Le NTP, c'est 5 ans d'histoire, 17 acteurs, 18 spectacles, 15 poètes, 100 représentations, et déjà 10 000 spectateurs. Continuons ensemble !

Large_ruy_blas2

Présentation détaillée du projet

 

 

 

 

                      LE FESTIVAL DU NOUVEAU THEATRE POPULAIRE

                                              CINQ ANS D'HISTOIRE

 

 

 

Macbeth

 

 

Le lien vers notre site www.festivalntp.com

 

Qui sommes-nous ?

 

Aujourd'hui, notre troupe compte 17 personnes :  Léo Cohen-Paperman, Lazare Herson-Macarel, Clovis Fouin, Emilien Diard-Detoeuf, Pauline Bolcatto, Sophie Guibard, Julien Campani, Valentin Boraud, Antoine Philippot, Lola Lucas, Sacha Todorov, Frédéric Jessua, Morgane Nairaud, Joseph Fourez, Julien Romelard, Claire Sermonne, Elsa Grzeszczak et Baptiste Chabauty. Nous portons tous ensemble le projet du Nouveau Théâtre Populaire.

 

 

Démarche Artistique

 

Le troupe du Nouveau Théâtre Populaire a été créée en 2009. Au sortir des écoles (Conservatoire National, Théâtre National de Strasbourg, Classe Libre du Cours Florent, Studio-Théâtre d'Asnières) nous avons décidé de construire un plateau de bois au coeur du village de Fontaine-Guérin (49), pour jouer sous les étoiles les grands textes du répertoire français et mondial (Molière, Corneille, Hugo, Feydeau, Shakespeare, Büchner, Brecht, Maeterlinck...). Dans une démarche volontaire de démocratisation culturelle, nous maintenons depuis la naissance du festival un tarif unique de cinq euros par spectacle. Le théâtre le plus ambitieux au prix le plus bas, telle est l'identité de notre festival.

 

Dsc_0287

 

 

Le Festival

 

L'acte fondateur du Nouveau Théâtre Populaire a donc été la construction d'un plateau de théâtre – par nos seuls moyens – dans un village de huit cents habitants : l'idée première du festival est donc de donner des représentations dans des territoires éloignés des grands centres culturels, d'amener le théâtre où il n'est pas. Le Plateau Jean Vilar est le seul théâtre de la communauté de Beaufort-en-Anjou (le théâtre de Beaufort-en-Vallée a été fermé pour raisons de sécurité et risque d'être bientôt détruit). Depuis, nous avons rencontré un public extrêmement hétérogène - et c'est à notre sens la plus grande réussite de ce festival : des spectateurs habitués des salles sombres, mais aussi des gens de tous âges pour qui "c'est la première fois." Nous nous réjouissons de cette mixité qui bouleverse les habitudes du public... et les nôtres.

 

Img_0276

 

 

 

Un Espace de Liberté

 

Comme toute entreprise optimiste, “romantique”, celle-ci est née d'un désir de liberté. Liberté des acteurs, des metteurs en scènes et du public. Face à l'autarcie relative du milieu théâtral parisien, il apparaît nécessaire d'inventer un lien entre une troupe et son public, de se relancer dans la quête de ce Graal qu'est le théâtre populaire. Ne jamais douter du public. Parler du coeur. Remettre l'acteur et le poème dramatique au centre d'un théâtre aussi ambitieux qu'il est pauvre de moyen. Dans cet espoir, nous ne nous contentons pas d'offrir les spectacles à coût réduit : la jeunesse de la troupe bénévole, le caractère insolite du lieu font également de Fontaine-Guérin le lieu d'une véritable rencontre artistique et populaire, l'occasion d'un contact direct et spontané avec le public le plus varié.

 

 

Img_9191

 

 

S'inspirant d'expériences comme celles du Théâtre National Populaire et du Théâtre du Peuple de Bussang, et de précurseurs plus anciens encore comme Jacques Copeau, les acteurs et metteurs en scène répètent bénévolement et en un temps très court (une quinzaine de jours pour répéter deux créations, une reprise et deux spectacles pour enfants) tout en restant particulièrement attentifs à la vitalité du lien avec un public de plus en plus nombreux (soirée d'ouverture, répétitions ouvertes, lectures, rencontres « au bord du plateau », etc.).

 

Clip_image001_2_

 

Aujourd'hui, la troupe du festival se définit comme un collectif artistique. Son activité principale, fondatrice, est l'organisation du festival lui-même, mais le succès que celui-ci a rencontré en quatre ans nous encourage à diversifier nos activités et à les développer dans le temps et dans l'espace (production de formes itinérantes, action culturelle en milieu scolaire dans le département tout au long de la saison, tournées régionales et nationales). Nous sommes actuellement en train de développer le projet de faire du Nouveau Théâtre Populaire un lieu de création permanent.

 

Img_8873

 

 

 

 

 

NOTRE PROJET POUR DEMAIN

 

Rachat et aménagement de la maison qui a accueilli le festival depuis 2009

 

Développement d'un grand festival de théâtre tous les étés dans la continuité du travail engagé

 

Création d'un lieu de résidence artistique permanent

 

Développement d'une activité culturelle tout au long de l'année

 

Implantation d'une troupe permanente sur le territoire de la Communauté de Communes de Beaufort-en-Anjou, en lien avec tous les publics 

 

C'est la voie que le Nouveau Théâtre Populaire a choisie, dans l'espoir de remettre en cause les oppositions communément admises entre un répertoire réputé « difficile » et les œuvres supposées moins exigeantes, entre les répertoires classique et contemporain, entre le public des habitués et celui des néophytes : le lien de fidélité tissé au fil des ans avec notre public nous permet de rêver par exemple la représentation d'oeuvres beaucoup plus récentes, et donc moins connues. Nous répondrons en cela au devoir de défendre les poètes qui ont besoin de l'être, ainsi qu'à la demande explicite de certains de nos spectateurs, exprimée lors des rencontres organisées à l'issue des représentations. En 2013, nos choix de programmation – Brecht, Maeterlinck, Ovide – reflètent l'affirmation d'une mission nouvelle : la représentation d'oeuvres encore méconnues du public.

 

 

Spectacles Jeune Public

 

Lustucru

 

Un bon, un vrai spectacle pour enfants s'adresse aux enfants de 4 à 114 ans, et il est nombre de choses que les enfants comprennent beaucoup mieux que leurs aînés... C'est pourquoi nous accordons une attention toute particulière aux spectacles dits « jeune public ». Là encore, nous alternons entre mythes célèbres (Le Chat BottéLe Petit Poucet, Les Métamorphoses) et histoires moins connues (Une histoire de Paradis, d'après Isaac B. Singer, Petit et Grand, d'après Andersen...). Et là encore, nous travaillons avec toute l'exigence autorisée par la brièveté de notre temps de répétition, convaincus que cette distinction entre le « jeune public » et le public plus âgé mérite elle aussi d'être interrogée.

 

 

Logo_2

 

 

Aujourd'hui, la maison qui est le berceau de notre festival doit être bientôt vendue, et nous sommes en train de rechercher les fonds nécessaires pour l'acheter et la transformer en une Maison du Théâtre permanente et dynamique ! Voici la lettre que nous diffusons le plus largement possible :

 

 

 

 

Chers amis,

 

 

 

La troupe du Nouveau Théâtre Populaire a besoin de vous ! Nous sommes à un tournant de notre petite histoire. Suite au décès de Mme Herson-Macarel, qui accueillait le festival dans son jardin, ses enfants sont dans l'obligation de vendre la maison de Fontaine-Guérin. Nous avons décidé de tout mettre en œuvre, en dépit de nos faibles moyens, pour nous porter acquéreurs de cette propriété afin d'en faire une véritable maison de la culture en milieu rural, un lieu de résidence dynamique et permanent, un centre bouillonnant de la jeune création théâtrale. Nous vous sollicitons aujourd'hui pour pouvoir continuer avec vous cette aventure.

 

Quand nous nous sommes rencontrés, nous étions à la fois unis par la vocation théâtrale et inquiets du contexte politique que nous découvrions : centralisation croissante de la création, appauvrissement lent autant que certain de tous les systèmes de subvention publics, fracture ouverte du monde théâtral – et du monde en général. Nous ne voulions pas céder au découragement et à la résignation. Nous ne voulions pas attendre. Nous partagions le désir d'un autre Théâtre, dans un autre lieu, pour un autre public. Un théâtre indépendant, artistiquement exigeant, aussi riche par la pensée qu'il était pauvre de moyens. C'est pourquoi nous avons choisi de partir. De construire. De Fonder.

 

En 2009, dans le village de Fontaine-Guérin, nous avons construit au milieu d’un jardin, entre le cimetière et la forêt, un plateau de bois. Ce fut là l'insolite naissance du Nouveau Théâtre Populaire.

 

Depuis lors, en quatre éditions successives, nous avons donné Le Misanthrope de Molière, Roméo et Juliette, Le Songe d'une Nuit d'été et Macbeth de Shakespeare, Le Cid de Corneille, La Mort de Danton de Büchner, Tailleur pour Dames de Feydeau et Ruy Blas de Victor Hugo. Sans oublier de nombreux spectacles à l'intention des enfants de tous les âges.

 

Cette année, à l'occasion des créations du Cercle de Craie Caucasien de Brechtde Pelléas et Mélisande de Maeterlinck et d'Othello de Shakespearenotre plateau accueillera sa centième représentation et son 10 000ème spectateur. La réalité, comme elle se plait à le faire parfois, est allée au-delà de nos espérances.

 

Le Nouveau Théâtre Populaire, cinq ans après son inauguration, est resté fidèle à sa vocation première. C'est une programmation de cinq spectacles chaque année, joués en alternance au tarif unique et démocratique de cinq euros la place. C'est une troupe autonome de dix-sept artistes exceptionnellement bénévoles qui travaillent chaque été pendant un mois. C'est un lieu de liberté artistique dont nous sommes à la fois fondateurs, producteurs et acteurs. C'est la subsistance de l'idée – de plus en plus rare – d'un théâtre de troupe, où les acteurs travaillent sur un pied d'égalité, et conçoivent leur partition comme l'élément d'un vaste travail collectif. C'est un coin de Paradis où la douceur angevine devient le décor du drame, où les trois coups résonnent dans le soleil couchant et les applaudissements sous les étoiles. C'est un public qui ne cesse d'augmenter d'année en année, car si comme Rodrigue « Nous partîmes cinq-cents... » nous sommes aujourd'hui bien plus de trois mille pour mener à bien cette joyeuse bataille de démocratisation culturelle. Enfin, c'est la poursuite – dans les deux sens du terme – de cette utopie qui fut initiée par Gémier, pensée par Copeau, instituée par Vilar et défendue par Vitez : la décentralisation et le théâtre élitaire pour tous.

 

Rien n'aurait été possible sans la générosité de Mme Marie-Claude Herson-Macarel, doyenne et présidente d'honneur du Nouveau Théâtre Populaire, qui a accueilli à bras ouverts la troupe du festival, qui a accepté par amour de l'art la construction du plateau au beau milieu de son jardin, qui a reçu avec le sourire des milliers de spectateurs. Son décès au mois d'octobre dernier laisse un grand vide dans le cœur de ceux qui l'ont connue. Elle désirait que cette aventure se poursuive. Nous aussi.

 

Aujourd’hui, l'avenir du festival est incertain. Mais nous voulons continuer ! Et pas seulement à faire vivre le festival : nous rêvons aujourd'hui, forts de votre enthousiasme et de votre fidélité, de poursuivre toute l'année notre mission théâtrale autonome, avec le public, pour le public, par le public !

 

Comment ? Quelques travaux dans la maison permettraient de créer deux salles de travail, afin d'accueillir des compagnies en résidence et de préparer dans les meilleures conditions les spectacles de l’été. Parce que nous voulons partager notre expérience, nous voulons également proposer des ateliers et des stages de théâtre aux volontaires de tous âges. Et un jour – pourquoi pas ? – jouer des spectacles toute l’année ! Ainsi, au-delà de la survie de la troupe, c'est bien l'occasion de faire naître une maison du Théâtre à Fontaine-Guérin.

 

Le 13 mai, nous avons rendez-vous avec notre notaire. Plus nous aurons de dons à cette date, plus nos chances seront grandes ! Si nous vous demandons aujourd'hui cette participation, c'est parce que l'enthousiasme que nous avons rencontré de votre part nous laisse tout espérer. A Fontaine-Guérin, grâce à vous, le succès s'est imposé tout seul. Dès aujourd’hui, vous pouvez faire un don. En soutenant la troupe du festival, vous donnez une chance à cette incroyable aventure de s'inscrire dans la durée, vous soutenez sans intermédiaire un théâtre ambitieux et populaire, vous vous associez à une initiative de la jeune génération qui a prouvé sa raison d'être, une aventure commune, concrète, et... résolument optimiste.

 

 

 

                                                 Chaque geste compte !

                  Le Nouveau Théâtre Populaire ne se fera pas sans vous !

 

 

Dsc_0447

 

 

À quoi servira la collecte ?

 

Aujourd'hui, si nous lançons une grande souscription populaire, c'est pour sauver notre festival et notre troupe de la disparition. Mais c'est aussi et surtout pour créer notre propre théâtre dans le même esprit de partage, d'optimisme, de joie et d'exigence.

 

En effet, nous nous proposons dans les années à venir d'aménager cette maison pour en faire un lieu de résidence permanent dévolu à la jeune création théâtrale, et de développer notre activité d'artistes en lien avec le public tout au long de l'année.

 

C'est à ce projet ambitieux, concret et de longue haleine que seront consacrés les dons récoltés grâce à cette souscription.

 

 

Frais de communication pour la 5ème édition du festival et pour la création de notre Maison du Théâtre (tracts, affiches) : 700 euros.

 

Transformation de la grange en un lieu de répétition permanent et fonctionnel (assainissement du sol, isolation, pose d'un tapis de danse, installation d'un grill) : 3500 euros.

 

Investissement en matériel technique (son et lumière) : 3000 euros.

 

Frais fixes liés à l'entretien de la maison pour notre première saison : 2800 euros.

 

Quand cette maison existera, nous aurons besoin de vous pour la faire vivre : nous accueillerons des résidences de compagnies, nous organiserons des stages d'initiation et d'exploration de l'art du Théâtre, et l'aventure du festival pourra continuer !  Aidez-nous à faire vivre cette utopie concrète et généreuse !

 

Dsc01967

Thumb_logo3
Nouveau Théâtre Populaire

Le Nouveau Théâtre Populaire est une troupe qui propose à un public de plus en plus large des spectacles ambitieux au tarif unique et démocratique de 5 euros la place. En 2009, de jeunes artistes décident de construire un plateau de bois dans un jardin, au coeur d'un village de huit cents âmes, pour jouer sous les étoiles les grands textes du... Voir la suite

FAQ Questions les plus fréquentes concernant le projet

+ Le mécénat, c'est compliqué...

Alors là, pas du tout ! Nous vous envoyons un document en deux exemplaires, vous les signez et vous nous en renvoyez un. Il vous suffira ensuite de joindre celui en votre possession à votre déclaration d'impôt et le tour est joué : 65% de votre don sera soustrait du montant de vos impôts à payer (et non de vos revenus imposables !).

Si un doute persiste... nous avons un agrément de l'administration fiscale et vous trouverez les textes détaillés ici :

http://www.culturecommunication.gouv.fr/Politiquesministerielles/Mecenat/Particuliers/Le-regime-fiscal

Derniers commentaires

Thumb_default
Vous êtes les meilleurs.
Thumb_large_avatar_-_maleine
Courage! Je connais peu votre travail mais ce que j'en connais donne envie de vous soutenir à fond! Encore 2 jours, c'est possible!!!
Thumb_default
Bon courage les amis! J'espère pouvoir venir vous voir!