Inscrite à EICAR (école de cinéma à Paris), à la fin de juin, je vais réaliser Nos Jours Bénis. Avec KissKissBankBank nous demandons votre aide!

Large_schermata_2017-05-06_alle_09.52.03_3-1494061626-1494061635

Présentation détaillée du projet

SYNOPSIS

 

Adèle, une femme de 85 ans, est confrontée à la perte de son mari, après 63 ans de vie partagée. Un rêve inattendu amènera Adele à revivre les derniers moments de leur vie, au musée. Elle sera capable de surmonter la douleur.

 

 

 

DE QUI CETTE HISTOIRE PARLE-T-ELLE?

L'histoire est à propos d’Adèle, une femme de 85 ans, dont le mari meurt. Adèle est une vieille dame mais avec beaucoup d'énergie, elle est bien formée, une enseignante de littérature à la retraite. Elle est une femme forte, elle aime contrôler les choses autour d'elle.

 

12087151_10207587591872174_4218170962200163360_o-1492003438

 

Victor, son mari, est une personne calme et docile. Il n'aime pas prendre de décisions, en fait il a peu d'initiative mais une grande adaptabilité. Il est professeur d'histoire à la retraite, bon et doux avec ses étudiants. C'est l'une des nombreuses choses que Adèle aimait de lui.

 

17239703_10212010029990363_2745698524789549146_o-1492003471

 

Alice, leur fille, est le troisième personnage important de l'histoire. C'est une femme introvertie et résolue sur la cinquantaine. Elle contrôle ses émotions très bien et a tendance à s'occuper d'autrui avant elle. C'est pourquoi, souffrant pour la mort de son père, elle s'occupe de sa mère au lieu de se consoler. Ce que Adele veut, c'est son mari. Et grâce au soutien moral de sa fille et à un voyage dans ses propres souvenirs, elle sera capable de comprendre qu'avoir Victor est impossible et que la seule solution est l'acceptation consciente et sereine de ce qui s'est passé. Elle est une victime de la vie, parce que nous avons tous la même destination. Accepter la mort de son mari signifie accepter son propre sort au même temps. C'est le cœur de l'histoire. L'histoire est structurée en deux parties principales: présent et passé. Dans le présent Adèle, le personnage principal, avec l'aide de sa fille, doit faire face à la perte de son mari. Dans le passé, ce que les personnages veulent, inconsciemment, est de se sentir vivants à nouveau.

 

17545167_10212185578018954_3232580348334141593_o-1492003510

 

Ils se retrouvent dans une peinture et ils deviennent éternels parce que l'art n'a pas de temps. 

 

 

 

POURQUOI JE VEUX RACONTER CETTE HISTOIRE?

 

Je veux raconter cette histoire, Nos jours Bénis, car elle m'appartient. Cela fait partie de mon expérience au musée, ce qui m'a amené à écrire ce scénario. Tous les samedis et dimanches de septembre à février, j'ai travaillé au Petit Palais en tant que Agent de surveillance et j'ai eu la chance d'observer les personnes 10 heures par semaine, leurs névroses, leurs imperfections, qui en font des êtres uniques. En tant que spectateur silencieux, j'ai gardé des regards contemplatifs, des regards vigilants, des moments de partage et des moments de solitude. Tout ce que j'ai connu au musée a enrichi ma connaissance de cette histoire. Le catalogue sans fin des personnes que j'ai rencontrées m'a permis de construire un monde entier autour de mes personnages et de comprendre le sens profond derrière tout petit détail de cette histoire. Je veux raconter cette histoire parce que tout le monde l'a vécue ou peut-être le vivra. Je veux exorciser la perte et louer les bons sentiments en tant que protecteurs. Un dimanche après-midi, je surveillais une salle (peintures du vingtième siècle). Un couple âgé, main dans la main, marchait devant moi. Je les ai regardés et je les ai accueillis avec douceur alors qu'ils traversaient toute l'exposition. Après quelques minutes, ils sont revenus à l'entrée, se sont concentrés sur leur promenade, et ils sont sortis. Peu de temps après, ils sont revenus et ils ont tracé le même chemin. Et ainsi de suite, de l'avant en arrière, le même chemin, avec la tête baissée, comme s'il s'agissait d'un sport. J'ai commencé à me demander. Qui étaient-ils? Qu'est-ce qu'ils éprouvaient? Pourquoi ont-ils choisi cet endroit-t-il pour la valeur qu'il a, mais avec un autre but? Pourquoi ont-ils regardé vers le bas et pas tout autour? Il y avait tant de belles peintures ... d'avant en arrière. Ensuite, ils ne sont jamais revenus. Je les attendais, mais je devais penser qu'ils m'avaient laissé. Leur absence, combinée à leur vieillesse, leur marche maladroite et boiteuse, m'a fait penser à la mort. C'est pourquoi Victor meurt dans mon histoire.

L'intrigue raconte la vie d'un couple, entrant dans le musée, qui arrive devant un cadre dans lequel ils s'identifient. Le tableau en question s'appelle "Les Anges de Sodoma" de Gustave Moreau.

 

 

S_f_sodome-1495316808

 

La transmigration des corps (condition de mortalité) dans une œuvre d'art, gelée dans le temps (condition d'éternité), souligne une peur dans les personnages, Victor et Adèle, contre le passage du temps et l'évasion de la vie. Je crois que la comparaison entre le temps et l'art est parfaitement expliquée par le poète John Keats dans son "Ode On A Grecian Urn".

 

“...Quand la vieillesse consumera cette génération,

Tu resteras, au milieu d'autres douleurs Que les nôtres, une amie de l'homme, à qui tu dis: « Beauté, c'est Vérité, Vérité, c'est Beauté», voilà tout

Ce que vous savez sur terre, tout ce qu'il vous faut savoir.” 

 

 

 

THÈMES

 

- Vieillesse ;

- L'amour quand il s'approche de la mort ;

- Faire face au deuil.

 

 

 

GENRE

 

Le genre est le drame. Cette histoire dépend de l'évolution émotionnelle et relationnelle d'Adèle. Il y a une lutte humaine. 

 

 

 

QUESTIONS NARRATIVES

 

Les principales questions narratives de l'histoire sont les suivantes:

- Quelles sont les dernières étapes que Adele doit passer pour surmonter le deuil de son mari?

- Quelle est la signification de la peinture dans l’histoire?

- Pourquoi Adele décide de retourner au musée?

- Qu’est ce que conduit Adele à accepter pacifiquement la mort de son mari?

 

 

 

APPROCHE ESTHÉTIQUE

 

Inspirations: “Coming Home” de Zhang Yimou (2014) ; “Amour” de Michael Haneke (2012) ; “Le Week-End” de Roger Michell (2013) ; “45 Ans” de Andrew Haigh (2015) ; “The House of Small Cubes” de Kunio Kato (2008) ; “Head Over Heels” de Timothy Reckart (2012); Trois Couleurs (Bleu) de Krzysztof Kieślowski (1993) ; In the Mood for Love de Wong Kar-wai (2000).

 

En ce qui concerne la réalisation de ce film et de ce qui est important pour moi visuellement, je vais créer, avec l'aide du directeur de la photographie, du directeur artistique, du monteur, du coloriste et de tout mon équipe, deux mondes complètement différents pour le passé et pour le présent. Pour le présent, pour décrire le sens de claustrophobie et pour piéger le protagoniste dans son état d’impuissance, j'aimerais utiliser de gros plans et, selon le lieu trouvé, avec l'aide de mon directeur de la photographie, je choisirai de “piéger” le personnage principal, Adèle. En ce qui concerne les plans à l'extérieur et les plans à l'intérieur du musée, nous utiliserons de plans larges pour représenter une majesté qui met l'accent sur la petitesse humaine

devant la nature.

 

The-house-of-small-cubes-1491929019

 

The House of Small Cubes” de Kunio Kato (2008) 

 

Adèle, comme ce vieil homme, doit faire face à la mort de son partenaire. Tristesse, inertie et mémoire.

 

 

Fullsizeoutput_13f-1491942198

 

“Head Over Heels” de Timothy Reckart (2012) 

 

Adèle, comme Madge, n'a aucune force. Et elle reste au lit.

 

 

Haneke-1491942445

 

“Amour” de Michael Haneke (2012) 

 

Victor et Adèle, comme les personnages d'Amour, forment un couple intellectuel. Ils sont passionnés par la culture, les arts, la littérature. Doux, aimants et profondément connectés.

 

Pour poursuivre une continuité visuelle et rechercher le langage juste et approprié pour raconter cette histoire, j’aurai besoin de l’aide de mon directeur de la photographie. 

 

 

 

MOOD BOOK DU COURT-METRAGE

 

17887467_10212383059755874_246268237_o-1492093857

 

17916354_10212383059835876_456310495_o-1492093870

 

17916654_10212383059555869_1585315888_o-1492093892

 

17858742_10212383060035881_1525269988_o-1492093904

 

17917063_10212383059275862_2043273835_o-1492093917

 

17916275_10212383058875852_1708652958_o-1492093951

 

17917072_10212383058435841_1344212235_o-1492093964

 

 

 

ACTEURS

 

 

FLORENCE MONGE - Adèle (protagoniste)

 

Florence_monge-1495315148

 

 

 

ELISA SERGENT - Alice (fille)

 

Elisa_sergent-1495315200

 

 

 

DANIEL SCHROPFER - Victor (mari)

 

Daniel_schromfer-1495315279

 

 

LUCA BONDIOLI - Giorgio (gardien du musée Gustave Moreau)

 

Bondioliluca__2_-1495315679

 

 

 

 

MEMBRES DE L'ÉQUIPE

 

Valentina Casadei - Scénariste et réalisatrice - Italie

 

13680066_1190546924331642_893435314167017433_o-1492011470

 

 

 

Margaux Hamaide - Directrice de production - France / Etas-Unis

 

13767269_1190549410998060_2689770718139287546_o-1492011262

 

 

 

Victoria Gandon - Assistante réalisatrice - France

 

13692894_10154380942293799_6842880648098902916_o-1492011357

 

 

 

Avantika Singh - Directrice de la photographie - Inde

 

1962253_10152760450853338_3962334523681563303_o-1491928309

 

 

Kristina Spassovska - Régisseuse général - Bulgarie

 

14608740_10155235578072388_2593127027109567009_o-1491928391

 

 

 

Laurent Ganiage - Directeur du casting - France

 

Fullsizeoutput_150-1492011593

 

 

 

Zoe Fan - Directrice artistique - Singapore

 

133727_4287963871334_1979507932_o-1492011822

 

 

Ronan Sanchez - Compositeur - France

 

10247350_10204471416886023_9119872715966161849_n-1492011840

À quoi servira la collecte ?

L'argent de la collecte sera utile pour le loyer des lieux (une journée entière au musée et 3 jours et demi dans un apartment) (55%) et la scénographie (30%), pour le budget de transport complet (8%), la restauration (20 personnes de l'équipe + 4 acteurs + 4/5 figurants pour 5 jours) (7%).

 

Si nous recevons plus de 2000 euros, votre soutien sera très utile en ce qui concerne la post-production du film et la possibilité de faire participer « Nos Benis Jours » aux festivals du monde entier.

 

Les fonds collectés seront transférés sur le compte bancaire de la réalisatrice, Valentina Casadei.

Thumb_11141295_10206284026363851_1362960535508054579_o-1492012122
Vava93

Je suis est née à Ravenne en Italie le 28 mai 1993. Je suis diplômé à l'université DAMS à Bologne en Histoire de l'art et du cinéma. J'ai ensuite déménagé à Paris, où j'étudie l'écriture et la réalisation à l'EICAR (Ecole Internationale de Cinéma). Parallèlement au cinéma, je m'intéresse à la photographie, l'histoire de l'art et la poésie. L'année... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Sei forte Vale, ce la fai e sono con te...
Thumb_default
In bocca al lupo!! Ad maiora!!!
Thumb_default
Forza Vale!