Olivier Merbau

En fait, je ne suis ni éditeur ni prof, et je ne suis venu dans le monde du livre qu'après quelques autres vies dans d’autres univers. Mais j'ai toujours écrit, et mes productions littéraires, comme auteur ou comme traducteur, tournent toujours autour de mes mondes de prédilection: la mer, la voile, les bateaux, les marins, les voyages... C'est un peu par hasard que je me suis retrouvé à traduire des œuvres d'auteurs maritimes américains, et j'ai souvent eu la surprise de m'apercevoir qu'ils n'avaient jamais été publiés en français, malgré l'intérêt évident de leurs textes, ou bien il y a tellement longtemps qu'ils avaient été oubliés. J'ai même des traductions encore inédites! Etre auteur ou traducteur, pour un inconnu auquel un éditeur ne passe pas commande d'un ouvrage donné, relève du parcours du combattant. Le circuit de distribution du livre, de manière générale, ne permet pas d'en vivre, puisque les "droits d'auteur" ne sont payés que bien après la publication. S'auto-éditer est plus rémunérateur à condition de vendre, mais ferme de facto les portes des librairies. Il est donc bien compliqué de vivre de sa plume! Aucun auteur ni traducteur, aujourd'hui, n'y parvient pour ce que j'en sais, sauf les quelques ceux qui sont médiatisés, les journalistes, ou ceux qui acceptent de ramer, dont je fais partie (excusez la plaisanterie facile pour un auteur maritime, mais je n'ai pas pu m'empêcher...Et c'est la réalité!). Pas facile donc de sortir un ouvrage comme celui dont il est question ici, à cheval sur la littérature et l'enseignement, et je remercie infiniment les kisskissbankers qui voudront bien soutenir ce projet. Pour des raisons de déontologie et de temps (de perte de temps inutile très précisément), je ne participe à aucun réseau social (dont il faudra d'ailleurs m'expliquer ce qu'il a de "social" puisqu'il permet d'éviter les rencontres et de rester ans un monde virtuel). Je ne tolère pas et je ne souhaite pas subir ni participer à une quelconque atteinte aux droits de l'homme, ce que fait très précisément ce fichage de fait (flicage serait un terme plus approprié) pratiqué hors de tout contrôle par des sociétés commerciales dont les seuls buts sont financiers. Je n'ai donc aucun profil et aucun "ami" nulle part! C'est un choix et je l'assume. Si vous voulez devenir mon ami, contactez-moi, rencontrons nous dans le monde réel, et l'alchimie de l'âme humaine fera le reste... ou pas.