Exposition photographique : Portraits d'Iraniennes en exil à travers le monde.

Large__mg_7119_copy-1426025679

Présentation détaillée du projet

 

À sept heures trente le 29 septembre 2009 à l’heure de Paris, passant la porte B371 de l’aéroport Charles De Gaulle, je met officiellement les pieds sur la terre de l’Union Européenne.

Un ciel gris, des peaux claires…

Quelques heures plus tard, quelques degrés plus bas, quelques événements, souvenirs, mémoires, quelques galaxies plus loin, je tombe dans l’éloignement.

Son terme technique est Exil.

 

Ex-7-1426026027

 

Au moins 4 millions d'Iraniens vivent à l’extérieur de l'Iran. En 2009, le Fonds Monétaire International a annoncé que l'Iran est le premier parmi les 91 pays en cours de développement au niveaux de la migration des « élites ».

Ce projet se veut comme un atlas de femmes modernes iraniennes en exil, entre la France et les USA. C'est un projet en cours, c'est-à-dire que sa forme peut encore évoluer jusqu'à l'exposition.

 

J'ai commencé en 2013, en installant un petit atelier vers la place d'Italie à Paris. J'invite quelques iraniens-parisiens pour boire un café ensemble, parler de l'histoire de leur voyage et comment ils sont y arrivé, pourquoi, ce que signifie le concept de la territoire chez eux, l’identité, le style de la vie moderne etc... Pendant cette rencontre, je suis derrière mon appareil photo et les invités devant mon objectif. De temps en temps je déclenche, certains de ces moments sont fixés sur un fond blanc.

 

Topos-9203-1426025887

 

Fin 2014 je commence à suivre deux jeunes Iraniennes-Parisiennes avec mon appareil photo de manière plus documentaire. Setare qui était déjà venue à mon atelier la première fois et Maryam qui vient d'arriver à Paris. Je les laisse nous (mon appareil et moi) emmener tout au long de leur vie parisienne en nous permettant d’être les témoins de ces moments. J'aimerai finaliser ces séries par un volet à New-York.

 

_mg_6876-1426025951

 

Par chance j'ai été sélectionnée pour un programme d’échange entre l'ENSP d'Arles et l'ICP de New-York, ce qui m'a permis d'obtenir mon visa américain pour 3 mois. Mais tout cela se fait sans financement, et les frais pour arriver jusqu'à l'exposition sont pour moi énormes. C'est pourquoi je demande aux kisskiss bankers de m'aider pour une partie des frais.

L'ICP met à ma disposition les laboratoires, studios et bibliothèque. Je pourrai aussi developper et enrichir mon projet en rencontrant les maitres de la photographie et les autres artistes fréquentant le Centre.

J'ai besoin des kisskiss bankers pour continuer ce projet, c'est-à-dire aller faire des prises de vues aux Etats-Unis et exposer à Arles à l'automne 2015 dans le cadres des projets du post-diplôme 2014 de l'ENSP. J'organise une deuxième exposition en 2016 pour présenter ce projet dans d'autres lieux.

 

_mg_7782-1426025778

 

 

Vous pouvez trouver mes travaux précédents sur mon site : Sajede

 

À quoi servira la collecte ?

 

Voici les frais associés à la finalisation du projet. Ma location à New-York venant d'être annulée, le poste logement devient très important en cette période de l'année :

 

Logement : 3*1000=3000 euros

Transports intérieurs USA : 600 euros

Vol aller-retour : 600 euros

Visa + Application Center : 300 euros

Impression des tirages pour l'exposition : 1600 euros

Logistique exposition (les œuvres et moi) : 400 euros

Accessoires de survie (imprévus et impondérables) : 500 euros

Total : 7000 euros

 

Je m'engage sur la moitié des frais et je demande le soutien participatif pour 50% des frais du projet, soit au total 3780 euros.

 

Moitié des frais : 3500 euros

Commission Kiss Kiss Bank Bank 8% : 280 euros

Total : 3780 euros

 

Si la collecte dépasse les objectifs, cela me permettra d'amorcer un volet sur les femmes exilées en Inde, un pays moins onéreux. L'objectif idéal de ce projet est de développer cette recherche partout sur cette planète pour raconter l'histoire des ces Iraniennes sans frontière.

 

_mg_7937-1426025801

Thumb_10987315_10153071647458080_2315952816071777818_n-1426018334
sajede.sharifi

Sajede Sharifi, je suis née en Iran en 1984. J’ai appris la photographie argentique à la Maison Iranienne de la Photographie. J'ai travaillé environ dix ans pour différents journaux en tant que photographe-journaliste. Diplômée de l'ENSP, aujourd'hui je vis et travaille à Paris. Expositions : Collective « JE, TU, ELLE (Féminisme II) » , Arles 2015.... Voir la suite