assistante coach. Sur son site internet personnel, elle raconte : « Je suis Micheline, j'habite à Hoeilaart, à côté de Bruxelles. Ce site parle de moi, comme nageuse et assistant coach de Special Olympics Belgique. Parce que mon handicap ne se voit pas, les gens normaux ont plus d'attentes. Il ne me comprennent pas et ils me mettent à l'écart. Par le sport, les gens normaux nous prennent comme nous sommes. Je suis nageuse. Quand je nage, je fais du mieux que je peux. Je n'entends plus rien, j'entends juste mon coeur. Je m'entraîne bien pour gagner des médailles. »

 

Tous n'ont pas l'expérience et le charisme de Micheline mais, comme elle, ils s'entraînent toute l'année pour gagner des médailles, bien conscients de l'enjeu de la compétition.

 

 

Wall1

Yvan, SOB 2012, crédit photo : Special Olympics Belgium

 

 

Nous souhaitons remettre à plat les idées reçues qui collent à l'association sport/handicap mental en suivant plusieurs athlètes ayant un handicap mental. Nous les rencontrerons lors de leurs entraînements, les suivrons avant et après leur participation aux Jeux Nationaux.

 

Lors des entraînements, nous serons témoins de la relation particulière que ces sportifs lient avec leur coach. Nous poserons également notre regard sur leur entourage : toute une équipe de supporters gravite généralement autour des athlètes et partage cette expérience à leur manière.

 

De la foule à l'individu, l'athlète sera au centre du documentaire. Plus nous avancerons dans le récit, plus nous nous attacherons aux personnages : à Micheline, à Yvan, à André, à leur entourage. Nous essayerons de comprendre de ce qu'il se passe dans leur tête, sur et en dehors du terrain. Nous verrons comment et pourquoi il leurs est parfois difficile de s'entraîner dans de bonnes conditions : manque de financement, d'infrastructure, règlement très stricte et spécifique pour accéder à la compétition des Special Olympics, difficultés personnelles liées au handicap, etc.

 

Comment vivent-ils aussi le fait d'être toujours en dehors des projecteurs ? La hiérarchisation médiatique dans le domaine du sport semble en effet immuable, surtout lorsqu'on parle des Jeux Olympiques : d'abord viennent les « Jeux Olympiques », puis les « Jeux Olympiques handisports » et enfin, les « Special Olympics » qui font rarement, voire jamais, la une des journaux. « Special » parce qu'à part, en dehors de tout ce que l'on connaît du monde du sport actuel, celui des strass et des paillettes, de l'argent plutôt que du plaisir. Mental d'athlète veut mettre ces athlètes « à part » sur le podium qu'ils méritent.  

 

 

Dsc00238

Crédit photo : À trois plumes

 

Dans le milieu sportif, il y a les stars, celles qu’on voit tellement qu’elles ne nous surprennent plus ou presque. Et puis il y a ceux que les caméras délaissent, sans raison apparente. Ceux-là, ce sont les sportifs des Special Olympics. Si leur corps est parfois ralenti par leur handicap mental, leur motivation, leur esprit d’équipe, de compétition et leur joie de vivre n’en pâtit pas. Ils ont un mental d’athlète. Faites-nous confiance et laissez-vous surprendre !

 

------

Short English version :

 

We are 3 freelance journalists from Belgium. Last year, we had the opportunity to make videos during the Special Olympics Belgium. As we were filming the athletes and enjoying the special atmosphere of the competition, we realized that we wanted to do more than just short videos. That's how our project started. 

 

The three of us decided to make a documentary about it. Our aim is to break the clichés that remain when people think about sports and handicap. We want to show what it is really about : joy, acceptance, pride, competition. We will follow Micheline, André and Yvan who will participate to the Special Olympics Belgium 2013, in Gent next May. 

 

They are athletes with a mental handicap. They are specials, and we want you to get to know them. Help us do it !

 

Thank you ! 

À quoi servira la collecte ?

Nous sommes trois journalistes freelance fraîchement diplômées de l'université de Liège. En sortant de l'école, nous avons souhaité mener un projet qui nous tient à coeur, en comptant sur la solidarité et la générosité de ceux qui voulaient bien y croire avec nous. À ce jour, nous avons trouvé des partenaires qui nous prêtent du matériel de tournage, ce qui est déjà exceptionnel ! Nous cherchons maintenant les moyens de poursuivre le tournage. Nous avons évalué nos besoins essentiels à 2 500 euros dans lesquels nous ne comptons aucune rémunération personnelle.

 

- 1 500 euros pour les trajets

- 500 euros pour le soutien informatique

- 250 euros pour l'achat d'un disque dur externe

- 250 euros pour les autres frais (postproduction, montage, etc.)

Thumb_dsc00257
À trois plumes

C'est une blonde, une brune et une rousse qui vont dans un bar. Euh... non, derrière une caméra. Mélodie est belge, Marta est espagnole et Hélène est française . Elles se sont rencontrées sur les bancs de l'Université de Liège, où elles ont récemment obtenu leur diplôme en journalisme. Depuis, elles ont participé à divers projets journalistiques.... Voir la suite