revele

Vital FOUEMINA Vital appartient à cette génération d’artistes africains qui allie l’art à la science. Venu en France pour entreprendre des études supérieures en Physique, il s’est laissé gagner par le virus de la musique et des sonorités de son enfance. Vital puise son inspiration dans le quotidien, aussi banal soit-il, l’actualité, les faits de société et, bien entendu, dans l’amour, cette veine inépuisable. Foncièrement humaniste, et attaché aux valeurs de la tolérance, il défend dans ses rythmes et ses textes une vision harmonieuse de l’humanité et du vivant. Auteur de l’album à succès, Lukaya lua zala, Vital récidive avec la sortie de ce nouvel album. Si pour les mélomanes qui l’ont plébiscité, Lukaya lua zala reste une œuvre d’adolescence, imprévisible, à la fois poétique et pathétique, dans le sens que lui donnent les romantiques, ce quatrième album est une œuvre de maturité dans laquelle Vital donne toute la mesure de son génie, sa versatilité et cette dextérité qu’on lui connaît à décliner la rumba congolaise dans toutes ses variations. Ya lelo, ya biso s’égrène comme un collier de perles rares et chaque titre renvoie en écho le parcours et le talent exceptionnels d’un artiste congolais qui a su s’affranchir de son destin, s’ouvrir et offrir au monde une musique qui évoque l’universel et résonne en chacun de nous. Ben Ndika