Écoutons les Aborigènes d'Australie pour comprendre leur culture et l'urgente nécessité de la préserver.

Large_132693-1432643737-1432643772

Présentation détaillée du projet

 

NGARANGANI*

 

ou le Temps du Rêve

 

 

6 mois d'immersion en Australie au coeur des villes et dans les dernières communautés menacées de fermeture pour réaliser des portraits-témoignages photos/vidéos d'Aborigènes afin de comprendre les relations actuelles entre les Australiens Blancs et Noirs.

 

 

 

La culture des peuples Aborigènes d'Australie est fondée sur la mémoire de l'origine de la vie à une époque mythique Ngarangani*. Ngarangani* désigne une sorte d’espace-temps parallèle à notre temps profane,

un espace intemporel où le présent, le passé et le futur fusionnent. Toutes les formes de la création, des insectes aux étoiles, en passant par les humains partagent la conscience de posséder une part de la force primitive, et chacun, à sa manière reflète une forme de cette force. L'Aborigène appartient au monde, à sa terre, à chacun des ses ancêtres, il est frère des animaux et des plantes et chaque bouleversement de l'une de ces composantes fait courir au groupe un risque de chaos qu'il faudra endiguer en faisant appel aux Ancêtres.

 

Ces règles de vie forment ce que les peuples Aborigènes considèrent comme leur bien le plus précieux:

The Dreaming (le Temps du Rêve). Il unifie la vision du monde. L'Homme, doué de conscience, se doit de respecter la terre comme une œuvre imprégnée du mythe des origines. C'est pourquoi la domestication des animaux et des plantes, comme toute modification apportée au naturel est antinomique de la pensée Aborigène.

 

 

9-feu-1432644464

 

 

 

 

MON PROJET

 

Je partirai 6 mois, accompagnée de mon assistante Aurore Cyrille, à la rencontre des Aborigènes dans les régions du Western Australia, du Queensland et du Northern Territory. Ces 6 mois d'immersion me laisseront le temps d’installer un climat de confiance avec les Aborigènes afin d’obtenir des témoignages vrais et profonds. Ces vidéos seront accompagnées de portraits photos.

 

 

Les Aborigènes qui se confieront à la caméra nous permettront de :

 

- Comprendre le système Aborigène, leur culture et leurs croyances

 

- Connaître leur point de vue sur leur relation avec les Australiens blancs,

 

- Prendre conscience du poids et des blessures mentales liées à l'histoire et à la colonisation de l'Australie

 

- Montrer la difficulté à s'assimiler au système australien en tant qu'Aborigène

 

- Connaître la position des Aborigènes intégré dans la société Australienne

 

- Montrer les méfaits des fermetures des communautés sur le bien-être des Aborigènes

 

- Montrer les traumatismes liés à la vague des générations volées

 

 

Axes de développement du documentaire :

 

- Donner la parole aux peuples autochtones d'Australie

 

- Entendre la position actuelle des Australiens blancs

 

- Comprendre la culture Aborigène et faire le parallèle avec l'échec d'une politique d'intégration par l'état Australien

 

- Soulever un malaise perpétuel et destructeur qui pèse sur le territoire australien 

 

- Dénoncer la poursuite actuelle de la colonisation : aujourd'hui la fermeture des dernières communautés résonne comme l'expulsion des derniers Aborigènes sur leur Terre Mère

 

- Dénoncer la raison économique sous-jacente de ces fermetures : l'exploitation des ressources minières

 

- Montrer le parallèle entre les croyances et le mode de vie des Aborigènes (qui laisse une place fondatrice au respect de la terre, terre de leurs ancêtres) et la prise de conscience croissante des peuples occidentaux à la recherche d'un mode de vie plus authentique et moins dépendant face à une société de sur-consommation.

 

 

 

Départ le 27 août 2015 et retour prévu pour le 28 Février 2016 !

 

 

- Exposition "Portraits d'Aborigènes"

 

À mon retour je réaliserai les tirages photo grands formats des portraits des Aborigènes interviewés et chaque portrait photo sera accompagné d'un témoignage face caméra. Une première exposition de ces portraits photos et témoignages vidéos sera organisée à la GALERIE L'OISEAU 25 Rue Beautreillis, 75004 Paris.

 

- Film documentaire « Ngarangari* ou le temps du rêve »

 

Je réaliserai ensuite un documentaire grâce aux témoignages recueillis. Une projection privée sera organisée. Je bénéficierai du soutien de la société Ristretto Production pour le montage et la post-production.

 

 

Vous serez les invités privilégiés de ces évènements !

 

 

 

 

MA PREMIÈRE EXPÉRIENCE EN AUSTRALIE

 

En 2009, j'atterrissais à Perth, capitale de l'Australie Occidentale pour travailler, apprendre l'anglais et découvrir ce pays à l'autre bout du monde. Perth est l'une des villes de plus d'un million d'habitants les plus isolées au monde. Les paysages, la nature, les animaux sont incroyables. Les couchers et les levers de soleil, l'immensité des terres, du ciel et ses étoiles à perte de vue sont des spectacles éblouissants. À première vue, cette terre semble idyllique, loin des conflits et des menaces.

 

Pourtant, dès mon arrivée, je ressens un malaise en marchant dans les rues de Perth. L'histoire de cette terre, la colonisation de ce pays a laissé des blessures encore bien vives aujourd'hui. Les premiers Australiens blancs que je rencontre me conseilleront de me méfier des Aborigènes que je pourrais croiser dans les villes. On me dit de ne jamais soutenir leur regard. On me dit qu'ils sont dangereux. Violents. Je suis surprise. Plus tard j'entendrais dire que "les Aborigènes auraient un os supplémentaire derrière la tête, qu'ils ne seraient pas tout à fait comme nous, pas tout à fait humains...". Je suis choquée ! Je ne m'attendais pas à un climat social aussi tendu entre les Aborigènes et les Australiens blancs.

 

Puis je découvre les musées et les arts Aborigènes et au cours d'une excursion touristique j'échangerai pour la première fois avec un Aborigène qui nous racontera la culture, le mode de vie et les coutumes traditionnelles. Encore une fois je suis interloquée : les Australiens Blancs et Noirs se mélangent peu. Pourtant le gouvernement australien promeut à travers le monde l'art et la culture des peuples Aborigènes comme une fierté nationale.

 

Copy_484295_3649026657865_1662089031_n-1432640595

 

 

Cette première expérience en Australie sera un déclic : je dois réaliser un projet pour comprendre et montrer le malaise actuel qui règne encore entre les Australiens blancs et les peuples Aborigènes 245 ans après le début de la colonisation.

 

- Pourquoi encore aujourd'hui les Australiens blancs et noirs n'arrivent-ils toujours pas à vivre ensemble dans un climat plus paisible ?

 

- Pourquoi le gouvernement n'intègre pas plus le système Aborigène dans le fonctionnement du pays ?

 

- Pourquoi n'existe-t-il pas plus de coopération et d'entente entre ces deux cultures ?

 

- Pourquoi la population blanche parle-t-elle encore des Aborigènes de cette façon ?

 

- Pourquoi le pourcentage d'Aborigènes touchés par l'alcoolisme, le pourcentage de suicides, d'incarcérations et de décès en prison sont-ils bien plus importants que ceux des Australiens blancs ?

 

- Pourquoi expulse-t-on encore des Aborigènes de leur terre en fermant les dernières communautés ?

 

 

 

 

Capture_d__cran_2015-03-11___12.17.33-1432222568

 

 

Certains Aborigènes n'ont jamais quitté leur communauté. Ils vivent dans le respect de leurs traditions et de leurs croyances. Mais pour combien de temps encore? 

 

 

 

Le-reve-australien-34010989-1423747632-imagegallerylightbox-1432222145

 

 

Des communautés Aborigènes se battent chaque jour pour préserver leur terre, leur culture et leurs traditions et les transmettre à leur descendants... Ces communautés sont directement menacées de fermeture.

 

 

 

Capture_d__cran_2015-03-11___11.34.45-1432641552

 

 

Des Aborigènes quittent leurs communautés pour vivre en ville par choix ou par obligation quand les communautés ferment. Certains ont beaucoup de mal à trouver leurs repères dans une société où ils ne se reconnaissent pas et se retrouvent parfois à la rue, en marge de la société Australienne.

 

 

 

Capture_d__cran_2015-05-21___18.55.19-1432288817

 

 

Certains Aborigènes ont tiré parti de leur culture pour travailler dans le tourisme. De nombreuses excursions invitent les touristes à passer une ou plusieurs journées avec des guides Aborigènes pour découvrir la culture, le savoir-faire et les activités traditionnelles Aborigènes (peinture, chasse, pêche, feu, didgeridoo, boomrang...)

 

 

 

Capture_d__cran_2015-03-11___13.04.39-1432289876

 

 

Les pourcentages d'incarcération et de décès en prison sont bien plus élevés chez les Aborigènes que chez les Australiens blancs.

 

 

 

 

 

Entre la fin du 19ème siècle et les années 60-70, plusieurs dizaines de milliers d'enfants Aborigènes métissés de sang blanc ont été arraché à leurs mères et placé dans des orphelinats, des missions ou des familles d'accueil. Ces "générations volées" ont grandi avec une perte de repères et d'identité traumatisante. "L'assimilation est le but jusqu'à ce que tous les Aborigènes vivent comme tout Australien blanc" explique en 1937 la Conférence du Commonwealth. 

 

 

 

 

QUELQUES DATES DE L'HISTOIRE

 

- En 1770, James Cook prend possession du territoire australien au nom de la Couronne britannique qui proclame celui-ci terra nullius (territoire sans maître) - Principe supprimé en 1992

 

- La marginalisation et la discrimination des Aborigènes s'est poursuivies jusqu'à nos jours.

 

- Au 20ème siècle, les "massacres généralisés" et l'asservissement laissent la place à un autre épisode sombre de l'histoire australienne : "les générations volées". Entre la fin du 19ème siècle et les années 60-70 "sur ordre du gouvernement" des dizaines de milliers d'enfants aborigènes métissés de sang blanc ont été arrachés à leurs mères et placés dans des orphelinats, des missions ou des familles d'accueil"L'assimilation est le but jusqu'à ce que tous les Aborigènes vivent comme tout Australien blanc",  explique en 1937 la Conférence du Commonwealth sur la situation des Aborigènes.

 

- Le 13 février 2008, le Premier Ministre travailliste australien, Kevin Rudd, prononçait un discours au parlement de Canberra pour "supprimer une grande tache de l'âme de la Nation". "Nous demandons pardon pour les atteintes à la dignité et l'humiliation imposées à un peuple fier et à une culture fière". Une étape importante pour les communautés Aborigènes. 

 

- En novembre 2010, la Première Ministre, Julia Gillard, appelle à la tenue d'un référendum national pour l'introduction dans la Constitution d'un paragraphe sur la reconnaissance des autochtones. Il s'agirait notamment de supprimer les articles 25 et 51 justifiant la ségrégation. Dans le même temps elle annonce une loi reconnaissant les peuples indigènes et la nécessité de promouvoir leur bien-être (Act of Recognition).  

 

- En 2012, le gouvernement change de discours. Le référendum est repoussé : "il faut admettre qu'il n'y a pas pour le moment de prise de conscience en faveur d'un changement de la Constitution" une manière de dire que l'opinion australienne n'est pas prête.

 

- En Mars 2015, le Premier Ministre, Tony Abbott annonce la fermeture de plus de 150 reserves en Australie Occidentale pour des raisons économiques.

 

 

 

 

Le sentiment d'une "supériorité" coloniale, avec son cortège de brimades et de persécutions n'a peut-être pas tout à fait disparu...

 

 

 

 

 

* L’un des centaines de thermes Aborigène pour parler de la notion du « Temps du Rêve ».

À quoi servira la collecte ?

Une première exposition sera organisée au printemps prochain :

 

GALERIE L'OISEAU

25 Rue Beautreillis, 

75004 Paris

 

 

 

J'utiliserai mon propre matériel :

- 5D mark III

- téléobjectif 70-200

- focal fixe 50mm

- focal fixe 24mm

- petit trépied Manfrotto

- cross épaule

- HF Sennheiser

- Micro canon Rode

- 2 cartes compact flash 64

 

La somme souhaitée est une contribution partielle à l'ensemble du voyage c'est à dire le prix des déplacements et du matériel supplémentaire à acquérir mais aussi la rémunération partielle des professionnels qui participeront au montage et à la post-production (notamment Ristretto Production). 

 

C'est aussi un moyen de

- fédérer une communauté autour de ce projet

- créer une synergie 

- developper la communication autour de cette problématique 

- soulever une réalité qui dérange

- agir

 

Pour donner une idée des dépenses  :

 

Transports et assurance sur place : +5300€

- Billet d'avion A/R 1000€

- Location Van pour se déplacer dans l'outback Australien 4000€

- Assurance voiture 300€

 

Frais de commission de Kisskissbankbank : -440€

 

Matériel vidéo supplémentaire nécessaire : +750€

- Filtres ND 100€

- Viseur 150€

- Adaptateur mixette 2 canaux mini-jack 150€

- Light panel 200€

- Réflecteur 50€

- Cartes Compact Flash 100€

 

Location de materiel vidéo supplémentaires pour être au top : 

trépieds de meilleur qualité, capsule Micro HF Sennheiser, téléobjectif Canon

 

Compenser des éventuelles marges de manoeuvre sur place

 

Post production

- Financement pour rémunérer une équipe en post-production : Monteur vidéo, étalonneur

- Tirages photo

 

 

 

A propos de mon expérience :

 

Documentaire Fondation Abbé Pierre - Etat des lieux du mal logement en France 2012

Assistante réalisation Grégory Vasseur - Madeleine Productions

 

 

Exposition photos/Vidéos Paralympiques de Sochi 2014

Monteuse et assistante du photographe Benjamin LOYSEAU www.benjaminloyseau.com

 

 

 

Thumb_drapeau_aborigenes_white_square-1432206280
Rose

Après des études en communication et un début de carrière dans la publicité, j'ai fait mes premières armes dans l'audiovisuel et la photographie en tant qu'assistante du Photographe Benjamin Loyseau et du réalisateur Grégory Vasseur. Passionnée par l'ethnologie, je cherche à comprendre l'être humain et ses actions au fils de mes voyages et de mes... Voir la suite