Participez au 1er d'une série de documentaires sur des rassemblements à travers le monde qui témoignent du désir de célébration.

Large_cheese5_2

Présentation détaillée du projet

Un projet présenté par "Great Pictures Productions"

 

L'équipe à ce jour

 

Auteur - Réalisateur: Gaspard Renault

Producteurs: Céline Gaudry et Marie Prézioso

Directeur de production - Régie : Eloi de Verneuil

Image: Mathieu Verdier

Image: Clémence Renault

Son: Jean Jouvet

 

 

Note d'Intention

 

L’histoire a voulu que ce ne soit pas en France, pays du fromage que des malades aillent se jeter du haut d'une colline à la poursuite d’une meule lancée à plus de 100Km/h, mais en Angleterre.

 

La question qui se pose alors est : Qu’est ce qui pousse ces fous d’Anglais à risquer leur intégrité physique pour un objet qui n’a a priori rien d’emblématique dans leur culture. Encore s’il s’agissait d’un fromage royal ou si les Beatles avait écrit une chanson sur le Double Gloucester on aurait pu comprendre, mais non.

Ajoutez à cela les difficultés que rencontrent les organisateurs depuis quelques années pour soutenir l’événement, la pression d’un tel rassemblement.

 

Au fil des contacts et entretiens qui ont eu lieu lors de la préparation, il est apparu un élément essentiel pour comprendre cet engouement pour le Cheese Rolling : s’ils courent derrière ce fromage c’est avant tout parce qu’ils l’ont toujours fait. Même lorsque la Seconde Guerre Mondiale imposait aux habitants du Royaume Unis un rationnement de la nourriture, une meule en bois fut confectionnée et un bout de fromage placé à l’intérieur afin que la course ait tout de même lieu.

« Nom d’un fromage » se veut le témoin de cet attachement qu’a une poignée de gens à perpétuer une tradition aux origines inconnues.

 

En suivant les personnages clés du lâcher de fromage : de la fromagère octogénaire dans sa ferme, à l’historienne membre du comité d’organisation en passant par le champion local de la course, le but est de faire le lien entre ces personnalités différentes et ce fromage fédérateur.

Sans figer le spectateur dans des interviews fixes et mises en scène, c’est avec pour toile de fond la campagne des Cotslands que la caméra accompagnera les guides dans leur quotidien pré Cheese Rolling. Car comment parler de cette course sans accorder l’importance qu’il se doit aux paysages vallonnés du Gloucestershire, qui depuis toujours ont joué un rôle primordial dans la cérémonie.

Enfin, c’est sur ralentis de chutes, de corps se tordant et sur des scènes de foule en délire que tous se retrouveront le jour de la course célébrant ainsi une tradition ancestrale, les beaux jours, le fait d’être Anglais ou tout simplement le bonheur de courir sans retenue dans une pente.

 

Gas_i6

 

            Mélange entre Strip Tease et  Vidéos de freeride, « Nom d’un Fromage » se veut comme le premier épisode de ce qui pourrait être une série de documentaires. Que ce soit en courant derrière un fromage, en tentant de battre des records de vitesse dans le désert de Bonneville aux Etats Unis, ou en reliant 11 villes en patin sur des canaux gelés aux Pays Bas, nombreux sont les exemples de rassemblement à travers le monde qui témoignent du désir de célébration.

 

 

Précisions

 

Les prérequis 

 

-          Une pente d’une inclinaison proche du 100%

-          De 2 à 20 concurrents (hommes ou femmes, mais la compétition n’est pas mixte).

-          Un Double Gloucester de 7 à 8 livres soit environ 4 kgs.

 

La compétition

 

Du haut de Cooper’s Hill, un invité d’honneur lance la meule de fromage dans la pente. Une seconde après, au détriment de tout bon sens, les participants se ruent après et dévalent la colline engendrant ainsi un joyeux et souvent douloureux chaos collectif. Le gagnant de la course est le premier à arriver sur ses jambes en bas de la pente, où l’équipe de rugby locale s’affaire très généreusement à freiner la course des participants encore debout. Il gagne un fromage différent de celui lancé dans la pente, celui ci pouvant atteindre plus de 100Km/h est souvent trop abimé pour être mangé. Le second et le troisième gagnent respectivement 10 et 5 livres. Il y a 4 courses en descente dans la journée dont une exclusivement féminine. Ainsi que des courses en montée pour les enfants et les moins téméraires.

 

Gas_i4

 

La compétition est présidée par un M.C (Master of Ceremony). Son rôle est d’assurer le bon déroulement des courses le Jour J. Figure emblématique du comté, c’est lui qui décide de qui peut ou ne peut pas participer. Il est vêtu d’un par dessus blanc, similaire à ceux utilisé par les paysans locaux, d’un chapeau haut de forme orné de rubans de couleurs et d’un bouton de fleurs bleues, blanches et rouges. Il a également avec lui un bâton de marche sur lequel sont gravées des encoches pour chaque course passée. Il y a eu à ce jour 6 Maitres de Cérémonie identifiés. Le plus récent et actuel maitre de cérémonie étant Mr Rob SEEX.

Ce dernier est posté en haut de la colline avec les participants et l’invité d’honneur qui tient la meule fromagère. Le M.C fait le décompte pour lancer la course :

·                'ONE to be ready!'                                               

·                'Two to be steady!'

·                'Three to prepare!' .....

   ........ à ce moment là, l’invité lâche le Double Gloucester.

Et le M.C. continue .....

   ....    'and FOUR to be off!'

 

 

Histoire

 

Bien que l’on puisse retracer l’histoire de l’événement jusqu’à la moitié du 18e siècle, le manque de traces antérieures ne prouve en rien que cette tradition n’ait pas existé depuis bien plus longtemps.

Une théorie est que la course remonte au temps des Phéniciens. Ayant navigué des cotes de Syrie jusqu’en Angleterre (1200 avant JC), les phéniciens auraient alors jeté une roue de feu en honneur au dieu de l’agriculture Baal.

Il n’y a cependant pas de trace écrite prouvant l’existence du sport à cette époque. Certains historiens suggèrent que le sport aurait été inventé au moyen âge. La comparaison avec d’autres cérémonies à travers l’Angleterre atteste de l’origine païenne de ce rite. Le but de la cérémonie étant de  célébrer la venue des beaux jours et d’assurer une bonne récolte aux paysans de la région et/ou pour célébrer le début de la saison de fabrication des fromages. Historiquement, les participants à la course étaient les villageois qui, se rendant à pied depuis les alentours perpétuaient la tradition. Au cours du siècle, les moyens de transport et de communication se développant, la course attira de plus en plus de monde. Les télévisions, d’abord locales, nationales puis étrangères relayant l’ événement à travers le monde ont donné au Cheese Rolling and Wake une dimension internationale rassemblant toujours plus de monde.

En 2011, les autorités ont estimé qu’environ 15 000 personnes essayèrent de se rendre à l’événement, créant ainsi de nombreux blocages sur les routes des alentours. L’année suivante, le comité d’organisation craignant de perdre le contrôle fit appel à une société d’évènementiel afin de prendre en charge l’organisation de la course.  L’entreprise essaya alors de répartir la course sur plusieurs jours afin de réguler le flot de participants. Ils voulurent également mettre en place des stands de nourriture, de boisson, des activités pour les enfants ainsi qu’un système de ticket payant pour venir assister et participer à la course (20 livres par personne). L’appât du gain fit se manifester des personnes de la communauté qui, à ce jour, n’avaient jamais pris part à l’organisation ; dans l’espoir d’en tirer profit. La situation devenant alors ingérable et craignant de créer encore plus de tension autour de l’événement, le comité d’organisation se dissout laissant à la société d’évènementiel la possibilité de tirer profit de l’événement. Depuis ce jour, il n’y a plus d’organisation officielle et la pérennité de la course dépend uniquement de la fidélité d’inconditionnels qui viennent chaque année pour lancer le fromage.

Les membres du comité ainsi que toute personnes prenant part à l’organisation de la course (Mrs Diana Smart qui fourni les fromages) ont reçu des menaces de la police leur expliquant qu’en cas d’incidents grave, ils pourraient être tenus responsables devant la justice. Toute promotion de l’événement a alors été annulée.

 

Le Gloucestershire

 

Le Gloucestershire est un comté du sud ouest de l’Angleterre. A la frontière du Pays de Galles, la capitale est Gloucester. Les autres villes importantes de la région sont Cheltenham, Stroud, Cirencester et Tewkesbury. Le comté compte environ 800 000 habitants.

Le comté est connu pour son équipe de rugby, son fromage, le double Gloucester et sa cathédrale dans laquelle ont été tournés des bouts de films de la saga Harry Potter. La région des Cotswolds dans laquelle se situe le Gloucestershire est une chaine de collines qui s’étend sur 150Km de long et 40Km de large. Couronnée de forts et de cimetières néolithiques la région a su échapper aux effets de l’industrialisation et a préservé son mode de vie rural.

 

Gas_i2  Gas_i3

 

 

Le fromage

 

Il n’y a pas de certitude quant à la première utilisation de vraies meules pour la course. Le Gloucester Folklore Museum a dans sa collection trois répliques en bois de fromages qui étaient utilisés durant la deuxième guerre mondiale.

Aujourd’hui les participants courent après un double Gloucester. Il s’agit d’un fromage pressé moelleux assez similaire au cheddar. Il est fabriqué par Mrs Diana Smart, depuis 1988, qui utilise un mélange de lait provenant de vaches Brown Swiss, Holstein et Gloucester. Il est fait main et cela prend une journée à produire, de la traite à la cuisson jusqu’à la presse à fromage. Il pèse 7 à 8 livres soit environ 4 kilos et peut atteindre les 100 Km/h une fois lancé dans la pente.

 

Gas_i5

 

Gaspard Renault, la bio du réalisateur

 

Je m’appelle Gaspard Renault, j’ai 24 ans, j’ai grandi en France où j’habite encore à ce jour. Passionné de vidéo depuis toujours, j’ai entrepris des études de cinéma. Diplômé de l’ESEC en 2009 d’un diplôme d’Assistant à la réalisation, cela fait maintenant 4 ans que je suis technicien du cinéma et du spectacle. Au cours de cette période, je me suis essayé à de nombreux postes au sein du processus de création. Grace à ces expériences humaines et professionnelles j’ai pu évoluer et apprendre sur chaque étape et chaque corps de métier impliqué dans un tel processus. En parallèle, je me suis efforcé de continuer à mettre en application cet apprentissage pour mettre au jour des projets personnels. Profitant de voyages et de rencontres j’ai pu me créer un univers visuel composé de séries photos, courts métrages de fiction, clips vidéo ou simples exercices de montage. Je suis curieux de tout les genres et formats de création audiovisuelle. Aujourd’hui c’est cette expérience de la mise en scène et de la technique que j’ai envie d’apporter avec cette série de documentaires. Mon but est de tirer profit de mes influences du monde du cinéma, du court métrage, de la télé et du spectacle vivant afin de créer un projet original visuellement et narrativement, qui puisse mettre au mieux en valeur ces évènements atypiques et les gens qui y participent

 

 

À quoi servira la collecte ?

- Location d'équipements caméra et son

- Tournage (transport-hébergement-défraiement de l'équipe de tournage)

- Post-production (montage-mixage-musique)

- Distribution (edition DVD-festivals)

Thumb_230061_10150578177335596_1470716_n
CGaudry

Voici, un peu d'Anglais pour rester dans une ambiance internationale !!! I’m Céline, a French girl from Paris, France. I was born March 28th, 1986. I grew up in France, but it’s been a while that I have been travelling all around the world. Films addict and Filmmaker, I would love to produce, to write and to direct original and universal stories. ... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Have some wine to go along with that cheese.
Thumb_default
Allez, bonne crêpe la gaspoutine! Ca va le faire!!
Thumb_default
Mathieu, Céline, que la Force soit avec vous