EXISTE, court-métrage sur les réfugiés

Aidez-nous à lutter contre les injustices du monde. Ce qui ne vous coûte rien pourrait en faire changer plus d'un.

Visueel van project EXISTE, court-métrage sur les réfugiés
Geslaagd
32
Backers
04/06/2019
Einddatum
€1.038
Voor €1.000
104 %

EXISTE, court-métrage sur les réfugiés

LE PROJET

LE BUT

Depuis de nombreuses années désormais, des milliers d'enfants, de femmes et d'hommes périssent au large de nos côtes, expulsés de leur pays par la guerre, sans que nous n'agissions réellement. Grâce à un phénomène de médiatisation important, ces injustices ont été mises en avant, dénonçant l'horreur et la souffrance. Aujourd'hui, c'est à la jeunesse d'agir, puisque c'est elle qui sera l'avenir de demain. Existe n'est donc pas qu'un court-métrage, c'est un élément de sensibilisation ayant pour but de faire réagir et d'aider à stopper l'horreur que subissent nos contemporains.

L'HISTOIRE

Ce court-métrage mettra en scène une jeune réfugiée échouant sur une plage. Seule, sans papier et totalement perdue, elle devra tenter de comprendre où elle est, ce qu'est devenu son pays et comment sortir de la profonde misère dans laquelle elle est désormais piégée. Contrairement aux récits habituels, celui-ci aura un point de vue totalement interne. Le spectateur sera la réfugiée, il n'en saura pas plus qu'elle. Le but est qu'il se mette à sa place, ressentant sa profonde détresse, et non qu'il garde son point de vue extérieur, se disant qu'il doit agir, tout en conservant une certaine distance. Nous essaierons donc de briser totalement les frontières entre ce que nous connaissons et ce que les réfugiés connaissent, en se plongeant dans un périple intense et démentiel, entre frissons, larmes et colère. 

LE TOURNAGE

Ce court-métrage sera entièrement réalisé du 11 au 15 juin 2019, à Vendays-Montalivet, en Gironde. Les grandes plages de ce lieu, ainsi que son air non-urbanisé en font le cadre parfait pour la majeure partie de nos scènes. Nous tournerons donc durant 5 jours intenses, de 8h à 19h. Nous serons 9 à être présents sur le lieu de tournage, comprenant 2 acteurs, 1 réalisateur, 1 caméramen, 1 perchiste, 1 techniciens visuels, 1 managers également chargés du making-off, 1 maquilleurs/costumiers et 1 photographe. 

APRES SA CREATION

Une fois le tournage et le montage intégralement terminé, nous l'inscrirons dans des festivals de court-métrages, afin de le partager au maximum. Il sera également proposé dans des collèges et lycées afin de sensibiliser et partager le plus possible autour de ce sujet d'une importance fondamentale. Selon nous, il est primordial que ce sujet soit traité dès que possible, et étant nous aussi des adolescents, nous pouvons constater un profond manque d'ouverture à propos de ce sujet dans nos écoles. Si on ne sensibilise pas autour de ce sujet dès le plus jeune âge, si on s'y intéresse pas, alors on y attache moins d'importance, et on aide moins. C'est pourquoi il est important pour nous de montrer qu'il est possible que des élèves aussi puissent être intéressés et engagés, et que nous aussi pouvons faire changer les choses, à notre échelle de lycéens.

 

 

NCE, NOTRE GROUPE

SA FORMATION

NCE (New Cinematic Erea) est un groupe que nous avons créé en février 2018. Il est uniquement constitué d'adolescent(e)s âgé(e)s de 15 ou 16 ans. Nous sommes actuellement 34 à en faire partie, comprenant acteurs, réalisateurs, scénaristes, maquilleurs, costumiers, managers, cameramen et techniciens visuels. Nous sommes totalement indépendants, afin d'être libres dans nos actions et décisions. La plupart d'entre nous est au Lycée George Sand à Nérac (Lot et Garonne) et au Lycée Gustave Eiffel à Bordeaux (Gironde). Bien que nous ne voulions pas tous faire du cinéma notre métier, nous sommes tous passionnés. La quasi-totalité de nos acteurs font du théâtre depuis de nombreuses années, notamment avec Cathy Tisney dans la compagnie Ribambelle à Nérac, et avec Jürgen Genuit à Bordeaux. Nous avons aussi beaucoup appris au côté de Valentine Cohen, qui fait de nombreux travaux autour de l'immigration, dont l'écriture de magnifiques pièces de théâtre.

 

Ne dis pas que tu veux connaître mon histoire. Tu veux pas savoir que ça coûte plus cher de rejeter les gens qui arrivent de tous nos pays en loques, que de les nourrir, les accueillir. Tu veux pas savoir combien ça coûte, tous les CRS qui entouraient Calais et sa jungle ! Et combien ça coûte, les camions anti-émeutes ! Et combien ça coûte, l’administration pour aider à nous mettre dehors.
Moi, j’ai marché sous la pluie, on n’avait plus à manger, on était fatigués et on chantait. On chantait parce qu’on se rapprochait, on avançait vers le pays des droits de l’homme ; on nous disait que vous vouliez pas de nous. Mais on n’y croyait pas. On vous aimait d’avance.

Valentine Cohen, pour "Et Que Nos Cœurs Se Battent", Février 2019

 

NOS PRODUCTIONS

De janvier à juin 2018, nous avons créé Death Blood, une série en 5 épisodes de 5 minutes, sur les dangers du nucléaire. Cette mini-série était notre première création, et nous ne possédions alors aucun budget ni financement. Mais grâce à une longue préparation nous avons réussi à sortir ces épisodes en septembre 2018, disponibles sur YouTube. 

 

Du suspens, du mystère, une pointe d’humour et de l’hémoglobine. C’est le cocktail détonant proposé par le groupe NCE (New Cinematic Erea), créateur de la série Death Blood.

Le SUD OUEST, septembre 2018

 

Le but original de cette mini-série était de sensibiliser aux problèmes nombreux liés aux armes nucléaires, que ce soit pour la guerre ou dans les centrales. Certains créateurs de Death Blood travaillent aussi sur Existe, notre nouveau court métrage. Parmi eux, vous retrouverez Matis Cochard, réalisateur de Death Blood, qui sera également à la réalisation dans ce court-métrage. 

 

Le scénario de Death Blood était facile à écrire. Pour une première, je ne voulais pas me lancer dans quelque chose de compliqué. C'est vrai qu'il est violent, assume Matis, avec beaucoup de maturité, mais on ne savait pas comment montrer l'ambiance chaotique autrement. Notre web-série porte a contrario des messages pacifistes : anti-armes nucléaires, utiliser la violence pour critiquer la violence. Puis, plus on avance dans les épisodes, plus on rencontre des moments touchants.

Matis Cochard pour LA DEPECHE, octobre 2018

 

Vous pourrez aussi retrouver Edma Barra--Olivé, une des actrices principales de Death Blood, qui incarnera cette jeune réfugiée échouée sur un plage. Grande amatrice de théâtre, elle en pratique depuis de nombreuses années. Elle a également co-réalisé Death Blood, qui demandait énormément de gestion, notamment liée au grand nombre d'acteurs présents lors des tournages. 

Edma Barra--Olivé lors du Tournage de Death Blood, mai 2018

 

Matis Cochard, réalisateur, lors du tournage de Death Blood, juin 2018

 

Vous pouvez retrouver la bande annonce de Death Blood ci-dessous, également disponible sur YouTube sur la chaine NCE Officiel.

 


 

Waar dient de collecte voor

L'HEBERGEMENT

Notre court-métrage étant réalisé au bord de la mer, nous avons besoin de nous loger sur place. Pour cela, nous irons au camping municipal de l'océan à Montalivet. Ce camping nous offre une situation idéale, étant près de l'océan et d'un super marché, puisque tous nos déplacements sur place seront effectués à pied. De plus, le prix par nuit n'est pas très élevé. 

LE MATERIEL

Afin d'obtenir le meilleur rendu possible, nous aurons besoin d'un bon matériel. C'est pourquoi nous louerons une "Black Magic Pocket", une caméra offrant une très bonne qualité d'image. De plus, nous aurons besoin d'un stabilisateur et de microphones, afin de vous transporter au mieux dans ce périple particulier. Certaines scènes devant être tournées de nuit, nous devons également posséder l'éclairage adéquat. 

La location de la caméra s'élève à 60€/jour, celle du stabilisateur à 45€/jour et celle du microphone à 20€/jour.

DEPLACEMENTS

Nous aurons également besoin de nous rendre à Vendays-Montalivet. Certains d'entre nous habitent à Bordeaux(33) et d'autres à Nérac(47). Nous aurons donc besoin de prendre le bus et le train afin de nous rendre sur place, et de repartir. Le départ se fera en train de la gare Saint-Jean à Bordeaux, où nous prendrons le train jusqu'à Lesparre-Médoc. Puis nous prendrons un bus qui nous conduira jusqu'à Vendays-Montalivet. 

Le prix total (aller-retour) du trajet s'élève à 13€/personne. 

COSTUMES - MAQUILLAGE

Afin de donner le plus de réalisme possible à notre court-métrage, nous aurons besoin de maquillage ainsi que de costumes. Ils seront notamment utilisés pour les acteurs jouant les réfugiés après avoir traversé l'océan. Notre équipe de maquillage est dirigée par Leelou Cornette, gérant les différentes étapes du maquillage en encadrant son équipe, pour un rendu très réaliste. Bonne dessinatrice, elle réalise également de nombreux croquis avant de débuter chaque étape, assurant ainsi son bon déroulement. 

Le budget nécessaire pour cette catégorie est estimé à 60€.

AUTRE

Naturellement, nous aurons également besoin de repas, ainsi que d'une marge en cas de problèmes de dernière minute. 

Votre aide nous est donc précieuse afin de mener à bien notre projet. Ne serait-ce que 10€ de votre part pourrait nous être très utile, voir même faire la différence ! Bien sûr la limite que nous avons fixée n'est qu'à titre indicatif. Nous vous remercions infiniment par avance pour votre aide, qui nous permettra d'avancer. 

L'équipe de Existe

 


 

Articles entiers disponible sur https://www.ladepeche.fr/article/2018/10/28/2896542-death-blood-une-production-100-neracaise.html et https://www.sudouest.fr/2018/09/19/une-serie-horrifique-tournee-dans-la-cite-5404316-3788.php.  

Notre chaîne YouTube : https://www.youtube.com/channel/UCjaRKFwlli0HNAa12WxFsfQ

Photos prises par Florian Guery. 

Kies je beloning

Een gift doen

Ik geef wat ik wil