Collectons ensemble l'eau de pluie pour améliorer les rendements en légumes des populations locales.

Large_szndfzef-1500584249-1500584266

Présentation détaillée du projet

Présentation générale :

Nous sommes Laëtitia BOYER et Sandrine HERSEMEULE, étudiantes en troisième année à l'école d'ingénieurs agronomes de Purpan à Toulouse. Pour les premiers mois de notre quatrième année nous avons fait le choix de mettre nos connaissances à profit, de partager notre culture, et ainsi de tenter une expérience de solidarité. Ainsi nous partons sur les hauts plateaux andins à Viacha.

De plus, nous faisons partie de l'association HODACE, créée par un groupe d'étudiants de notre école qui souhaitent partir en mission humanitaire. Tout au long de l'année nous avons œuvré pour trouver des fonds pour nos projets, dans un esprit d'entraide.

18891510_1377114255710540_7025998036523501385_o-1497013727

 

Qui sommes nous :

Normal_18839713_1377115212377111_9210810504926132631_o-1497988762

Je suis Laëtitia (à gauche), j’ai 22 ans et je suis originaire de Montpellier où j’ai grandi et fait la plupart de mes études avant d’intégrer une école à Toulouse. L’envie d’apprendre et la persévérance me qualifient puisque j’ai effectué deux ans d’étude à l’IUT de Montpellier en Biologie avant de me diriger vers une classe préparatoire pour le concours agro-véto pour finalement intégrer l’école d’ingénieurs de Purpan. Très active, je pratique le triathlon depuis maintenant 7ans. C'est un sport complet qui demande une grande implication et qui permet de toujours de surpasser.

            

Salut, je m’appelle Sandrine (à droite), j’ai 21 ans et je viens du Loir-et-Cher ! J’ai grandi, entourée d’animaux, dans une ferme de polyculture et vaches laitières.  Je suis fille, sœur, belle-sœur et tata !  Mon entourage me qualifie de silencieuse, attentive et généreuse ! J’aime donner de mon temps quand c’est possible. 

 

 

L'association d'accueil

Andes Fertiles est une association française créée en 2004. Son objectif est de « participer à l’amélioration des conditions de vie dans les communautés rurales, et ainsi à l’amélioration des conditions de vie des femmes et des enfants, à la préservation de l’organisation sociale propre aux cultures aymara et quechua, et au ralentissement de l’exode rural et de l’acculturation ». Les missions menées par l’association sont diverses. Elles couvrent les domaines du social, de l’environnement, de l’agriculture mais aussi de l’économie.

Pour en savoir plus sur Andes Fertiles : http://www.andesfertiles.org/

 

Notre mission :

Contexte

L’agriculture sur l’Altiplano, à 3800m d’altitude minimum, est soumise à des conditions extrêmes (gel, inondations). L’alimentation est par ailleurs pauvre en fibres et vitamines. Notre mission s’inscrit ainsi dans un contexte de pénurie d’eau. En effet, en novembre 2016, les conditions étaient telles que le président bolivien, Evo Morales, annonçait une situation d’« urgence nationale ». De nombreux lacs, particulièrement ceux qui alimentent les villes en eau, étaient asséchés. Ainsi, notre intérêt s’est porté sur le besoin de gestion de l’eau en agriculture.

 

Objectif

Les communautés locales ont exprimé le besoin de mettre en place un système de récupération d’eau et d’irrigation goutte-à-goutte dans une dizaine de serres déjà présentes dans des écoles. Ces installations sont un des moyens de s’adapter au changement climatique qui touche la région, caractérisé par une raréfaction de l’eau . Nous cherchons également à partager avec les agriculteurs de nouvelles techniques, qui pourraient être mises en place en avec leur collaboration.

En parallèle, des formes d’agricultures, différentes de celles déjà présentes sur l’Altiplano, vont être expérimentées pour faire face aux contraintes environnementales, aussi bien climatiques que biotiques. Ainsi, durant notre mission, nous développerons une parcelle témoin de culture de pommes de terre (aliment majeur de la population bolivienne) pour y tester une substance naturelle issue de la décoction d’une plante d’Amérique latine (Lupin Andin), afin de lutter contre le principal ravageur de la pomme de terre en Bolivie.

 

Calendrier

Notre départ de France est prévu pour le 11 Septembre 2017 pour une arrivée à Viacha prévu le lendemain très tôt dans la matinée (décalage horaire). Nous resterons 14 semaines en Bolivie dont 13 semaines de mission au sein de l'association, suivie d'une semaine pour visiter le pays, nous en mettre plein la vue ! Pendant la mission, les premières semaines seront plutôt des semaines d'observation où nous rencontrerons les communautés, nous découvrirons leur lieu de vie, leur façon de vivre, leurs coutumes. Tous ces aspects seront à prendre en compte pour la finalisation de la construction de notre projet avec leur collaboration. Le plus tôt possible, nous rassemblerons le matériel nécessaire par achats locaux, car les délais sont parfois longs. Enfin l'installation des systèmes d'irrigation se fera dans la foulé. Le reste du temps sera consacré à la réflexion sur la mise en place de la parcelle témoin en tenant compte encore une fois des aspects sociaux et environnementaux des lieux où nous nous trouverons. Les week end nous prendrons le temps de découvrir la région de l'Altiplano, la Paz, le désert de sel et aussi l'Amazonie !

À quoi servira la collecte ?

Les fonds collectés auront pour but de financer le projet que nous mènerons en Bolivie, c'est-à-dire mettre en place un système de collecte d'eau de pluie et d'irrigation dans dix serres déjà installées. Pour ce projet il est nécessaire d'obtenir du matériel, estimé à 700€ au total (environ 70€ par serre).

La mise en place de la parcelle expérimentale ne demande pas d’investissements supplémentaires. Du matériel pour la culture de pommes de terre est disponible sur place au sein de l'association.

En parallèle, l'association nous met à disposition un logement sur place à Viacha. Néanmoins, nous avons prévu d'assurer les frais quotidiens liés aux déplacements et à l'alimentation (estimé à 12€/jour pour une personne) et les billets d'avion (500€ par billet).

Si la somme collectée venait à dépasser la somme demandée, cela nous permettrait d'améliorer et d'entretenir les serres, les toits en bâche pouvant être usés par exemple, ou d'acheter du matériel et des semences pour la culture sous serre. Si lors de notre mission ces achats ou ces entretiens ne s'avèrent pas nécessaires, l'argent sera confié à l'association pour qu'elle puisse l'utiliser pour faire ce qui important à ce moment là.

Les fonds collectés sur cette plateforme seront reversés sur le compte de Laëtitia Boyer.

Thumb_18839713_1377115212377111_9210810504926132631_o-1497988762
Laëtitia et Sandrine

Je suis Laëtitia Boyer, j’ai 22 ans et je suis originaire de Montpellier où j’ai grandi et fait la plupart de mes études avant d’intégrer une école à Toulouse. L’envie d’apprendre et la persévérance me qualifient puisque j’ai effectué deux ans d’étude à l’IUT de Montpellier en Biologie avant de me diriger vers une classe préparatoire pour le concours... Voir la suite

Derniers commentaires

Thumb_default
Bon voyage ! J'espère que vous réaliserez tous vos objectifs, dans la joie et la bonne humeur !