Soutyin Eno Zangoun po li fé son nouvo diks « Léspri Santé » ! Aidez Eno Zangoun à réaliser son nouvel album de Maloya « Léspri Santé ».

Large_p1120499_-_copie__2_-1507025895-1507025904

Présentation détaillée du projet

Mwin la fine tir in promyé diks i apèl « Lamour Lapwin Bonpé ». Aprésa mwin la kontinyé zwé dann kabar parsi parla, ékrir dot morso i koz dési lamour mon péi, mon kiltir, mon lang èk mon lidantité… i koz osi mon langazman po in mond ke mi vé war pli méyèr.

Mwin sré kontan grav bann morso la si in nouvo lalbom par mwin minm po partaz ali èk zot.

Séla, mwin la bézwin zot bonkérsité po tranp la min dan la pos é done inn ti katsou po èd amwin réaliz prozé la.

 

Après avoir sorti mon premier album « Lamour Lapwin Bonpé » (Maloya traditionnel) en autoproduction en 2002 (à l’époque où KissKissBankBank n’était pas encore là pour aider à la réalisation des projets !!!), je me suis consacré à la promotion de cet album, j’ai participé à divers projets musicaux (à La Réunion, en métropole et à l’international) sans toutefois jamais m’arrêter de composer.

 

Po sat i koné pa, ala in morso mon promyé diks.

Pour connaître mon univers artistique, voici un morceau extrait de mon premier album.

 

 

L’essentiel de mes compositions prend sa source dans mes racines réunionnaises et se veut être une transmission (aussi modeste ma contribution soit-elle) de ma culture qui fait à la fois ma fierté et mon engagement.

Aujourd’hui, je reviens vers vous avec le projet d’enregistrer un album (encore une fois en autoproduction) composé d’une dizaine de nouvelles chansons (dont 5 inédites) qui parlent de mon amour pour mon pays et ses traditions, de mon engagement pour un monde que je voudrais plus juste.

 

 

Astèr, ala un morso mi sava anrozistré si mon prosin diks (po tout sad la ni war amwin zwé sé dérnyé tan, i koné morso la).

Et maintenant, voici un des morceaux qui sera enregistré sur le prochain album (certains d’entre vous, qui ont assisté à mes derniers concerts, le connaissent déjà).

 

 

Sur ce nouvel album, vous trouverez aussi des chansons issues du patrimoine du Maloya, chansons pour lesquelles je propose une nouvelle interprétation.

 

L’enregistrement se fera au cours du premier semestre 2018, avec les musiciens qui me suivent, m’entourent et m’accordent leur confiance depuis maintenant une dizaine d’années (dans le désordre sur la photo ci-dessous !!!) : Frédéric Ilata (congas), Jonatan Itéma (voix, sati et pikèr) et Sylvain Joany (voix et roulèr). Sans oublier mes choristes préférées : Emma Hypolyte, Magali Inès et Aurélie Sudul !!!

Des invités-surprises me feront également l’honneur de leur présence sur l’album.

 

Groupe_-_copie-1507052734

Aurélie Sudul, Magali Inès, Frédéric Ilata, Sylvain Joany, Emma Hypolyte et Jonathan Itéma.

 

 

Mais afin que vous puissiez danser au son du Maloya tout seul chez vous dans votre salon, dans votre salle de bains, ou encore dans votre voiture, il faut un CD, et c’est là que vous intervenez !!!!!

Et oui, l’argent reste le nerf de la guerre, c’est pourquoi j’ai besoin de vous et de vos proches pour mettre la main à la poche et m’aider à enfin sortir pour de vrai mon nouvel album !

 

Mi kont si zot. Mersi. Je compte sur vous, merci.

Eno Zangoun

 

 

Le Maloya, qu’est-ce que c’est ?

C’est une musique traditionnelle de l’île de La Réunion, magique, envoutante, qui invite à la fête et à la danse, tout en transmettant des valeurs fortes. Elle vient des ancêtres des réunionnais actuels et était pratiquée par les esclaves (originaires d’Afrique, de Madagascar et d’Inde) qui chantaient en travaillant, pour oublier leurs souffrances. Il peut exprimer la tristesse, mais aussi la joie de vivre et la liberté.

Il s’est transmis grâce aux services Malgaches (cérémonies familiales qui rendent hommage aux ancêtres). A l’heure actuelle, il est chanté en créole réunionnais par toutes les générations.

Le Maloya est inscrit au patrimoine mondial immatériel de l’Unesco depuis 2009.

À quoi servira la collecte ?

Lo moné mi domand azot la va serv amwin ryink po lanrozistroman stidyo.

La collecte à laquelle je vous demande de participer servira à payer l’enregistrement et le mixage du CD.

 

Coût enregistrement /mixage CD : 5 642€

Frais de collecte KKBB : 320€

Collecte KKBB : 4 000€

Apport personnel : 1 962€

 

Parkont ézit pa done plis 4 000€ parské tout lo dépans va ariv apépré   13 000€ kom zot i pé war dann tablo la.

Toutefois, n’hésitez pas à dépasser les 4 000€ demandés dans la collecte, car le coût total du projet, comme détaillé ci-dessous, s’élève à près de

13 000€.

 

Coût enregistrement /mixage CD : 5 642€

Mastering : 500€

Jaquette : 800€

Pressage 1000 CD : 2 200€

Frais de communication et de promotion : 1 100€

Frais divers de gestion (assurance, SDRM, défraiement…) : 2 700€

TOTAL : 12 942€

 

La réalisation de l’album doit se dérouler tout au long de l’année 2018 (les dates et délais sont indiqués à titre d’information et sont non contractuels) :

- Enregistrement, mixage et mastering du CD prévus au cours du 1er semestre ;

- Réalisation de la jaquette, du livret, pressage des CD et impression des livrets prévus au cours du 2e semestre ;

- Communication, promotion de l'album à la fin du 2e semestre ;

- Sortie de l’album prévue pour décembre 2018 (date à préciser).

 

Eno Zangoun percevra l'intégralité de la collecte.

 

 

 

 

 

 

Thumb_eno-1507034535
Eno Zangoun

A la fin des années 70, Eno Zangoun découvre le Maloya, il apprend à jouer et intègre les « kabar maron » (concerts alternatifs). Quelques années plus tard, il devient militant, défenseur de la culture et des traditions réunionnaises aux côtés des précurseurs du Maloya contemporain (Dédé Lansor, Ziskakan, Rwa Kaf, Danyel Waro...). Après avoir joué... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Dernière ligne droite, ça va le faire !!!
Thumb_default
Bonne chance! Et Bise à Serge ;)
Thumb_default
In goute i fé in rivièr! Mi souèt laboutisman out prozé! Pael.