flayac.alain

Rochechouart, France

Né le 23/06/1966 à Bergerac l’auteur réside actuellement à Rochechouart en Haute-Vienne . Originaire du Lot et Garonne, Ferrensac 144 habitants, élevé donc aux pruneaux, il y garde des racines profondes. Il s’est expatrié ensuite dans les années 70 en Limousin avec sa famille. Après des études de sciences économie jusqu’à la licence et quelques années riches de pionnicat, il va ensuite se diriger vers le management d’associations culturelles en participant à l’organisation de concerts fin des années 80 et début des années 90 en plein mouvement alternatif où il perdra quelques dents et se consacrera en 92 au développement des activités musiques actuelles pour la jeunesse dans sa bonne vieille ville de Limoges. Suractif, il sera aussi manager dans le même temps d’un groupe mythique, les Blue Devils et un peu plus tard du groupe de percussions Iroko Percussions jusqu’en 2010. En 1994 pour développer son corps d’athlète, il deviendra éducateur sportif spécialité Hand Ball dans la banlieue de Limoges et gardien de but de son club ou il se fera beaucoup d’amis parmi les poteaux ! En 96 il reprend ses études pour obtenir une maîtrise des sciences de l’éducation et obtenir en 98 le concours de Conseiller Principal d’Education dans le quel il s’éclate depuis 15 ans au contact de la jeunesse en tentant l’empathie et l’ouverture culturelle avec eux. Il a pris le temps d’avoir deux enfants qui sont grands maintenant. A l’adolescence, il s’est pris pour un poète et n’a cessé de tenter de le devenir depuis. Le moteur de sa mitraillette à mots, c’est la musique et les rencontres qui se reconnaîtront. Affublé d’écouteurs sur les oreilles avec le son à fond, il attend que les mélodies chères à son cœur se portent volontaires pour composer des vers sur des sujets qui lui tiennent les tripes : l’amour, l’exclusion, la mémoire, il contemple son monde assis sur son trottoir. En 2007 et 2009 ses brouillons de poèmes ont déjà été édités, FLY428 et Circonstances et il a mis 4 ans ou 47 pour faire le suivant : Le pire n’arrive jamais. Et puis comme un emballement sans qu'il n'y puisse rien ou presque, il nous invite pour la suite : "Et si un jour"