Collecter, conserver, valoriser, grâce au musée, le patrimoine de l'artisanat et de l'entreprise de bonnèterie corsèterie lingerie.

Large_siegel_1940

Présentation détaillée du projet

                    

 

                                        avant propos

 

À l'exacte opposé des symboles sexistes ou réducteurs

fréquemment associés aux sous-vêtements,

l'association démontre, depuis 15 ans,

qu'ils sont de remarquables témoins

de l'histoire des femmes...

 

Ce qui est donc en jeu, dans ce musée,

c'est de mettre dans l'espace public

le destin de plus de la moitié des êtres humains,

 

les femmes !

 

et de réfléchir à la construction de la féminité.

 

il s'agit donc d'un chemin, non pas pour Compostelle,

mais pour un lieu qui fasse enfin des femmes un sujet culturel.

 

           

                              

          

Bonjour !

 

 

La présentation ci-dessous témoigne d'une

activité associative débutée en 1995.

Elle est dense, sur un sujet méconnu, voir tabou !

bien que l'objet soit commun au plus grand nombre.

 

Je suis animé par une nécessité impérieuse,

un contrat moral, vis à vis des commerçantes

et des entreprises qui nous ont confié leur patrimoine

et puis aussi, par une certaine idée de l'humain,

semblable à celle qui m'a amené au théâtre de rue.

 

À contrario des pratiques usuelles sur Internet,

je vous propose donc de traîner, de vous attarder,

voir de revenir sur vos pas, ou plus tard !

afin de vous approprier l'histoire,

tout comme dans un musée...

 

JP Rigaut.

 

 

 

 

                  ...des sous-vêtements de confort du docteur Rasurel

 

                            aux "Boléro", "Scandale", "Aubade"...

 

 

 

                                        depuis 1997,

         l' Association de  Préfiguration du Musée du Sous-Vêtement 

         collecte, conserve et valorise, grâce à des expositions et défilés,

         le patrimoine, les savoir-faire des artisanes, des entreprises

         de bonnèterie corsèterie lingerie.

 

 

                  Son objectif : créer le musée européen

                  des Arts et Métiers du Sous-Vêtement

 

 

 

Etiquettes_10-15_copyright_r

200 entreprises disparaissent dans la tourmente des années 1970

 

 

Comment a commencé cette histoire:

 

En 1995, à la recherche d'éléments de décors pour un Opéra,

(compagnie de théâtre de rue "Collectif Organum" à Lille)

j'entre en possession de quelques dessous gracieusement fournis

par des artisanes corsetières de la région Nord.

 

 

 

Boutique Lesaffre Lille, en 1956, don Madeleine Lesaffre.

En 2001, nous "fêtions", Madeleine et moi,

la fermeture de la boutique, créée en 1914...

le commerce traditionnel, origine du patrimoine

sauvegardé par l'APMSV,disparaît des centres-villes...

M_lesaffre_1956

 

 

 

Pourquoi un musée?

 

En 1997, grâce à la future Cité de la dentelle de Calais,

les corsets collectés acquièrent le statut

d'éléments de patrimoine...

 

Mon métier de théâtreux m'emmène ensuite à Paris, près d'une année...

 

après les cours au CFPTS de Bagnolet, de nombreuses rencontres

avec des artisanes du secteur bonnèterie corsèterie lingerie

font naître plusieurs observations et une idée :

 

les dessous sont vraiment des objets singuliers :

ils inspirent une sorte de tendresse aux artisanes indépendantes,

...autant qu'à la plupart des femmes entre 14 et 82 ans

interviewées pour "Intimités" à Fourmies en 2005...

alors qu'ils font sourire, voir intimident les hommes, jusqu’au tabou !

 

 

d’autre part, patrimoines, savoir-faire, mémoire

des entreprises du secteur, n'ont fait alors l'objet

d’aucun travail raisonné de sauvegarde et de collecte alors

qu’une érosion rapide précipite leur disparition.

 

...des pans entiers de la création française en lingerie

s’effacent, des décennies de stylisme, de modélisme,

des milliers de croquis, de documents d’archives

se perdent à jamais, alors que la France est le

berceau de la mode, des dessous…

 

les cours et les travaux de l'élève Madeleine Lesaffre ,

CAP de corsetière à Paris en 1954.

Cap_corseti_re_1956_madeleine_lesaffre

 

 

 

 

                    une cause désespérée, autour d’un objet secret,

                        assez de raisons pour une nouvelle croisade !

 

 

 

Une des premières affiches, une des premières expositions,

dans une galerie de Lille. Pour ceux qui ont laissé tomber le latin,

"Sursum Corda" signifie "Haut  les Coeurs" et est dit à la préface

de la messe, pour faire appel à la générosité.

Jeu de mot et quête simultanée.

 

Sursum_corda_s

corselet "Scandale-Oraho" 1930 coll APMSV

 

 

 

  ...donc, je suis "entré en religion", une religion sans beaucoup de Dieux,

 

                   ....mais pour les Déesses !

 

L'association dont j'ai la charge aujourd'hui :

 

l'Association de Préfiguration du Musée du Sous-Vêtement, APMSV

 

a, après plus de 15 années de travail, rassemblé une collection d'environ

20.000 objets et 80.000 documents d'archives, machines, outils,

mannequins et patrimoines immatériels...

 

Ces collections ont été diffusées, bien sûr, dès 2000, dans des musées,

des mairies, des bibliothèques, des salons, des boutiques indépendantes...

 

 

         à l'exact opposé des images souvent associées à l'objet lingerie, 

                  l'association démontre, toujours avec courtoisie,

                que l'évolution des sous-vêtements est indissociable

                      de l'évolution de la condition des femmes...

 

 

                             raconter l'histoire des dessous,

                             c'est raconter l'histoire des femmes

 

 

                      garçonne à vélo, en  1930

                      la silhouette est droite, la poitrine effacée

 

                                "La Garçonne" de Victor Margueritte,

                              les Années folles, le début du féminisme...

Bermuda_bicycles_woman_1929

   corselet Scandale 1930, photo C. Mathieu

                                                     

 

                                              

Depuis lors, une trentaine d'expositions et autant de défilés

de lingeries anciennes ont été réalisés par APMSV

en France et en Belgique, notamment :

 

Musée du Jacquard de Roubaix en 2003 et 2005

Écomusée du Textile de Fourmies en 2005

Centre d'Histoire Locale de Tourcoing en 2006 2007

Écomusée du Bommelaers Wall 2008

Musée d'Ethnologie Régionale de Béthune 2008

en Belgique : Malines, Renaix, Quevaucamps...

 

 

 

"Suffragettes ! 1916 les femmes investissent des rôles et

des métiers nouveaux, ouvrières d'usines d'armement,

conductrices de tramways. Les Américaines débarquent,

et elles fument ! Les 28000 tonnes d'acier

des baleines des corsets abandonnés permettraient

de construire deux cuirassés" Béatrice Fontanel.

Corset_silvain_1920_inf

 corset satin de soie 1920, Musée du Jacquard 2003, photo C Mathieu

 

 

 

 APMSV est également associée à de prestigieux événements :

 

 Musée des Beaux-arts de Dijon: Vêtements du Secret 2007

 Musée des Beaux-arts de Vire: Le corset ou l'élégance contrainte 2010

 

 

et le dernier en date:

                               Flyer_cr

                                          photo Patricia Canino

 

  qui s'est tenu de Juillet à Novembre 2013 aux Arts Décoratifs à Paris

 

 

 

                                         les collections prêtées par APMSV

                               représentaient environ 30% des pièces du 20e siècle

 

 

  guêpière Lejaby "Irrésistible" 1954 coll. APMSV,

 don Françoise Camusat, photo Patricia Canino

Lejaby__gu_pi_re___irr_sistible____1951-1952_540

 

          

            ....et côtoyaient les créations de JP Gaultier , Hubert Barrère, Dior...

 

 

l'exposition a reçut plus de 1000 visiteurs par jour !

 

quelques unes des pièces de l'APMSV sont visibles

à la fin de cette "brève" TF1 :

 

                              un corselet-gorge "La Sirène" 1920 en satin de soie rose et

                              une brassière et un corset satin de soie vert nil 1930

 

 

         ....le salon d'essayage est également un vrai succès

3044rs

       copies de "faux culs", "tournures", "queue d'écrevisse" et autres

                  "amplificateurs virils" sont à disposition du public...

 

                               ... rires, sourires, étonnements...

 

"Le constat est sans équivoque, il n'y a pas de corps naturel,

mais un corps culturel. Le corps est le reflet de la société

qui a présidé à sa création"

 

Denis Bruna, Conservateur aux Arts Décoratifs

 

 

À quoi servira la collecte ?

Un des rites fondateurs du musée, l'inventaire détaillé de la collection,

n'est pas réalisé à ce jour.

 

Avec des locaux adaptés, des financements, de la logistique,

il va être possible de l'engager, maintenant...

 

       0376r

pour les amateurs de belles mécaniques et les gens de la profession,

nous avons  une scie à matelasser comme celle-ci avec

un bras de 3,40m, de 1200kgs qui dort dans les locaux

       ....des Services Techniques de la ville de Tourcoing....

 

  ...et un banc de 21 machines à coudre

dans des locaux de l'Opéra de Lille...

 

 

Considérant la masse d'archives, le volume des pièces,  des mannequins, 

des machines rassemblées, ce premier budget de 10.000€

nous permettra, enfin, de trouver un local de150/200m2

où nous allons pouvoir inventorier les collections...

 

Pour info, 3 ans de travail pour 3 DESS patrimoine industriel

de Lille ou d' Arras pour l'inventaire des seules collections textiles...

   

 

Presse_compos_e_s

80.000 documents : presse professionnelle, grand public, affiches, archives

coll APMSV

 

 

 Répartition budgétaire:

            .

 

3000€ pour du matériel de bureau, notamment des étagères et

les indispensables et coûteuses boites Cauchard,

qui vont permettre de conserver des collections textiles très fragiles...

 

 

7000€ nous permettront de mettre un toit et des murs autour de ces

trésors de dentelle et de coutil mêlés, le temps de l'inventaire...

                                 62716703

 "Triumph" 1960 et "Scandale" 1930 et 1960 coll APMSV

sur les mannequins d'origine. Photo: C. Mathieu

 

Quand au futur Musée, objectif de l'APMSV

 

c'est une autre histoire, et un autre budget

 

nous reviendrons vers vous bientôt à ce propos

 

 mais on peut en parler !

 

sur la forme, pour faire simple:

 

je participe à tout ce qui passe à ma portée en terme de rencontres "musées"

et j' écoute les responsables musées, à la faveur

de ces colloques, de ces rencontres

 

http://www.proscitec.asso.fr/

 

Conclusion, un musée, ça peut-être une grande salle polyvalente

où les chargés-chargées des collections, des publics, des archives,

de l'administration sont toujours au contact du public...

 

...et où les expos changent tous les 6 mois,

 

parcourir, bien sûr, l'extraordinaire aventure industrielle

de l'objet-dessous, raconter la création, l'artisanat...

 

et puis, quelle plus belle manière de sauvegarder

ces techniques, ces savoir-faire:

la bonneterie, la corsèterie, la lingerie

que de les mettre en oeuvre, un musée qui crée !

 

   un musée qui dessine de la lingerie

   un musée qui tricote des collants, des chaussettes,

   un musée qui découpe et coud

   et qui lance une, voire deux collections par an...

 

En définitive, un musée qui soit aussi un théâtre,

un atelier, un lieu de fabrication, d'expérimentation

et une ressource incontournable pour la création !

 

en même temps qu'un territoire d'anthropologie contemporaine,

qui réfléchisse à l'évolution du "corps naturel" vers le "corps culturel",

que nous raconte ces petits trésors de coutil et de dentelle mêlés

 

 

sur le fond, pour faire simple:

 

dans des dessous, qu'est ce qu'on met habituellement ?

 

des filles et des garçons....

 

 pour les garçons,

 

ça peut être bref : une grenouillère "Rasurel" 1900,

pour La Petite Maison dans la Prairie et Charles Ingals.

un "Kangourou" 1960 et un "Eminence" 1970 et c'est presque tout...

 

 

Ann_es_1900s

                                    à droite, grenouillère "Rasurel" 1900 coll APMSV

                         défilé Musée du Jacquard 2003, photo C. Mathieu

 

 

 

 pour les filles....

 

         une réponse parmi d'autres

 

         dans les dessous, on met les femmes,

 

        c'est plutôt elles qui s'y mettent, d'ailleurs

          Planche_lingerie_1965-74s

 

                 donc, si on met les dessous dans ce musée,

                on va forcément y mettre les femmes....

 

 

                   1970_la_manif_2s

  "nous parcourons le monde avec nos pouvoirs qui peuvent l'impossible"

"Nous Les Femmes"  Chantal Balez photo: Y Jeanmougin Contrejour 1980

 

      

 

         et c'est là que ça devient vraiment culturel,

         on réalise qu'on ne les voyait presque jamais

         dans les musées, les femmes,

         pas comme public mais comme thème

 

                   que les musées ont un genre,

                   et que ce genre est masculin

                    

                    et que les femmes sont toujours

                    communiquées comme objet

                    et n'ont toujours pas, ou si peu,

                    acquis le statut de sujet , de thème

                    dans les musées  ...et ailleurs...

 

     donc un musée qui réfléchit, comme un miroir,

     un miroir tendu aux femmes

     et qui leur parle de leur histoire,

     passionnante autant qu'ignorée

     et la partage avec les hommes,

     qui en ont bien besoin...

                    

 

                     Je conclus sur une modération.

                     Homme de théâtre, je m'emporte,

                     sans doute est-ce le côté "cycliste"

                     de la plupart des porteurs de projet,

                     toujours le nez dans le guidon...

   

               

                        ...donc, une conclusion qui n'en est pas une,

                                      mais plutôt le début d'une histoire...

 

                                 une histoire d'équipe, surtout, et de femmes...

4713_cos

           

              

 

 

                             rejoignez-nous et faites comme nous,

 

4715scs

                                                        ...lâchez-vous...

 

 

 

  Pour Star,  Ambre,  Attrait,  Barbara, Boléro, Charmereine, 

Getien, La Sirène,  Gandukor, Claverie, Déwé, Peter-Pan,

Cambrelle, Jesoss, Jip, Égé, Orfalis, Valisère, Le Chat

pour les dessous de confort du docteur Rasurel,

 

Pour les quelques 300 entreprises qui ont écrit l'histoire

de la lingerie et disparu dans silence assourdissant...

 

Et pour les commerçantes indépendantes grâce

auxquelles ce patrimoine a été sauvegardé,

notamment :

 

Julia, Madeleine, Irène, Françoise, Claude, Jean et Gisèle,

Josette et André, Aline, Irénée, Adeline, Marie-Paule,

Simone, la famille Verissel à Paris, Claudine, Dany

Marie-Thérèse, Delphine, Michelle, Christienne, Mireille,

Bernard du Moulin d'Or, Patricia, Martine, Paulette, Sylvie,

Francine, Mme Navez, Mme Fonteyne, Mme Cattiaux,

Mme Tremel à Chaumont, Mme Midroit à Thonon

et Jacques, Laure et Anne-Cécile...

 

remerciements à Valérie, Amélie, Jean-Philippe, José,

Simon, François, Angelo...

et à madame Béatrice Fontanel,

qui écrivait, déjà, l'essentiel en 1992...

 

 

 

                                        Jean-Pierre Rigaut,

 

                                                                     APMSV

Thumb_baleine_rouge_lille_2004s
JP

Issu d'une nombreuse famille, comme parfois dans le Nord... ....nous étions 10 enfants, dont six filles... trajectoire scolaire (très) brève et peu fulgurante... ... puis "la route"... le Larzac en 1974, les Pyrénées, les petits boulots (vendanges, cueillettes, assurance-vie,... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
la dentelle survivra-t-elle au torchon qui brûle encore?
Thumb_default
Prem's :-) !