Le vide que je laisse - Documentaire

Aidez-moi à terminer le film !

Visueel van project Le vide que je laisse - Documentaire
26
Backers
22 dagen
Resterende
€1.680
Voor €5.000
34 %
Indie

Le vide que je laisse - Documentaire

Le vide que je laisse est le portrait d'une peintre (Valérie Vanden Bulcke) qui, tout en réalisant une nouvelle toile sous nos yeux, évoque une histoire bouleversante qui a marqué sa vie et son œuvre...

Septembre 2020, alors que toutes les productions audiovisuelles s'arrêtent, je décide de démarrer seul, et sans aucune aide financière, le tournage d'un documentaire. Huit mois plus tard, j'ai réussi mon pari ! Le film est entièrement tourné et monté mais il n'est pas encore fini...

J'ai présenté la copie de travail (c'est à dire le film à l'état brut, sans musique, sans univers sonore et non mixé) à la sélection d'un festival qui se déroulera à la mi-juillet 2021. Si mon film est accepté, je dois fournir une copie terminée pour le 30/06/2021 

C'est la raison pour laquelle je vous sollicite. J'ai besoin de vous pour finir mon film dans les temps impartis et qu'il réponde aux normes professionnelles de diffusion.


 

Le film

Le vide que je laisse est né d'un hasard. Un jour, j'ai reçu un mail de Valérie me demandant si j'étais bien le frère d’Étienne qui était son compagnon il y a plus de 30 ans. J'ai répondu à son message et nous nous sommes retrouvés pour échanger de vieux souvenirs. Elle m'a parlé d'elle et de mon frère Étienne.

Immédiatement, j'ai été frappé par la force de leur histoire et par le fait que Valérie n'avait rien oublié de leur relation.

Lorsqu'elle m'a montré ses peintures, un détail m'a fort intrigué. Dans chacune de ses œuvres, je découvrais la présence d'un « vide ». Sur tous ses tableaux, une partie de la surface de la toile n'était pas peinte. Je ne pouvais m'empêcher de faire un lien entre ce vide sur ses toiles et le vide que représente, pour elle, l'absence de mon frère.

Le début d'une histoire se présentait à moi. Je décidai de m'y atteler et de réfléchir à comment la raconter et comment la mettre en image.

Percer le mystère de la création...

Lorsque je contemple un tableau, parfois, les émotions que je ressens me semblent inexplicables. Pourtant, j'aimerais comprendre. Comprendre comment a été façonné un objet qui provoque en moi autant d'émoi. Quel a été le chemin emprunté par l'artiste pour arriver à cette œuvre accomplie ? C'est ce parcours là que je décidai de capter dans mon film en suivant Valérie tout au long de la création d'une toile. En la questionnant sur son travail, ses choix, ses doutes, ses envies.

Évoquer une histoire singulière et bouleversante...

La création d'une toile n'était pas ma seule envie, je désirais aussi évoquer cette relation étonnante entre Valérie et mon frère. Je voulais que cette histoire soit le fil rouge du documentaire, sous forme de plusieurs flash-back répartis tout au long du film. Valérie se confie, le récit évolue. Elle passe de révélations en révélations, mêlant passé et présent, dans un flot d'émotions sincères et touchantes. Un double portrait prend forme, celui de l'homme qu'elle peint et le sien qui apparaît à travers ses confidences.

Pour la première fois, elle libère sa parole et dévoile toute son histoire au milieu des traits de couleurs et des pigments qu'elle mélange...

 


 

Le réalisateur

Je m'appelle Pierre Devreese, j'ai étudié le montage à l'INSAS et j'ai travaillé comme monteur freelance pendant plus de 25 ans dans la fiction, le documentaire et pour les télévisions. En 2005, je me suis spécialisé dans la réalisation de bandes annonces de films.

Le vide que je laisse est le deuxième film documentaire que je réalise et que je produis. Le premier s'intitulait : Il était une fois, Gandhi dans les bois.

Il s'agit du portrait de mon père qui était résistant pendant la second guerre mondiale et qui a vécu caché dans les bois en compagnie d'un groupe de maquisards.

Voici un lien présentant le film et sa bande annonce.

Il était une fois, Gandhi dans les bois - Libération Films (liberationfilms.be)

Le film a été distribué par Libération Films et a participé à plusieurs festivals. Je l'ai présenté dans des centres culturels, à des associations diverses et aux écoles pour des séances-débat en rencontrant le public. Il a aussi été programmé plusieurs fois en télévision sur « la Trois » RTBF

La phrase qui résume le mieux mon travail est : « L'important n'est pas la destination, mais le chemin qu'on trace et les hasards qui surgissent »

 


 

La peintre

Valérie Vanden Bulcke est une femme dynamique et pleine d'enthousiasme. Elle a consacré toute sa vie à sa passion, la peinture. Sa production est riche, variée et son parcours singulier.

Le corps, au centre de son œuvre...

Passionnée par le vivant, elle explore le monde animal sous toutes ses formes dans les premières années de sa carrière. Elle acquière une renommée internationale dans la peinture animale hyper réaliste. Elle est une référence dans son art et elle multiplie les domaines d'exploration.

La rencontre avec un modèle performeur va bouleverser ses habitudes et le ronronnement dans lequel elle s'endormait un peu. Fini la routine et les gestes devenus presque automatiques. Elle retourne à ses premiers amours : le modèle humain et l'instantané. Elle quitte sa zone de confort pour plonger dans une approche nouvelle, moderne et déroutante. 

L'écouter, c'est comprendre la peinture.

Valérie est une femme libre à la personnalité forte et marquée. Mais surtout, elle communique facilement et décrit admirablement son travail. Elle explique ses choix et ses décisions, elle décrit les doutes qui l'habitent. Elle rend le mystère de la création accessible et compréhensible à tous.

Le vide, source du mouvement...

Les toiles de Valérie intriguent et surprennent. Elles semblent incomplètes, remplies de trous, de manques, d'absences.

Pour elle, le corps n'est jamais fini. C'est le vide qui donne le mouvement au corps. Elle cherche à exprimer quelque chose avec le vide. Pour elle, il ne faut pas que la toile soit remplie.

Surtout pas.



 

Waar dient de collecte voor

Après un long parcours de 8 mois, j'arrive dans la dernière ligne droite avant l'arrivée.

A vous de m'encourager jusqu'au podium !

Tout cela a évidemment un coût. Je dois engager et rémunérer les spécialistes qui occuperont les différents postes à pourvoir.

Si vous me soutenez, votre aide permettra de transformer une œuvre finie mais imparfaite en une perle rare.

Voici comment se réparti la somme de 5000€ nécessaire à la finition du film :

1500€ pour la composition de la musique originale

1500€ pour le mixage du film et la location de l'auditorium

1000€ pour l'étalonnage et la location du studio

1000€ de frais pour KissKissBankBank et imprévus

Si nous arrivons à la tranche des 7000€ ( ce serait bien ! ) nous pourrons, en plus, engager un bruiteur et un ingénieur du son pour enregistrer de nouvelles prises de son, ce qui ne serait pas un luxe étant donné l'importance de l'univers sonore dans les séquences de flash-back du film.

Si nous arrivons à 9000€ ( on peut rêver ! ) un monteur son se joindra à notre équipe pour travailler à la conception sonore en synergie avec l'ingénieur du son. En plus on pourra traduire tout le film et réaliser les sous-titres pour la version internationale. 

Quelle que soit la montant de vos dons, je vous remercie toutes et tous pour votre merveilleux soutien qui m'aide à franchir des étapes...

Pierre Devreese

 

 

Kies je beloning

Een gift doen

Ik geef wat ik wil