Aidez nous à éditer "Nicolas Le Petit Prince de Rolexie", souverain sournois, censeur et sans merci. Par Titou et tout l'toutime.

Large_petit-prince-1452430986-1452431008

Présentation détaillée du projet

 

Bonjour à tous et à toutes !

 

Tout d’abord merci de vous intéresser à notre projet,  le simple fait que vous lisiez ces lignes est déjà un encouragement pour nous.

 

Il s'agit ici de financer la deuxième édition de "Nicolas le petit prince de Rolexie.", la première ayant eu un succès tel qu'il n'en reste plus un seul exemplaire, des scènes d'émeutes ont eu lieu dans les différents points de vente et plusieurs fans ont dû être hospitalisés. Devant cet engouement incontrôlable nous avons décidé ( afin de consoler les dizaines de milliers de lecteurs déçus de n'avoir pas put se procurer ce magnifique ouvrage) de relancer les presses !

 

Temps de crise oblige, nous avons fait le choix de mener à bien  ce projet par le biais d'un financement participatif. Sans vous il ne pourrait voir le jour.

 

Sans plus attendre voici en quelques lignes l'histoire de Nicolas Le Petit Prince de Rolexie par Titou.

 

 

Tit2-1454327642

 

 

 

Nicolas Le Petit Prince de Rolexie.

 

Cette satire, à travers les brigues et les intrigues du palais, raconte l’histoire d’un jeune poète qui se bat contre le despotisme d’un souverain sournois, censeur et sans merci. Et si le petit Petit Prince de Rolexie se représente en 2017, cette fresque n’en sera que plus pertinente.

 

Prince_rolexie_9-1448554131

 

« On dit que certains soirs un spectre démoniaque

Viendrait après minuit, dans les murs du château,

Martyriser le Roi et le rendre insomniaque

En lui brisant menu les outils génitaux.

 

Que nenni le Roi dort, baignant dans l’insouciance.

Bercé par son nounours et le marchand de sable,

Il n’aurait toujours pas, semble-t-il, pris conscience

De la misère accrue dont il est responsable. »

 

Critique :

 

« Ce petit livret est le trésor épistolaire d’une poésie rare de nos jours, un pamphlet délicieux où les rimes tartinent, à qui veut les lire, l’excellence d’une dérision hors du commun… Thierry Jallet réussit où tant d’autres s’enlisent. Ses caricatures verbales, telles des flèches empoisonnées, vont droit dans le mille et font de l’auteur le digne héritier des chansonniers d’antan… Pour parfaire l’ouvrage, l’ami Eric Martelat est venu y mettre son grain de sel, soulignant d’un crayon cruel tout ce que les mots subodorent… Aussi est-il impératif que la victime de cette farce, un certain Nicolas, ancien président de l’Hexagonie, lise ce chef d’œuvre désopilant. »

 

Christian Décamps (Ange)

 

 

Genèse du projet par l'auteur :

 

« Dans l'écriture de l'un de mes précédents spectacle. J'avais choisi de raconter les vingt premières années de ma vie à travers un récit dans lequel apparaissaient mon père manant, ma mère veilleuse, ma maîtresse " d'éole", Pénélope la tourneboulante créature, le chevalier noir qui symbolisait la part d'ombre que chaque individu porte en lui et le chevalier blanc qui lui, symbolisait la part de lumière.

Le chevalier noir s'exprimait dans un langage populaire et je n'avais pas rencontré trop de difficultés avec une langue argotique qui m'est familière. Par contre, le chevalier blanc s'exprimait dans un langage

choisi, courtois, et il m'avait fallu me documenter.

 

Mes recherches me firent traverser Robert Merle et Jean Vautrin puis les chroniques écrites par André Ribaud sur le Général de Gaulle parues dans le Canard enchainé, chroniques regroupées dans les trois recueils suivants : Le Roi, la Cour, le Règne. En lisant ces chroniques je fus frappé par la similitude entre les relations qu'entretenait De Gaulle avec ses ministres, ses courtisans, et ce que je pouvais observer, cinquante ans plus tard, à mon tour sous la présidence de Nicolas Sarkozy.

 

" Le roi se délectait du trouble qu'il entretenait par de savants manèges. Il ne laissait pas un de ses ministres en repos d'âme et de confiance. Celui-ci s'infatuait-il d'être solidement établi? Le Roi par un mot brusque le faisait vaciller et trembler."

 

J'entrepris de composer une chanson sur le sujet, un texte d'une quinzaine de couplets à la manière de Georges Brassens, mais faute de temps le projet est resté en jachère.

 

Un jour, j'entendis sur France Inter, Patrick Rambaud de l'Académie Goncourt, présenter son dernier ouvrage sur les chroniques du règne de Nicolas Premier. Je courus acheter les cinq volumes ( le sixième n'étant pas encore paru) et en fit la lecture.

 

Après avoir finis les cinq ouvrages de Patrick Rambaud, je décidais d'écrire un pamphlet. Un texte sous forme théâtrale en trois actes, si possible en alexandrins classiques. Pourquoi ?

 

" Parce que quand la forme est contraignante, l'idée jaillit plus intense."

 

Charles Baudelaire à propos de la forme d'un sonnet, dans Petits poèmes en prose.

 

 

 Quelques mots sur l'auteur :

 

Titou et tout l'toutime quésaco ?

 

Poèmien, Méludiste, Humouropathe, Artissan-Révélationnaire ?

 

Tit-1454326808

 

 

Et bien Titou c’est un peu comme ……. Enfin, pas vraiment, parce que l’écriture est plus ……..

Dans certains textes, on pense aussi à … , surtout à ses débuts.

Y’ a le même délire mais je crois que ça va encore plus loin. Un jour quelqu’un m’a dit que le langage lui rappelait …….

C’est vrai, y’a un peu de ça !  Quant aux chansons on pense immédiatement à …….,

mais on se rend vite compte que c’est plus près de ……… voire de ……. dans certaines mélodies ; c’est vous dire !

 

Sur scène ? C’est difficile à comparer ! C’est tellement ……. Et puis …… Tiens !

Je sais pas si vous avez vu le dernier spectacle de …….

Et ben, c’est un peu le même style de bonhomme. Bien sûr les thèmes sont très différents mais je vous jure qu’on se marre autant !

Dans le genre y’a aussi……. Vous vous souvenez ? Bon, enfin, là ……..        J’hésite un peu à le comparer à lui ; faut pas exagérer ! J’vais le faire rougir ! Mais entre nous, y’a des moments, c’est aussi fort.

Bon j’arrête ! J’en ai trop dit … Et je m’en voudrais de déplorer le sujet !

 

Pour plus d'information sur l'auteur vous pouvez consultez son site internet : titou-time.fr

À quoi servira la collecte ?

La collecte servira donc à éditer l'ouvrage présenté ci dessus : Nicolas Le Petit Prince de Rolexie, l'imprimeur choisi est COPY-MEDIA dont voici le site web : http://www.copy-media.net.

 

L'ouvrage sera tiré à 500 exemplaires avec :

 

pour la couverture :

 

Papier Acquarello Avorio 280gr (ivoire légèrement lignée, papier texture), Impression 4 couleurs recto seul pour les feuillets :

Impression noir et blanc recto verso, Papier bouffant ivoire 90gr - main de 1.8 (munken print cream)

 

et pour la reliure :

 

Dos carré EVA PLANAMELT avec mors latéraux collés, double rainage d'aisance.

 

Le devis fait état de 1379,46 euros HT pour les impressions ainsi que de  81,79 euros de TVA soit un total TTC de 1461,25 euros.

 

À cela s'ajoute les frais de maquettage et de conception estimé à 500 euros ainsi que la commission de KissKissBankBank.

 

0001-1454326436

 

 

Vous savez tout !

Thumb_cropped-cropped-titou-01-e1382971889257-1432054614
Titou et tout l'toutim

Titou et tout l'toutime quésaco ? Poèmien, Méludiste, Humouropathe, Artissan-Révélationnaire ? Et bien Titou c’est un peu comme ……. Enfin, pas vraiment, parce que l’écriture est plus …….. Dans certains textes, on pense aussi à … , surtout à ses débuts. Y’ a le même délire mais je crois que ça va encore plus loin. Un jour quelqu’un m’a dit... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Tiens bon la rampe ...
Thumb_default
Plus que 3 jours... Si chacun rajoute un petit billet, sans aller jusqu'à doubler la première mise, le kisskissbank sera réussi... et ça, Titou le mérite bien !!! ( moi je la doublerai ) Alors à bientôt Titou, en te souhaitant le meilleur pour tes projets à venir... et à l'automne prochain certainement. Cordialement. RLag
Thumb_default
Un encouragement pour Thierry Jallet et deux pour le Titou, ça fait trois en tout. L'Amande In en ville mais Out de Bourg On ;)