Aidez à concrétisez une mission de 5 étudiants infirmiers landais en route vers la Solidarité !

Large_52

Présentation détaillée du projet

              Nous sommes un groupe de cinq étudiants infirmiers en deuxième année à l'Institut de Formation en Soins Infirmiers de Mont-de-Marsan (Landes - 40) et nous souhaitons partir en voyage humanitaire en collaboration avec un médecin (Dr O.) au Bénin, sur le plateau de Kétou. En effet, notre établissement scolaire nous permet, en troisième et dernière année d'étude, d'effectuer une mission humanitaire dans le monde. 

 

 Notre groupe s'est naturellement formé par affinité, nous pensons qu'il est important de bien s'entendre avec les personnes avec qui nous partons car il s'agit d'une expérience que nous allons vivre ensemble. La cohésion du groupe est donc primordiale tout comme notre motivation et notre détermination.

 

Lors des premiers jours de notre initiative, nous avons rencontré le Dr O. à son domicile afin qu'il nous renseigne sur le déroulement de la mission. Nous avons également contacté les anciens étudiants qui sont partis au Bénin l'an passé afin d'avoir leur ressenti, et de connaître le projet qu'ils avaient mené pour que nous puissions le poursuivre tout en y incorporant de nouveaux objectifs. Nous tentons donc de monter ce nouveau projet en espérant qu'il s'agisse d'un aboutissement de notre formation riche en expériences ! 

Le Bénin en quelques mots:

                Le Bénin est situé en Afrique de l’Ouest dans la zone tropicale. Il est limité au Nord par le fleuve Niger qui le sépare de la République du Niger ; au Nord-Ouest par le Burkina Faso, à l'Ouest par le Togo, à l'Est par le Nigeria et au Sud par l'Océan Atlantique. La République du Bénin est peuplé de 6,9 millions d’habitants. La majeure partie de la population vit dans les plaines côtières méridionales, où les plus grandes villes du Bénin ont concentrées : notamment Porto Novo et Cotonou. Porto-Novo est la capitale officielle, Cotonou est le siège du gouvernement.

 

 

 

L’organisation du système de santé: 

Le système de santé au Bénin s'organise de la sorte :

 

Ministère de la santé

(Cotonou qui est le centre nationale de santé universitaire)

Direction départemental de la santé

(Porto Novo qui est l'hôpital départemental)

Centre de santé

(Ketou)

Petit centre de santé dans village

 

 

 

 Les Maladies:

 

            Les maladies les plus rencontrées au Bénin sont les maladies tropicales et les infections parasitaires. En effet l'ensemble du pays est affecté toute l'année par le paludisme.

            De plus des cas de fièvre jaune et de fièvre de Lassa sont régulièrement recensées. Ces deux maladies sont des fièvres hémorragiques virales ; la première est transmise par les moustiques, tandis que la seconde est diffusée par les rongeurs.

            Il est également important de noter qu’il existe de nombreuses maladies transmises par l’eau, la nourriture et l’environnement lorsqu’ils sont souillés (maladies diarrhéiques) : le Choléra, la Leptospirose.

            Le Bénin se trouve dans la zone de la "ceinture de la méningite" ; des cas de méningite sont régulièrement répertoriés, notamment au cours de la saison sèche (entre décembre et mars).

             La prévalence du virus VIH est importante : selon l'UNAIDS (l'agence des Nations Unies de lutte contre le sida), 1,2% de la population adulte (entre 15 et 49 ans) est séropositive.

           

 

 

La ville de Ketou:

           

            Kétou, ville où nous allons vivre pendant 5 semaines, se situe au sud-est du Bénin, sur la pointe nord du département du Plateau. La commune est divisée en six arrondissements (Adakplamè, Idigny, Kétou-centre, Kpankou, Odomèta et Okpomèta) eux-même subdivisés en 28 villages et 10 quartiers de ville. Il est situé à 140 km au nord de Cotonou (capitale économique) et à 100 km de la capitale Porto-Novo.          

 

 

 

 

 

                  La population de la ville s’élève à 100 499 habitants dont 61% en zone rurale et 39 % en zone urbaine. C’est une commune rurale peu développée, l’essentiel de l’économie de Ketou repose sur le commerce et l’agriculture d'où la création de l’Université d'Agriculture de Kétou (UAK) qui est un établissement public d’enseignement supérieur et qui a pour mission d'assurer dans le secteur de l’agriculture, la formation de cadres professionnels, de contribuer à la recherche scientifique, aux innovations technologiques et au développement de l'économie nationale en formant des ressources humaines pour les besoins du développement économique, social, intellectuel et culturel du Bénin. On trouve en ville un certain nombre de services, dont une gendarmerie, un poste de douane, un camp militaire, un hôpital, une banque de micro crédit, plusieurs écoles primaires, deux collèges. Pour finir, Kétou a la particularité de conserver un roi. Avec sa cour, il joue un rôle dans la régulation de la vie sociale, le règlement des conflits et atteintes aux coutumes. Le maire de Kétou est actuellement le Docteur Salami Saliou Osseni.

 

 

 

 

La mission

Pour  construire nos objectifs, nous nous sommes appuyés sur l'ancien projet qui a été mené au Bénin il y a 2 ans. Nous reprendrons leurs actions, les compléterons et en apporterons des nouvelles.

 

OBJECTIFS :

I : Nous découvrirons le pays, nous nous enrichisserons personnellement, et nous nous familiariserons à ce nouveau cadre de vie.

II : Nous créerons une correspondance entre l'école de Lahourcade (64) et de Ketou.

III : Nous apporterons des connaissances quant à certains principes et protocoles utilisés en France.

IV : Nous nous adapterons au peu de moyen mis à notre disposition dans les centres de santé en 1 semaine.

V : Nous comprendrons les responsabilités et le statut de l'infirmier dans le système de santé du Bénin.

 

ACTIONS :

I : Observer l'infirmier dans son travail et ses actions dans le dispensaire ainsi qu'à l'ONG.

II : Repérer le matériel mis à notre disposition rapidement. III : Campagne d'éducation sur l'hygiène des mains menée dans les lieux de stage ainsi qu'à l'école. Pour cela, nous utiliserons des flyers que nous récupèrerons auprès du CLIN. De plus, nous aimerions réaliser une intervention auprès des enfants dans l'école.

Dans les lieux d'action, nous observerons tout d'abord leur technique de lavage des mains puis nous les sensibiliserons sur l'importance du lavage des mains.

IV : Réévaluation du protocole de pansement. Pour cela nous avons créé une grille d'évaluation

V : Education auprès des parents sur le palludisme car les populations les plus exposées sont les enfants de moins de 5 ans et les femmes enceintes. Pour cela, nous ménerons cette éducation auprès des maternités. Nous leur présenterons les mesures à respecter en ce qui concerne le paludisme comme : dormir sous des moustiquaires, dès que le soleil se couche mettre des vêtements couvrants le corps afin d'éviter les piqûres de moustiques, utiliser des répulsifs anti-moustiques sur les parties découvertes du corps puis une application d'insecticides sur les murs des habitations... Nous leur expliquerons ensuite l'importance de réagir vite en se rendant dans un centre de santé face au premier symptôme : la fièvre.

VI : Nous avons évoqué l'idée au  Docteur O qui serait d'accord de contacter l'école de Ketou afin d'avoir le consentement de l'instituteur. L'école de Lahourcade (51 élèves en 2 classes) a pour projet pédagogique : Les enfants et l'école à travers le monde. Une correspondance papier voire internet avec l'école de Ketou entre complètement dans ce projet. Nous souhaitons par cette correspondance faire découvrir aux enfants une nouvelle culture, un mode de vie différents et des modalités pédagogiques différentes. De plus, nous souhaitons sensibiliser les élèves au manque de moyen rencontré par les écoles africaines et mettre en place une collecte de matériel de base et des livres qui pourraient être amenés par les étudiants. Le projet sera travaillé en amont avec les enseignants des 2 écoles afin de répondre au mieux aux attentes de chacun. Ce travail doit être mis en place pour être prêt dès la rentrée car il semble important que les élèves de Ketou soient complètement dans le projet dès notre arrivée.

Préparation de la mission Ordonnance trousse à pharmacie personnelle

 

Afin d'aborder cette mission dans des conditions favorables, nous nous sommes préparés sur divers plans.

 

            Tout d'abord sur le plan médical, nous nous sommes renseignés sur les vaccins qu'il était nécessaires d'effectuer avant notre départ pour éviter de prendre des risques. Ceux obligatoires sont : la fièvre jaune, l'hépatite B, le tétanos, la poliomyélite ainsi que la diphtérie. Étant étudiants infirmiers, il ne nous manque que le vaccin contre la fièvre jaune et celui de la diphtérie que nous ferons à Dax dans un centre agréé. Il y a également des vaccins conseillés tels que l'hépatite A et la Méningite. Nous devrons rappeler l'hôpital de Dax en septembre afin de prendre rendez-vous pour ces différents vaccins (fièvre jaune + thyphoïde + hépatite A). De plus, lors de notre rendez vous avec  le Docteur O, ce dernier nous a évoqué l'omniprésence du paludisme au Bénin. Le paludisme est une maladie qui peut être mortelle et qui est due à un parasite le Plasmodium transmit suite à une piqure de moustique l'anophèle femelle dans l'organisme humain. Cette maladie reste un problème de santé publique en Afrique puise qu'elle est la cause de 1,5 à 2,7 millions de décés dans le monde dont 90% en Afrique. Au Bénin elle représente 36% des motifs d'hospitalisation. Il existe 4 formes de paludisme humains, le vivax, l'ovale, le malariae ainsi que le falciparum. Ce dernier étant la forme la plus sévère et la plus fréquente au Bénin (90% des cas). Après la contamination de l'homme, il y a 2 phases d'évolution du parasite :

 

 

 

Phase 1 : Phase schizontocyte qui est à l'origine d'une hypoglycémie car le parasite puise dans les réserve de sucre de l'organisme, dont le foie, afin de se développer.

 

 

Phase 2 : Phase Gamétocyte, c'est quand le parasite atteint sa phase de maturité et qu'il provoque l'éclatement des globules rouges d'où la présence de fièvre et d'anémie.

           

            En fonction du taux d'infection, il existe 2 types de paludisme. Le paludisme simple présente les symptômes suivants : céphalées, fièvre, arthralgie, courbature, douleurs abdominales, diarrhée ainsi qu'une anémie. Ces symptômes apparaissant généralement 10-15 jours après la piqûre. Le paludisme grave lui associe la fièvre à un signe de gravité tel que le coma, l'anurie, des troubles respiratoires, une hématurie, un ictère. Les population les plus exposées aux risques sont : les enfants de moins de 5 ans, les femmes enceintes ainsi que les voyageurs internationaux en provenance des pays où le paludisme n'existe pas car ils ne sont pas immunisés. Il est donc très important que nous mettions en place une prévention contre le paludisme avant notre départ. Une chimioprophylaxie sera effectuée, prise d'un antibiotique afin de prévenir l'éventuelle survenue de la maladie. Elle doit être prescrite par notre médecin traitant et est adaptée en fonction du voyageur et de notre destination, ici le Bénin qui est classé niveau 3 (les pays sont classés selon 3 niveaux selon leur chimiosensibilité). Il est bien évidemment conseillé également de se protéger par des pommades répulsives que nous amènerons, des moustiquaires que nous achèterons directement sur place sous le conseil de Mr Otchayomi, sa maison étant déjà elle même équipée de moustiquaires à chaque ouverture.

            De plus, nous pensons amener une trousse à pharmacie en commun afin de prévenir d'éventuels incidents. Nous prendrons du paracétamol, des antidiarrhéiques, des antiémétiques, des antispasmotiques, des laxatifs, des compresses stériles, des solutions antiseptiques, des pansements stériles ainsi que des collyres car les problèmes oculaires à type conjonctivite sont fréquents.

 

            Enfin, nous amènerons des pastilles pour purifier l'eau et nous achèterons des bouteilles d'eau minérale afin de diminuer les risques de contamination.

 

À quoi servira la collecte ?

 

 

 

Notre financement repose sur la vente de cabas, de stylos, de bracelets faits mains, de marchés, de vides greniers, de vente de gâteaux et surtout sur la générosité des personnes. Nous comptons également sur les dons et le matériel présent sur place pour mener à bien notre mission. Pour le moment, notre budget s'élève à 500 euros, le reste est donc à notre charge, soit près de 5000 euros pour nous 5.

 

 

Thumb_sans_titre_2
ESi 40

Nous sommes 5 étudiants infirmiers de deuxième année de Mont-de-Marsan (Landes). C'est au travers de notre parcours théorique et pratique lors de nos nombreux stages en structures de soins en France, que nous avons pu acquérir nos compétences en matière de prévention et d'éducation à la santé des populations. Ce projet rentre dans une réelle logique de... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Courage à vous dans cette belle démarche.