NINA, c'est l'histoire de deux ou trois sœurs et d'une voiture, et c'est le premier spectacle des Instants Électriques.

Large_photo_kiss_kiss

Présentation détaillée du projet

L'histoire

 

Soient Émilie et Chloé, nos deux héroïnes. Elles sont sœurs mais ont près de dix ans d'écart. Elles n'écoutent pas la même musique mais ont vu le même film, chaque noël sur le canapé familial.

Imaginons maintenant que ces deux personnages aient une troisième sœur, Nina, l’enfant du milieu, et que celle-ci meure. Que font-elles ? Elles partent en voyage.

 

Note d'Intention

 

Cette histoire parle de trajets, littéraux et figurés. Il y a celui des kilomètres que parcourent Emilie et Chloé, et celui de leur vie après le décès de Nina. Nous racontons leur voyage depuis une voiture. Cet espace mêle intérieur et extérieur, privé et public, ce qui nous donne une grande liberté concernant les situations auxquelles sont confrontées nos deux héroïnes. Nous nous intéressons à leurs départs, leurs arrivées et à ce qui se joue entre les deux.

 

Avec NINA, nous abordons un sujet douloureux et difficile. C’est pourquoi il nous semble essentiel de le traiter avec sensibilité et humour. Nous ne parlons pas de la mort depuis un cimetière mais du parking d'un supermarché, d'une autoroute ou d' une ville inconnue. Depuis cette voiture, Émilie et Chloé avancent dans leurs deuils et leurs vies, dans un monde qui bizarrement ne s'est pas écroulé.

 

La Compagnie

 

Les Instants Électriques sont nés de notre rencontre au sein de l’École du Jeu et de notre désir commun de créer des spectacles ancrés dans le présent au moyen d'œuvres originales et intimes, issues du monde contemporain.

 

Pour ce faire, nous nous appuyons sur un travail d’enquête liant art et sciences humaines et sociales. Les enquêtes de terrain, à travers divers médiums (lectures, entretiens, observations participantes), nous permettent d'aborder les sujets de façon sensible et d'amasser la matière première de nos créations. Cette recherche constitue le cœur de notre collaboration. En effet, il nous semble que la création artistique, théâtrale en particulier, constitue en elle-même une méthode d’enquête, un moyen d’appréhender le réel.

 

Il ne s’agit pas au final de relater des faits réels dans une œuvre artistique mais de créer une œuvre fictionnelle qui pourrait se dérouler dans le présent. A travers la fiction, nous avons l'ambition de frôler le réel pour raconter des histoires uniques et complexes sans caricature.

 

                                                                                                                Mathilde Saubole et Maryse Urruty

 

Projet de scénographie (Cassandre Boy)

Nina_sceno_2_annotations_1_

 

 

L'Equipe

 

 

 

Mathilde Saubole

 

527053_4678573208992_639462925_n_1_

 

Elle commence sa formation d’actrice à l’âge de 16 ans au Studio Temps’M, et poursuit des études de sciences du langage à Bordeaux jusqu’en 2010. Elle suit le stage International de commedia dell’arte d’Antonio Fava, a Reggio Emilia (Italie) et participe à divers court-métrages avant de s’installer à Paris en 2011. Elle obtient le diplôme de l’École du Jeu en 2013. Parallèlement à sa formation, elle co-crée en 2012/2013 le spectacle LA BARBE BLEUE à l’ENS de Lyon.

 

Maryse Urruty

 

Img_4765_pp-rvb

 

Après un Master à Sciences-Po Toulouse, Maryse Urruty renoue avec sa passion pour la scène découverte auprès d'Antton Luku. Conjointement à sa formation de comédienne à l'Ecole du Jeu, elle intègre la classe de chant lyrique d'Alba Isus. Elle mettra en scène Les Petites Noces de Figaro à l'Espace Georges Simenon de Rosny-Sous-Bois en avril 2014. Par ailleurs, elle travaille en tant que comédienne sur la première création de la Compagnie Le Hall, qui verra le jour en septembre 2014.

 

Cassandre Boy

 

P1190006_2_

 

Jeune scénographe franco-américaine, diplômée de l’ENSATT après un parcours littéraire et artistique, elle travaille sur différents projets d’auteurs comme Michel Vinaver, Marius von Mayenburg ou Franz Kafka mais aussi sur des projets plus dansés comme Correspondances (I et II), qu'elle co-met en scène et en espace en 2012, ou les explorations in situ du collectif Bim, performances collectives dans des lieux non dédiés à la représentation. Elle a collaboré avec des metteurs en scène aux univers extrêmement variés tels que Claire Lasne-Darcueil, Alain Françon, Frank Vercruyssen (tg STAN), Ariane Moret et Clyde Chabot.

 

 

 

À quoi servira la collecte ?

Achat et Confection des décors : 2460 euros.

 

Achat et retouche des costumes : 300 euros.

 

Frais de communication (Affiches et flyers) : 380 euros.

 

Frais de déplacements (transport du matériel et de l'équipe sur leurs lieux de résidence) : 520 euros.

 

Location de lieux de répétition : 200 euros.

 

Achat des droits Sacem : 100 euros.

Thumb_dscn0673
Les Instants Electriques

Les Instants Électriques sont nés de notre rencontre au sein de l’École du Jeu et de notre désir commun de créer des spectacles ancrés dans le présent au moyen d'œuvres originales et intimes, issues du monde contemporain. Pour ce faire, nous nous appuyons sur un travail d’enquête liant art et sciences humaines et sociales. Les enquêtes de terrain, à... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
à bientôt de croiser votre voiture !
Thumb_default
bonne chance à votre projet!!
Thumb_default
Do what you gotta do !!!