❤ Financez notre film! ❤ Cet essai explore l’architecture d’une croisière, son potentiel visuel et fictionnel à travers le regard d'Ulysse.

Large_titreicon-1467494291-1467494310

Présentation détaillée du projet

 

Genese-1467480953

 

Ma grand-mère Carmen fait des croisières trois à quatre fois par an, un peu partout dans le monde: l’Amérique du Sud, les Caraïbes, la Méditerranée, la Mer Rouge… Elle passe des quinzaines de jours à parcourir en boucle les mêmes endroits qu’elle a déjà visités deux ou trois ans auparavant. Sa destination préférée, c’est Dubaï. Elle y est allée quatre fois, comme elle aime le dire, «afin de vérifier l’avancée des travaux».

 

Moi même, j’y suis allée plusieurs fois avec elle (douze fois, pour être exacte). Depuis que j’ai 13 ans et jusqu’à l’année dernière, elle m’y emmenait avec mes cousins. Chaque été, chaque hiver. Le Costa Mediterranea, le Costa Magica, le Costa Pacifica, le Costa Victoria, le Costa Luminosa, le Costa Atlantica, le Costa Serena, le Costa Fortuna, le Costa ConcordiaJe les ai tous vus. Habités.

 

Laurapadrina-1467481133

 

À partir de cette répétition, la fascination de la première fois a été progressivement substituée par l’analyse systématique de cet espace qui me fascine et qui me hante. Mon regard se dirige involontairement vers le ventre, les entrailles du navire. Ses espaces. Ses mécanismes. La ritualisation du voyage. 

 

 

Syn-1467481237

 

Cet essai documentaire est le journal de bord d’un voyage dans ces sortes de fauteuils à moteur qui errent par la mer, dans un enchaînement infini d’allers et retours, et qui répètent jusqu’à l’infini le même mouvement circulaire, le même itinéraire, les mêmes villes, les mêmes activités, les mêmes horaires, la même cacophonie incessante des fils musicaux. Le temps et l’espace se confondent et s’annulent grâce à la répétition de motifs et à l’espace de carton-pâte. Plusieurs tableaux fixes, comme s’ils étaient issus des catalogues de vacances, se succèdent à partir d’associations rythmiques, formelles ou pulsionnelles. Un souvenir des impressions d’un voyage, construit dans un état de demi-sommeil, de rêverie. Entre l’objectivité d’une caméra qui le signale du doigt, et la subjectivité d’un regard qui participe aussi au rituel. La présence du personnage d’Ulysse (Carlos Solano) assure le lien entre toutes le différentes matières visuelles.

 

Structuremer-1467542511

 

Afin de transmettre l'idée du bateau comme un aimant, qui provoque une certaine tension magnétique à l’image, avec des flous, des aberrations, j’ai choisi la caméra DV Panasonic NV-GS400. La texture de ses images évoque, à mes yeux, l’image de voyage, l’image-souvenir que n'importe quel voyageur pourrait filmer.

 

Captura_de_pantalla_2016-07-11_a_la_s__12.36.58-1468233521

 

 

Le film est composé de trois parties :

 

I. PRIÈRE DE L’AÈDE À LA MUSE

(ou INVOCATION DES IMAGES)

 

Dans tous les catalogues touristiques, les pays semblent être disposés en suivant une ligne droite, prêts à être consommés. Comme une raie de cocaïne. Se déplacer d’un espace à l’autre est extrêmement facile. Avec les croisières, cet effet se multiplie. Dans le navire, en mouvement perpétuel parmi un monde a-territorial (la mer), le voyageur n’expérimente aucun rite de passage. Les frontières sont complètement effacées, liquides. Tout est réuni dans un même espace et temps zéro.

 

En plus, le voyageur s’est converti à la sédentarité, on ne sort pas du bateau. Entre nous et la mer, entre nous et la terre, il y a toujours une barrière: une vitre, une balustrade, une colonne. Même quand on descend du navire, on le filme dès l’extérieur : le territoire qui était censé être sauvage et inconnu, n’est qu’une extension, un déploiement des tapis qui recouvrent le bateau. On n’est pas partis ailleurs: on est restés chez nous.

 

La première partie du film est une succession de plusieurs tableaux fixes de l’intérieur du bateau, filmés lors de mes précédents voyages. Ce sont des images qui montrent les activités proposées voire imposées par le cosmos de la croisière. Elles se répètent, sans cesse. Je veux explorer cette forme de boucle à partir du montage, de la répétition et l’accumulation de situations qui provoquent le confort (la reconnaissance d’un espace et d’une routine) et en même temps la désorientation du spectateur.

 

 

II. CARLOS – ULYSSE

(ou LE RÉCIT INFINI)

 

Un homme, de dos, regarde la mer depuis le balcon de sa chambre. Il s’agit d’Ulysse, incarné par le beau profil grec de Carlos Solano. Il est l’axe principal qui va coudre toutes ses images. Ce personnage marque la fin de la période des héros, et est au même temps une source infinie de fictions. Il a passé plus de vingt ans en train de parcourir la mer en boucle, et il le fait encore. Il se promène, infatigable voyageur fondu dans la foule, jusqu’à l’infini.  Il participe à ce voyage ritualisée et collectif, en visitant sa terre mère (Olympia, Corfou) et en rejouant, involontairement, les odyssées qu’il a vécu auparavant.

 

 

III. TÉLEMAQUIE

(ou TOUS LES SOUVENIRS)

 

La dernière partie du film convoque un très grand nombre de sources visuelles et narratives (vidéos et commentaires en voix off de différents voyageurs) qui s’articulent avec des séquences d’Ulysse habitant la croisière.

 

 

Equipe-1467481427

 

LUCAS LE POSTEC est le responsable de la production.

 

AURORE TOULON se chargera de l’étalonnage des images magiques.

 

DETHVIXAY BANTHRONGSAKD, notre immanquable décorateur et couturier.

 

LAURA RIUS et CARLOS SOLANO sont les penseurs, réalisateurs et acteurs du projet.

 

Laura Rius, en deuxième année de montage à l’école de la Fémis, a un gout particulier pour les projets un peu fous. Elle a déjà co-réalisé son premier long-métrage (Les Amigues de l’Àgata, actuellement dans les salles espagnoles), quelques vidéos expérimentales et plusieurs clips musicaux.

 

Carlos Solano, actuellement en Master 2 Recherche à l’université de Paris III, est sensible à la théorie cinématographique et à la création vidéo-plastique. Il réalise des petites pièces expérimentales et nourrit un goût pour les correspondances filmiques.

 

Tous les deux sont en colocation et s’inspirent mutuellement, en provoquant le surgissement d’une entité puissante et spirituelle. Ils ont rêvé de ce projet collaboratif depuis leur naissance. Ils s’aiment beaucoup, aussi.

 

Realisateurs-1467481583

À quoi servira la collecte ?

Financement-1467481658

 

On a besoin de votre aide afin de faire ce film !

 

Notre tournage va se dérouler du 15 au 22 juillet 2016, à bord d’un bateau de croisière, source spatiale de nos recherches visuelles et théoriques. Il ne s'agit pas d'un voyage, mais d'une profonde exploration aussi bien spatiale (le bateau) que géographique (la Méditerranée) et fictionnelle (le Récit de l'Odyssée). 

 

On va galoper sur les vagues vineuses de la mer « mère » Méditerranée, qui nous berceront vers les villes de Venise, Trieste, Split, Kotor, Olympia, Corfou et Dubrovnik.

 

Trajet-1467481736

 

Le financement servira à couvrir les frais de déplacement (Paris-Venise-Paris) ainsi qu’à financer notre couteux séjour, excursions à Olympia et Corfou comprises où nous reconstituerons des épisodes de l'Odyssée.

 

De même, nous prévoyons un budget destiné à l’achat de matériel pour notre caméra (cassettes miniDV), un disque dur (1T) et des costumes servant à reconstituer des scènes de l’Odyssée.

 

Si nous dépassons notre objectif, nous destinerons cet argent à l’achat d’un enregistreur Zoom qui améliorera notre prise de son. De plus, nous pourrons prolonger la phase de post-production. 

 

Debispetit-1467547010

 

 

Contrepartie-1467482052

 

5€ ➜  Apparition au générique + Bisous de l’amour

 

10€ ➜ Contreparties précédentes + Lien Viméo du film

 

20€ ➜ Contreparties précédentes + 1 Carte postale d’Olympia + Invitation à la projection

 

50€ ➜ Contreparties précédentes + 1 Photo des réalisateurs prise pendant la croisière par un photographe professionnel + Pack de thé, cacao en poudre et café du buffet

 

70€ ➜ Contreparties précédentes + 1 DVD + Souvenir Surprise

 

100€ ➜ Contreparties précédentes + Affiche du Film

 

200€ ➜ Contreparties précédentes + Un bouquet de fleurs signé par le capitaine de la croisière

 

PLUS ➜ Contreparties précédentes + Dîner olympien avec l’équipe

Thumb_captura_de_pantalla_2016-07-02_a_la_s__20.15.19-1467483342
los_pichus

Laura Rius, en deuxième année de montage à l’école de la Fémis, a un gout particulier pour les projets un peu fous. Elle a déjà réalisé son premier long-métrage (Les Amigues de l’Àgata, actuellement dans les salles espagnoles), quelques vidéos expérimentales et plusieurs clips musicaux. Carlos Solano, actuellement en Master 2 Recherche à l’université... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Por los proyectos a buen puerto. Avia
Thumb_default
Kisses mil Andrea
Thumb_default
beau travail graphique.