Exposition "Maison de Force"

Soutenez MAISON DE FORCE, une exposition d'art engagé, pour déconstruire les modèles asservissants et réenchanter les relations.

Visueel van project Exposition "Maison de Force"
Geslaagd
66
Backers
08/05/2020
Einddatum
€5.135
Voor €5.000
103 %
Anti
racisme
Feminisme
LGBTQ+

Exposition "Maison de Force"

Maison de Force est une exposition d’art contemporain engagé et une programmation de rencontres qui se déroule dans une maison vivante créée de toute pièce dans la galerie Aedaen à Strasbourg, du 24 avril au 17 mai 2020.

En tant que lieu d’échange, de débat et d’enchantement, le projet défend un idéal d'interaction entre les pratiques artistiques et les publics, tout en mettant en lumière le pouvoir d’agir des artistes sur l’actualité

Cet événement artistique et culturel rassemble les travaux de 27 artistes et chercheurs issus de scènes contestataires dynamiques aux géographies multiples pour analyser ensemble la question des rapports de force entretenus dans les sociétés, sur les plans politiques, culturels, intimes et environnementaux.

“Kimbalabala, humanité en danger : le mythe du robotsapiens” Precy Numbi, en collaboration avec Cléophée Moser, 2019.

 

Participant.e.s :

Shulea Cheang, Sylvie Blocher, Yves Citton, Emo de Medeiros, Tabita Rezaire, Thiemoko Claude Diarra, Beya Gille Gacha, Ghizlane Sahli, Bettie Nin, Soufiane Ababri, Eric Androa Mindre Kolo, Precy Numbi, Anita Mobando a.k.a New Mama, Tickson Mbuyi, Maëva Heitz, Cléophée Moser, Cemil Yildiz, Jean David Nkot, José Aparício Gonçalves, Lucie Nichelmann, Ida Simon Raynaud, Geneviève Aïssi, Hoàng Lê, Sacha Rey, Mickaël Dragicevic, Mour Fall, Marie Edith Charni Robinne, Nathalie Seiler et Caroline Veith.

 

MANIFESTE.R :

Avec cette première exposition à Strasbourg, le collectif Eaux Fortes expose son manifeste et donne corps à ses propositions : rassembler des pratiques contestataires qui agitent les cosmopolitiques de par le monde, bâtir un lieu temporaire d’émerveillement autour des œuvres engagées et des publics, créer un refuge qui favorise l’échange, le débat social et artistique. Pour ce faire, le collectif construit un dispositif de contemplation et d’expérimentation : une maison d’initiation, une cabane d’expériences et de rencontres.

Bettie Nin, « Carafe #Molotov », 2012.

En se demandant comment les artistes de notre époque perçoivent la notion de “force” et négocient avec elle dans leur quotidien, depuis leurs différents points de vue, l’exposition Maison de Force propose un parcours polyphonique et initiatique ; un voyage qui découvre des enjeux socio-politiques derrières les imaginaires du pouvoir, révèle des puissances dans le vulnérable, des savoirs dans le sensible, et des connaissances estimable dans des espaces et des pratiques encore considérés comme profanes. 

Body Politics, technologies du care, écologies des savoirs et enjeux relationnels sont au coeur du propos de l'exposition. 

 

Sylvie Blocher, « Apprendre à faire le deuil », 1995-2000, série « Pratiques quotidiennes pour rendre la vie présentable ». Vidéo 4’.

 

IMAGES DE POUVOIR : POUVOIRS DES IMAGINAIRES

Le projet Maison de Force prend forme pour une première édition à Strasbourg en avril 2020. Cette édition ouvre une discussion plurielle qui met à jour les ambiguïtés liées aux imaginaires de la force à l’échelle intime, dans les représentations collectives qui font autorité, et dans le pouvoir des images.

Nous renvoyant à nos désirs ambivalents, à nos projections, nos peurs et nos contradictions, les images de “force” dont nous héritons et que nous fabriquons sont autant de reflets de nous-mêmes, des sociétés que nous habitons et des relations que nous tissons. Entre figures de héros et représentations instrumentalisées des “victimes“, nos imaginaires se nourrissent de nombreuses images archétypales, révélatrices des passions qui nous agitent et sur lesquelles se fondent les divisions. Comment naissent ces représentations de la “force” et pourquoi nous imprègnent-elles ? Comment s’inscrivent-elles dans le temps les unes par rapport aux autres, entre déconstruction et réinvention des modèles qui font autorité ? 

En attaquant les idées reçues liées au genre, aux classes, aux géographies, et en outrepassant les frontières (Mali-Belgique, Maroc-France, Guyane-Danemark, Vietnam-France, Turquie-France, Bénin-France, RDCongo-Belgique, Cameroun-France, Allemagne, Brésil-Portugal, Serbie-France) les artistes présentés agissent par la force de leurs œuvres pour remettre en question la fabrique administrative des « faiblesses » par des politiques revendiquées de la domination. 

Prenant le contre-pied de la doxa, ils et elles insufflent au monde des images capables de mettre à nu l’articulation des désirs et de la domination sur le corps et son environnement, et de s’en libérer, pour inventer d’autres rapports, entrevoir des avenirs radieux.

 

CONSTRUIRE UNE MAISON : CHOISIR COMMENT HABITER LE MONDE

“Faisons une maison, plutôt qu’une vitrine. Faisons une maison qui soit fière, fière d’inclure toutes les différences. Fière, pour que les jeunes qui nous regardent, soient eux-mêmes fiers, de la recevoir en héritage. [...] Bienvenues dans le futur.” Aïssa Maïga

Reflet des pratiques intimes et sociales, la maison est le lieu ambigu où toutes les problématiques sociétales s’entrechoquent. Quand on s’y épanouit, le chez-soi agit comme un espace de soin, un foyer thérapeutique de gestes d’hygiène et de bien-être, de nourriture et de repos, de relations intimes, de tendresses et de dialogues, de recherche et de mémoire. On y archive, on y emmagasine du souvenir, on y fabrique de l’histoire. 

Lieu d’initiation, enceinte de transmission, dans la maison s’effectuent les gestes de la construction de soi, de la relation aux autres et au réel. 

Le collectif Eaux Fortes installe ses recherches dans le confort d’une maison symbolique créée de toutes pièces à l’occasion de l’exposition.

Dans cette “Maison de Force”, les artistes sont invités à présenter leurs œuvres, mais aussi à partager leurs expériences, les symboles, les techniques et les pratiques dont ils usent pour redéfinir la notion de “force” dans leurs créations et dans leurs quotidiens ; performer la maladie, cuisiner ses propres remèdes, renouer avec des savoirs ancestraux, éprouver les fluides énergétiques de leurs corps et de ceux qui les entourent, endurer volontairement les pleurs pour cultiver les larmes, mettre en scène la violence pour la dévorer, se nettoyer des peurs en les exposant, contester l’autorité du savoir et du correct en changeant de personnage, en interrogeant l’Histoire et la Science(à partir de leurs vécus. 

Tabita Rezaire, « Sugar Walls Teardom », 2016. Video installation, 21m30s.

“Vite, des cabanes, en effet. Pas pour s’isoler, vivre de peu ou tourner le dos à notre monde abîmé ; mais pour braver ce monde, l’habiter autrement : l’élargir.” Marielle Macé

 

SOUTENIR LE PROJET 

° Suivre "MAISON DE FORCE", c’est voir se monter une exposition d’art et de société : un espace artistique, d’échange et d’activités, fabriqué pour analyser et déconstruire les rapports de force imposés, pour imaginer différemment nos relations au prisme de la création contemporaine. 

° Soutenir "MAISON DE FORCE", c’est prendre part à la réalisation d’un évènement culturel innovant, gratuit et ouvert à tous, qui invite publics, artistes engagés et chercheurs de différents horizons à partager leurs visions et à échanger leurs regards sur les moyens d’interagir différemment dans nos rapports humains, intimes et vis-vis de nos environnements.

° Entrer dans "MAISON DE FORCE", c’est pénétrer un cercle où la notion de « force », perçue comme impératif viriliste, violent, oppressé par sa propre oppression, est malmenée. C’est nager dans un laboratoire où on découvre et affirme des « forces » alternatives, nourries par le sensible, par la capacité à être en lien, par l’épiderme, à être tout sauf détaché, à être connecté.e.s par les affects, par la vulnérabilité, transpercé.e.s par le monde et rendu.e.s incassable.s parce qu’éclairé.e.s. 

° Participer à "MAISON DE FORCE", c’est assister à la rencontre de 25 artistes internationaux, issus pour la plupart de scènes contestataires dynamiques rassemblés dans une maison animée de rencontres, de débats, de projections et d’interventions pour penser de concert notre actualité et nos avenirs connectés.

Tickson Mbuyi, "Homme préservatif", 2018. Performance. ©Jean-Baptiste Joire

 


QUI SOMMES NOUS ?

Collectif pluridisciplinaire et indiscipliné, Eaux Fortes rend sa place au corps et diffuse des utopies de société par l’action artistique et le travail sur les imaginaires contemporains.

Eaux Fortes est un collectif artistique qui étudie la question des frontières sur le plan social, intime et géographique. Le collectif mène donc des actions qui rassemble des personnalités issues d’espaces et de domaines variés autour de la création d’œuvres originales, de travaux théoriques critiques et d’événements culturels inédits. À l’image de notre parcours hybrides, nous revendiquons notre statut d’artistes-chercheurs, en mettant la théorie en pratique et la pratique en action.

Le noyau curatorial de l’exposition Maison de Force est constitué de Cléophée Moser, Marynet J., Julie Aubry-Tirel et Adama Koroma. Nous ont rejoints sur l’organisation du projet : Lisa Biewers, Maëva Heitz, Jules Courdier, Lisa Gisselbrecht et Marjorie Bonnet.

Élevé par un réseau qui traverse les territoires, notre collectif s’est construit en agissant aux côtés d’artistes et de scènes engagées, qui s’emparent des sujets brûlants de l’actualité pour construire une résistance là où les politiques s’effacent. En 2020, après avoir collaboré à plusieurs événements artistiques internationaux d’ampleur (Triennale SUD, MOVING FRONTIERS, Biennale BISO, festival KinAct, festival Perform), nous mettons notre réseau à l’honneur et invitons les publics à la première édition du projet ambitieux MAISON DE FORCE, à Strasbourg en septembre 2020.

Waar dient de collecte voor

Afin de mener à bien cette exposition, nous avons encore besoin, au minimum de 5000 euros. Nous utiliserons cette somme pour : 

  • Assister la production de deux installations inédites et sécuriser la logistique de quatre performances réalisées spécialement pour l’événement,
  • Accueillir les artistes en déplacements depuis l’étranger dans des conditions optimales,
  • Défrayer les chercheurs et intervenants invités (liste définitive à venir) pour les débats,
  • Assurer la communication et la documentation (catalogue d’exposition et interviews approfondies des artistes) de l’événement,
  • Fournir le matériel et le cadre nécessaire pour réaliser les quatre ateliers pratiques proposés par les artistes invités qui défendent des nouveaux modes d’interaction, créatifs, alternatifs. 

L'idéal serait de collecter une somme au-delà de 5000 euros : 

Nous pourrions augmenter la rémunération des artistes partenaires de cette première édition,

et assurer la conservation de la scénographie immersive en louant un local dédié jusqu’au mois de septembre 2020. 

 

Mieux ! Avec 8000 euros nous rentrerons dans nos frais : 

Nous pourrons rémunérer les commissaires de l’exposition à raison de 500 euros par personne pour défrayer le travail mené au cours des deux dernières années,

et entamer l’itinérance de l’exposition, vers une deuxième édition !

Et si (Ô joie !) nous récoltons plus de 10 000 euros

Nous pourrons lancer la plateforme de publication web du collectif Eaux Fortes. Ce site web évolutif reprendra la présentation d’un plan architectural d’une maison en chantier ; fait de pièces thématiques dans lesquelles on retrouvera toute la documentation liée aux travaux des artistes et des chercheurs invités (entretiens vidéo, enregistrements sonores, fiches d’œuvres, articles critiques publiés chez nos partenaires presse, notes des commissaires, mind maps, plans scénographiques).

Cela permettra de garder une trace de nos travaux curatoriaux et de faire valoir comme importantes et précieuses ces pratiques artistiques dans le milieu de la recherche, universitaire ou non.

Merci pour votre lecture !

Soutenez MAISON DE FORCE !

 

Kies je beloning

Een gift doen

Ik geef wat ik wil

Uitverkocht

PACK FORCE LUMIÈRE

€70

Objet de force : Une petite lumineuse de charme (bijou de hanches) + PACK FORCE
  • 4 backers
  • 0/4 beschikbaar

PACK MÉCÈNE ARME DE CHARME

€120

Objets de force : Kit charme de grand soir : les encens de la séduction - 2 bâtons de bois bandé - 1 sachet d’épices (croûtes de gingembre) pour la santé et l'agilité - 1 grosse lumineuse (bijou de hanches) - 1 petite lumineuse et 2 bin-bin (bijoux de hanches). + PACK MÉCÈNE
  • 2 backers
  • 0/2 beschikbaar