POUR NOUS AIDER A FINANCER UN PREMIER LONG METRAGE COMPLETEMENT ROCK !!!

Large_nsprojet

Présentation détaillée du projet

Nous partons du 15 aout au 15 septembre 2014 tourner notre premier long métrage!

Voici notre aventure...

 

L'HISTOIRE

 

Ce faux documentaire suit une équipe de tournage, qui parcourt la France à bord d’un bus, pour tourner leur propre adaptation du mythe de Don Quichotte. Cette équipe veut mettre en scène cette quête surréaliste en adaptant chaque étape en fonction des rencontres et des lieux qu’ils traversent. Par cela, ils  entendent faire jouer les habitants sur leur passage, créer de véritables tableaux épiques avec les moyens du bord. Leur démarche ressemble à celle d’un groupe de rock en tournée, portée par l’envie de partager leur création, de raconter une histoire avec le plus grand nombre. On entre dans leur monde, leur mode de vie, leurs moments de joie, de doute, de conflits et d’amour. 

 

   Nsj

 

EN DÉTAILS...

 

Passionnés, fous et joyeux provocateurs, ils parcourent la France à bord d’un bus, dans l’idée de tourner un film sans aucune autre contrainte que celles qu’ils s’imposent en fonction des lieux qu’ils choisissent. Ils dorment sous des tentes, dans les véhicules ou demandent à dormir chez l’habitant quand cela est possible.   

 

Nsj3  

 

Dans un rythme de création plus que prolifique, ils entendent écrire et réaliser leur film en fonction des étapes de leur voyage. Sur la route, le scénariste écrit la nuit, au matin ils mettent en place les scènes, trouvent des figurants locaux, et proposent à des acteurs amateurs de participer au récit rejoint par leurs acteurs. Ils sont toujours en mouvement, en recherche du lieu et des éléments que nécessite le récit, ou d’un lieu qui inspirera la suite du film. Passionnés et engagés dans ces aventures, ils avancent sans regarder derrière eux rendant à leur démarche l’aspect d’un genre de quête spirituelle. 

 

Nsj4

 

Dans cette optique, ils décident d’adapter librement le mythe de Don Quichotte. Parler d’une quête surréaliste et surtout adapter chaque étape de cette quête pour rendre le cinéma aux gens qu’ils rencontrent. Par cela, ils entendent faire jouer les habitants à chaque étape de leur voyage, créer de véritables tableaux épiques avec les moyens du bord, tenter de raconter cette histoire en échangeant avec les gens sur ce qu’ils pensent et fantasment de ce mythe. Tout pour eux doit créer de l'échange, car Cervantes connaissait bien le coeur des hommes. Et sans doute comme les comédiens, chacun a bien envie d’y croire, d’adhérer à cette vérité qu’on peut avoir une vie médiocre et même passer pour un raté et tout de même réussir l’essentiel : atteindre l’inaccessible étoile de Don Quichotte. 

 

Ils utilisent le cinéma comme un art participatif, allant à la rencontre des gens, s'inspirant de leurs vies pour nourrir et servir le récit de leur film. Quand la porte leur est ouverte, ils peuvent rester plusieurs jours accueillis par des inconnus pour partager avec eux leurs rêves, car tout comme Don Quichotte, un homme qui rêve gagne toujours.

 Ils se déplacent comme cela de rencontres en rencontres, d’opportunités en opportunités, tout en restant au service de l’histoire jusqu’au bout. Si l’action nécessite un bateau, le lendemain cela constitue leur prochain but et ils seront prêts à parcourir 500 km dans la nuit pour arriver dans un port au petit matin.   

 

“La folie suprême n’est-elle pas de voir la vie telle qu’elle est, et non  telle qu’elle devrait être ?” Cervantes.

 

  Nsj2

 

Ils défendent un cinéma toujours à la frontière du réel. Tout comme Don Quichotte, la réalité les inspire. Ils s’adonnent à rendre ce qui pourrait être banal en une fresque cinématographique. Leur démarche crée chez chacun une addiction, comme liés à la vie à la mort par la route qu’ils parcourent et le désir de fabriquer le cinéma de leurs rêves, loin des contraintes du système en place qui rendrait leur démarche impossible.   

Après deux mois de voyage, leur promiscuité aura pourtant laissé des traces au sein du groupe, créant sans arrêt des moments de pur amour et de création, autant que de haine profonde. L’histoire du film qu’ils tournent, la quête de Don Quichotte, qui aura été le moteur de leur collaboration sera aussi la cause de leur séparation. Elle aura réveillé chez chacun des questions fondamentales qui finiront par les diviser.    L’équipe documentaire qui les suit sera l’unique témoignage de cette aventure humaine.

Svp-bus-fin-tournage

 

INTENTIONS ET RÉALISATION

 

 L’idée de “Nous sommes jeunes et nos jours sont longs” est née de la façon dont nous avons réalisé nos deux premiers courts métrages : avec peu de moyens, des comédiens que nous aimons, et des 

techniciens qui sont depuis devenus nos partenaires au delà d’un travail technique. 

 Nous avons choisi la forme du faux documentaire pour plusieurs raisons. Tout d’abord pour pouvoir donner au spectateur l’impression d’entrer dans un monde réel qu’il découvre au fur et à mesure. Dans une fiction “classique”, les codes d’installation, de présentation des personnages et d’intrigue sont beaucoup plus conventionnels. Ici l’histoire, les décors et l’avancée de l’intrigue sont découverts en direct par les protagonistes du film, et par “l’équipe documentaire” qui les suit.  Le documentaire permet une plus grande marge de manœuvre et souvent une plus grande surprise. C’est aussi un moyen de rêver: ces personnages nous sont présentés comme réels, ils déclenchent chez le spectateur un plus grand désir d’identification et un sentiment d’empathie ou d’antipathie sans distanciation. Ils sont filmés en travail “dans leur monde”, et sont aussi régulièrement en interview devant la caméra documentaire, s’y adressent frontalement ou la fuient. Cela permet au spectateur d’être complètement avec eux dans leurs actes et dans leurs pensées. 

 

C’est aussi pour nous un plaisir de créer du réel et de l’humour sur le réel. En travaillant dans l’industrie du cinéma, nous avons constaté que ce qui se passe autour d’un tournage est souvent autant voir plus vivant que le film lui-même, et porteur de multiples histoires et situations incongrues.

 

Nous souhaiterions que le spectateur se demande vraiment où est le vrai et le faux, qu’il reçoive ce film comme une épopée rock toujours connectée au réel, mais toujours incroyable. Une preuve que le réel peut l’être (incroyable) et que la vie peut devenir un véritable film d’action.

Tout deux fascinés par le cinéma américain, nous rêvons que ce qu’on appelle les films d’auteurs en France réussissent eux aussi à être de véritables films d’amusement, de suspens, d’adrénaline. C’est ce que nous voulons injecter dans “Nous sommes jeunes et nos jours sont longs”, un sentiment d’urgence et de grandiose.   

Le sujet du film nous touche et nous anime car nous sommes persuadés que les histoires qu’on se raconte sont le souffle de toutes civilisations et de toutes classes sociales confondue. Rendre cette aventure réelle, c’est montrer et faire sentir que tous les moyens sont bons pour raconter la vie.    Là où les histoires subsistent, l’homme continue à vivre.   

 

Léa Forest et Cosme Castro   

 

Nsj7

 

DON QUICHOTTE

 

Féru de littérature épique, Alonso Quixada se proclame “Chevalier Don Quichotte”.  Pour vérifier si les romans de chevalerie disent vrai, le voilà parti en quête  d’exploits, affublé d’une armure rouillée, d’un piètre destrier et de Sancho Panza,  son fidèle écuyer. Dans sa frénésie, il prend les auberges pour des châteaux, les  moulins à vent pour des géants, et les paysannes pour des nobles dames… 

 

Loin d'ignorer que de grands réalisateurs se sont déja attelé à ce monstre de litterature, nous abordons justement ce défi avec humour et en pleine conscience de son histoire avec le cinéma. Nous ne voulons surtout pas reproduire "Lost in la mancha". Notre adaptation de l'histoire de Don Quichotte est libre et s'inspire avant tout du système de pensée du héros.Le voyage de Don Quichotte est un parallèle évident avec le périple de cette équipe de tournage. Ils ont soif d’aventures, d’histoires épiques et veulent partager leur cinéma avec les individus qu’ils rencontrent sur leur passage. Avec cette histoire, ils peuvent transformer toute chose banale en un décor incroyable pour le héros, et faire jouer et participer tout un chacun sur leur parcours.  

 

LE PARCOURS  

 

Départ de Normandie jusqu'en Italie du nord :Cartefrance

 

LES ACTEURS

 

Cosme Castro

Rôle : Le réalisateur

Capture_d__cran_2014-05-13___18.43.30   

 

Antoine Reiznart

Rôle : Le scénariste

Capture_d__cran_2014-05-13___18.44.15   

 

Justine Bachelet

Rôle: Actrice

Capture_d__cran_2014-05-13___18.45.15    

 

Victoire Dubois

Rôle : Actrice

Capture_d__cran_2014-05-13___18.45.28

 

Léa Forest

Rôle : Actrice, costumière

Capture_d__cran_2014-05-13___18.44.43

 

Joris Avodo

Rôle: Acteur

Capture_d__cran_2014-05-13___18.45.04

 

Joe Hashke 

Rôle: Le régisseur

Capture_d__cran_2014-05-13___18.44.31      

 

L'EQUIPE

 

Nous poursuivons notre démarche, déja experimentée au cours de nos deux précédents films. Nous souhaitons continuer a travailler a la manière d'un collectif de création et envisageons le tournage comme un espace où chacun, du comedien au technicien a acces à une vraie liberté de proposition.   L'équipe technique sera la même que sur nos courts métrages, nous savons aujourd'hui que nous  travaillons ensemble dans un rapport de confiance et que nous pouvons nous appuyer sur les talents de chacun pour propulser le film en avant.

 

Mise en scène: Léa Forest et Cosme Castro

Directeur de la photographie: Bathazar Lab

Ingénieur du son: Jules Valeur

Producteur délégué: Lucas Tothe.

 

PUNCHLINE CINÉMA

 

Jeune société de Production Parisienne, Punchline cinéma voit le jour fin 2011. Crée par Lucas Tothe et Sylvain Lagrillère après qu'ils aient chacun de leur cotés exploré les domaines de la production, de la distribution et des ventes internationales.    Des le départ, Punchline Cinéma souhaite diversifier ses productions pour dévelloper un vivier de talents et façonner une ligne éditoriale éclectique, autour du court métrage, du documentaire et du long métrage.   

 

LES LABOS CINÉGÉNÉTIQUES

 

Les Labos Cinégénétiques, c'est une association est crée en 2011 par Léa Forest et Cosme Castro. Tous deux né dans l'univers du théâtre ils décident de mettre en commun leurs connaissances du jeu, de la mise en scène, du training d'acteurs et de l'écriture pour réaliser des films.

 

Ils créent les "Ateliers des Labos" qui développent avec de jeunes acteurs des courts métrages tout les trois mois. Par ce biais ils s'essayent à une écriture spontanée, basée sur la créations de personnages de fiction en improvisation et sur l'écriture libre d'un synopsis avec les élèves.

Ils travaillent également dans les collèges du 93 en collaboration étroite avec Cinéma 93 et proposent aux élèves des laboratoires de réalisation de petites fictions.   Ils proposent régulièrement des Masters Class, invitants de jeunes cinéastes à partager sur leur travail et échanger leur point de vue sur la création cinématographique avec cette jeune génération.  

 

PUNCHLINE CINÉMA ET LES LABOS CINÉGÉNÉTIQUES

 

Notre histoire commune commence avec "POUR FAIRE LA GUERRE", notre premier court métrage (notamment sélectionné au FIFF de Namur, au Festival Premiers Plans d'Angers dans la catégorie figures libres et à Silence on Court à Paris), elle se poursuit cette année par l'arrivée de "JEANNE.", notre deuxième film court achevé en mai 2014.

 

 

 

Nous savons aujourd'hui que notre désir de travail est réciproque. Notre collaboration est portée par le désir d'expérimenter un nouveau rapport au jeu et à l'écriture jusqu'au tournage qui ne répond pas à la construction conventionnelle des films d'aujourd'hui. Par le lancement de ce projet nous nous lançons un véritable défi de réalisateurs et de producteurs. Nous connaissons nos complémentarités et nos gouts partagés pour un cinéma qui prend des risques.   

 

120x160_jeanne_a_ok    

 

 

À quoi servira la collecte ?

Sur ce dispositif encore plus que pour nos précédents films nous ne pourrons partir sans un minimum de budget. 

 

Nous prenons en charge une partie des frais généraux, apportons une partie du matériel image et l'hébergement de l'équipe tout au long du voyage. 

 

Il nous manque 5000 euros pour  pouvoir nourrir toutes ces bouches, mettre de l'essence dans les véhicules, et compléter le prix de la location de la caméra qu'il nous faut pour ce film!

 

1/ Nourrir l'équipe !

sur une base de 7€ par jour et par personne: 15 personnes pour 4 semaines = 3000 euros

 

2/ Rouler !

Les frais d'essences pour les trajets = 1500 euros 

 

3/ Filmer !

Couvrir un partie des frais de location de matériel = 500 euros

Thumb_548293_10151185036661713_434279908_n
Leslaboscine

Cosme Castro, 1986 Fils du metteur en scène chilien Oscar Castro, Cosme Nicomedes Castro a grandi à Ivry, sur les planches du Théâtre Aleph. Autodidacte, Cosme a claqué la porte des écoles de théâtre auxquelles il a essayé de s’intégrer. En 2008 Il choisit de prendre un pseudonyme (Pablo Nicomedes) mais signe desormais sous son vrai nom. Avec des... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Hate de voir le résultat. Bon courage et please do a great work, je crois en vous ! :)
Thumb_default
Super projet! bravo! et ça y est, voilà les starting blocks! Bon vent!
Thumb_tournage_goliath__octobre_2015-1453909079
Un petit coup de pouce pour un beau long métrage !! On change pas une équipe qui gagne !!! <3