Plongez dans l'univers fantasmagorique et dystopique du nouveau court-métrage d'Isabelle Maurel, soutenez ce projet !

Large_palier-1523702278

Présentation détaillée du projet

Dans un univers fantastique et dystopique, Piel, lunettes de bains sur le front et jumelles autour du cou, est chargé de faire respecter les règles de l’établissement nautique asexualisé dans lequel il travaille : distance minimum à respecter entre individu, contact interdit... Un jour il est interpellé par l’activité secrète de Mona, la vendeuse de sandwich dont le stand est installé face à son poste de secouriste. Lors de son enquête il va découvrir son désir pour la jeune femme, désir interdit par les règles qu’il fait lui même appliquer.

 

 

Passionnée des univers plastiques créés par Wes Anderson et grande amatrice des comédies musicales classiques, j’ai depuis le début de mes études de cinéma l’envie de rendre hommage à l’univers fantastique qui a bercé mon enfance. J’ai l’envie de faire un film sur les corps et sur leur plasticité, sur le rêve et le désir. Sans recréer les comédies musicales je veux en reprendre les codes qui font sortir d’une narration en temps réel : temps d’arrêts, rêves éveillés, chorégraphies...

 

Dans Mona au fond des eaux j’ai envie de construire un univers qui flirte entre le fantastique et la science fiction. J’ai choisi comme unique lieu l’univers d’une piscine car je trouve ce lieu toujours étrange : à la fois aseptisé et à la fois un cadre concret où la nudité est présente mais «oubliée». Dans le film la piscine est un établissement dystopique dans lequel les contacts physiques sont interdits. Le fait que tout le monde soit dénudés mais que le corps soit tabou m’intéresse. La piscine dans Mona au fond des eaux se révèle être un monde presque anesthésié, flottant et calme, qui est mené au doigt et à la baguette par une voix dont la provenance reste inconnue. L’importance du décor est donc de taille, pour moi le décor de la piscine est un personnage à part entière dans le scénario.

 

Je souhaite créer un humour léger et décalé qui rappellerai l’univers de Jacques Tati (Mon Oncle) ou celui de la série Twin Peaks. L’histoire sera traitée de manière esthétique, Mona au fond des eaux est avant tout un décor et une ambiance, mais je souhaite également porter une attention particulière au son en créant une bande sonore fabriquée en post-production, chaque son ayant été amélioré et purifié jusqu’à l’obtention d’un code rythmique aux sensations d’abstrait. 

 

Mona (jouée par Marie Coutance) est le personnage «nymphe», elle est le corps mystérieux et insaisissable. Ce personnage est inspiré du personnage de Tedeschi dans Nenette et Boni de Claire Denis.

Son côté délicat et ingénu est inspiré des personnages féminins de comédies musicales comme Debbie Reynolds dans Chantons sous la pluie.

Piel (joué par Romain Ozanon) est le personnage principal qui fait semblant de contrôler les choses. C’est le héros malgré lui. Inspiré du personnage de Dale Cooper dans Twin Peaks, décalé et touchant; mais aussi des héros de Wes Anderson toujours maladroits, pleins de gadgets. Il se laisse embarqué dans ses désirs avec inconscience, il va à l’encontre des règles qu’il fait appliquer de manière ingénue.

 

Un travail des couleurs : 

Ayant fait des études de graphisme je porte une attention importante aux couleurs et à leur répartition dans l'image et leur signification. Le contraste avant de se faire par la lumière se fait par les couleurs en créant des harmonies, des nuanciers, des complémentarités... J'ai envie de composer mon film à travers le bleu et le rouge/orangé. J'ai recherché des inspirations colorées comme Le travail de Maria Svarbova :

 

Ou encore les costumes pimpants Des Demoiselles de Rochefort.

 

Différentes inspirations de composition de l'image :

(Ava, chef opérateur - Paul Guilhaume / pour le décadrage)

 

(Jeune femme, chef opératrice - Emilie Noblet  / pour la lecture de l'image dans la profondeur)

 

(Les garçons sauvages, chef opératrice - Pascale Granel  / pour l'utilisation de focales larges et la composition dans l'espace)

 

 

 

On vous présente en avant-première 2 maquettes des musiques du film composées par Simon :

 

 

 

 

Quelques unes de nos références : 

 

Le Bracelet - Alain Goraguer - B.O de La planète sauvage

Improvisacio n°1 - Bobby McFerrin

Lay-Z Boy - Stranger Things, Vol. 1 

 

 

L'équipe se compose de 6 élèves de la Cinéfabrique, école de cinéma lyonnaise : http://cinefabrique.fr/ et de professionnels du cinéma !

 

 

Isabelle Maurel, Réalisatrice - 3ème année en section image à la Cinéfabrique.

 

 

"Quand je vais au cinéma c'est pour rêver. En écrivant Mona au fond des eaux j'ai inconsciemment mélangé tous les univers cinématographiques qui ont bercé mon enfance : Twin Peaks, Les Vacances de Monsieur Hulot, Les demoiselles de Rochefort, Le Septième voyage de Sindbad, Le bal des sirènes...  Mona au fond des eaux est pour moi un hommage à mon enfance mais qui parle d'un sujet sur le passage à l'âge adulte avec l'incompréhension des désirs sexuels. La découverte du film Les garçons sauvages, m'a complètement réconfortée dans l'idée de faire un film fantastique et expérimental sans me soucier des codes "convenus" du cinéma français. "

 

Célia Choque Quispe, 1ère assistante réalisatrice - 3ème année en section montage à la Cinéfabrique.

"Bonjour petits baigneurs, ici Célia. Plutôt monteuse à l’origine, je mets rarement les pieds sur un plateau. Ce sera ma seconde collaboration avec Isabelle en binôme réal-assistante. Il faut dire que ses histoires de piscine me donnent toujours bien envie de sortir de mon box !"

 

Benoît Michaëly, Scripte

" 22 ans, lyonnais et amoureux des bords de la Méditerranée, c’est la deuxième fois qu’Isabelle m’invite à plonger dans son univers en tant que scripte. Je suis passionné par les détails de décors et par la précision des scènes chorégraphiées. Dans Mona au fond des eaux, où la piscine est un personnage à part entière et où parfois vingt baigneurs font les mêmes gestes, ces questions seront cruciales et les raccords à vérifier, nombreux ; je souhaite épauler l’équipe mise en scène notamment sur ces points. Le tournage s’annonce aussi comme un beau défi de ton, d’ambiance et de rythme, et je suis très heureux de devoir veiller à ce que tout cela ne prenne jamais l’eau ! "

 

Antoine Rousseau, Directeur de production - 3ème année en section production à la Cinéfabrique.

 

Axelle Coquelet, Chef opératrice - 3ème année en section image à la Cinéfabrique.

"Je suis très très contente de faire partie de l'équipe d'Isabelle et de pouvoir travailler avec elle cet univers si particulier. Ses références et ses idées m'inspirent beaucoup, et je sens que nous allons pouvoir faire de très jolies choses. Nous avons la chance de disposer du matériel de la CinéFabrique, mais ne nous y trompons pas: la réussite de l'image dépend tout autant des décors et des costumes ! La piscine que nous pourrons louer sera notre Juliette Binoche, notre Isabelle Huppert, notre Catherine Deneuve ! J'espère donc que votre participation nous aidera à construire dans le détail cet univers coloré et décalé à souhait - vous pouvez faire confiance à Isabelle pour l'attention du détail, et vous ne serez pas déçus..!"

 

Simon Bauloz, Ingénieur du son / monteur et mixeur - 3ème année en section son à la Cinéfabrique.

" Ce que j'aime dans ce projet c'est qu'il y a plein de manières différente de créer l'atmosphère du lieu de la piscine. Avec Isabelle, nous avons décidé d'utiliser au maximum des sons non-direct, (c'est à dire recréé en post-synchronisation lors du bruitage), afin d'enfermer les personnages dans un décor irréaliste et fantastique. L'idée est d'utiliser des sons grotesques afin de rendre ridicule les actions des personnages; par exemple quand les gardes couineront en marchant.

Quant à la musique, elle s'inspirera de sons aquatiques du lieu, le but étant de rendre la matière sonore émotive et organique pour mettre le spectateur dans le flou psychologique des personnages.

Je suis très heureux de participer à ce projet qui laisse une grande place à la créativité dans la conception de la bande son. Hâte de vous faire entendre tout ça ! "

 

Eva Bedon, Chef électro - 3ème année en section image à la Cinéfabrique.

"L'univers de Mona au fond des eaux s'exprime par la direction d'acteurs, le son, le décor, l'image et également la lumière. C'est un projet très motivant qui me permet de faire pas mal de propositions à la lumière. L'histoire se passe à la fois sous l'eau, dans le noir ou dans un lieu froid et aseptisé. C'est donc beaucoup de recherche et de travail pour créer un univers cohérent et singulier. Maintenant il faut s'atteler à la préparation avec Isabelle, Axelle e le reste de l'équipe image !"

 

Perrine Ritter, Chef costumière

 

Lou Bouquier, Graphiste -  https://www.facebook.com/zorglubeettartoupomme/

 

 

 

 

 

 

Début Janvier, on a commencé la préparation en cherchant notre lieu de tournage : un bassin de piscine ou de bains municipaux. La recherche est toujours en cours mais des lieux sont déjà pré-validés tels que les Anciens Thermes d'Aix-les-Bains et la piscine de Kremlin Bicêtre. 

 

Mars : nous avons commencé un découpage technique avec Axelle la chef op' ce qui nous a permis de mieux visualiser le temps de tournage. Célia a établi un pré-plan de travail : 4 jours de tournage autour du bassin, 1 jour de tournage dans les vestiaires et 1 jour de tournage sous l'eau. Simon a commencé les maquettes de la bande sonore ! Antoine a créé son budget prévisionnel afin de savoir où nous allons pouvoir placer l'argent et comment bien le répartir pour répondre aux intentions artistiques.

 

Avril, on lance le Kiss Kiss ! On valide le lieu de tournage mi-Avril et on trouve les derniers membres de l'équipe !

 

Mai : finition des costumes et on installe le décor ! Répétitions avec les acteurs.

 

Juin, on tourne pendant une semaine !

 

Fin Juin/Juillet, on commence la post-production du film.

 

Fin Septembre : le film est terminé ! On envoie les contreparties :)

À quoi servira la collecte ?

Aujourd'hui, avec la seule aide de la Cinéfabrique qui participe à hauteur de 1500€ au budget du film, je ne peux pas faire ce film. Nous avons au minimum besoin de 1500€ en plus pour atteindre 3000€ afin que le projet puisse voir le jour.

Isabelle Maurel percevra l’intégralité de la collecte qui arrivera sur son compte bancaire et sera versé sur le compte du directeur de production : Antoine Rousseau, pour s'y ajouter au 1500€ de la Cinéfabrique.

 

 

Voici les différentes catégories dans lesquels nous allons répartir le budget :

1. Payer le décor principal et une personne pour assurer la sécurité. Une piscine c'est dur à trouver, elles sont donc sont loin et coûteuses ! Une mise à disposition des lieux pour une piscine coûte environ 150€/h, nous négocions comme on peut mais le coût nous reviens entre 300€ et 800€ la nuit... + le prix des transports + un membre du personnel de la piscine payé au tarif de nuit au minimum 30€/h.

En atteignant le premier palier nous pourrons tourner dans les Anciens Thermes d'Aix-les-bains. La piscine est magnifique, mais le lieu est tout petit et la crédibilité du scénario est en jeu

 

 

2. La construction de décors/accessoire et la fabrication des costumes

Nous souhaitons a minima rembourser les tissus et les matériaux premiers achetés pour la construction de nos décors (un stand de sandwich, un poste de secouriste, réaménagements des locaux...).

 

 

3. La régie

Manger est une chose très importante sur le plateau ! Avec 1500€ nous mangerons des repas midi et soir à 5€/par personne, si nous gagnons plus nous aurons le droit au pain frais le matin et un peu plus de légumes de le midi ! :)

La location du camion est également au minimum de 370€ pour 5 jours.

L'essence consommée par le camion et les voitures.

 

4. Payer les acteurs 

Il est important de payer les personnes travaillant sur le plateau qui ne font pas partie des étudiants Cinéfabrique. Je souhaite que les acteurs soient rémunéré au moins à un salaire symbolique de : 250€ pour les 5 jours de tournage.

 

 

1. Tourner dans les Bains municipaux de Mulhouse

 

 

Piscine coup de coeur ! Elle nous accueille les bras ouverts mais elle est loin de Lyon, il y a donc un coût d'essence, de logement et la location des lieux (2500€) !

Avec le 2ème palier on peut louer les lieux et se loger sur place. Les repas seront à la charge de chaque techniciens et l'essence à moitié remboursée. On privilégie l'artistique : on met dans les décors, les costumes, les acteurs... mais les techniciens aussi ont besoin d'être pouponné !! C'est pourquoi il est indispensable d'atteindre le 3ème palier :)

 

1. Se loger correctement et manger mieux

Avec 4500€ nous mangerons des repas plus équilibrés que pâtes à la sauce bolognaise... On aura aussi le droit à la salade et aux légumes ! Et peut être même au dessert. On peut également trouver un gîte un peu plus agréable qu'une auberge de jeunesse !

 

2. Payer la costumière, l'accessoiriste et les décorateurs !

Parce que il est super méga important de pouvoir rémunérer les personnes qui ne sont pas des étudiants de la Cinéfabrique et qui participent à ce tournage ! Nous répartirons équitablement ce qu'il reste du budget pour rémunérer Perrine et Ella après avoir payé les décors, la régie et les défraiements.

3. Louer du matériel supplémentaire

Des filtres à effets comme les Stars et les Smoke et une série de Blackpromist.

Derniers commentaires

Thumb_default
J'ai un bon souvenir d'une piscine, un été... à Lyon. Et d'un sacré coup de soleil... Bon courage pour ton projet.
Thumb_default
De tout coeur avec vous et avec toute l 'équipe autour de ce beau projet.
Thumb_default
Super projet et je suis ravie d'y participer ! À très vite Anne