Misses Jones

MISSES JONES, portraits de femmes en prison. Soutenez le livre MISSES JONES - Malika Mihoubi & Loïc Xavier - chez André Frère Éditions.

Project visual Misses Jones
Successful
79
Contributions
01/11/2019
End date
€6.014
Out of €6.000
100 %

Misses Jones

<p>Ces portraits de femmes en prison proposent une r&eacute;flexion sur le para&icirc;tre et sa relation &agrave; l&rsquo;identit&eacute;.</p> <p>Gr&acirc;ce &agrave; notre &eacute;diteur Andr&eacute; Fr&egrave;re &Eacute;ditions et &agrave; votre aide pr&eacute;cieuse le projet de publication &laquo;&nbsp;MISSES JONES &raquo; sortira&nbsp;en novembre 2019 !</p> <h3><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/616345/Titre-Le-livre-misses-Jones-1568281923.jpg" width="100%" />Ouvrage 80 pages quadri, format 21 x 31,5 cm, reli&eacute; couverture rigide</h3> <p>Photographies&nbsp;: Malika Mihoubi et Lo&iuml;c Xavier</p> <p>Textes&nbsp;: Laurence Loutre Barbier, Claudia Stavisky, Malika Mihoubi et Lo&iuml;c Xavier</p> <p>Le lancement du livre aura lieu d&eacute;but novembre &agrave; Paris Photo Grand Palais, puis nous organiserons &agrave; Lyon, des rencontres / signatures &agrave; La Librairie du Mus&eacute;e des Confluences, et au Th&eacute;&acirc;tre du Point du Jour o&ugrave; ces portraits seront expos&eacute;s en novembre 2019.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/614996/COUVERTURE_MISSES_JONES_A-1567855458.jpg" width="100%" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/616346/Titre-Notre-demarche-1568281957.jpg" width="100%" />Les femmes en prison ?</p> <p>N&#39;a-t-on pas d&eacute;j&agrave; suffisamment compris leurs peines ?</p> <p>Comment nous y prendre et comment montrer d&rsquo;autres repr&eacute;sentations de personnes incarc&eacute;r&eacute;es ? Notre balise&nbsp;: donner &agrave; voir la seule humanit&eacute;. Facile &agrave; dire, facile &agrave; vouloir, notre sinc&eacute;rit&eacute; sera-t-elle suffisante ?&nbsp;</p> <p>Et puis arrivent d&rsquo;autres questions, sit&ocirc;t avanc&eacute;e une r&eacute;ponse, il ne s&rsquo;agit pas de fabriquer du &laquo;tout beau tout rose&raquo; et des &laquo;prisons dor&eacute;es.&raquo;</p> <p>Comment r&eacute;v&eacute;ler l&rsquo;envie, le d&eacute;sir, la lutte, pas pour &laquo;s&rsquo;auto&raquo; survivre, mais vouloir vivre&nbsp; apr&egrave;s.&nbsp;</p> <p>La solidarit&eacute;, l&rsquo;entraide, l&rsquo;envie d&rsquo;apr&egrave;s, qu&rsquo;est-ce qui est bon ou mauvais ? Qu&rsquo;est-ce que veut dire se laver, s&rsquo;habiller (de passer du jogging au v&ecirc;tement) de passer de l&rsquo;enfermement mental et physique &agrave; l&rsquo;apr&egrave;s ?&nbsp;</p> <p>De la d&eacute;valorisation &agrave; l&rsquo;acceptation, retrouve- t-on la dignit&eacute; ?</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/614998/Misses_Jones_2__Malika_Mihoubi___Loi_c_Xavier-1567855804.jpg-1567855804.jpg" width="100%" /></p> <p>Durant quatre ann&eacute;es nous sommes all&eacute;s en centre de d&eacute;tention et maison d&rsquo;arr&ecirc;ts de notre r&eacute;gion, bien s&ucirc;r, le r&eacute;sultat de nos rencontres, de nos rires, de nos conversations avec pr&egrave;s de 90 femmes, ne change rien &agrave; leurs peines, ni &agrave; leurs conditions, mais le temps des prises de vues &laquo; on y croit &raquo;.&nbsp;</p> <p><em><strong>Ensemble utopiste, on se fabrique des images d&rsquo;ailleurs.</strong></em></p> <p><em><strong>On ne r&eacute;v&egrave;le rien de leurs r&eacute;alit&eacute;s sordides, de la taule, des barreaux, des cris, du sexe ou du manque de sexe, du manque tout court, de la violence, des toxs, de la solitude, du pouvoir de l&#39;argent et de l&#39;abus de pouvoir, de l&#39;infantilisation, de l&#39;injustice et de la pauvret&eacute;.</strong></em></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/616014/Misses_Jones_1__Malika_Mihoubi___Loi_c_Xavier-1568143138.jpg" width="100%" /></p> <p>Des 7 ou 9m&sup2; nous mettons en avant, le seul territoire qui soient &agrave; elles, leurs corps. Peut-&ecirc;tre mutil&eacute;s, s&ucirc;rement cachetonn&eacute;s, en dessous des dentelles et des bras scarifi&eacute;s, cette fourrure blanche, de ces bijoux, ces robes et de ces falbalas, leurs corps par&eacute;s r&eacute;v&egrave;lent plut&ocirc;t qu&#39;ils ne cachent, leur humanit&eacute;.</p> <p>En permutant les codes de la repr&eacute;sentation du portrait, et &agrave; travers le livre, nous proposons de voir ces femmes autrement.</p> <p>En centre de d&eacute;tention, lieu vou&eacute; &agrave; l&rsquo;enfermement et &agrave; l&rsquo;exclusion il existe malgr&eacute; tout des espaces de libert&eacute; relative pour l&rsquo;expression des individualit&eacute;s. Il y a les espaces &laquo;soupapes&raquo; qui font partie du syst&egrave;me carc&eacute;ral qui en r&eacute;glemente l&rsquo;acc&egrave;s et l&rsquo;usage, comme ce salon de coiffure, et ceux plus &eacute;ph&eacute;m&egrave;res, comme celui fabriqu&eacute; le temps des prises de vues et des portraits. <strong><em>Ces portraits, croulent sous l&rsquo;artifice et la parure.</em></strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/614999/Misses_Jones_4__Malika_Mihoubi___Loi_c_Xavier-1567855838.jpg-1567855838.jpg" width="100%" /></p> <p>Au th&eacute;&acirc;tre, le costume est, avec le d&eacute;cor, le premier signe visible pour le spectateur. Il rel&egrave;ve &agrave; la fois du r&eacute;el (volume, mati&egrave;re, couleur) et du fictif &agrave; travers les codes de repr&eacute;sentation qu&rsquo;il v&eacute;hicule. Seconde peau du com&eacute;dien, le costume caract&eacute;rise le personnage, l&rsquo;inscrit dans une r&eacute;f&eacute;rence historique, sociale, participe &agrave; sa gestuelle et, plus largement, &agrave; la dramaturgie.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/615002/Misses_Jones_3__Malika_Mihoubi___Loi_c_Xavier-1567856017.jpg-1567856017.jpg" width="100%" /></p> <p>En milieu carc&eacute;ral, le costume de sc&egrave;ne introduit tout un champ esth&eacute;tique, po&eacute;tique et symbolique qui rend possible une nouvelle apparence aux antipodes des st&eacute;r&eacute;otypes de la femme d&eacute;tenue.</p> <p>Dans une perspective critique de l&rsquo;ordre et des codes &eacute;tablis par les sch&eacute;mas de mise &agrave; l&rsquo;&eacute;cart, la parure permet de cr&eacute;er une position d&rsquo;&eacute;mancipation et de subversion.</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/615000/Misses_Jones_5__Malika_Mihoubi___Loi_c_Xavier-1567855898.jpg-1567855898.jpg" width="100%" /></p> <p>La mise en sc&egrave;ne volontairement valorisante cr&eacute;e des images avatars qui interrogent la repr&eacute;sentation et sa relation &agrave; l&rsquo;identit&eacute;. Elles d&eacute;&ccedil;oivent les attentes de l&rsquo;imagerie collective des femmes d&eacute;tenues. En jouant avec l&rsquo;apparence, s&rsquo;installe une tension entre l&rsquo;exigence de la reconnaissance et la n&eacute;cessit&eacute; du para&icirc;tre. Il s&rsquo;agit de brosser un portrait codifi&eacute; selon des normes historiques et sociales consid&eacute;r&eacute;es comme inaccessibles. La magnificence du costume permet cette transformation et d&eacute;signe, &agrave; proprement parler, le personnage dont la fausse identit&eacute; sociale est reconnue au premier coup d&rsquo;&oelig;il.&nbsp;</p> <p><strong><em>Elles quittent leurs habits de non-personnes, de non vie sociale, elles brouillent les cartes et r&eacute;v&egrave;lent un autre possible.</em></strong></p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/615003/Misses_Jones_6__Malika_Mihoubi___Loi_c_Xavier-1567856031.jpg-1567856031.jpg" width="100%" /></p> <p>&nbsp;</p> <p><strong>La lettre de Claudia Stavisky</strong></p> <p>C&rsquo;est en prison que j&rsquo;ai d&eacute;couvert chacune de ces trois s&eacute;ries de photographies. Dans deux prisons diff&eacute;rentes, mais &agrave; chaque fois dans des espaces &eacute;trangement similaires, des salles communes et neutres, transform&eacute;es le temps d&rsquo;une exposition &eacute;ph&eacute;m&egrave;re.</p> <p>&Agrave; chaque fois, j&rsquo;y ai rencontr&eacute; les femmes qui avaient particip&eacute; aux s&eacute;ances de prises de vues.</p> <p>Et &agrave; chaque fois, dans la confrontation directe de ces images et de leur &laquo;mod&egrave;le&raquo;, ce qui m&rsquo;a frapp&eacute;e &eacute;tait que ces femmes n&rsquo;&eacute;taient justement pas des mod&egrave;les. Elles n&rsquo;&eacute;taient pas simplement des corps qui s&rsquo;&eacute;taient pr&ecirc;t&eacute;s aux consignes de photographes, mais des femmes qui avaient r&eacute;appris &agrave; se regarder, des sujets qui avaient imagin&eacute; et fabriqu&eacute; leur propre image. Une reine, une danseuse de cabaret, une figure mythologique, un personnage de western&hellip; de toutes les &eacute;poques et de tous les continents, chacune a fa&ccedil;onn&eacute; l&rsquo;image d&rsquo;un autre possible, d&rsquo;une autre version d&rsquo;elle-m&ecirc;me.</p> <p>J&rsquo;ai &eacute;t&eacute; saisie par cette &eacute;vidence que je connais pourtant bien en tant que metteure en sc&egrave;ne de th&eacute;&acirc;tre mais que je ne m&rsquo;attendais pas &agrave; &eacute;prouver au c&oelig;ur de l&rsquo;univers carc&eacute;ral : l&rsquo;artifice du costume r&eacute;v&egrave;le la v&eacute;rit&eacute; du personnage.</p> <p><strong><em>Ne nous y trompons pas : cette exp&eacute;rience, si ludique soit-elle, de jouer avec son apparence et de transformer les regards, n&rsquo;est pas un simple et fugace divertissement pour &eacute;chapper &agrave; la r&eacute;alit&eacute;. C&rsquo;est avant tout une conqu&ecirc;te de soi car notre corps est notre premier pays.</em></strong></p> <p>Ces femmes, apatrides d&rsquo;elles-m&ecirc;mes dans l&rsquo;univers d&eacute;personnalis&eacute; de la prison, ont ainsi retrouv&eacute; gr&acirc;ce &agrave; cette pause photographique, un passeport pour enfin rentrer chez elles.</p> <p><strong>Claudia Stavisky</strong>, Metteure en sc&egrave;ne et directrice des C&eacute;lestins, Th&eacute;&acirc;tre de Lyon</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/615001/Misses_Jones_7__Malika_Mihoubi___Loi_c_Xavier-1567855949.jpg-1567855949.jpg" width="100%" /></p> <p>Un tr&egrave;s grand Merci &agrave; toutes les femmes rencontr&eacute;es, qui se sont pr&ecirc;t&eacute;es au jeu, donn&eacute;es &agrave; la mise en &oelig;uvre, serait plus juste, et &agrave; la fabrication de ces images. Depuis la premi&egrave;re rencontre et prise de vue avec elles, toutes, savent et attendent la r&eacute;alisation de ce livre.</p> <p>Merci &agrave;, Morgan - Jennifer - Virginie - Aline - Prescilia - Diane - Andr&eacute;e - Nath&rsquo; - Babouchka - C&eacute;cile - Samah Tol&eacute;rance - Pricillia - Casa Negra - Samy - Cindy - Deborah Kenza - Bagdad - Monique Marseillaise - Lidia - Fabienne - Kyra - Ytimed - Coco - Tian Ying - Ma P&rsquo;tite - Gisela - Elin - Youssra - Patricia - Mini Kardashian.</p> <p>&nbsp;</p> <p><img alt="" src="https://d3v4jsc54141g1.cloudfront.net/uploads/project_image/image/616347/Titre-expo-1568281984.jpg" width="100%" />La s&eacute;rie MISSES JONES (36 images) a &eacute;t&eacute; expos&eacute;e au <strong>Palais &Eacute;piscopale - biblioth&egrave;que</strong> du 5&egrave;me &agrave; Lyon. Elle a &eacute;t&eacute; projet&eacute;e en juillet 2019 pour <strong><em>La nuit de l&rsquo;ann&eacute;e</em>, aux Rencontres Internationales de la Photographie d&rsquo;Arles</strong>. MISSES JONES sera pr&eacute;sent&eacute;e et expos&eacute;e en novembre 2019 au <strong>Th&eacute;&acirc;tre du Point du Jour</strong> - Lyon, dans le cadre de l&rsquo;&eacute;v&egrave;nement &quot;Libre de corps et d&rsquo;esprit&quot;, organis&eacute; par la mairie du 5&egrave;me - Lyon. Simultan&eacute;ment les auteurs sont invit&eacute;s au colloque &quot;les arts visuels en prison&quot;, dans le cadre de l&rsquo;exposition temporaire &quot;Prison, au del&agrave; des murs&quot; au <strong>Mus&eacute;e des Confluences</strong> - Lyon.</p>

Allocation of funds

<p>Il est devenu extr&ecirc;mement difficile de financer un livre de photos, sans doute encore plus quand il s&#39;agit des prisons...</p> <p>Nous croyons &agrave; cette proposition, &laquo;&nbsp;d&eacute;tournement&nbsp;&raquo; &agrave; la photographie-documentaire et &agrave; votre int&eacute;r&ecirc;t pour notre travail. Nous collectons la somme de 6000&nbsp;&euro;.&nbsp;</p> <p>Cette collecte permettra de financer une partie des co&ucirc;ts de production de l&rsquo;ouvrage, la participation de la R&eacute;gion Sud, Provences-Alpes-C&ocirc;te d&rsquo;Azur et la vente en librairie couvriront le diff&eacute;rentiel. Si nous d&eacute;passons la somme &agrave; collecter, le surplus nous permettra de donner des livres dans aux&nbsp;biblioth&egrave;ques des centres de d&eacute;tentions et maisons d&#39;arr&ecirc;t.</p> <p>Le budget global de la r&eacute;alisation de l&rsquo;ouvrage est de 16&nbsp;760 &euro;</p> <p>Editorial, relecture et corrections 1 700 &euro;</p> <p>Design et maquette 2&nbsp;300&euro;</p> <p>Photogravure/prepresse 1&nbsp;080 &euro;</p> <p>Fabrication, suivi, impression, fa&ccedil;onnage 9&nbsp;500 &euro;</p> <p>Transport 700 &euro;</p> <p>Envois et gestion des contreparties 1000&euro;</p> <p>Gestion KKBB 8%</p> <p><strong>MERCI &agrave; vous qui soutenez ce travail!&nbsp;</strong></p>

Rewards

Featured reward

Le livre signé par Malika et Loïc + 3 cartes postales

€45

  • 35 contributions
Recevez chez vous votre exemplaire du livre « Misses Jones » signé + 3 cartes postales + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019

3 cartes postales Misses Jones

€15

  • 8 contributions
Un grand MERCI ! + 3 cartes postales Misses Jones Livraison : novembre 2019

Le livre signé par Malika et Loïc

€32

  • 80 contributions
Venez récupérer votre exemplaire signé du livre « Misses Jones » (soit au théâtre du Point du jour à Lyon en novembre ou à Paris Photo Grand Palais du 6 au 10 novembre) + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019

Livre signé par Malika et Loïc + 1 invit VIP pour 2 à Paris Photo Grand Palais

€75

  • 5 contributions
Recevez votre invitation VIP pour une journée (2 personnes) à Paris Photo Grand Palais (du 7 au 10 novembre 2019) et à cette occasion venez retirer votre ouvrage + 3 cartes postales sur le stand de l’éditeur + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019

Livre signé par Malika et Loïc + 1 tirage numéroté et signé (4 images au choix)

€130

  • 2 contributions
Recevez votre exemplaire du livre « Misses Jones » signé + Un tirage, au choix parmi 4 photos, format 13 x 19 cm signé et numéroté sur 20, sur papier Hahnemühle Rag Bright Mat 310 g/m² + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019

Livre signé par Malika et Loïc + 1 tirage numéroté et signé (4 images au choix)

€250

  • 2 contributions
Recevez votre exemplaire du livre « Misses Jones » signé + Un tirage, au choix parmi 4 photos, format 21 x 31,5 cm signé et numéroté sur 9, sur papier Hahnemühle Rag Bright Mat 310 g/m² + un grand MERCI ! Livraison : novembre 2019

Livre signé par Malika et Loïc + 1 tirage de votre choix numéroté et signé

€750

Recevez chez vous ou venez retirer votre livre « Misses Jones » signé + le tirage de votre choix parmi les images du livre, format 60 x 80 cm signé et numéroté sur 3, sur papier Hahnemühle Rag Bright Mat 310 g/m² + un grand MERCI ! Livraison : novemnre 2019

Make a donation

Give what I want