Urgence confinement : soutenons les victimes de violences conjugales

Chaque euro compte. Elles ont besoin de vous, maintenant. Soutenez les femmes et leurs enfants victimes de violences conjugales.

Visueel van project Urgence confinement : soutenons les victimes de violences conjugales
Geslaagd
284
Backers
16/05/2020
Einddatum
€34.972
Voor €10.000
350 %
Feminisme
Gezondheid
en
handicap
Onderwijs

Stronger Together

Ce projet participe à la lutte contre le Covid-19 ou a été impacté par celui-ci. Let's be stronger together ! KissKissBankBank soutient ces campagnes en réduisant sa commission 💜.

Stronger Together

Urgence confinement : soutenons les victimes de violences conjugales

Pendant le confinement, des milliers de femmes et d’enfants sont piégé.e.s avec leur agresseur. Les signalements sont en augmentation. En parallèle, les femmes qui ont récemment quitté le domicile sont en proie à une forte précarisation et risquent un retour à la case départ.

Solidarité Femmes et la ligne nationale d’écoute, le 3919, sont là pour les aider. Mais nous avons besoin de vous. Ensemble, pour elles, nous iront beaucoup plus loin.

 

Solidarité Femmes, c’est LE réseau en France qui vient en aide aux femmes victimes de violences conjugales et à leurs enfants et les accompagne de A à Z : depuis leur appel au 3919, ou à l’une de nos implantations en France, jusqu’à l’hébergement, l’accompagnement juridique, psychologique, le suivi des enfants, les ateliers de reconstruction de soi…

 

Le projet en détails

Pour les femmes et les enfants victimes ou menacés de violences, le domicile n'est pas un lieu sûr. Depuis le début du confinement, les appels au 3919 ont augmenté considérablement. Environ +30% de signalements sont enregistrés dans les commissariats.

Pourquoi ?

1/ La présence des agresseurs au domicile, constante et contrainte, est de nature à générer davantage de passages à l'acte.

2/ La distanciation sociale isole les victimes, pour lesquelles les dispositifs d’aide deviennent difficiles, voire impossibles à atteindre.

3/ L’isolement a des effets délétères sur les plans psychologique, économique (en particulier les femmes les plus précaires), juridique et social.

Nos homologues en Chine ont déjà dressé un bilan calamiteux du confinement dont ils sortent actuellement : les plaintes pour violences domestiques enregistrées par les commissariats de police ont triplé pendant le mois de février dans la province du Hubei.

Face à ce cercle infernal, nos équipes sont mobilisées malgré les difficultés pour assurer la continuité de leurs services.

L’écoute téléphonique : le 3919 est passé en « téléréponse ». Ce maintien se fait grâce à la mobilisation de Solidarité Femmes, de son réseau d’associations et de son équipe d’écoutantes, qui travaillent désormais loin de leurs collègues avec une écoute quotidienne, plusieurs heures durant, de femmes plongées dans des situations souvent insoutenables.

L’accueil de jour. Globalement, les centres d’accueil restent ouverts, certains dispositifs fonctionnent de manière réduite. Nous mettons en ligne la liste des centres en France, ainsi que les horaires prévus en cette période de confinement. Nous continuons à accompagner les femmes selon leurs besoins, et à mettre en place des interventions urgentes en cas de danger.

Les dispositifs ad hoc. Des dispositifs ont été mis en place pour faciliter les signalements, et l'écoute, notamment en pharmacies et centres commerciaux.

Et enfin, nous mettons en place la distribution de colis de première nécessité : alimentaires et d'hygiène ; ainsi que de tickets service pour les femmes que nous accompagnons, que cette période va fortement précariser.

 

Vous voulez aider ? Nous avons des idées pour vous !

1. Si vous le pouvez, contribuez sur cette page, dès maintenant.

2. Partagez, partagez, partagez ! N'hésitez pas à user et abuser des réseaux sociaux. Si vous êtes salarié.e d'une entreprise, pourquoi ne pas lui proposer de relayer également ? Les violences conjugales, c'est l'affaire de tous !

3. N'hésitez pas : faites connaitre les dispositifs d'aide qui existent, ils sont nombreux et derrière eux, des femmes et des hommes sont engagé.e.s pour faire cesser ce fléau.

Waar dient de collecte voor

Chaque euro sera utile. Alors n'hésitez pas à contribuer, même si cela vous semble minime.

Vos dons vont nous permettre d'accompagner au mieux, chacune, selon ses besoins. Voici quelques informations sur la manière dont nous employons les fonds :

La prise en charge d’une femme victime de violences par le 3919, la ligne nationale d’écoute gérée par Solidarité Femmes, coûte en moyenne 30 euros à l'organisation.

Lorsqu'une femme et parfois ses enfants arrivent dans l'un de nos centres, lui offrir le minimum nous coûte en moyenne 60 euros alimentaire (hygiène, équipement de première nécessité), un coût réduit grâce aux mécénats en nature dont nous bénéficions.

Lorsqu'une femme arrive, nous faisons bien plus que la loger. Nous l'accompagnons parfois au commissariat pour déposer plainte, nous gardons ses enfants, le temps qu'elle puisse s'entretenir avec un.e psychologue, un.e avocat.e, parfois nous sollicitons un.hussier.e pour constater les dommageS. Cet accompagnement, sur deux jours, nous coûte en moyenne 200 euros.

La priorité pendant le confinement, c'est de ne laisser passer aucun appel, de répondre au plus grand nombre même si souvent, hélas, c'est difficile. Pour cela, il faut un équipement permettant à nos salariées, écoutantes ou travailleuses sociales, de continuer leur activité à distance. Et d'aider ainsi des dizaines de femmes.

 

 

Solidarité Femmes en chiffres

- 2 900 places d’hébergement et 5000 femmes et enfants hébergé.e.s chaque année

- 30 000 femmes suivies dans des centres d’accueil

- + de 80 000 appels pris en charge au 3919

Kies je beloning

Een gift doen

Ik geef wat ik wil