Le Parcours initiatique d'un homme désillusionné en quête d'amour. Un road movie poétique donnant la part belle au rêve et aux fantasmes.

Large_mon_ange_-_image_g_n_rique

Présentation détaillée du projet

MON ANGE

un court métrage de fiction d'ANDRE GOLDBERG (22 min.)

En cours de finition

 

 

SYNOPSIS

 

JULIEN LAFARGE (Jean-Jacques Rausin), la quarantaine, traine un air triste et las. Il vit une rupture amoureuse difficile. Il est venu travailler comme auditeur dans une usine loin de chez lui, et c'est une de ses collègues, ANNE (Edith Van Malder) qui lui sert de chauffeur. Un trouble s'installe entre eux. 

Dans la chambre d'hôtel, il découvre par hasard dans un tiroir un paquet de lettres enrubanné d’un ruban pourpre. La lecture des lettres d’amour enflammées qu’il découvre le rend encore plus mélancolique. Troublé et intrigué par ce trop plein d’amour débordant, il décide de partir à la recherche de sa rédactrice, CELINE (Erika Sainte), mais que découvrira-t-il au bout de cette quête ?

 

 

DES OBJETS ET DES PERSONNES

 

Dans la plupart de mes films, j’aime à utiliser un objet comme métaphore des sentiments que ressentent mes personnages.

Dans mon court-métrage précédent (de l’absence, 2007), une photographie des parents du personnage principal, que ce dernier retrouve dans la première séquence du film, est d’abord coloriée puis brûlée par celui-ci, au fur et à mesure que l’on en apprend sur ses sentiments pour eux.

 

Les lettres de Céline, trouvées par hasard dans le tiroir d’un meuble de chevet d’une chambre d’hôtel redonnent un but au personnage central qui semble tellement désabusé. Il deviendra ainsi une sorte de messager qui permettra de faire se réunir les deux amants - symbolisés par leurs lettres - que l’on pensait perdus à jamais.

 

Mon_ange_1

 

 

L’IMAGE

 

Une attention et un soin particuliers ont été apportés au travail sur l’image, à la photographie, à la lumière, aux cadrages et aux mouvements de caméras, de manière à soutenir les sentiments des personnages et les ambiances du film : travelling, profondeur de champ, effets d’apparitions,…

 

Mon_ange_-_pierre_gordower

 

Toutes les séquences furent travaillées en lumière artificielle. Le choix du chef opérateur fut donc déterminant, et je remercie Pierre Gordower de m’avoir soutenu et encouragé à me lancer dans cette aventure et surtout de m’avoir épaulé dans ma démarche en y apportant son expérience, ses compétences et sa sensibilité ; l’image étant un élément important du film. 

 

 

TRAITEMENTS D’IMAGES ET EFFETS SPECIAUX

 

Sans trop dévoiler le film, de nombreuses scènes font apparaître et disparaître le personnage de Céline (Erika Sainte), que ce soit dans la chambre d'hôtel ou dans la voiture prêtée à Julien par Anne (Edith Van Malder). Ces séquences doivent être traitées de manière à ce qu’elles interviennent de façon fluide, presque réelles, comme de vraies apparitions, pour remplacer les apparitions en fondus actuellement dans la version actuelle du montage. Cela demande un travail minutieux de masquage et de synchronisation d’images.

Ces effets spéciaux seront réalisés par Amir Borenstein, artiste vidéaste et cinéaste.

 

Mon_ange_-_erika_sainte

 

 

LA MUSIQUE ET LE SON 

 

Au même titre que le travail sur l’image, le travail sur le son, de la musique aux ambiances sonores, est un des éléments importants du rendu des sentiments des personnages et des ambiances du film, puisqu’il comporte très peu de dialogues ; la lecture des lettres de Céline en étant l’élément principal.

 

La musique du film est extraite de pièces de musique issues des deux albums du groupe belge NOX (Catherine Graindorge, violon, David Christophe, basse et Elie Rabinovitch, batterie) et de l’album solo de sa violoniste Catherine Graindorge. Cette musique sera accompagnée d’une création sonore qui mettra en relief les sentiments, les non dits et les moments de trouble.

 

NOX : http://www.nox-freaks.com/#!home

Catherine Graindorge : http://catherinegraindorge.tumblr.com/

 

 

MISE EN OEUVRE DU PROJET EN AUTOPRODUCTION

 

Le tournage s’est déroulé au début novembre 2012, à Bruxelles, à Namur et dans le Hainaut.

La première phase de montage s'est faite entre février et avril 2013. 

Bien que nous n'avons pas réussi à obtenir les subventions de la Commission du Film, nous avons tenté malgré tout de maintenir les fortes ambitions artistiques de départ. Le tournage s’est organisé avec des moyens financiers extrêmement réduits et une équipe technique également réduite au minimum. Et le résultat artistique et technique est, il nous semble, au rendez-vous.

En ce qui nous concerne, jusqu’ici le pari est tenu.

 

L’équipe technique fut un savant mélange de grands professionnels (Pierre GordowerElla Van HoveMarcel Bulterys) encadrant une équipe de jeunes sortis récemment d’écoles de cinéma et pour la plupart d’anciens étudiants issus des deux écoles où j’enseigne la Vidéographie et le Cinéma (L’Ecole Agnès Varda et l’Académie des Arts visuels de Molenbeek), pour qui se fut souvent une première expérience de tournage professionnel.

 

J’ai également activé mes relations dans le milieu de l’audiovisuel et du cinéma pour que l’encadrement technique soit également professionnel, avec travelling en métal et dolly, éclairage, machinerie, camion régie, catering, etc. auprès de Take five, PBC Pictures et l’Ecole Agnès Varda.

 

Tous les comédiens pressentis ont également répondu présent. Et bien que nous ne soyons pas pour la plupart liés par des liens d’amitié, tous ont accepté d’y participer par intérêt pour le projet.

 

Pour ce tournage, nous avons réuni une somme de près de 10.000,00 € (près de 4.000,00 € pour l’image latente asbl et 6.000,00 € pour André Goldberg), une enveloppe dans laquelle nous avons pu mettre en œuvre le tournage du film ainsi que la première phase de montage, et que nous n’avons pas dépassé.

Cette somme a été consacrée exclusivement aux défraiements du personnel de tournage, aux assurances, déplacements, catering, location de matériel technique, accessoires de décors, costumes et frais divers.

 

Je prendrai en charge moi-même la finition du montage image ainsi que le montage son.

 

 

DEMARCHE ARTISTIQUE DU REALISATEUR

 

Artiste dans les arts visuels, photographe de formation, vidéaste, cinéaste de documentaire et de fiction, je suis également enseignant dans les mêmes branches dans plusieurs écoles et académies en Belgique.

Bien qu’utilisant les procédés liés aux nouvelles technologies, mes installations vidéos et mes films se nourrissent des codes de la peinture baroque (la vanité, la nature morte, le portrait), et se situent dans la continuité d'une reflexion et d'une demarche développée depuis près de vingt ans essentiellement autour des questions sur la mort, le deuil, le passé, l’absence, et les traces fragiles de notre présence en ce monde, questionnant l’état de la condition humaine, de l’Homme confronté à son destin de simple mortel et au caractère transitoire de sa vie sur terre.

 

 

CASTING PRINCIPAL

 

Jean-Jacques Rausin (Julien Lafarge)

Filmographie : Au cul du loup (LM), La tête la première (LM), Mauvaise Lune (CM)...

Mon_ange_-_jean-jacques_rausin_2

 

Jo Deseure (La vieille dame)

Filmographie : Soeur Sourire (LM), Toto le héros (LM), Le Syndrome du Cornichon (CM)...

Mon_ange_-_jo_deseure

 

Erika Sainte (Céline)

Filmographie : Elle ne pleure pas elle chante (LM), Fils unique (LM), Cow-Boy (LM)...

 

Mon_ange_-_erika_sainte_2

 

Edith Van Malder (Anne)

Filmographie : Altiplano  (LM), Millionnaire (CM), Les femmes qui l'aimaient (CM)...

Mon_ange_-_edith_van_malder

 

 

EQUIPE TECHNIQUE

 

scénario et réalisation : André Goldberg

assitants réalisation : Souad Ouanezar et Pierre Truong Tan Trung

scripte :  Monique Van de Maele

imagePierre Gordower et Ella Van Hove

assistants caméra : Félix Haelteman et Alice Bruyneel

son : N’Dembo Ziavoula

figuration : François Brice et Nathan Rozenberg

chefs électriciens : Marcel Bulterys et Alice Bruyneel

électriciens : Alice Bruyneel et Ychaï Gassenbauer

machiniste : Bob Levy, Emmanuel Toé

régie : François Brice

décors et costumes : Natacha De Locht

assistant décors et costumes : Nicolas Maïo

maquillages et coiffures : Gaëlle Dehaut et Marie Brabant

chorégraphie : François Brice

catering : Julie Goldberg et Georgette Berger

montage : Pauline Piris-Nury

musique : NOX, Catherine Graindorge, Elie Rabinovitch, David Christophe

production : Dominique Rozenberg (l’image latente) et André Goldberg  

matériel caméra : l’image latente

objectifs caméra : La Fabrique 22A

matériel son : Ecole Agnès Varda

matériel éclairage : Ecole Agnès Varda et PBC Pictures

matériel machinerie : Ecole Agnès Varda, PBC Pictures, KGS, BFC

camion régie : Take Five

location véhicules : Dockx Rental

assurances : Circles Group

 

 

Ont contribué à la réalisation de ce film :

Patrice Bauduinet (PBC Pictures), Alon Knoll, Gregory Zalcman, Jeanne Caspard (Take five), Clémentine Buggenhout-Deférière (Ecole Agnès Varda), Cécile Zandberg (Hôtels Argus et Azimuth à Bruxelles), Jean-Louis Goderniaux et Michel Lequeu (Usine Galvapower à Pont-de-Loup), Nathalie Masset (Maison à Thy-le-Bauduin), Jean-François Tefnin (Clap Liège), Maxime Deschamps (Clap Namur), Carlos Lopez (SNCB).

 

Remerciements :

Fabienne Adam, Anne-Laure Avigdor, Romain Ballez, Corine Bernard, François Bestard, Amir Borenstein, David Christophe, Jeanne Dandoy, Benoît Delval, Johann Delférière, Xavier Diskeuve, Niels Fauth, Frédéric Fichefet, Gwendoline Gautier, Catherine Graindorge, Quentin Jacques, Elisabeth Lourtie, Elie Rabinovitch, Juan-Carlos Salazar (Ecole de Maquillage Forever), Catherine Sauvage, Sebastian Schellenz, Jaco Van Dormael, David Vrancken, tout le personnel de l’usine Galvapower, la Police de la Zone Bruxelles-Capitale-Ixelles.

 

À quoi servira la collecte ?

Nous avons beaucoup fait appel aux bonnes volontés des uns et des autres, professionnels ou non dans les métiers du cinéma, afin que ce film puisse être encadré professionnellement, artistiquement et techniquement. Nous avons bien peur d’en avoir atteint les limites alors qu’il reste encore un énorme travail de finition qui demande de réelles compétences artistiques et techniques, avec un coût financier réel, et sans lesquelles ce film aura de grandes difficultés à se finir dans les conditions lui permettant de mettre en valeur le travail déjà accompli.

C'est pourquoi nous faisons appel à votre participation pour soutenir le financement de la finition de ce film.

 

Le Budget restant à réunir (6.500,00 €) comprend donc les frais liés au mixage son, à l'étalonnage image et à la réalisation d'un Mastering DCP, en passant par la finalisation des effets spéciaux.

 

Etalonnage + Mastering DCP (Studio + Etalonneur) : 3.350,00 €

Mixage son (Auditorium + Mixeur) : 1.800,00 €

Effets Spéciaux : 1.350,00 €

 

Si les contributions devaient s'avérer supérieures à ce montant, elles serviraient à la traduction et au sous-titrage français/anglais, à la diffusion du film et aux droits musicaux.

 

Un grand merci pour votre attention.

 

http://www.Andre-Goldberg.skyblog.com

 

Thumb_image_andr__goldberg_cinergie
André Goldberg

ANDRE GOLDBERG Photographe / Vidéaste / Cinéaste Né à Ixelles, le 17 septembre 1963 andre.goldberg@scarlet.be Filmographie • Mon Ange Film court-métrage de fiction / Scénario et Réalisation : André Goldberg (20 min) l'image latente – 2013 • de l'absence Film court-métrage de fiction / Scénario et Réalisation : André Goldberg avec le soutien... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
curieuse de découvrir l'histoire de ton ange...! amicalement, Dominique
Thumb_default
avec tous mes voeux de succès pour le film et de bonne santé pour toute la famille pour 2014 M. VAN STEENBRUGGHE
Thumb_default
Je te souhaite de réussir ce beau projet.