Jouer un spectacle de clown en Moldavie, dans le village d'Horodiste et proposer des ateliers clown et cirque aux enfants

Large_large_spectacle_francaise_horodiste

The project

Dsc_0285b.

 

 

Notre projet, "Nez Sens" s'articule dans la durée et il est pensé sur plusieurs années, au mois deux étés consécutifs. Nous sommes quatre filles Thaïs, Mélodie, Lisa et Elodie âgées de 20 à 31 ans. Nous avons en commun la passion de l'humain et du spectacle vivant. 

Nous avons une formation de théâtre dramatique , burlesque et clownesque et/ou une solide expérience des arts plastiques, des échasses et de la jongle.

 

Le projet "Nez sens" est né de plusieurs ingrédients :  

 

- un grand intérêt pour les pays de l'est

- une passion pour le clown et le cirque

- la découverte d'une équipe incroyable au sein de l'Association moldave Vent d'est avec qui nous sommes en contact depuis le début et qui nous accueilleront cet été en Moldavie

- Le documentaire qu'Andrea Aubert, photographe talentueuse, a tourné pour Vent d'est et qui a achevé de toucher nos coeurs

- la grande amitié qui nous lie

 

Nous partons de juillet à août 2013, en Moldavie, dans le village d'Horodiste pour faire un échange autour du spectacle.Nous présenterons plusieurs numéros de clown sur place puis nous proposerons aux enfants des ateliers clownesques et une initiation à la jonglerie et aux échasses.

 

Le clown sera abordé d'abord par une découverte collective autour d'images, et de séances de dessin.

Nous avons établi un solide programme :

 

Ateliers créatifs : dessins, visionnage de documents, fabrication de nez en latex.

Travail corporel et collectif clownesque : échauffement clown, vivre avec son nez, travail dans sa bulle, rencontrer l'autre et le public, entrées et sorties du clown

Faire naître le clown : maquillage, corps et costume clownesque

 

Parallèlement, nous proposerons aux enfants d'apprendre à déambuler sur des échasses et de fabriquer leurs propres balles de jonglage, toujours dans un esprit de découverte par le jeu.

Nous souhaitons garder contact avec le village durant l'hiver par courrier. Les gens  ne parlent pas le français mais il y a des interprètes sur place et nous pouvons communiquer avec les enfants par dessin et nous montrer créatifs tous ensemble. Les enfants pourront se servir de leur clown pour développer un imaginaire.

 

Sur place, nous avons l'intention de réaliser un documentaire, des photos et un livre de bord avec les enfants. Au retour, nous aurons assez de matériel pour partager cette expérience magique avec tous ceux qui seront intéressés.

 

L'été prochain, nous voulons poursuivre nos ateliers et créer des numéros avec les enfants.

 

Why fund it?

Nous avons besoin de beaucoup de matériel : du plâtre et du latex pour fabriquer les nez, du tissu pour les costumes, des crayons, du papier, des feutres, de la peinture, du matériel pour réaliser des balles de jonglage mais aussi du maquillage pour les enfants.

Plus nous aurons de matériel, plus nous pourrons élargir l'accès aux ateliers.

Thumb_clownette
trolporteur

Nous sommes quatre, comme les quatre filles du docteur March, les 4 points cardinaux, les... à continuer ! La plus jeune, Thaïs Beauchard de Luca est née le 25 septembre 1992. Elle a l'esprit nomade et ouvert, ayant beaucoup voyagé durant son enfance et son adolescence, notamment entre Mayotte, l'Afrique et la Corse. Elève de la scène sur Saône à... See more

FAQ Questions about the project

+ Où dormirons-nous?

Nous serons logés chez l'habitant. ainsi nous pourrons nous fondre dans la culture locale.

+ Pourquoi avoir choisi le clown?

Le clown est une «  créature  ». Il est une sorte de double incontrôlable de chacun d'entre nous, un moi non formaté qui porte sur le monde un regard exempt de préjugés. Il vit au présent. En cela il raconte l'universalité. Le clown n'a pas besoin de mots.C'est pourquoi il nous a semblé intéressant d'utiliser cet outil pour ne pas être confrontés à la barrière de la langue. Mais également parce que le nez appelle à la spontanéité, au rire et à la découverte de soi sans codes préétablis, comme un trait d'union entre les cultures.Il n'y a pas de «  manuel du parfait clown  ». C'est face au regard de l'autre que naît le clown. C'est pourquoi nous partons non pas avec l'objectif de coller sur le dos des enfants moldaves notre étiquette mais plutôt de mener un travail collectif de création autour du clown.

Newest comments

Thumb_default
bon courage pour ce beau projet !
Thumb_default
allez foncez !!!!!!! isa et christian du 08
Thumb_default
Un bien joli projet pour une bien jolie personne. Si tu passes par Paris après la Moldavie, fais-moi signe, qu'on puisse boire à ta belle reconversion avec la Marie, la Sophie ou le Tom. A très bientôt j'espère. Et merde pour la suite! Bisous. Yannick