On se lance! Aidez-nous à financer le démarrage de notre ferme philosophique!

Large_essaipagedegarde7-1447164223-1447164230

Présentation détaillée du projet

16 Octobre 2015: PREMIER PALIER ATTEINT, NOUVEL OBJECTIF:

 

 

Objectif1502-1445347367

 

 

 

Qui sommes-nous?

 

 

Nousmodifie-1442593970

 

Guilhem, 35 ans. J’ai travaillé plusieurs années à faire de la recherche et de l’enseignement sur le développement durable à l’Université, en économie et en philosophie. Je n'étais pas satisfait de cette position trop abstraite, où l'on change le monde en idée mais non en fait. J’ai décidé alors de passer à l'acte et de contribuer plus directement à la transition écologique, en aménageant un petit bout de terre: pour qu'à défaut d'avoir changé le monde, je puisse dire à ma mort avoir au moins concrètement changer les choses localement, en prenant soin d'un petit morceau de notre planète. 

 

Elise, 32 ans, compagne de route de Guilhem et artiste peintre à ses heures hivernales. J’ai quitté la ville il y a 4 ans avec un fort besoin de m’enraciner sur une terre pour y produire mes légumes, et de fil en aiguille, la permaculture est arrivée dans ma vie comme une évidence, les Cévennes m’ont ouvert les bras alors hop ! j’ai fait le saut avec Guilhem de créer une ferme contemporaine et de réaliser par la même occasion un lointain rêve d’enfant. 

 

 

Notre projet: créer une Ferme Philosophique

 

Une ferme qui nourrit les hommes:

 

Offrir sur le marché local une nourriture saine, de qualité, mais également gourmande: pour que nous ayons plaisir à manger ce qui est bon pour notre corps. Transformer les aliments bruts pour mieux sublimer la nourriture. Vendre cette production sur le marché local, en circuit court. 

 

Une ferme qui prend soin de la Terre

 

Adopter un mode de production écologique. Coopérer avec la Nature plutôt que lutter contre elle et imposer par force notre volonté. S'appuyer sur les principes de la permaculture  pour construire un agro-écosystème diversifié, où les éléments vivent en harmonie les uns avec les autres. 

 

Une ferme qui partage les connaissances

 

Accueillir du public sur la ferme. S'immerger quelques jours dans la Nature sauvage des Cévennes, au contact des arbres et des animaux, pour méditer sur le rapport entre l'homme et la Nature, prendre conscience des racines culturelles de la crise écologique, et développer notre conscience du vivant. 

 

 

2-1446783875

              (Peinture d'Elise, issue de la série Figure du Vivant, 145x81cm)

 

 

 

Notre rêve de ferme philosophique, c'est le rêve de vivre en humain entre Ciel et Terre.

 

Sur la Terre, avec les mains dans l'humus, à cultiver les plantes, prendre soin des animaux, sentir notre corps physiquement immergé auprès des éléments. C'est la partie Ferme de notre activité: assurer une production agricole, pour contribuer à alimenter la population locale avec une alimentation saine, et mettre ainsi notre corps en jeu, dans cette quête de reconnexion à la Nature. Connaitre ainsi au quotidien les travaux paysans, suivre les saisons, les rythmes de la vie, les éprouver organiquement dans le silence de la chair. 

 

Mais sous le Ciel également, en redonnant du sens au monde qui nous environne et à notre place d'humain en son sein. Repenser à nouveau la Nature. Travailler à développer notre conscience historique des a priori concernant le vivant qui se trouvent en notre esprit: ces représentations, croyances, préjugés, que nous avons hérités de la culture rationaliste et techno-scientifique de l'Occident moderne. Retrouver à l'inverse un regard neuf sur les phénomènes naturels élémentaires (la naissance, la mort, le mouvement du monde, les éléments), par l'interrogation philosophique. C'est la partie philosophique de notre activité, que nous réalisons grâce à de l'accueil sur le lieu, pour des séjours d'immersion en pleine nature et des ateliers philosophiques.

Voici donc l'originalité de notre projet: concilier Terre et Ciel, Agriculture et Philosophie; à la fois ouvrir la Ferme et les travaux paysans à une nouvelle conception de la Nature, un nouvel esprit des rapport entre l'être humain et le monde; et réciproquement ancrer la réflexion philosophique dans un vrai paysage agricole, où cohabitent plantes, animaux et humains, pour une pensée incarnée. 

 

 

Qu'est-ce que proposera concrètement cette activité?

 

Concrètement, ce lieu proposera:

 

- Des aliments de qualité, sains et gourmands, produits dans le respect de l'écologie du lieu: paniers de légumes transformés, caissettes d'agneaux transformés (grillades, plats cuisinés)

 

- Des tests de techniques agronomiques novatrices (maraichage sur sol vivant, sylvopastoralisme, agroforesterie), pour des partages d'expériences;

 

- Des séjours à la ferme, d'éducation à l'environnement et d'ateliers philosophiques en pleine nature. 

 

 

 

Dessinensemble-1442593259

 

 

 

Où se trouve ce lieu? 

 

Notre lieu se situe à proximité du hameau de Solpérière, proche du village de Vébron (48400), petite commune de Lozère de moins de 200 habitants. 

 

C'est une terre familiale, où la grand-mère de Guilhem a vécu et sous laquelle elle repose maintenant. Depuis trois générations notre famille oeuvre à restaurer ce hameau.

 

Le site sur lequel nous nous installons se situe à quelques centaines de mètres du hameau, sur un flanc de montagne, entre 700 et 850m d'altitude. Sur une dizaine d'hectares se succèdent de haut en bas divers écosystèmes: une pelouse sèche pour le paturage, des terrasses en pierre sèche pour les cultures, une forêt de chênes et de châtaigniers, un vieux verger au bord d'une rivière. 

 

 

 

Lieu-1442591837

 

 

Nous sommes dans le coeur du Parc Naturel des Cévennes, sur un site typique de l'agro-pastoralisme, reconnu aujourd'hui patrimoine mondiale de l'humanité par l'UNESCO. Les paysans ont façonné pendant des siècles ces paysages, pour les rendre fertiles et nourriciers. Il est très émouvant aujourd'hui de poursuivre ce travail des Anciens, de s'appuyer sur leurs ouvrages, de retrouver leurs savoirs traditionnels de la montagne. 

 

Nous œuvrons à ancrer le plus possible cette activité dans notre territoire, en l'adaptant à ses contraintes et ressources. Nous travaillons en collaboration avec les différentes institutions territoriales, tant dans le domaine politique (commune, communauté de communes, pays, département, région), qu'agricole (ALODEAR, CFPPA, Chambre d'Agriculture, CIVAM, TerraRura), que dans celui de l'éducation à l'environnement (Parc National des Cévennes, SupAgro Florac, réseau REEL). afin de contribuer par notre activité au développement économique et écologique du territoire.  

 

 

Premier palier: accueillir un petit troupeau de brebis

 

Nous avons passé un an à faire de grands travaux de réouverture du site: retracer les anciens chemins, défricher les parcelles, retrouver et libérer l'eau des sources: le lieu est prêt à recevoir des animaux. Ce sera notre premier objectif: accueillir un petit troupeau de brebis.

 

Ces demoiselles permettront:

     - de remettre de la vie sur le lieu,

     - elles nous aideront à le maintenir ouvert,

     - elles ensemenceront par leur fumure les terres qui seront ensuite mises en culture,

     - elles fourniront une première production.

 

 

Troupeau-1442592086

 

Nous avons choisi une race locale, la raïole. C'est une race purement cévenole, issue du terroir. Cette race a failli disparaitre dans les années 70, délaissée par l'agriculture industrielle. Elle a été relancée il y a une génération par des éleveurs passionnés. Sa population totale ne compte pas plus de 2500 têtes! C'est une race très rustique, qui résiste bien aux rigueurs hivernales du pays, et qui est capable de se nourrir de la flore sauvage du terroir. Une des singularités d'une raïole: elle a de jolis cornes. On dit ici que c'est la "chèvre des brebis"!

 

Raiole-1442592212

 

- Nous avons élaboré une conduite adaptée à la diversité des écosystèmes du lieu: les animaux vont pâturer sur des pelouses sèches durant l'intersaison, en mangeant la première herbe de printemps et les regains d’automne; pendant l'été, période chaude et sèche, elles iront en forêt, car l’herbe y reste verte et l’ombrage les protège de la chaleur; elles seront également en forêt en hiver, car là les arbres locaux, chênes et châtaigniers, leur fourniront leurs fruits (sylvopastoralisme).  

       

- Nous allons les mener selon un système mixte pâturage rationnel/gardiennage. Nous allons faire des parcs mobiles, que nous allons déplacer chaque semaine; ainsi elles valoriseront au mieux les ressources disponibles, en limitant les refus. Et nous sortirons les garder quelques jours par semaine, le long des parcours: du travail en perspective pour notre jeune chien de berger, et un peu d'exercice pour la santé de ces dames! 

 

 

Lloyd-1442592362

 

 

Deuxième palier: un âne pour les travaux agricoles

 

Ensuite, nous allons accueillir un âne, pour collaborer avec lui sur la ferme. L’âne est un animal rustique, simple et sobre, qui peut rendre dans une ferme de montagne de multiples services. Mais attention: à condition qu'il le veuille et que les tâches soient adaptées, car comme le dit un vieux diction d'anciens, "le cheval obéit, mais l'âne collabore"!

 

Ane-20100531-1446032340

 

Alors, voilà les postes que nous allons lui proposer d'occuper :

 

1)   D’abord protéger le troupeau. Car voyez-vous en Cévennes, le loup est revenu, et comme tout loup qui se respecte, il aime manger les brebis. Protéger son troupeau fait donc partie de la responsabilité de l’éleveur. Or l’âne remplit naturellement cette fonction lorsqu'il vit avec les brebis: il se positionne en grand frère protecteur de ces dames.

 

2)   L’âne nous aidera également à porter et transporter, comme âne de bât. Oh rassurez-vous, nous n'allons pas l'écraser sous le poids, mais partager avec lui nos fardeaux. Quand nous irons faire des cueillettes sauvages au sein de la forêt, ou garder les brebis, notre compagnon nous aidera à porter notre récolte de plantes et fruits sauvages, les provisions du repas, le matériel de garde et d'entretien, à l'aide de ses sacoches ou d'une petite carriole.

 

3)   Notre ami nous aidera aussi au débardage, pour les bois de petites dimensions. Les pentes, ici, rendent la récolte du bois difficile ; l’exploitation n’est pas mécanisable dans ces moyennes montagnes et le plus adapté reste le débardage avec l’âne ou le cheval. Nous irons donc avec lui extraire de la forêt notre bois pour l'hiver

 

4)   Enfin, l’âne coopérera avec nous dans les jardins, grâce à la traction animale. Nous aurons besoin de lui pour semer (pas pour labourer ! nous ne labourons pas !), ensemencer les jardins, grâce à des outils adaptés (semoirs de semis directs en traction animale).

 

Protéger, transporter, débarder, semer: voilà toutes les collaboration que nous attendons de notre compagnon de nos travaux et de nos jours. Le tout, sans gazoil, sans réparation mécanique, et avec pour tout déchet, de la fumure pour nos cultures ! Qui dit mieux?

 

 

 

Pourquoi faire appel à du financement participatif? 

 

Nous sommes en cours d'installation agricole mais il n'y a pas d'aides disponibles pour le démarrage de petites exploitations: les aides nationales disponibles sont tout de suite pour de grosses structures. Or nous souhaitons développer progressivement notre ferme, en commençant petit, pour ne pas nous brûler les ailes, apprendre de nos erreurs, et ne pas aménager le site d'une manière trop brutale. C'est pour cette phase de démarrage que nous avons besoin de vous!  

 

Nous allons développer les ateliers un à un, à petite échelle, non seulement pour se "faire la main", mais aussi pour travailler au maximum les interactions bénéfiques entre eux. Voici les différents paliers du développement de notre projet, avec les montants financiers dont nous avons besoin pour les atteindre.

 

 

    Etapes3-1446783616

                        

 

 

Et si vous souhaite en savoir plus, voici le détail de nos tâches et travaux à réaliser durant les trois années à venir, pour assurer l'assise de notre ferme:

 

 

Succession_des_t_ches-1444749211

 

À quoi servira la collecte ?

                        1er OBJECTIF: lancer l'atelier brebis (9800€)

 

      Acquérir le troupeau : 

 

20 agnelles (brebis de moins d'un an) à 120€ chacune : 2400€

10 brebis (plus d'un an) à 130 chacune : 1300€

1 bélier : 400€

   Total troupeau: 4100€

 

       S'équiper pour le pâturage rationnel :

 

1 pack Gallagher cloture mobile 4 fils pour mouton: 900€

10 filets à moutons: 700€

1 électrificateur, avec panneau solaire et 2 batteries: 600€ 

  Total clotures mobiles: 2200€

 

        Rénover la bergerie:

 

Reconstruction des murs en pierre sèche : 1500€

Couverture de la bergerie (charpente + toiture): 1500€

Menuiseries (porte, fenêtre): 500€     

  Total rénovation de la bergerie : 3500€

 

 

Bergerie-1444744305

 

 

Si nous atteignons ce premier objectif, c'est extra: nous pouvons aller plus loin, et tâcher d'atteindre un...

 

                 2e OBJECTIF: Recruter un collaborateur: un ANE!

 

Soyons humble, nous n'avons jamais dressé d'âne, et d'après les conseils d'amis paysans et maraichers, mieux vaut débuter avec un âne éduqué, qui va nous enseigner, plutôt que d'en mal dresser un, à cause de notre inexpérience.

 

Pour bien faire, nous allons donc d'abord nous former début 2016 aux haras nationaux de Villeneuve-sur-Lot, qui sont spécialisés dans la traction asine. Ces professionnels proposent aux jeunes paysans qui s'installent des animaux selectionnés et éduqués, ainsi que du matériel de qualité, testable sur place et éprouvé.  

 

Les prix pratiqués sont les suivants:

 

             Ane éduqué: 2500€

             Matériel de harnachement: 1000€

 

Auquel nous ajouterons, pour les travaux communs:

 

             Outils de débardage (palonnier + chaîne): 300€

             Bât agricole + sacoches: 600€

             Cariole agricole: 800€ 

 

Soit un total de 5200€ pour cet investissement durable dans un compagnon de route et une aide à la ferme!

 

Thumb_nousmodifie-1442587882
Elise & Guilhem

Elise & Guilhem, la trentaine passée. Après s'être adonné à l'art et la philosophie, nous nous lançons dans une autre culture, toujours à la poursuite du même amour: le vivant!

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Puis-je soutenir le projet par chèque?

Oui. Pour ceux qui ne souhaitent pas payer en ligne mais aimeraient cependant contribuer, nous mettons en place le système suivant:

1) Vous pouvez nous adresser votre soutien par chèque, à l'ordre de Guilhem Roux à l'adresse suivante:
Guilhem ROUX
Lieu-dit Solpérière
48400 Vébron

2) Indiquez dans votre courrier la contrepartie que vous avez choisie.

3) Indiquez également s'il vous plait votre adresse électronique, afin que nous puissions rester en contact avec vous!

4) Sachez que le chèque ne sera pas encaissé avant la fin de la campagne, et seulement en cas de succès de celle-ci.

+ Pourquoi mettre plusieurs objectifs?

C'est la manière dont fonctionne la plateforme qui pousse à agir ainsi. En effet la règle est que si nous n'atteignons pas l'objectif, nous ne recevons aucun don. Cela nous a naturellement poussé à poser un premier objectif minimal très bas: nous ne savions pas du tout comment aller se passer la collecte! Ensuite, libre à nous de proposer des objectifs plus élevés, en accord avec notre projet, pour lui permettre de se développer.

Derniers commentaires

Thumb_photo-1418397564
Très content que votre crowdfunding ait réussi ! Au plaisir de vous revoir et de visiter votre ferme !
Thumb_default
Entre anciens du Bec, il y a forcément un lien fort... Il est vraiment impossible de résister à votre KissKiss BankBank ! Dans les Ardennes, le mandala de notre petit jardin vivrier commence à vivre et tourner au-delà de nos espérances. On vous souhaite bonne chance sous les étoiles pour réaliser pas à pas votre magnifique projet. Et pour le prénom de la filleule, ce sera Gudule en souvenir du troupeau des brebis philosophes du "Génie des Alpages" de F'Murr (à lire ou à relire en riant sans modération) !
Thumb_default
Bravo pour cette belle initiative et ce projet ! Je vous souhaite de la réussite au quotidien et de la persévérance... Puisque me voilà marraine d'une brebis (c'est bien la 1ère fois !) je souhaiterais que vous l'appeliez "Beroye"... Et je suis sûre que toutes les bonnes fées l'accompagneront et vous aussi dans les collines boisées !