CARNET MARSEILLAIS, voyage au coeur de la cité

Voyage pictural et littéraire au coeur de la cité phocéenne

Visueel van project CARNET MARSEILLAIS, voyage au coeur de la cité
Geslaagd
179
Backers
31/05/2020
Einddatum
€15.755
Voor €10.000
158 %
Indie

CARNET MARSEILLAIS, voyage au coeur de la cité

« Carnet marseillais », un ouvrage pour voyager dans la plus ancienne ville de France.

Qui sommes-nous ?

     Nous sommes Sébastien Arcouet (né en 1976) et Lionel Borla (né en 1974), deux artistes peintres, vivant et créant à Marseille depuis de nombreuses années, ville que nous avons « art-pentée » avec l’élan du plaisir des yeux et de l’esprit sous son grand soleil.

 

 

Le projet

Un ouvrage comme un voyage

     « Carnet marseillais » est un ouvrage pour celles et ceux qui aiment Marseille, qui veulent la découvrir ou s’en souvenir grâce aux 111 gouaches créées par Sébastien Arcouet et les textes écrits par Lionel Borla qui invitent le lecteur-regardeur à un réel voyage immobile dans la cité phocéenne au fil des pages.

     Ce fut comme une évidence, la mise en échos de deux élans créatifs : celui, pictural, de croquer lieux et architectures tel le voyageur avec son carnet à croquis en mains, et celui, littéraire, de poser les mots sur les ressentis de ces espaces phocéens.

     Nous profitons de ce temps particulier de l’immobilité quasi planétaire pour imaginer ce voyage dans une cité. Souvent nous disons : j’ai voyagé dans telle région ou tel pays mais rarement dans une ville. Marseille, ville multiple, ville polychrome, offre un réel dépaysement au fil de ses 111 quartiers (d’où le nombre symbolique de gouaches créées pour faire écho au découpage de cette cité étendue entre collines et mer Méditerranée).

Préambule

« Art-penter »

Marseille, Massalia, Massilia, Marsiho, Marselha, la cité phocéenne ou Fadacity, il pourrait y avoir 111 noms pour nommer la plus ancienne ville de France née d’une légende d’amour entre Gyptis et Protis . Cet amphithéâtre s’ouvre vers l’ouest bleu de la Méditerranée. Et le grand âge ne l’empêche pas d’être rebelle et de continuer à faire entendre sa voix. Arrogance, gouaille iodée, fanfaronnade, ici nous préférons être fadas plutôt que fades. Etre vivants et pas morts-vivants. Le Marseillais peut tout entendre et sait faire entendre sa grosse voix pour répondre avec virulence. Ici l’excès est un minimum. On irait presque jusqu’à mettre quatre tiers pour composer un breuvage sur le quai du vieux port.

Sac au dos avec gouaches, papiers et pinceaux ou avec un carnet et un stylo, nous sommes les « art-penteurs » des 111 quartiers qui constituent, depuis le décret du 18 octobre 1946, le découpage territorial de la commune. Les noms pittoresques offrent la première image de la diversité marseillaise: Le Panier, les Goudes, l’Estaque, etc. Nombre de ces quartiers sont structurés autour d’un ancien noyau villageois avec son église, sa place et les commerces du quotidien autour. Marseille, deuxième ville de France, Marseille plus ancienne ville de france : mais peut-être Marseille est-elle avant tout le plus grand village de France. L’aixois est bourgeois et citadin. Aix-en-Provence est un arrondissement de Paris mis en Provence d’u,e certaine manière. Marseille est, à l’opposé, populaire et villageoise. C’est une des différences qui fait cette grande rivalité entre les deux cités de la Provence.

Oh fada ! Oui, le mistral qui rend ou rendait fou s’il soufflait comme jadis durant 9 jours d’affilée, rend les Marseillais un peu fous ou plutôt fadas. Les fées se sont penchées sur le berceau des enfants de Marseille. Chanceux méditerranéens dévorant les plaisirs de la vie sous un grand soleil. Plaisirs simples autour d’un verre de pastis, d’une partie de pétanque, d’une sortie à bord d’un pointu pour jeter l’ancre au creux d’une calanque accueillante pour une journée en bord de mer, en bord de mère : Mare Nostrum, per tutti, per sempre. L’éternel ici est présent. Antique caractère qui perdure malgré la ville qui, comme toutes aux quatre coins du monde, se transforme. Les grands architectes depuis la Reconstruction y déposent leurs bâtiments singuliers : Fernand Pouillon, Le Corbusier, Rudy Ricciotti, Jean Nouvel, Zaha Hadid etc. Pierre Puget et Henri-Jacques Esperandieu avaient ouvert la voie entre les XVIIème et XIXème siècles.

De grands artistes ont vu le jour dans la cité phocéenne : Pierre Puget, Honoré Daumier, Edmond Rostand, Antonin Arnaud, André Suarès, Maurice Béjart, Dubout, Michel Ragon, César, Marc-Edouard Nabe, entre autres. Mais nul n’est prophète en son pays nous le savons tous. Tournés vers l’ailleurs, les esprits vastes montrèrent leur génie souvent à mille lieux de leur ville natale. Ils ont ainsi connu la reconnaissance loin de ce gros village centré sur lui-même, comme l’est souvent le Marseillais qui prendrait presque un passeport pour se rendre de ses Goudes natales à l’Estaque... Avec élan, « col fiato » comme disent les Italiens, nous vous proposons avec le souffle de la création notre vision de Marseille.

Parcourir Marseille, c’est faire un voyage citadin et villageois en même temps. Voyage aux multiples facettes, caractères et couleurs. Pinceau et stylo proposent ainsi notre vision singulière « d’art-penteurs » de la cité phocéenne. Créer, c’est être singulier en maniant l’universel et c’est aussi tenter d’être universel en maniant le singulier. Marseille la singulière, la vieille rebelle, la jeune arrogante, la fière mère des villes de France. Suivez-nous entre quartiers-nord et calanques, chaussez vos meilleurs souliers car une ville se découvre à pied. Si étendue qu’il faut être fada pour la parcourir du nord au sud, d’est en ouest, des collines et massifs jusqu’à la mer bordant cet éternel amphithéâtre de lumière. Light is life. Marseille, de son antique histoire, est ainsi source de vie.

Waar dient de collecte voor

     Grâce à votre contribution, ce projet va devenir réalité sur le papier (livre, impressions en éditions d’art des œuvres graphiques), mécénat, ateliers peinture, visites.

     Ainsi, avec cette collecte, nous allons pouvoir récolter les fonds nécessaires pour établir la collaboration avec un graphiste et un imprimeur afin de pouvoir vous proposer un ouvrage de qualité et des impressions en édition d'art (éditions signées et numérotées), coffret cartes postales d'une sélection de gouaches parmi les 111 créées, et la préparation d'ateliers peinture in-situ avec commentaires sur les lieux (paysage, architecture, anecdotes).

     Voici, ci-dessous, la façon dont nous allons utiliser l'argent récolté.

     La création est un acte de partage. L'empathie est au coeur du financement participatif. Cet acte généreux est une réelle preuve de confiance pour faire de notre projet, un acte concret.

Kies je beloning

Een gift doen

Ik geef wat ik wil

Uitverkocht

1 tube de gouache bleu outremer vide

€15

Geschatte levering: september 2020

Le bleu outremer est une des couleurs de ma palette qui reste assez courte puisque je n'ai que 6 couleurs pour cette série de gouache sur Marseille; c'est la couleur maîtresse de ce projet et ce tube est le dernier tube que j'avais dans mon matériel... Je vais réussir à me réapprovisionner mais ce n'est pas si simple. Dans cette série de gouaches sur Marseille, il y aura donc quelques illustrations sans bleu outremer qui sont pour moi le symbole de ce confinement, de la même façon que ce tube vide l'est. Mes nom et prénom figureront sur une page "remerciements" de l'ouvrage.
  • 1 backer
  • 0/1 beschikbaar