Mollusques est un court métrage, filmé en pellicule ; un huis clos, entre la fiction, la performance, et une réalité. Prod : Le Fresnoy.

Large_teasermollusquetitre

Présentation détaillée du projet

Ce film est né d’un projet de film documentaire. Maxence, vient vers moi en novembre 2011. Trois mois plus tôt, son cousin Martin meurt des suites d’un cancer. Il était pour lui un frère. Quelques jours après sa mort, des lettres écrites par Martin sont retrouvées. Maxence et sa famille y apprennent qu’il a été abusé sexuellement par son entraîneur de sport, de ses 13 ans à ses 17 ans, et qu’il avait l’intention d’entamer une démarche judiciaire. Maxence souhaitait poursuivre cette démarche, que je le filme dans cette tentative de briser le non-dit, le silence et la honte. Je l’ai donc suivi pendant plusieurs mois avec ma caméra, à diverses étapes de vie, et nous avons ainsi établi les fondations de notre relation, de notre collaboration, lui devant et moi derrière la caméra.

 

De ces rushes il n’est rien advenu de concret, par contre, cette collaboration m’a amenée à écrire une fiction, à vouloir confronter les personnages de cette histoire à une réalité fantasmée, pour chercher à jouer du silence qui s’est abattu et ainsi troubler. Troubler les émotions, troubler la réalité, pour pouvoir dire et voir légèrement autrement.

 

L’idée est de confronter les personnages à la figure du pédophile et de tenter de déconstruire l’image du monstre à l’intérieur, de créer une ambiguïté dans les sentiments du spectateur à l’égard de l’entraîneur mais aussi de la famille.

 

 

SYNOPSIS

 

Maxence et Corinne, ont enlevé l’entraîneur (celui-ci a les mains liées). Ils l’emmènent à un diner dans la famille de Maxence, qui a lieu dans un chalet en bois sur la côte du nord. Ils débarquent à l’imprévu, et la famille se retrouve devant l’impossibilité de pouvoir faire semblant. Face à cette confrontation violente à la réalité, que faire alors des tabous et des non dits ? Que dire lorsque le silence a été la règle pendant si longtemps ?

 

Le LIEU du tournage.

Chalet en bois d'une plage de la côte d'Opale.

 

Chaletescalier_vuelarge1015

 

Digue

 

Chaletescalier_vuechalets1015

 

Chaletescalier_vuearriere1015

 

Chalet1_ext7kisskiss

 

Chalet1_ext6kisskiss

 

 

Le TRAITEMENT

 

A l'instar du teaser, je souhaite une économie de mots dans ce film. Je souhaite me concentrer sur les corps et les regards qui seront les vecteurs des sentiments, des émotions, et diront ce que les mots ne peuvent contenir.

Ce teaser ne dévoile pas le scénario, mais évoque bien les choix esthétiques du film. Le choix de travailler en plan séquence s'associe au choix de la pellicule, et affirment ainsi le caractère performatif du film.

 

Les ACTEURS du court métrage

 

Corinne Masiero,

Maxence Vandevelde,

Patricia Pekmezian,

Michel Masiero,

Philippe Potier,

Germain Pluvinage, 

Sylvain Pottiez.

À quoi servira la collecte ?

Bien que Le Fresnoy apporte l'essentiel de la contribution financière et une aide en industrie, le budget est aujourd'hui trop faible pour l'ambition du film.  

Atteindre la somme souhaitée grâce à vos contributions, permettrait de financer une troisième journée de tournage indispensable pour réaliser le scénario tel qu'il est aujourd'hui. Cet argent permettrait également de financer une sixième bobine de pellicule (10min de rush) qui rendrait le tournage bien plus confortable.

 

Je vous remercie d'avance pour vos contributions.  

Thumb_j.pluvinage_by_delphine_manjardcut
JustinePluvinage

Elle est actuellement étudiante au Fresnoy, studio national des arts contemporains. Après des études de psychologie, elle sort diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie d’Arles en 2009. Son travail qui se déploie entre l’art vidéo et le film documentaire, a été montré notamment aux Rencontres d’Arles, au FOAM à Amsterdam, et au Bal à... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_j.pluvinage_by_delphine_manjardcut
;)
Thumb_default
Love Maxence
Thumb_j.pluvinage_by_delphine_manjardcut
Merci Louise !