Trois acteurs, un caméraman et un métro... "On the Rail again", un documentaire qui déraille! Après la France, la Suisse et la Belgique, la Compagnie des Rails s'envole pour jouer Molière dans les trains du Québec. Venez participer avec nous à la première étape d'un tour du monde en train... et en théâtre!

Large_kiss-photo01a

The project

Le projet est de réaliser un documentaire (4x5min) sur cette première étape à Montréal durant le mois de Juillet 2013. Jouer dans un métro comme aux débuts, dans un pays francophone sur un autre continent. En filmant le tout pour en garder un témoignage. Partager aussi toutes les facettes de cette aventure, avec ceux rencontrés physiquement et les autres rencontres virtuelles. Et en faire la promotion pour la suite et pourquoi pas essaimer le concept!

 

 

 

 

Petite mise à jour... Un apperçu de la tourné de France épisode un!

 

 

 

La Compagnie des Rails?

 

Après l’étape des Cours Florent, deux choix s’offraient à nous :

 

-          Faire la course aux castings et tenter tant bien que mal d’étoffer notre carnet d’adresses…

-          Ou créer nous-mêmes notre projet de Théâtre.

 

C’est avec l’envie d’un :

 

-          théâtre populaire et gratuit,

-          public  aussi hétéroclite que possible,

-          théâtre « ambulant »,

 qu’est née la Compagnie des Rails.

 

Nous voulions jouer, voyager et faire voyager. Expérimenter, à notre manière, les notions de partage, d’interactivité et d’innovation. Le défi était de jouer pour un public qui n’ayant pas payé sa place pour un spectacle n’était en rien conquis d’avance… Voire plutôt l’inverse !

 

Et pourtant… En Février 2011, les premiers essais dans le métro parisien, nous surprirent…les spectateurs-passagers nous ont fréquemment  applaudis !

 

Ces expériences nous ont donné des ailes (merci encore à ces spectateurs-pionniers) qui nous ont (sans le savoir) confirmés dans notre intuition et motivés à travailler d’autres scènes. Molière pour rester dans le classique, dans l’humain par delà le temps et qui touche tout un chacun qui peut y lire le portrait de soi ou d’une personne côtoyée (L’Avare, Le Malade imaginaire, Dom juan…). Molière qui sait dire des choses graves par le comique, par le rire et par l’humour. Nous avons créé des mises en scènes adaptées à la scène théâtrale… le wagon et ses passagers comme ses temps d’ouvertures et de fermetures des portes…sans compter aux temps en souterrain et en surface! Au fur et à mesure, en fonction des réactions des spectateurs-passagers, nous avons tenté d’élargir notre panel de surprises et d’offrir des opportunités d’expression pour les plus timides. Puis, nous avons capté le désir pour certains d’entrer dans le jeu de scène…c’est alors que nous avons élaboré de nouvelles mises en scènes avec l’introduction d’un spectateur-passager…à qui un rôle est proposé…Ce n’est pas toujours « gagné » d’avance mais parfois nous sommes interloqués par sa participation, son élan. D’autres fois, au départ, ce challenge, est refusé mais très vite nous parvenons à rassurer l’acteur-spectateur en voyage. Contrairement à ce qui se dit, nous vivons des temps de partages, de connivence et des temps culturels et artistiques qui éclairent ces temps de transport en commun généralement moroses. Notre public s’égaye et interagit à souhait. Il nous a portés par ses retours, ses sourires, ses applaudissements ou encore par des mots et des échanges enrichissants..

 

Après plusieurs mois à arpenter le réseau des lignes Parisiennes et d’Île-de-France, encouragés par notre public de plus en plus enthousiaste et toujours aussi accueillant, nous nous sommes sentis suffisamment préparés à faire un tour de France.la mise en scène dans les trains n’est pas la même que celle dans le métro. Nous avons élaboré de nouvelles mises en scènes en vue de jeux théâtraux dans les TER et dans les TGV. Nous avons fait un tour de France dès 2011 en le poursuivant par une extension vers nos voisins francophones, les Belges et les Suisses. Ainsi, la Compagnie des rails joue à Paris, en Région parisienne, à Laval, au Mans, à Rennes, à Lyon, à Grenoble, à Marseille, à Rouen… Puis la Suisse et la Belgique!

 

En Janvier 2012, Alexandre nous rejoint et se fait la main sur les TER, RER, TGV et autres trains et trams aux côtés de Salvador.

 

C’est de là que l’idée d’un tour du monde passe du simple fantasme à l’élaboration d’un véritable projet. Faire un documentaire sur cette première étape, premier saut d’un continent à l’autre en jouant dans les trains, les métros voire les trams. Tour du monde Francophone.

 

 

 

767la-compagnie-des-rails-1-yves-tradoff

Salvador et Wiliam

 

 

 

       

 

C’est à ce stade que nous faisons appel à vous !

 

Jusqu’à présent, l’accueil a toujours été extraordinaire et nous tenons à remercier toutes les personnes croisées au fil du temps, au fil des rails et des quais. Toutes ces personnes qui nous ont tolérés, applaudis, remerciés et même soutenus financièrement!

 

Mais pour faire ce documentaire la simple créativité ne suffit plus. Et si nous avons calculé au strict minimum l'ensemble des dépenses, nous n’avons qu'un peu plus de la moitié pour le coup de location d’une caméra, les billets d’avion, l’hébergement et la vie sur place.

 

Il reste donc encore l’autre moitié à trouver. C’est précisément là que VOUS pouvez nous aider !

 

La Compagnie des Rails. Pour un théâtre qui déraille!

 

Salvador, William, Alex et Morgan vous remercient dès à présent et à très bientôt sur un quai, dans un wagon et sur kisskissbankbank

 

                                

 

 

CompagniedestrainsSalvador et Alexandre

 

 

 

BIOGRAPHIE:

 

 

 

Salvador Shams:

 

Né en France, ayant vécu en Iran et en Tunisie pour revenir en France. Le voyage est inscrit dans sa peau… Après des études classiques (langues orientales Indie et Persan) il repart voyager en Inde, en Iran, au Canada et une bonne partie de l'Europe… Tout en accumulant les boulots alimentaires.

 

En 2007, il intègre les Cours Florent pour y entamer une formation artistique et suit en parallèle les cours "Acting in English". Il met en scène ainsi que joue dans Le Dragon, d’Evgueni Schwartz.

 

En 2010, il est assistant au cours Florent et simultanément metteur en scène assistant de la pièce de théâtre La Niaque au théâtre National de Nanterre.

 

Février 2011, il fonde la Compagnie des Rails pour jouer sur tout ce qui roule! Il joue aussi  quelques rôles dans des courts métrages à venir.

 

 

Wiliam Fontaine:

 

En 2005, William débute sa formation théâtrale au Conservatoire de St Germain-en-Laye où il se familiarise avec le jeu et la mise en scène.

 

En 2007, âgé de 19 ans il entre aux Cours Florent et développe rapidement un intérêt croissant pour le corps, la danse et le masque.

 

Il participe entre 2008 et 2009 à « Pourquoi pas toi » exposition au Centre Georges Pompidou et à « Est-ce ainsi que les Hommes s’aiment » spectacle de corps en mouvement puis met en scène "La Cantatrice Chauve" d’Eugène Ionesco l’année suivante.

 

En Février 2011, il retrouve Salvador pour monter la Compagnie des Rails.

 

 

Alexandre Bonneau:

 

En 2010, tout juste diplômé des Cours Florent où il a fait la rencontre de Salvador et Wiliam, Alexandre est engagé dans une mise en scène de "Monsieur de Pourceaugnac" de Molière, à la Reine Blanche, alliant chant, danse, et jeu.

 

Après cette aventure, il enregistre un album avec son groupe (aujourd'hui dissout) Claustrofrog. Puis rejoint une autre troupe et joue "Britannicus" de Racine au théâtre Saint-Honoré pendant un an, ainsi que "Quoi de meuf", dans le même théâtre, pièce écrite et mise en scène par Délo, qu'il joue encore aujourd'hui.

 

Il rejoint en janvier 2012 Messieurs Shams et Fontaine dans la fabuleuse aventure de La Compagnie des Rails, participant activement au projet.

 

Morgan Dirven:

 

Ami de longue date de Salvador et témoin de toutes les étapes de la Compagnie des Rails. Morgan suit d'abord des études de langues (Finnois) et travail ensuite en tant que traducteur.

 

En 2011, après avoir repris des études d'art, il est diplômé en cinéma d'animation. Il travaille depuis en tant que freelance sur différents projets de films d'animation (http://cargocollective.com/morgandirven).

 

 

 

 

REVUE DE PRESSE:

 

Extraits d’article sur zitazine.com

 

La Compagnie des Rails propose, depuis le mois de février, de courts extraits de pièces de théâtre dans les trains de la région parisienne. Leur objectif ultime est de jouer dans les transports en commun du monde entier.

Un jeune homme monte dans le train en sifflotant. Vêtu de son bleu de travail, il astique joyeusement les vitres de la ligne N du Transilien (Paris Saint-Lazare/Saint-Nom-la-Bretèche). A l’autre bout de la rame, un homme paré d’une chemise à fleurs et de lunettes roses démodées l’apostrophe. Ces usagers sont plutôt exceptionnels car ce sont en fait Dom Juan et son valet, Sganarelle. Le spectacle durera quelques minutes avant qu’ils annoncent : « Acte III, scène V, Dom Juan. Merci à Molière et merci à… Nasser. Pour un théâtre qui déraille, la Compagnie des Rails. » Durant un court instant, le duo a réussi à capter l’attention d’une rame plongée dans l’ennui et la routine. Des sourires se dessinent sur les visages. Le chapeau fonctionne particulièrement bien dans ce wagon : environ vingt euros. Alors qu’ils quittent le train, un homme vient leur proposer de faire une représentation pour l’inauguration d’un centre social.

William Fontaine, 23 ans, et Salvador Shams, 28 ans, n’aspirent pas à jouer dans les trains parisiens pour survivre, comme certains le font en mendiant ou en jouant de la guitare. C’est un véritable « projet de vie » qu’ils revendiquent. « J’estime que l’on fait tout sauf la manche. On ne demande pas d’argent pour pouvoir vivre. En revanche, les personnes à qui notre prestation plaît, peuvent nous aider à réaliser notre projet de tour du monde », explique Salvador.

 

Un projet qui sort du train-train

Les deux comparses se sont rencontrés sur les bancs du Cours Florent, célèbre école d'Art dramatique. Quelques mois après la fin de leur cursus et après s’être essayés à différentes activités (acteur, assistant de metteur en scène, etc.), ils se retrouvent sans engagement. En février 2011, ils montent la Compagnie des Rails sur une idée de Salvador. Ils débutent dans le métro avec un extrait du Médecin malgré de lui de Molière.

Aujourd’hui, ils jouent à raison de cinq jours par semaine et de quatre heures par jour dans tous les trains parisiens (TER, métro, RER, etc.). S’ils se concentrent toujours sur des textes de Molière (Dom Juan ou le Festin de pierre, Le Médecin malgré lui et L'Avare ou l'École du mensonge), deux autres extraits, respectivement issus de pièces de William Shakespeare et de Bertolt Brecht, sont en préparation.

 

 

En marge de leurs prestations, ils continuent également à se documenter pour trouver de nouveaux extraits à interpréter. « Trouver des scènes dans un format assez court, qui sont adaptables dans un train, n’est pas évident. Cela nous a demandé un grand travail de documentation. Sur toutes les œuvres de Molière, nous avons seulement sélectionné une poignée d’extraits », raconte Salvador. Si l’on ajoute l’apprentissage et la répétition des textes, la mise en scène et la recherche de costumes, le duo estime à trois semaines la préparation d’un extrait de quelques minutes.

 

Bien qu’ils payent systématiquement leurs titres de transport, ils n’ont pas d’accord avec la SNCF ou la RATP. « Il y a quelques mois, cinq contrôleurs sont rentrés dans le wagon où nous venions d’ouvrir une scène. C’était un moment particulier car ils nous regardaient et nous les regardions sans savoir quoi faire. Finalement, nous avons décidé de continuer, les contrôleurs n’ont pas vérifié les titres de transports et l’un d’entre eux nous a même applaudi à la fin de la scène », raconte Salvador.

Un avenir sur les rails

Avant de se lancer dans un tour du monde, William et Salvador vont progressivement étendre le nombre de villes où ils jouent. A la fin du mois, La Compagnie des Rails va quitter la région parisienne et entreprendre, durant quinze jours, un tour de l’Europe francophone avant de décoller pour Montréal et son métro.

 

 

En 2012, ils souhaitent tenter un tour de l’Afrique francophone. Ensuite, ils devront trouver autre chose afin de convaincre le public pour qui le Français est une langue étrangère. « Nous pourrons jouer du Shakespeare en anglais ou proposer des choses plus corporelles comme du cirque ou du mime », affirme William. S’ils estiment avoir suffisamment de notoriété, ils tenteront également de recruter de nouveaux collaborateurs - notamment une femme pour assurer les personnages féminins - et de trouver des sponsors. Leur tour du monde est donc encore pavé d’inconnues. « Les moyens nécessaires pour faire le tour du globe dépendent de notre statut. En clair, si nous trouvons des sponsors ou si nous faisons ça avec nos propres moyens. »

 

 

 

Et en liens aussi par là:

 

Au JT de France 3

 

 

Dans le Parisien

 

 

Sur le plateau du 25-30 le mag de MCETV

 

Why fund it?

 

Nous sommes quatre à partir, Salvador, William, Alexandre et Morgan.

 

A quoi servira donc tout cet argent?

 

Voilà comment nous avons calculer les besoins du projet:

 

-Billets d'avions: 2000 €

 

-Hébergement sur place: 2400 € (20 € par nuit x 4x 30)

Prix moyen inférieur des auberges des jeunesses.

 

-Billet de trains (Montréal-Québec city): 707,04 € (174,76 € x 4)

VIA Rail Canada.

 

-Abonnement au métro de Montréal: 282 € (23,5 € carte hébdo x 4 x 3)

La carte hébdo reviens moins chère à trois semaine que la mensuelle (75,5 €).

 

-Nourriture: 1560 € (13 € par jour x 4x 30)

 

-Location d'un appareil canon 5D: 1850 € pour 4 semaines

location 5d 900 €, objectif unique 400 €, micros cravates (pour deux) 450 € et carte mémoire 100 €.

 

-divers: 520 € (goodies et frais KissKiss)

 

C'est donc au total 9300 € dont nous avons besoin. Nous avons déjà 3600 € d'économie qui irons à ce projet. Mais il nous manque 4500 € pour tout boucler.

 

Alors à vot' bon coeur M'sieurs Dames! Et suivez l'aventure aux premières loges!

 

N.B. Il s'agit dans ces calculs du minimum requis pour réaliser cette aventure... Mais si vous décidiez d'en donner plus, que ferions nous de cet argent? Tout dépand de la somme. Mais dans l'idéal:

 

-Prendre plus le train.

 

-Eventuellement acheter une caméra "GoPro" (250/350 euros).

Thumb_photo-1
La Compagnie des Rails

Salvador Shams: Né en France, ayant vécu en Iran et en Tunisie pour revenir en France. Le voyage est inscrit dans sa peau… Après des études classiques (langues orientales Indie et Persant) il repart voyager en Inde, en Iran, au Canada et une bonne partie de l'Europe… Tout en accumulant les boulots alimentaires. En 2007, il intègre les Cours Florent... See more

Newest comments

Thumb_default
A nous le grand nord
Thumb_default
Bonne chance pour vos projet. Un grand plaisir de vous avoir rencontré
Thumb_default
je souhaite de tout coeur que votre projet aboutisse