Soutenez la participation du spectacle NAZ au festival off d'Avignon au Théâtre de la Rotonde du 16 au 26 juillet 2015 à 16h.

Large_naz-photo-logo-1431341266-1431341346

Présentation détaillée du projet

NAZ

ou quand la nécessaire quête d'identité se perd dans les extrêmes

 

Ce spectacle coup de poing nous interroge sur la trajectoire d’un jeune qui sombre dans une idéologie extrême.

 

Ils sont parfois bons élèves, bon potes, sportifs, sympas même, mais ils se rasent le crâne, ou pas, et dégueulent des slogans haineux sur des musiques lourdes, dans leurs lieux de rendez-vous ! Ils ont peur de l'avenir, n'ont pas de présent et rêvassent à un passé qu'ils idéalisent. No future d'une jeunesse désœuvrée dans un pays qui n'a pas tenu ses promesses ? Peut-être... Pas sûr.

 

« Naz » nous plonge dans l’intimité d’un jeune pour qui l’Histoire commence par la lettre H, celle d'Hitler… nous invitant ainsi à nous questionner sur toutes les dérives extrémistes.

 

 

Texte : Ricardo Montserrat

Adaptation et mise en scène : Christophe Moyer (Cie Sens Ascensionnels)

Interprétation : Henri Botte

Vidéo : Jérémie Bernaert

Technique : Yann Hendrickx, Claire Lorthioir

 

Dès 16 ans

Durée : 55 mn (spectacle), suivi d’un débat

 

Théâtre de la Rotonde - Rue Jean Catelas - Avignon

Réservations : 06 46 51 89 29.

(relâche le mercredi 22 juillet)

 

Coproduction : Culture Commune – Scène Nationale du Bassin Minier du Pas-de-Calais, Colères du présent, Ville de Grenay (Espace culturel Ronny Coutteure), Ville de Carvin, L’Escapade d’Hénin-Beaumont.

Diffusion : Compagnie Sens Ascensionnels

 

 

NAZ a été présenté au festival off d'Avignon en 2011 à l'Entrepôt.

 

 

Dsc_0570_resized-1430743379

 

 

Genèse du projet

 

                Naissance du projet « NAZ »

Ces dernières années conduisent au constat d’un phénomène croissant : la « montée des extrêmes », de plus en plus tôt chez les jeunes. Entre mouvements gabbers, skinheads, néonazis et autres, plus ou moins empreints de codes (gestuels, vestimentaires, musicaux etc.), d’idéologie et d’embrigadement, il est observable à l’échelle européenne et nationale, et la région Nord-Pas-de-Calais ne fait pas exception… ce dont la presse commence à se faire l’écho.

 

               Commande d’écriture

Prenant appui sur ce constat, Culture Commune et l’association arrageoise Colères du Présent passent une commande d’écriture auprès de l’auteur Ricardo Montserrat, qui entame en 2007/2008 une série de résidences sur le territoire de l’ex-Bassin Minier du Pas-de-Calais, à l’occasion desquelles il approche très directement des protagonistes de ces mouvances extrémistes, dont il recueille notamment les paroles. Par ailleurs, il effectue une observation attentive des développements de ces mouvances sur l’Internet.

 

              Projet de spectacle

A la lecture du texte de l’auteur et de ce qu’il rapporte en termes de tentations, parfois suivies d’actes, dans les champs de l’exclusion, du racisme, de la confusion historique, du désarroi social, de l’aspiration idéologique, de la violence etc., Culture Commune forme alors le projet que ce matériau donne lieu à la création d’un spectacle, nonobstant le caractère délicat du ou des sujets - délicat notamment parce qu’il ne s’agit en rien, au contraire, de stigmatiser ou d’ostraciser ceux-là mêmes qui prêtent le flanc à de telles tentations.

A ces fins, il est donc fait appel à Christophe Moyer qui s’empare du texte de Ricardo Montserrat et, avec l’autorisation de ce dernier, entame un travail de recherche avec un comédien sur la base d’un texte « retaillé » mettant en scène un unique personnage, protagoniste emblématique des entretiens de l’auteur sur le terrain.

Cette nouvelle étape du projet permet de fédérer de nouveaux partenaires : les villes de Carvin, Grenay et l’Escapade d’Hénin-Beaumont.

Le spectacle sera créé en janvier 2010 à La Fabrique de Culture Commune à Loos en Gohelle. Depuis, plus de 170 représentations ont jalonné la tournée du spectacle en France et en Belgique.

 

 

Reportage France 3 sur la création du spectacle en 2010

 

 

Sdc10386_-_copie-1430743412

 

 

L'équipe :

 

              Christophe Moyer

              Metteur en scène

Depuis la création de sa première pièce  Pignon sur rue  en 2001, il écrit, met en scène et dirige la Compagnie Sens Ascensionnels. Son théâtre raconte et questionne notre monde contemporain : "Le Rapport Lugano" d’après Susan George (2001) joué en France et à l’étranger plus de cent fois, "Café équitable et décroissance au beurre" (2005) toujours en tournée (plus de 300 représentations), "Les Pensées de Mlle Miss" (2006), "La Cellule" (2007), "Un monde sans..." (2011), "Oblique" (2014). Ses textes sont édités aux éditions La Fontaine. Il a aussi mis en scène des auteurs contemporains reconnus : "Faut pas payer" de Dario Fo, "Information sur le Schnaps" de Luc Tartar, "Shitz" de Hanokh Levin et d’autres en devenir : "Dukone" de Thomas Suel. Il réalise aussi des spectacles et écrit des ouvrages à partir d’entretiens ("Rendez-vous du Jard" (2002), "Foyer de routes" (2008), "La guerre des grands" (2009), "Le Grenay de mon environnement" (2010),.... Christophe Moyer est comédien depuis 1996, il a travaillé aussi bien avec des metteurs en scène étrangers (Antonio Vigano, John Oram) qu’avec des compagnies du Nord de la France (Les Fous à réaction, la Manivelle théâtre, compagnie Achahuter...).      

 

 

             Henri Botte

             Comédien

Henri Botte s’est formé au conservatoire d’Art Dramatique de Lille de 1994 à 1997 ; depuis, il suit régulièrement des stages de théâtre, clown, danse. Au théâtre, il a joué avec différents metteurs en scène : dans "Freaks’ Carnival", monté par Lucas Prieux (Cie Mano Labo), "L’homme qui...", mis en scène par François Godart. Il joue dans plusieurs spectacles de la Compagnie Sens Ascensionnels "Oblique", "Information sur le Schnaps" de Luc Tartar,  "La Cellule", et "Les Pensées de Mlle Miss", de Christophe Moyer, "Faut pas payer", de Dario Fo. Il joue également avec le Théâtre de La Licorne "Sous sols" d’après Les Bas- fonds de Gorki, Antonio Vigano "Echéances", le Théâtre du Prisme "Avant la fin", La Manivelle Théâtre  "Pinocchio", le théâtre Diagonale "Terreur Toreo", Théâtre de la Bardane "Le Sourire de la Joconde", l’Interlude "Risk", Compagnie Hautblique "Les 7 jours de Simon Labrosse". Il joue également dans des spectacles de rue et des productions télé.

 

            Ricardo Montserrat

            Auteur

Né en 1954 de l’exil en Bretagne d’antifascistes catalans, Ricardo Montserrat trouve très tôt dans le théâtre un espace où concilier engagement et liberté. Au Chili, dans les années Pinochet, il s’engage contre la cultura de la muerte, crée, met en scène, écrit, édite ou produit une quarantaine d’œuvres qui sont autant de pieds de nez au régime. De retour en France, il poursuit l’écriture de son œuvre personnelle (roman, théâtre, cinéma ) et se met au service des exclus de la dictature économique.

Il met en chantier des ateliers de création d’où sortent, entre autres :  

- Avec des chômeurs de Lorient, la Série noire Zone Mortuaire ; avec des rmistes en milieu rural, à Châteauneuf-du-Faou, Pomme d’Amour, feuilleton Ouest-France ; avec des salariés privés d’emploi de Roubaix, le thriller Ne crie pas (Gallimard), et Sauve-moi, film de Christian Vincent (Agatfilms).

- Avec des employées jetées par Auchan-Le Havre et la Scène nationale de Fécamp, La Femme jetable.

- En Corse, avec Robin Renucci et l’ARIA, des œuvres bilingues pour le théâtre et le cinéma, Awa hé mortu, Sempre Vivu (Agorafilms).

- A La Source, dans l’Eure, avec les peintres Gérard Garouste et Olivier Masmonteil, des jeunes Ddass et leurs parents : Enfances et fantômes (Syros).

- En Belgique, avec des demandeurs d’asile et l’Asbl Miroir vagabond, No woman’s land, roman-film des exils.

- Depuis 2006, il travaille sur la mémoire vivante les luttes populaires : 36, pas mort !, Trous de mémoire ; l’exil : Siempre ; Tu n’as rien oublié ; l’engagement : Où sont les hommes ? Porque te vas, Une guerre sans fin ; l’extrême violence : Naz, Plus Belle la mort ; la petite histoire dans l’Histoire : Café de la Paix, Les Jolies colonies de la France, Mon Père, ma guerre ; l’utopie du bonheur : L’Amour fou, Entre la mort...

Avec l’association Colères du Présent, il lance dans le Nord et en Afrique francophone deux collections de textes qui renouvellent l’approche du livre par de nouveaux auteurs-lecteurs, pour de nouveaux supports. Vit, entre deux voyages, à Saint-Malo, auprès de son épouse et de leurs cinq enfants.

 

 

Dsc_0592_resized-1430743442

 

 

Citations presse :

 

"Un rôle tout en muscles et en rage magistralement interprété par Henri Botte."

"A défaut, et c’est une grande qualité, d’apporter des réponses, le spectacle fait naître un débat salutaire de quasi-salubrité publique."

(L.D. - L’Humanité Dimanche – 9 mai 2012)

 

"… La réussite est totale. « NAZ » est une pièce qui donne à réfléchir sur l’engrenage qui menace tant de jeunes exclus faisant leurs classes (si l’on peut dire) en marge de la société et prêts à basculer dans l’inacceptable."

"… Henri Botte, impressionnant dans ce rôle complexe de personnage à la fois repoussant et émouvant, fort et faible, dur et fragile."

(Marianne Blog – 27 avril 2012)

 

"… ça tangue sec, on est secoué, mais NAZ a le mérite d’ouvrir un espace de réflexion, de provoquer la discussion. C’est bien l’objet du théâtre, non ?"

"Sacré performance que celle d’Henri Botte…"

(Marie-Josée Sirach – L’Humanité – 23 avril 2012)

 

"…édifiant exercice de « théâtre politique »"

(Gilles Renaud – Libération - 2 mai 2012)

 

"Ce face à face est percutant et captivant tant par l’incroyable prestation de l’acteur que pour la richesse de son contenu."

(NOT FOR TOURISTS PARIS – 30 avril 2012)

 

"Naz" est un spectacle à voir au même titre qu'une expérience à vivre."

(Sandrine Gaillard – Froggydelight – avril 2012)

 

 

Contact :

Cie Sens Ascensionnels

Chez Filage - 16 Place Cormontaigne - 59000 Lille

Tél/fax : 03 20 47 81 72

contact@sens-ascensionnels.com

www-sens-ascensionnels.com

Administration / Production : Aurélie Mérel (Filage)

 

À quoi servira la collecte ?

Pour emmener NAZ de Lille jusqu'au festival d'Avignon, la Compagnie Sens Ascensionnels compte sur votre soutien.

Les 1100 € récoltés serviront à financer l'inscription au programme du Off, le transport du décor et les éléments de communication.

 

La Compagnie Sens Ascensionnels peut délivrer des reçus fiscaux. Chaque don ouvre droit à la réduction d'impôt à hauteur de 66% pour les particuliers (pour 100 euros donnés, 66 euros sont déduits de l'impôt) et 60% pour les sociétés.

Thumb_logo_sens_med_carre
Compagnie Sens Ascensionnels

La Compagnie Sens Ascensionnels, depuis la création de son premier spectacle en 2001, raconte et questionne notre monde contemporain en tentant de faire se rencontrer les notions de spectacle et d’engagement. Elle crée, par le plaisir du jeu, un espace où les idées reçues deviennent folles et où les résolutions les plus arrêtées se mettent en... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Espérons que votre projet aboutisse....
Thumb_default
Yeahhhh , allez conquérir le monde!!!! Marco