Mehdi MOUSSAID

Fouloscopie

Le financement collectif

164

subscribers

Contact us
Monthly goalVous offrir les meilleures vidéos possibles
385 €
2.000 €

Subscribe

from €1 per month

Why subscribe?

  • Help bring this project to life
  • Receive exclusive content
  • Be part of the privileged circle of subscribers

How does it work?

Select a subscription or make a monthly donation of your choice
Validate your subscription via our secure payment form
Receive the contents of your subscription every month or quarter
Cancel your subscription at any time from your account

New!

You can also choose to make a single donation.

Choose your subscription:

… or support us

Make a monthly donation of the amount of your choice to keep our project alive:

per month

Choose one-time donation:

Give what I want

About

Qu'est ce que la fouloscopie ? Je suis chercheur à l'institut Max Planck de Berlin et spécialisé dans l'étude du comportement des foules. Cela concerne par exemple les déplacements humains dans les rues commerçantes, autour des stades ou à la sortie d’un concert. Une partie de mes études se concentrent par exemple sur les paniques, les bousculades et les évacuations d'urgence. Mais la fouloscopie, ce n'est pas juste une affaire de déplacement. Une deuxième branche de mes recherches concerne la contagion sociale : la propagation des comportements, des opinions, des émotions et des rumeurs. Ces recherches trouvent des applications directes sur les réseaux sociaux où les informations se propagent littéralement à la vitesse de la lumière. Twitter, par exemple, est un terrain de recherche scientifique très actif. Enfin, la troisième branche de mes recherches – ma préférée – concerne l’intelligence collective. Dans certaines conditions, un collectif peut accomplir des prouesses intellectuelles qu’aucun membre du groupe ne peut réaliser seul. Quels sont les mécanismes qui permettent à une foule d’écrire Wikipédia ou de défier Garry Kasparov aux échecs ? L'histoire de la chaîne J'ai toujours aimé la vulgarisation scientifique. Prendre un sujet complexe et le remodeler pour que tout le monde puisse le comprendre. En 2019, il m'est venu l'idée de publier un livre intitulé 'Fouloscopie'. Pour accompagner la sortie du livre, j'ai postée une vidéo sur Youtube. Cette vidéo n'était pas destinée à lancer une chaîne – je n'avais pas prévu d'en faire d'autres. À l'époque, je ne connaissais même pas le concept de chaîne Youtube ! La vidéo intitulée "10 conseils pour survivre pendant un mouvement de foule" a immédiatement buzzé et à ma grande surprise des gens ont commencé à s'abonner à la chaîne. Je me suis alors pris au jeu. J'ai posté une seconde vidéo, puis une troisième, une quatrième... et me voici devenu youtubeur ! Plus récemment, une idée m'a traversé l'esprit : pourquoi ne pas organiser de véritables expériences scientifiques en invitant mes abonnés à participer. Je pourrais alors utiliser mon activité de vulgarisateur pour collecter des données scientifiques. Pour la première vidéo du genre, 25.000 abonnés ont participé à une partie d'échecs collective pour un de mes projets de recherche. Pourquoi ai-je besoin de vous ? Ces expérience sociales filmées sur Youtube sont devenues en quelque sorte ma marque de fabrique. J'invite régulièrement mes abonnés à participer à des expériences amusantes (en ligne ou en vrai) dont les résultats me servent (parfois) pour mes recherches. Le problème est que tout cela coûte beaucoup d'argent... Naïvement, je pensais que je pourrais gérer ces frais sur mes fonds personnels ("Quelques dizaines d'euros, pensais-je, ce n'est pas grand chose !"). Erreur ! Rapidement, je me suis retrouvé à gérer des coûts semblables à ceux d'une petite entreprise (materiel, logiciels, montage, programmeur, infrastructure web, etc...) sans aucun autre revenu que mon argent perso. Ajoutez à cela que je veux éviter les coupures pub dans mes vidéos (vous l'avez sûrement remarqué : ma chaîne n'est pas monétisée) et c'est tout simplement mission impossible ! Le modèle économique le plus cohérent avec le thème de la chaîne, c'est certainement le financement participatif. Quoi de mieux qu'un collectif pour soutenir un projet sur la foule ! À moyen terme, mon objectif serait de pouvoir combiner mon activité de chercheur et de vulgarisateur... sans travailler 12 heures par jour :) . Eh oui, car à l'heure actuelle je suis chercheur dans la journée et vulgarisateur le soir et le week-end. Mon rythme de travail est parfois trop intense. Si votre soutien collectif peut atteindre 2000 euros par mois, je pourrais être chercheur le matin, vulgarisateur l'après-midi.... et avoir mes soirées pour moi !
Qu'est ce que la fouloscopie ? Je suis chercheur à l'institut Max Planck de Berlin et spécialisé dans l'étude du comportement des foules. Cela concerne par exemple les déplacements humains dans les rues commerçantes, autour des stades ou à la sortie d’un concert. Une partie de mes études se concentrent par exemple sur les paniques, les bousculades et les évacuations d'urgence. Mais la fouloscopie, ce n'est pas juste une affaire de déplacement. Une deuxième branche de mes recherches concerne la contagion sociale : la propagation des comportements, des opinions, des émotions et des rumeurs. Ces recherches trouvent des applications directes sur les réseaux sociaux où les informations se propagent littéralement à la vitesse de la lumière. Twitter, par exemple, est un terrain de recherche scientifique très actif. Enfin, la troisième branche de mes recherches – ma préférée – concerne l’intelligence collective. Dans certaines conditions, un collectif peut accomplir des prouesses intellectuelles qu’aucun membre du groupe ne peut réaliser seul. Quels sont les mécanismes qui permettent à une foule d’écrire Wikipédia ou de défier Garry Kasparov aux échecs ? L'histoire de la chaîne J'ai toujours aimé la vulgarisation scientifique. Prendre un sujet complexe et le remodeler pour que tout le monde puisse le comprendre. En 2019, il m'est venu l'idée de publier un livre intitulé 'Fouloscopie'. Pour accompagner la sortie du livre, j'ai postée une vidéo sur Youtube. Cette vidéo n'était pas destinée à lancer une chaîne – je n'avais pas prévu d'en faire d'autres. À l'époque, je ne connaissais même pas le concept de chaîne Youtube ! La vidéo intitulée "10 conseils pour survivre pendant un mouvement de foule" a immédiatement buzzé et à ma grande surprise des gens ont commencé à s'abonner à la chaîne. Je me suis alors pris au jeu. J'ai posté une seconde vidéo, puis une troisième, une quatrième... et me voici devenu youtubeur ! Plus récemment, une idée m'a traversé l'esprit : pourquoi ne pas organiser de véritables expériences scientifiques en invitant mes abonnés à participer. Je pourrais alors utiliser mon activité de vulgarisateur pour collecter des données scientifiques. Pour la première vidéo du genre, 25.000 abonnés ont participé à une partie d'échecs collective pour un de mes projets de recherche. Pourquoi ai-je besoin de vous ? Ces expérience sociales filmées sur Youtube sont devenues en quelque sorte ma marque de fabrique. J'invite régulièrement mes abonnés à participer à des expériences amusantes (en ligne ou en vrai) dont les résultats me servent (parfois) pour mes recherches. Le problème est que tout cela coûte beaucoup d'argent... Naïvement, je pensais que je pourrais gérer ces frais sur mes fonds personnels ("Quelques dizaines d'euros, pensais-je, ce n'est pas grand chose !"). Erreur ! Rapidement, je me suis retrouvé à gérer des coûts semblables à ceux d'une petite entreprise (materiel, logiciels, montage, programmeur, infrastructure web, etc...) sans aucun autre revenu que mon argent perso. Ajoutez à cela que je veux éviter les coupures pub dans mes vidéos (vous l'avez sûrement remarqué : ma chaîne n'est pas monétisée) et c'est tout simplement mission impossible ! Le modèle économique le plus cohérent avec le thème de la chaîne, c'est certainement le financement participatif. Quoi de mieux qu'un collectif pour soutenir un projet sur la foule ! À moyen terme, mon objectif serait de pouvoir combiner mon activité de chercheur et de vulgarisateur... sans travailler 12 heures par jour :) . Eh oui, car à l'heure actuelle je suis chercheur dans la journée et vulgarisateur le soir et le week-end. Mon rythme de travail est parfois trop intense. Si votre soutien collectif peut atteindre 2000 euros par mois, je pourrais être chercheur le matin, vulgarisateur l'après-midi.... et avoir mes soirées pour moi !
S’abonner

The publications

The project does not have publications yet.

S’abonner