Carrare et compagnie

France

Le compère-auteur FRANCOIS GRAND-CLEMENT est né en 1952. Après une petite enfance tumultueuse, toujours à la limite de la légalité, il entame des études scientifiques et obtient un diplôme d’Ingénieur des Eaux et Forêts. A l’instar de ses ancêtres, primates hominidés, il quitte rapidement cette branche pour rejoindre la terre qu’il modèle de ses mains nues- Nîmagines 1978, première exposition- puis il travaille l’ivoire- Salon des Ateliers d’Art Paris 1986-87- le bois et la pierre tout en pratiquant la peinture au pastel et la gravure (et de l’autre main, il arrive à se gratter la tête). En 1992, commence son aventure avec les objets avec la fondation du CRObArt, le Centre de Réinsertion des Objets par l’Art Les Fers raillent, première expo d’assemblages à Jazz in Marciac 1993. Suivent dix ans d’intense fréquentation des objets à l’issue desquels il entreprend de leur donner la parole dans des fables en vers (première fable le Trône et le Bidet, 2002) En 2003, il monte sur scène avec son premier spectacle Objets à Fables et une certaine inconscience…Suivront : 2005 Fables sur Table 2007 Quelques Vers de pastiches 2009 Le Marchand de fables créé en résidence à la scène Nationale d’Albi En 2008, pour une forte troupe amateur de Termes d’Armagnac, il écrit et met en scène une pièce en costumes, Le Mystère Armagnac, « polar médiéval » joué en juillet 2008-2009. Puis, sa suite Les Flammes de l’Armagnac, jouée en juillet 2010-2011. En 2009, la ville d’Albi lui commande des sculptures pour la médiathèque ainsi qu'un spectacle déambulatoire et historique dans la cité épiscopale, Ballade en Alby aux temps jadis. Spectacle qu’il joue cinq ans, durant l’été, épaulé par une troupe de compères dans laquelle se distingue un certain Thierry Desdoits. En 2013, il écrit et met en scène une "comédiévale", uchronique et patahistorique, Bienvenue chez les Franglais, jouée à Termes d’Armagnac. En 2013, il embarque son compère Thierry dans Rencontres du deuxième type qu'ils montent ensemble, ceci grâce à la résidence que leur offre le théâtre du Colombier, aux Cabanes (81). En 2014, il écrit Le Moyen-âge en pièces détachées, objet de ce présent dossier. L’Autre Compère THIERRY DESDOITS comédien, acteur susceptible... de beaucoup de choses, est né en 1959. Joueur insatiable de cour d’école, on lui demande bien des années plus tard de participer à une aventure théâtrale, au nom prometteur d'Accès interdit. Il goûte, aime et décide alors de renouveler l’expérience le plus souvent possible et d’en faire son métier. De 1990 à 2000 Il joue Tchekov, Sartre, Molière, Marivaux, Marguerite Duras, Mrozek... En parallèle, il se forme dans le travail face à la caméra et tourne au cinéma dans plusieurs longs et courts métrages notamment avec Robert Enrico. Se forme avec Sylvain Maurice au Monologue au Théâtre. De 2000 à 2010, il joue en solo Quelques nouvelles de St Petersbourg d’après N.Gogol, puis Villon… et que l’on me pardonne ma mauvaise langue , un spectacle mis en scène par Stéphane Pinchon. Continue de se former avec Solange Oswald dans une session d’Esprit d’incertitude » joue sur un texte de Philippe Minyana, Les guerriers . Chante avec le groupe Zanzara un répertoire de chansons sado-poètiques, sur des musiques d'Antoni Wojszczyk. Il se forme aux techniques de tournage, il joue dans le film la ville aux murs dauphins. De 2010 à nos jours, Il accompagne parfois sa compagne conteuse-contrebassiste, Dominique Rousseau, qui, elle même, l'accompagne parfois à la contrebasse. Il met un pied dans l'improvisation théâtrale avec C.Cédille, puis les deux et découvre un territoire perpétuellement neuf, ou tout reste toujours à éprouver. En 2011, François Grand-Clément lui propose de faire le tour de la cité épiscopale d'Albi dans un spectacle déambulatoire et historique, Ballade en Alby aux temps jadis. Il accepte et accède au statut de « branleur de marottes », ce qui lui va comme un gant. En 2013, le même lui propose de prolonger leur collaboration dans Rencontres du deuxième type. En 2014, Il fait partie de la bande de Jacques Bonnafé avec laquelle il se frotte aux nouvelles écritures théâtrales. Et, à présent, le voilà partant pour le Moyen Age en pièces détachées… A 56 ans après 28 ans de scène diverses et variées, il se dit que beaucoup de chemins restent à explorer, ici ou ailleurs...