Jump to content

Jeune apiculteur ne voulant pas abandonner sa passion !

Landbouw, Food, Ecologie

Visueel van project Jeune apiculteur ne voulant pas abandonner sa passion !
Checked circleGeslaagd
142
Backers
Sunday, April 02, 2017
Einddatum
€4.734
Voor €2.000
236 %

Financez la reconstitution de mon cheptel apicole. Miel en péril... Devenez un super héros apicole.

Volgen en delen
Thursday, July 27, 2017

Portes ouvertes dimanches 6 août

Journ_e_portes_ouvertes_a4-1501152409

Tuesday, March 28, 2017

J-5

Dernière semaine, dernière ligne droite! J'ai eu la chance de participer à l'émission "On se dit tout" sur France Bleue, consacrée au financement participatif, vendredi dernier! Je remercie   pour cet espace de parole. J'ai ainsi pu présenter mon projet de financement pour racheter des ruches et ainsi ne pas cesser mon métier passion !! Vous pouvez retrouver l'émission:

https://www.francebleu.fr/emissions/se-dit-tout/se-dit-tout-le-financement-participatif

Un grand merci à tous, et n'oubliez pas, continuez d'en parler autour de vous!

Atteindre l'objectif de 5000 euros permettrait de racheter 25 ruches ! 

Emilien Delestra, apiculteur

 

Monday, March 13, 2017

Déjà 20 jours !!!

Un immense merci pour votre générosité, vos encouragements, vos messages, votre soutien, vos idées, vos réflexions! Avant d'avoir le plaisir de vous rencontrer à la miellerie lors des journées portes-ouvertes afin de continuer à échanger et avant de déguster mes produits, je fais un petit point aujourd'hui. Nous sommes le vingtième jour de la collecte.   Cette première moitié  du  parcours a été une grande réussite grâce à vous tous!

En ce 20ème jour, j'ai trouvé un apiculteur des Monts du Lyonnais prêt à me vendre 50 ruches pour la somme de 11 000 euros.

Mais j'ai aussi appris que les aides européennes (qui s'élèvent à un maximum 40 euros par ruche rachetée) seront très très légères, car l'enveloppe est à partager entre tous les apiculteurs qui en font  la demande...et cette année a été catastrophique en terme de mortalité pour un très grand nombre d'entre nous...

D'excellentes nouvelles donc, de bien moins  bonnes aussi!

Grâce à vous, je ne baisse pas les bras et je continue, en distribuant des tracts, collants des affiches etc.... Si certains d'entre vous, n'ont pas encore fait suivre ces mails d'informations à leurs contacts, n'hésitez pas à le faire! Continuons de communiquer sur ce projet! Vous offrez à une exploitation apicole une seconde naissance!

Emilien Delestra, apiculteur
Le Rucher des Pierres Dorées 

Saturday, March 04, 2017

150 % atteint

Merci à tous !!!

Grâce à vous 15 ruches seront rachetées. Le nouvel objectif est de 20 ruches, continuons !
 

J'ai rencontré un collègue apiculteur partant à la retraite cette année, qui n'a malheureusement pas trouvé de repreneur pour son exploitation. Il serait prêt à me vendre 50 ruches ! Ce serait idéal pour repartir !

 

Tuesday, February 28, 2017

Merci !!!

Un grand MERCI, nous en sommes à 2624 euros collectés, de quoi racheter 13 ruches! Continuons! Car comme vous le savez 200 sont mortes!!

 

Tuesday, February 28, 2017

Pourquoi sont-elles mortes ?

 

Les abeilles subissent continuellement des stress liés à leur environnement qui sont :

 

-Les produits phytosanitaires autrement appelés pesticides qui affaiblissent les ruches, car les butineuses : les abeilles qui ramènent la nourriture pour la ruche, meurent prématurément.

Ces produits peuvent aussi affecter les larves des abeilles (appelés couvains) en empêchant leur développement ou en raccourcissant considérablement leur durée de vie.

 

-Les parasites de l'abeille : le plus connu de cette catégorie est le varroa destructor. Il affaiblit les adultes en se nourrissant de leur hémolymphe (comparable à notre sang). Il permet aux maladies de l'abeille de se développer (virus, bactéries, champignons) et il transmet ces maladies d’une abeille à l’autre.

Le varroa se reproduit dans le couvain (sur les larves) entrainant ainsi des maladies et des malformations sur les juvéniles.

 

Actuellement les autres parasites de l’abeille ont peu d'incidence sur la santé des abeilles en Rhône-Alpes (frelons asiatiques, poux de l'abeille, acarioses AT,...).

 

-La baisse chronique de la biodiversité de la flore. En effet la modernisation des pratiques agricoles et la déprise agricole de la région (notamment la baisse de l'élevage bocager), tendent à abaisser la qualité de la nourriture des abeilles, notamment les apports en pollens.

 

A toutes ces raisons maintes fois invoquées par les apiculteurs, se surajoute cette année une météo particulièrement défavorable.

 

Le printemps très pluvieux n’a pas permis aux abeilles de butiner assez.

Les gros orages de juin, dont certains avec de la grêle, ont noyé les fleurs : le nectar part avec l'eau. Certains ont été si violents qu’ils ont tués une partie des butineuses, qui n’ont pas eu le temps de se mettre à l’abri.

A la fin de l'été et à l'automne le temps sec n’a pas permis aux fleurs de fournir tout leur potentiel.

 

En bref, au printemps, les conditions climatiques n'ont pas permis aux abeilles de se nourrir correctement, à cause de carence en pollens (qui sont les protéines et les vitamines des ruches).

 

Pendant l'automne, les ruches déjà affaiblies ont subi un effondrement des colonies (chute progressive et rapide de la population des abeilles) dû au stress des parasites et des produits phytosanitaires.

 

Le brouillard et le froid de l’hiver leur ont été fatales.

C’est ainsi que, sur mes 200 colonies hivernées, une seule a survécu.

Les autres années, le taux habituel de perte hivernale de l'exploitation se situait autour de 5%.