Participez au documentaire qui raconte comment Micaela œuvre à la sauvegarde des pratiques traditionnelles des sages-femmes Mayas du Mexique.

Large_micaela_7quatro-1464193972-1464193981

Présentation détaillée du projet

Le projet

 

Micaela Ico Bautista œuvre depuis 30 ans pour la sauvegarde des pratiques des sages-femmes traditionnelles Mayas. Au fil des ans, elle a développé des ateliers sur mesure pour les communautés indigènes (étant elle-même originaire  d'une communauté des montagnes du Chiapas) afin de raviver ou aider à maintenir la pratique de la sage-femmerie, un des éléments clés de la culture Maya. Ce film diffuse son message et invite a nous interroger sur la manière dont on accueille l'arrivée d'un enfant aujourd'hui, dans nos sociétés occidentales

 

Img_4661bis-1464278230

 

Le film suit le parcours de Micaela au fil de l'interview qui a été réalisé dans le jardin botanique jouxtant son bureau, et dévoile progressivement son travail actuel : l'organisation des rencontres de sages-femmes et des ateliers dans les communautés (lorsqu'il y a des financements), d'abord depuis son bureau puis sur le terrain. De là, nous nous sommes intéressés de plus près à deux sages-femmes de deux communautés différentes, en allant les interroger sur leurs histoires et expériences, dans leurs lieu de vie, toujours en présence de Micaela, intervenant de temps a autres dans les échanges.

 

 

Le contexte

 

Le travail de Micaela s’avère aujourd’hui plus compliqué à réaliser, en raison des changements culturels, sociaux et économiques de ses dernières années dans la région du Chiapas.

 

En effet, le tissu culturel des peuples Maya Tzotzil et Tzeltal est mis en péril par l’influence toujours plus grande du monde occidental sur les nouvelles générations, qui s’éloignent progressivement du mode de relation à la nature et à l’invisible qu’entretenaient leurs ancêtres.

 

Pourtant, les sages-femmes traditionnelles Maya ont été jusque là garantes de la santé materno-infantile des villages. Elles sont respectées et reconnues pour leurs savoirs et leurs pratiques ancestrales qui continuent à faire leurs preuves.

 

2.-1464791164

 

Le Chiapas est l’un des derniers Etats du Mexique (avec le Guerrero) dans lequel la pratique des sages-femmes traditionnelles existe encore. Ces pratiques se sont déjà perdues dans d’autres régions du Mexique et nous pensons que cela serait une grande perte si leur disparition touchait également le Chiapas.

 

Le projet des associations Mâ et OMIECH est donc de revaloriser ces savoirs auprès des jeunes générations grâce à l’organisation d’ateliers de sensibilisation aux droits des femmes en matière de santé sexuelle et reproductive, et de transmission des connaissances. Cela fait 5 ans que Micaela n’a pas pu donner d’ateliers de ce genre, faute de financements.

 

 

3.-1464791196

 

La ville de Rennes a attribué en juin 2015 une subvention de solidarité internationale à l’association Mâ afin de relancer l’organisation de ces ateliers, et de permettre qu’une rencontre de sages-femmes indigènes traditionnelles puisse de nouveau avoir lieu (la dernière ayant pu être organisée en février 2014 grâce à un financement participatif). Ces rencontres sont fondamentales car elles leur donnent la possibilité d’échanger entres elles sur une perspective d’avenir.

 

A cette occasion, le projet de Mâ consistait également en la réalisation dudit documentaire. La subvention de la ville de Rennes ne couvrant pas cette partie du projet, nous sollicitons donc votre aide pour aller jusqu’au bout de cette initiative communautaire, portée par Micela Ico Bautista, Rafael Alarcon, Alice Bafoin, Mounia El Kotni et Aurélie Bès de Berc, avec la participation d’Agripino Ico Bautista, Susannah Daniels, Gaël Prigent, Nico et Fernando Hernandez.

Merci ! J

 

L’association Mâ

 

4.-1464791221

 

L’association Mâ a pour but de mener des actions de sensibilisation à la Naissance Respectée et de promouvoir le bien être et l'épanouissement de la personne, de sa naissance à l'âge adulte. L’association vise également à créer un réseau ouvert entre ses différents acteurs (professionnels, étudiants, usagers, militants, curieux...) afin de construire des projets créatifs dans ce but et les diffuser. Nous souhaitons également ouvrir cet échange sur un plan interculturel et solidaire au niveau international afin d'élargir les esprits et les réseaux.

 

Depuis 2011, suite une rencontre entre Alice Bafoin, la fondatrice de l’association Mâ, avec Micaela Ico Bautista, la coordinatrice de la section femme et sage-femme d’OMIECH (Organisation des Médecins Indigènes de l’Etat du Chiapas), nous avons tissé des échanges interculturels et solidaires avec sages-femmes et médecins traditionnels autochtones du Mexique de l’Etat du Chiapas réunis à travers OMIECH, dont l’objectif est de sauvegarder et promouvoir la médecine traditionnelle Maya.

 

Ces échanges se sont dans un premier temps concrétisés par le biais de l’organisation en France de projections de documentaires réalisés par notre partenaire, d’événements solidaire pour soutenir leurs actions, d’organisation de stages, d’ateliers et de conférences pour faire connaître leurs luttes. Nous avons également accueillis en 2011 des intervenants autochtones du Mexique comme la sage-femme Angelina Martinez Miranda, le médecin traditionnel Fernando Hernandez ou le réalisateur, anthropologue et membre d’OMIECH, Agripino Ico Bautista. Fin 2013, les volontaires de Mâ et OMIECH ont lancé une campagne de financement participatif (« crowdfunding ») afin d’organiser une rencontre de sages-femmes traditionnelles. En février 2014, 36 sages-femmes se sont retrouvées au siège d’OMIECH pendant deux jours pour parler de leurs pratiques contemporaines. Suite a cet événement, un livret a été édité.

 

 

5.-1464791253

 

La principale organisatrice de ce dernier événement a été Micaela Ico Bautista. Aujourd’hui, elle se base sur ce livret pour animer les ateliers qu’elle a recommence à donner progressivement dans les communautés, comme ici à Cancuc en janvier 2016 :

 

Photos_cancucbis-1464878244

 

OMIECH

 

7.-1464791354

 

En 1985, OMIECH, une association civile, voit le jour à San Cristobal de Las Casas, dans l'Etat du Chiapas, dans le but de sauvegarder et promouvoir la médecine traditionnelle Maya. OMIECH signifie « Organisation des Médecins Indigènes de l’Etat du Chiapas. » Ces membres fondateurs et la majorité de ses employés sont d’origine et de culture autochtone locale (Maya-Tzotzil et Maya-Tzeltal). OMIECH est l’unique organisation qui promeutles savoirs traditionnels en matière desanté sur tout le territoire du Chiapas.

 

 Lors des premières années suivant sa création, OMIECH s’est principalement consacré au renforcement des connaissances liées à l’herboristerie dans la médecine Maya, au moyen d'ateliers d'échanges d'expériences, d'installations de jardins de plantes médicinales dans les communautés membres et de collectes de ces plantes pour constituer un herbier. Au début des années 1990, des travaux plus spécifiques furent élaborés avec des femmes et des parteras de l'organisation sur les questions de genre et d’accès aux soins. Un centre de recherche, le CEDEMM (Centre de Développement de la Médecine Maya) a vu le jour, ainsi qu’un musée,  un jardin de plantes médicinales, et une herboristerie à prix abordables pour la population locale. Un médecin traditionnel et plusieurs herboristes assurent une permanence pour des consultations et conseils. La Section Femmes et Sages-Femmes est coordonnée par l'une des fondatrices de OMIECH, Micaela Icó Bautista. Le rôle de la Section est d'organiser des ateliers dans les communautés membres d'OMIECH afin de renforcer les savoirs en santé sexuelle et reproductive des sages-femmes (plantes, massages prénataux, accouchements naturels) et de les transmettre aux jeunes générations.

 

Aujourd’hui, OMIECH intervient dans tout l’Etat du Chiapas, mais en particulier dans la région des Altos (population Tzotzil et Tzeltal), qui se situe à 2-3h de route de San Cristobal de La Casas. L’organisation compte 11 communautés adhérentes, 1646 ateliers en communautés autochtones, 34 formations, 3 séminaires à l’étranger, et plus de 6000 visites du Musée de la Médecine Maya. Des partenariats avec des instituts de recherches et universités nationaux et étrangers ont eu lieu pour divers types de projets.

 

Présentation de Micaela Ico Bautista

 

8.-1464791394

 

Membre fondatrice d’OMIECH depuis 1985, elle entretient une relation de confiance avec les nombreuses parteras du réseau d’OMIECH. Son écoute attentive des parteras rapportant leurs expériences à leur amie et collègue à l'occasion des ateliers ou de leurs passages dans la ville de San Cristobal de Las Casas, lui offre une vision globale des situations rencontrées dans les communautés. Par conséquent, en fonction des nécessités exprimées et constatées, elle imagine et développe les thématiques, méthodologies et outils pédagogiques des projets d’ateliers dans les communautés. Elle organise ensuite conjointement avec chaque partera lui en ayant fait la demande, les dates d’ateliers à venir. La partera invite les familles de sa communauté à se réunir en un lieu défini le jour de l’atelier.

 

Micaela Ico Bautista anime ces rencontres dans sa langue maternelle (Tzotzil), mais également en Tzeltal quand cela est nécessaire. La majorité de la population autochtone des campagnes du Chiapas maitrise mieux leur langue que l’Espagnol, et souvent, une partie d’entre elles ne savent pas lire. C’est pourquoi Micaela Ico Bautista utilise en grande majorité des illustrations et des activités dynamiques afin d’engager les échanges et partages d’expériences entre les participants. En fin de projet, elle offre aussi aux participants des livrets illustrés sur la thématique abordée dans les ateliers précédents. Les enfants manifestent un intérêt particulier pour les ateliers, et peuvent également aider dans la lecture des livrets auprès des autres générations. Micaela Ico Bautista valorise la participation de chaque membre de la communauté et adapte ses outils en fonction des besoins. Elle enrichit et actualise ses réflexions, outils pédagogiques et dynamiques collectives en participant aux rencontres et évènements auxquels les ONGs partenaires l’invitent (CIAM, Red de Mujeres Mesoamericanas contra la Violencia, Seminarios de Proimsee, Congresos y Foros interculturales y de Derechos de Mujeres, …).

 

Présentation de l’équipe

 

               Aurélie Bès de Berc

 

9.-1464791457

 

Vidéaste et conceptrice d’outils pédagogiques a caractère scientifique et technique de formation, elle travaille depuis quelques années a la médiatisation des enjeux environnementaux et sociétaux autour de projets divers, aussi bien auprès des petits débrouillards Grand Ouest, pour lesquels elle a effectuées des expositions et outils pédagogiques sur l'eau et les énergies marines, que pour Espoir Chiapas en 2007 (exposition photo), l’association Galléco en 2013 (vidéos), Colibri en 2014 (vidéos), la Fondation Y'ibel Cuxlejalil (vidéos sur des thématiques Mayas) en 2015. Elle vient également de finir un reportage documentaire de 45 minutes sur le déménagement de l’institut médicalisé pour enfants autistes et psychotique « La Maison des Enfants au Pays » qui sera diffusé en novembre 2016 à l’occasion du mois du documentaire.

 

            Agripino Ico Bautista

 

10.-1464791472

 

Vidéaste et anthropologue diplômé de l’UNACH, il a réalisé de nombreux documentaires avec OMIECH, tel que « El Secreto de la Plantas Medicinales (2001), Saberes de las Parteras Mayas (2004), El Tresoro Verde de Chiapas (2006), Los Ultimos Curanderos (2010), Apprendi Sola (2011), et a donné de nombreuses conférences dans des lieux aussi divers que le Congrès National de l’Education Indigène et Interculturel de Oaxaca (2007), la Faculté de Sciences Anthropologiques (2008), la cafétéria Tierra Adentro (2010). Il a eu l’occasion de présenter ses réalisations en France (Festival Spot à Nantes en 2011) et en Allemagne (Festival de Médecine Maya à Berlin en 2012). Il est actuellement le coordinateur de la section communication d’OMIECH.

 

            Alice Bafoin

 

11.-1464791500

 

Fondatrice de l’association Mâ en France en 2009, elle y a travaillé pendant 5 ans, comme volontaire dans le Chiapas auprès d’OMIECH, et en tant qu’organisatrice d’événements interculturels en France (Petit Congrès Nacimiento en 2010, tournée de projections du documentaire « Savoirs des sages-femmes indigènes du Chiapas » avec Agripino en et stage d’Angelina Martinez Miranda en 2011, co-organisation des journées Liber‘naître en Bretagne en 2012, tournée de conférences autour du documentaire « Apprendi Sola » en 2014,etc.…).

 

Installée aujourd'hui à San Cristobal de Las Casas, au Mexique, avec sa famille, elle accompagne les naissances à domicile en tant que sage-femme indépendante. Elle étudie dans le cadre d'un Diplomado auprès de Proyecto DIFA pour réaliser des documentaires, ainsi que la pratique de Body Mind Movement afin de l'intégrer à sa pratique de sage-femme. Par périodes, elle alterne les fonctions de traductrice, illustratrice, organisatrice d’événements, et assistante de Micaela à OMIECH.

 

 

          Gael Prigent

 

21082016-_63a4044bis-1477569742

 

Musicien et technicien, Gaël a surtout travaillé pour la musique mais multiplie les collaborations sur des documentaires (comme par exemple « La vereda de enfrente » d'Antonin Alloggio  en 2014,  « Génération galères » de Joël Martin Da Silva et « Cuadros de una Exposición » de Manuel Cedron et Antonin Alloggio en 2015) : compositions, mixage, mastering,…

 

 

 

 

 

 

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Le film a été tourné dans l’Etat du Chiapas, au Mexique, de janvier à fin avril 2016. Il a commencé dans les locaux d’OMIECH, à San Cristobal de Las Casas, puis dans une communauté de Cancuc lors d’un atelier, et enfin au CIAM les 04 et 05 février lors de la rencontre de sage-femme Indigènes traditionnelles. Il a ensuite continué en fonction des ateliers et événements qui se sont organisés (telle que la rencontre avec la sage-femme indépendante américaine Whappio le 18 avril), et qui ont permis d’apporter un éclairage plus conséquent sur le rôle que joue Micaela Ico Bautista pour le maintient de la sage-femmerie dans le Chiapas.

 

Photos_cancucter-1464878292

 

Pour commencer le montage, nous aurons besoin de traduire les rushs du Tzotzil et Tzeltal vers l’Espagnol, et donc de rémunérer pour cela des traducteurs locaux.

 

Par la suite, nous aurons besoin de financement pour réaliser la postproduction du film de manière professionnelle : montage, mixage son, frais musicaux, traductions (espagnol à français, allemand, anglais), sous-titrages, édition de DVD, frais de communication et de diffusion du film.

 

 

13.-1464791601

 

Traductions et sous-titrage :

 

Défraiements de tournage et de traductions pour la vidéo de présentation : 400 euros

Y ont participés Micaela Ico Bautista, Agripino Ico Bautista, Alice Bafoin Aurélie Bès de Berc, Susannah Daniels, Nico et Christophe Bès de Berc.

La traduction des rushs du film du Tzotzil et Tzeltal vers l’espagnol puis le français : 700 euros

Les traductions du film final en 3 langues (à partir de l’espagnol) : 900 euros

L’association Mâ entretient un réseau en France, Allemagne, Angleterre, Mexique, USA et souhaite donc diffuser ses outils dans ces différents pays.

Les sous-titrages en 4 langues :  1000 euros 

 

Post-production :

 

Montage : 1000 euros

Mixage, mastering et frais musicaux : 1000 euros

 

Communication et diffusion :

 

Edition de DVD : 800 euros (pour 500 DVD standards dont la majorités ira à vous, chers contribut(rice)eurs)

Frais de communication et de déplacement pour la tournée du film en France : 1200 euros

Flyers, impressions des affiches, cartes postales, jaquettes des DVD, frais d'envoi des contributions, frais de déplacements pour diffuser le film en France, etc... 

 

Pour y voir plus clair

 

Avec 3100 euros, nous pouvons finir la réalisation du film en espagnol

 

Avec 5000 euros, nous avons le film sous-titré en espagnol, français, anglais, allemand

 

Avec 7000 euros, OBJECTIF ATTEINT

 

Si nous dépassons les 7000 euros….

 

Si nous dépassons les 7000 euros, l’argent en plus ira à Micaela Ico Bautista et servira a l’organisation d’ateliers, de rencontres, et d’échanges autour du documentaire. Mais pourquoi la collecte ne servirait-elle pas directement à l’organisation d’ateliers ?

 

-    Les sage-femmes traditionnelles Mayas étant fortement discriminés au Mexique, l’apport d’un soutien moral à l’échelle international est plus que nécessaire,

 

-    Le support documentaire est un formidable outil pour diffuser le message des sages-femmes traditionnelles Maya, toucher de nouveaux publics, et faire grandir leur réseau de soutien tout en participant à ouvrir des débats,

 

-   Nous souhaitons contribuer à susciter des vocations auprès des jeunes générations en diffusant le documentaire dans un réseau de villages autochtones du Chiapas,

 

-    Le projet documentaire vise également à pérenniser financièrement le projet porté par Micaela Ico Bautista (par la vente de DVD et via la tournée du film en France), soit la mise en place d’ateliers de transmissions, de savoirs et d’échanges d’expériences dans les villages.

 

Si nous atteignons 10 000 euros…

 

Nous pourrons organiser une tournée du film au Mexique, à San Cristobal de Las Casas et dans les communautés autochtones du Chiapas, en présence de Micaela Ico Bautista, qui aura alors la possibilité de donner des ateliers avec le support du film.

 

Sur ce point, nous tenons a souligner qu’en montrant aux jeunes générations que l’on s’intéresse aux pratiques traditionnelles de leurs communautés ailleurs dans le monde, on réalise déjà un travail qui peut contribuer à la sauvegarde de ces pratiques.

 

Calendrier de réalisation prévisionnel:

 

            Janvier-février : transcription du Tzotzil et Tseltal à l’Espagnol 

 

            Mars à juin : Montage

 

            Eté : Montage son et mixage

 

            Début diffusion en septembre-octobre 2017

 

            Edition du DVD en janvier 2018

 

 

 

 

Thumb_logo_ma_-1464196512
Association Mâ

Créée en 2009, l'association MÂ a pour but de mener des actions de sensibilisation à la Naissance Respectée et promouvoir le bien Être et l'épanouissement de la personne, de sa naissance à l'âge adulte; contribuer à créer un lien social, un réseau ouvert entre ses différents acteurs (professionnels, étudiants, usagers, militants et curieux...);... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Belle initiative dans ce monde ultra-technicisé par le masculin..
Thumb_default
Tous mes encouragements pour la réalisation de ce documentaire. Salutations depuis la Guyane où je suis installée pour quelques années, je l'espère ! Bernadette
Thumb_default
Je vous souhaite une belle réussite dans votre projet ! Aurélie, tes docus sont supers !!